Florence Parly / Archives

Pour plus d’efficacité, Mme Parly remet de l’ordre dans le Maintien en condition opérationnelle des aéronefs

En opération extérieure, la disponibilité des aéronefs est excellente, notamment grâce à l’abnégation du personnel technique « projeté », lequel ne compte pas ses heures pour que la mission puisse être assurée. Dans ce contexte, l’utilisation intensive de ces appareils « consomme » leur potentiel. Résultat : de retour en France, ils doivent subir de lourdes opérations de maintenance,

Mme Parly défend avec vigueur le choix du Rafale pour la modernisation de l’aviation belge

Comme elle a déjà eu l’occasion de le dire plusieurs fois lors de ses interventions devant les parlementaires, Florence Parly, Mme le ministre des Armées, ne lâche rien. Cela lui a fait gagner un premier arbitrage budgétaire en novembre, avec la prise en charge par la solidarité ministérielle de 350 millions de surcoûts liés aux

Mme Parly a confirmé l’intérêt du Qatar pour l’achat de 12 avions Rafale supplémentaires

Quand, en mai 2015, le Qatar a signé un contrat portant sur l’acquisition de 24 avions Rafale auprès de Dassault Aviation, il était question d’un option sur 12 appareils supplémentaires. Depuis quelques semaines, l’on prête à Doha l’intention de lever cette dernière. Ce qu’a confirmé Mme le ministre des Armées, Florence Parly, sur les ondes

700 millions d’euros étant toujours gelés dans le budget des Armées, le Sénat s’inquiète

Pour boucler l’exercice 2017 du budget dont elle a la charge, Florence Parly, Mme le ministre des Armées, devait trouver entre 350 à 400 millions d’euros qui lui manquaient pour financer les coûts des opérations extérieures et intérieures et obtenir, si possible au plus vite, le dégel de 700 millions d’euros de crédits, mis de

Le ministère des Armées n’aura pas à mettre la main à la poche pour financer le surcoût des opérations

Voilà un sujet de préoccupation en moins pour Mme le ministre des Armées, Florence Parly. Alors que, il y a encore quelques jours, elle ne pouvait dire avec certitude qu’elle obtiendrait de la part du ministère de l’Action et des Comptes publics les 300 à 400 millions d’euros nécessaires pour financer les opérations extérieures, c’est

Quels « financements innovants » pour le ministère des Armées?

Lors de sa première audition devant des parlementaires en tant que ministre des Armées, Florence Parly avait indiqué que le prochain Délégué général pour l’armement [Joël Barre], aurait « pour mission non seulement d’améliorer la qualité et de veiller à la modernité de nos équipements, mais également d’engager une profonde transformation visant à trouver des modes

Mme Parly ne se risque pas à dire que les Armées échapperont à d’autres annulations « brutales » de crédits

Il a beaucoup été question de l’annulation de 850 millions euros de crédits dans le budget de la mission Défense lors de l’audition de Mme le ministre des Armées, Florence Parly, par la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le 7 novembre. Pour rappel, ces annulations de crédits, décidées en juillet, ont

Les futurs drones tactiques de l’armée de Terre seront (aussi) armés

Quand, en septembre dernier, il fut annoncé que la France allait se doter de drones armés, l’on pensait que cette décision ne concernerait que les MQ-9 Reaper de l’armée de l’Air. D’autant plus que la communication du ministère des Armées ne porta que sur ces derniers. Mais l’armée de Terre sera également concernée. Actuellement, le

Mme Parly ne veut pas « lâcher l’affaire » des futurs sous-marins polonais

Après l’affaire de l’annulation de l’appel d’offres remporté par Airbus Helicopters avec le H225M Caracal et les critiques émises par le président Macron à l’encontre de l’actuel gouvernement polonais, il paraît compliqué pour la France de décrocher des contrats d’armement en Pologne. Pour autant, Mme le ministre des Armées, Florence Parly, ne désespère pas vendre

Toulon restera le port d’entretien majeur des sous-marins nucléaires d’attaque

L’on pensait que cette question avait été tranchée en 2009. Cette année-là, Révision générale des politiques publiques (RGPP) oblige, il était question de regrouper l’ensemble des sous-marins nucléaires d’attaque et lanceurs d’engins (SNA et SNLE) de la Marine nationale à l’Île-Longue [Finistère] afin de rationaliser leur entretien et donc faire des économies. Mais le ministre