formation / Archives

Le Royaume-Uni va envoyer 75 conseillers militaires en Ukraine

Aux dernières nouvelles, le cessez-le-feu semble tenir dans le sud-est de l’Ukraine (Donbass) entre les forces gouvernementales et les séparatistes. Du moins depuis la prise par ces derniers de Debaltseve. Mais pour combien de temps? Lors d’une audition devant une commission parlementaire, le 25 février, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a accusé

Un rapport parlementaire propose de changer le statut des écoles d’officiers

En raison de la réduction des effectifs militaires et de la politique de « dépyramidage » au sein des forces armées, les écoles d’officiers voient le nombre de leurs élèves diminuer. Du coup, les places sont « chères » pour les intégrer : l’École navale compte ainsi 20 candidats pour une place. Seulement, des questions au sujet de leur

La FREMM Normandie et les 3 premiers Rafale seront livrés à l’Égypte d’ici juillet prochain

Ainsi, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a officialisé, le 16 février, une commande de 5,2 milliards d’euros d’équipements militaires auprès de la France. Plusieurs contrats ont ainsi été signés. Celui concernant l’achat de 24 exemplaires (16 biplaces et 8 monoplaces) de l’avion de combat Rafale – le premier à l’exportation – a fait couler

Les États-Unis pourraient envoyer jusqu’à 1.000 militaires au Moyen Orient pour former l’Armée syrienne libre

Puisqu’il n’est pas question de s’allier avec Bacher el-Assad et qu’il faut, dans le même temps, éliminer la menace que représentent l’État islamique (EI ou Daesh) et le Front al-Nosra, lié à al-Qaïda, la seule solution est de former les combattants de l’Armée syrienne libre (ASL), c’est à dire la branche laïque, ou du moins

Une base irakienne où sont affectés des instructeurs américains régulièrement prise pour cible par l’EI

Actuellement, plus de 2.100 militaires américains ont été déployés en Irak afin de protéger les intérêts des États-Unis dans ce pays et de conseiller les forces armées irakiennes face aux jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh). Ils ne sont pas autorisés à prendre part à des actions de combat, sauf en cas de légitime

La France envisagerait d’envoyer des conseillers militaires en Irak

Après les livraisons d’armes aux combattants kurdes irakiens (peshmergas) accompagnées d’opérateurs des forces spéciales, le lancement de l’opération Chammal depuis la base aérienne d’al-Dhafra (Émirats arabes unis) et le renforcement du dispositif de cette dernière avec l’envoi de 6 Mirage 2000D en Jordanie, la France va-t-elle aller plus loin en envoyant des conseillers militaires en

Le Nigéria ne veut plus de formation militaire américaine

Face à Boko Haram, ce n’est pas peu dire que les forces armées nigérianes sont à la peine. Voire même en difficulté. L’organisation jihadiste, dirigée par Abubakar Shekau, multiplie les attaques dans le nord du Nigéria, comme encore ce 4 décembre, avec deux nouveaux assauts lancés contre les villes de Bajoga et d’Ashaka. Et cela

Fin de la mission française Épidote en Afghanistan

Plus de deux ans après la fin des opérations de combat des forces françaises en Afghanistan, la mission Épidote, lancée en 2002, a officiellement pris fin le 1er décembre dernier. Au total, les 35 détachements « Épidote » successifs auront formé plus de 20.000 militaires afghans, dans un contexte souvent difficile. Outre l’insécurité, il fallait faire avec

Les États-Unis vont envoyer 1.500 « conseillers » militaires de plus en Irak

Les effectifs militaires américains en Irak vont pratiquement doubler ces prochains jours. En effet, le président Obama a autorisé, le 7 novembre, le déploiement de 1.500 « conseillers » supplémentaires auprès des forces irakiennes et des troupes kurde (Peshmergas), aux prises avec les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh). La semaine passée, le général Martin Dempsey,

La formation des militaires libyens au Royaume-Uni a tourné court

Afin d’aider le gouvernement libyen à imposer son autorité dans le pays, aux prises avec des milices qui refusent de rendre leurs armes et des affrontements entre libéraux et islamistes, le Royaume-Uni avait proposé de former 300 membres des forces armées libyennes à la caserne de Bassingbourn, dans le Cambridgeshire, dans l’est de l’Angleterre. Les