Espace / Archives

Avec le SCAF, le général Lecointre estime que « l’armée de l’Air va de plus en plus devenir une armée de pilotes de drones »

« Dans l’avion de sixième génération, qu’il soit habité ou non, un pilote sera toujours présent, car l’avion peut être piloté à distance », a déclaré, au sujet du Système de combat aérien futur [SCAF], le général Philippe Lavigne, le chef d’état-major de l’armée de l’Air [CEMAA], lors d’un audition à l’Assemblée nationale. « Ce système de combat

Le général Lavigne propose un nouveau « Plan de vol » pour l’armée de l’Air

Comme la Marine nationale, l’armée de l’Air aura aussi son nouveau « plan stratégique » afin de prendre en compte les évolutions prévues par la Loi de programmation militaire 2019-25, promulguée le 13 juillet dernier. L’annonce en a été faite par son chef d’état-major [CEMAA], le général Philippe Lavigne, lors d’une audition à l’Assemblée nationale dans le

La Chine développe un satellite pour détecter les sous-marins en plongée

Lors de l’examen du budget de la mission « Défense » par les députés de la commission des Finances, le 26 octobre, un amendement défendu par Danièle Obono [France Insoumise] proposait de couper les crédits alloués à la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire, cette dernière ne devant alors reposer que sur les quatre sous-marins nucléaires lanceurs

La société américaine SpaceX n’exclut pas de mettre des armes spatiales sur orbite

L’on sait que l’entrepreneur américain, Elon Musk, fondateur de Tesla [voitures électriques] et de SpaceX [activités spatiales], ne cesse de mettre en garde contre les dangers potentiels de l’intelligence artificielle, en particulier dans le domaine de la robotique militaire. « Je n’arrête pas de sonner l’alarme, mais jusqu’à ce que les gens voient vraiment des robots

La création de la force spatiale américaine devrait au moins coûter 13 milliards de dollars

En août, le vice-président des États-Unis, Mike Pence, avait estimé que la création d’un 6e branche des forces armées américaines dédiées uniquement aux opérations spatiales allait coûter environ 8 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Cette évaluation était un peu trop optimiste. En effet, selon un mémo intitulé « proposition pour une organisation

Mme Parly : « La guerre antisatellite est déjà une réalité : il faudra compter avec nous! »

Lors de sa visite au Centre national d’études spatiales [CNES] à Toulouse, la ministre des Armées, Florence Parly, a frappé fort au début de son discours en dénonçant les manoeuvres russes autour du satellite de télécommunications militaires franco-italien Athena-Fidus. Mais plus largement, Mme Parly a insisté sur le fait que, désormais, l’espace est devenu un

La ministre des Armées accuse la Russie d’avoir espionné le satellite militaire franco-italien Athena-Fidus

Jusqu’à présent, les autorités françaises n’avaient pas été aussi précises pour évoquer les cas d’espionnage des satellites militaires par des engins « butineurs ». En avril 2016, alors patron du Commandement interarmées de l’Espace, le général Jean-Daniel Testé, avait révélé, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, qu’un satellite de télécommunication « Syracuse » avait été approché par un « autre

Pour Washington, le traité sur la militarisation de l’espace proposé par Moscou et Pékin est « hypocrite »

À l’heure où il est question de créer une « force spatiale » américaine, les États-Unis ont vivement critiqué, le 14 août, le projet de « Traité sur la Prévention du placement d’armes dans l’espace et de la menace ou de l’usage de la force contre des objets dans l’espace » [PPWT pour Treaty on the Prevention of the

Le chef du Pentagone avale son chapeau sur la création d’une force spatiale américaine

En juillet 2017, deux élus du Congrès lancèrent une initiative afin de créer une sixième branche des forces armées américaines qui serait dédiée uniquement aux opérations spatiales. Si une telle mesure fut d’abord adoptée par la Chambre des représentants, le Sénat, convaincu par des arguments développés par James Mattis, le chef du Pentagone, l’écarta finalement.

La « force spatiale » voulue par l’exécutif américain devra franchir plusieurs obstacles avant d’être opérationnelle

Les activités spatiales sont exposées à plusieurs menaces. La plus évidente est celle d’une collision d’un satellite avec un débris en orbite, ce qui, avec la réaction en chaîne qui suivrait, est susceptible d’avoir des conséquences désastreuses. La seconde, qui n’est pas la plus subtile qui soit, est celle d’un missile lancé pour détruire un