exportations / Archives

La France assoit sa position de troisième exportateur d’armements

La trajectoire financière de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 reposait sur une équation à plusieurs inconnues, dont, par exemple, un recours excessif aux recettes exceptionnelles, dont le caractère aléatoire ne s’est pas démenti, ou encore l’exportation de certains équipements afin de compenser une baisse des livraisons aux forces françaises. Et ce pari a

Les exportations allemandes d’armes vers des zones de tension ont atteint un niveau record

Quand il prit les rênes du ministère allemand de l’Économie, en décembre 2013, le social-démocrate Sigmar Gabriel avait été clair : il n’allait plus être question de mener la même politique en matière d’exportations d’équipements militaire qui fut celle de la précédente coalition gouvernementale, formée par les chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et les libéraux du

Yémen : La Norvège suspend ses ventes d’équipements militaires aux Émirats arabes unis

Depuis septembre 2014, les forces loyales au président yéménite Abdrabbo Mansour Hadi sont aux prises avec les rebelles Houthis, suspectés d’être soutenus par l’Iran. Et cela a conduit à l’intervention, en mars 2015, d’une coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. Dans le même temps, al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) et la branche yéménite de l’État

Les États-Unis ont vendu pour près de 42 milliards d’armements en 2017

L’industrie américaine de l’armement n’est sans doute pas près d’être détrônée pour ce qui concerne les exportations de matériels militaires. En effet, pour l’exercice 2017, elle a vendu pour 41,93 milliards de dollars d’armes et d’équipements à des pays « partenaires et alliés », ce qui représente une hausse d’environ 20% par rapport à l’année précédente. Dans

En 2016, l’industrie française de l’armement a enregistré 14 milliards de prises de commandes

L’ex-ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’était sans doute un peu trop vite avancé quand, en janvier dernier, il annonça une année 2016 record en terme de prises de commandes reçues par l’industrie française de l’armement. Au lieu des 20 milliards annoncés, il faudra donc se contenter de « seulement » 14 milliards d’euros, selon le

L’armurier allemand Heckler & Koch ne veut plus de la Turquie parmi ses clients

D’une manière générale, l’Allemagne suit des principes stricts en matière de vente d’armes, même si, pendant un temps, la tentation fut grande de s’en affranchir. Ainsi, Berlin s’interdit d’exporter du matériel militaire à destination de pays qui ne respectent pas les droits de l’Homme ou qui sont en proie à l’instabilité. Là-dessus, le ministre allemand

Les exportations israéliennes d’armes ont été en légère hausse l’année dernière

L’industrie israélienne de la Défense signe rarement de très gros contrats. Et pourtant, elle se classe dans les 10 premiers exportateurs d’armement mondiaux, en allant même parfois défier quelques poids lourds « historiques » du secteur. Ainsi, en 2015, le montant des exportations d’armes israéliennes a atteint les 5,8 milliards de dollars, soit un chiffre en légère

L’excellente performance de l’industrie française de défense à l’exportation pourrait créer 40.000 emplois

Contrairement à une idée curieusement bien répandue, il ne suffit pas de donner une prime à une entreprise lambda pour qu’elle embauche ou d’inventer des dispositifs compliqués et coûteux à l’efficacité plus que discutable (dans son dernier rapport, la Cour des comptes n’a pas ménagé ses critiques à l’égard de certaines mesures de ce type)

En cinq ans, les exportations d’armes chinoises ont augmenté de 88%

L’industrie chinoise de l’armement s’affirme de plus en plus au fil du temps. Du moins, c’est ce qu’affirme l’édition 2015 d’une étude du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) portant sur les transferts internationaux d’armes majeures. L’intérêt de ce rapport est qu’il compare des périodes de 5 ans , ce qui permet de dégager de

Le constructeur naval DCNS a redressé la barre en 2015

  Après un exercice 2014 difficile, avec une perte de 347,3 millions d’euros, les comptes du constructeur naval français DCNS sont repassés dans le vert, l’an passé, avec un résultat net de 58,4 millions alors que son chiffre d’affaires n’a pas évolué, restant à 3,04 milliards. Cette amélioration des comptes de DCNS s’explique en partie