La montée en puissance du second escadron de Rafale à vocation nucléaire est « délicate à gérer »