F-35B / Archives

Le Japon confirme son intention d’acquérir 105 F-35 supplémentaires et de se doter de capacités aéronavales

Ce 18 décembre, le gouverment japonais a annoncé des mesures qui étaient dans l’air depuis quelques temps déjà. Ainsi, il a confirmé son intention de transformer les deux « destroyers porte-hélicoptères » de la classe Izumo de façon à ce qu’ils puissent accueillir des avions de combat, en l’occurence des F-35B, c’est à dire la version STOVL

Taïwan renoncerait à l’avion de combat F-35B pour acquérir 66 F-16V

En mars, John Cornyn et Jim Inhofe deux sénateurs issus du Parti républicain américain, demandèrent au président Trump d’autoriser la vente d’avions de combat F-35 à Taïwan car ces appareils auraient un « impact positif sur les capacités de défense » taïwanaises et « agiraient comme un moyen de dissuasion nécessaire contre la posture militaire agressive de la

Le Japon envisage d’acquérir 100 avions de combat F-35 supplémentaires

Le programme d’avion de 5e génération ATD-X [ou X-2] conduit par Mitsubishi Heavy Industries (MHI) étant à l’arrêt, Lockheed-Martin avait proposé à Tokyo, en avril, de développer un nouvel appareil combinant les capacités du F-22A Raptor et du F-35 Lightning II. Mais a priori, ce n’est pas vers cette solution que penche le gouvernement japonais.

Pour la première fois, un F-35B a transmis des données tactiques à un système d’artillerie HIMARS afin de détruire une cible

Le 11 octobre, le Pentagone a décidé de clouer temporairement au sol l’ensemble de ses avions de combat F-35 afin d’inspecter leurs circuits d’alimentation en carburant. Cette décision a été prise après la perte de l’un de ces appareils – un F-35B de l’US Marine Corps – lors d’un vol d’entraînement à Beaufort, en Caroline

Un F-35B de l’US Marine Corps s’est écrasé en Caroline du Sud

Un F-35B, c’est à dire la version à décollage court et atterrissage vertical [STOVL] de l’avion développé par Lockheed-Martin, s’est écrasé lors d’un vol d’entraînement, le 28 septembre, à environ 8 km de la base de Beaufort, en Caroline du Sud. Le pilote a pu s’éjecter à temps. Récupéré sain et sauf, il a été

Baptême du feu pour les F-35B de l’US Marine Corps

Plus de trois après avoir atteint sa capacité opérationnelle initiale, le F-35B, la version à décollage court et à atterrissage vertical [STOVL pour short take off vertical landing] de l’avion développé par Lockheed-Martin, a effectué sa première mission de combat, ce 27 septembre, en Afghanistan. « Pendant cette mission, les F-35B ont mené une frappe aérienne

L’US Marine Corps a commandé des paratonnerres pour protéger ses F-35B basés au Japon

En 2013, il était apparu que l’avion de combat de 5e génération F-35, développé par Lockheed-Martin, pouvait être vulnérable à la foudre. Ce problème concernait en particulier la version B de cette appareil, c’est à dire celle dite STOVL [Short Take Off Vertical Landing / décollage court et à atterrissage vertical], utilisée par l’US Marine

Un escadron de F-35B de l’US Marine Corps est en route vers le Moyen-Orient

Alors que les F-35I israéliens ont déjà été engagés dans des opérations de combat, les F-35B de l’US Marine Corps [USMC] vont-ils, à leur tour, connaître l’épreuve du feu? En effet, et bien que cela ait été annoncé en janvier dernier, le Marine Fighter Attack Squadron [VMFA] 211, dont les F-35B sont habituellement basés à

L’Italie s’interroge sur la suite à donner au programme d’avion de combat F-35

En juillet 2013, Alenia et Lockheed-Martin inaugurèrent à Cameri, près de Milan, une usine FACO [pour assemblage final et Check Out], c’est à dire la première unité industrielle dédiée à l’avion de combat F-35 installée hors des États-Unis. Cet investissement de 800 millions d’euros traduisait ainsi le statut de partenaire dit de niveau 2 de

L’espionnage chinois s’intéresserait-il aux technologies des avions à décollage court et à atterrissage vertical?

Drones, avions furtifs, canon électro-magnétique, armes hypersoniques, nouveaux missiles, etc… Les progrès de la Chine en matière d’armement n’auraient très probablement pas été aussi rapide sans un sérieux coup de pouce de ses services de renseignement, lesquels arrivent à obtenir des secrets industriels en pratiquant le cyberespionnage ou en ayant recours aux anciennes méthodes –