équipement / Archives

Le général Bosser « regrette » de voir les militaires continuer d’acheter du matériel sur leurs deniers personnels

Alors qu’il était encore major-général de l’armée de Terre (MGAT), le général Elrick Irastorza avait rappelé, « une fois de plus », que « l’achat sur deniers personnels d’effets ou d’équipements de combat majeurs » devait « être fermement prohibé ». parce qu’il n’était pas question d’avoir une « armée à la Bourbaki ». Lors de l’opération Serval, en 2013, un reportage de

L’armée de Terre souffre de fragilités capacitaires « majeures »

Il est à espérer que la « remontée en puissance » des Armées que laisse entrevoir le projet de loi de programmation des finances publiques pour les prochaines années ne soit pas compromise par les coups de rabot budgétaires dont on a l’habitude à chaque fin de gestion. (Et sur ce point, l’on peut nourrir quelques craintes).

L’US Marine Corps a l’intention d’acquérir plus de 50.000 unités d’une variante du fusil HK-416

Les États-Unis ne sont pas dépourvus de fabricants d’armes légères. Et pourtant, malgré le slogan « America First » qui a porté Donald Trump à la Maison Blanche,  l’US Marine Corps (USMC) a l’intention d’acquérir plus de 50.000 fusils d’assaut chez un industriel européen, en l’occurrence l’allemand Heckler&Koch. En effet, plus tôt, ce mois-ci et via le

Le général Lanata sera « particulièrement attentif » aux arbitrages liés à la coupe budgétaire de 850 millions

« Je me suis engagée à ce que les annulations de crédits n’aient pas d’impact sur le fonctionnement des armées en 2017, notamment pour les militaires en opération. C’est donc sur les grands programmes d’équipement que les ajustements seront faits par lissage », expliquait, au Journal du Dimanche, Florence Parly, la ministre des Armées, au sujet des

Selon Mme Parly, la Direction générale de l’armement devra trouver des « modes de financement innovants » pour équiper les armées

Le 6 juillet dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, était invitée à s’exprimer devant les députés de la commission de la Défense. Et la lecture du compte-rendu de cette audition, qui vient d’être mis en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, ne manque pas d’être savoureuse par moment, quand l’on connaît la suite

La modernisation de l’armée de Terre passe aussi par l’évolution de l’équipement individuel du soldat

S’il est beaucoup question du remplacement des véhicules de l’armée de Terre dans le cadre du programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation), l’équipement individuel du combattant est aussi en train d’évoluer progressivement sans faire de bruit, mis à part quand le choix du fusil allemand HK-416 a été annoncé… Le

Le niveau des « restes à payer » du ministère de la Défense inquiète la Cour des comptes

Quand un marché est attribué par le ministère de la Défense à un industriel, son montant correspond à un somme appelée « autorisation d’engagement » (AE) qui, comme l’explique le ministère de l’Économie, est le « support de l’engagement de dépenses qui peuvent s’étaler sur plusieurs années, comme par exemple pour des investissements, dont la réalisation et le

L’industrie française de l’armement a enregistré plus de 20 milliards d’euros de prises de commandes en 2016

L’annulation de la vente de deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral à la Russie a été vivement critiquée par certains responsables politiques, toujours prompts à jouer les Cassandre pour faire avancer leurs idées. Et, en l’occurrence, ces derniers estimaient que cela allait porter atteinte à la « signature » de la France

L’État islamique a sans doute mis la main sur des armes anti-aériennes à Palmyre

En règle générale, quand une troupe bat en retraite, il est d’usage de ne laisser aucun matériel derrière soi afin d’empêcher l’ennemi de s’en servir. Or, quand l’État islamique a lancé son offensive pour reprendre Palmyre, d’où il avait été chassé en mars dernier, les forces syriennes ont quitté précipitamment leurs positions et laissé aux

Paris demande à Riyad de revenir sur la suspension des livraisons d’armes françaises au Liban

  Après des négociations compliquées entamées un an plus tôt, le contrat « Donas » (Don Arabie Soudite) était signé le 4 novembre 2014 entre Paris et Riyad. D’un montant de 2,2 milliards d’euros, il prévoyait la livraison aux Forces armées libanaises (FAL) d’équipements militaires d’origine française, dont des missiles MILAN, des blindés, des hélicoptères et des