Emmanuel Macron / Archives

Le porte-parole du gouvernement charge encore le général de Villiers, qu’il qualifie de « poète revendicatif »

À Istres, le 20 juillet, on eu droit au côté pile. Évoquant le général Pierre de Villiers, qui vient de démissionner de ses fonctions de chef d’état-major des Armées (CEMA), lors de son allocution prononcée devant les militaires de la base aérienne 125, le président Macron a tenu à lui rendre « un chaleureux hommage car

Un budget des Armées assaisonné avec de la poudre de Perlimpinpin en 2018?

La ministre des Armées, Florence Parly, et le Premier ministre, Édouard Philippe, l’ont de nouveau assuré ce 19 juillet : les dépenses militaires feront l’objet d’un effort important en 2018 et l’engagement de porter le budget des armées à 2% du PIB d’ici 2025 sera tenu. Lors de la séance des questions au gouvernement, M.

Général de Villiers : « La confiance est une vertu vivante » qui « a besoin de gages »

Le programme présidentiel d’Emmanuel Macron faisait le constat de forces armées « utilisées au maximum de leur capacité », ce qui faisait « craindre une dégradation progressive de leur sécurité, de leur efficacité et du recrutement », tout en soulignant l’inquiétante détérioration de leurs équipements. « Quant à nos dépenses militaires, rapportées au nombre d’habitants, elles stagnent depuis longtemps, voire

Le président Macron promet de porter le budget des armées à 34,2 milliards d’euros en 2018 et rappelle le général de Villiers l’ordre

Le président Macron n’a pas enclenché la marche arrière : les Armées devront trouver 850 millions d’euros d’économies d’ici la fin de l’année pour satisfaire le ministère de l’Action et des Comptes publics. Toutefois, a-t-il assuré, lors de la traditionnelle réception donnée la veille du 14-Juillet à l’Hôtel de Brienne, le ministère des Armées pourra

Le Premier ministre confirme la mise en place d’un « nouveau service national »

Depuis qu’Emmanuel Macron s’est installé à l’Élysée, il a été fait peu de cas de sa promesse d’instaurer un « service militaire universel » d’une durée d’un mois, obligatoire pour les 600.000 jeunes d’une même classe d’âge. Mais cette proposition, qui avait pris beaucoup de monde de court quand elle fut avancée en mars dernier, n’a pas

Pour le président Macron, « la déflagration mondiale est, pour les réalistes, une hypothèse sérieuse »

Va-t-on vers une troisième guerre mondiale? Poser cette question n’a rien d’incongru et ne vous classe pas parmi les adeptes de sectes apocalyptiques ou autres survivalistes qui voient un danger à chaque coin de rue. Ces derniers mois, plusieurs médias l’ont posée, comme l’a récemment fait France Culture. En février, Slate a ainsi publié un

Pour le président Macron, la Force conjointe du G-5 Sahel devra convaincre de son efficacité

Quelques heures avant l’arrivée du président Macron à Bamako pour un sommet du G5 Sahel (qui regroupe le Mali, la Mauritanie, le Tchad, le Niger et le Burkina Faso), le 2 juillet, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (ou Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin – JNIM) a diffusé, via la messagerie Telegram, une

Un rapport du Sénat donne une méthode pour porter le budget des Armées à 2% du PIB d’ici 2022

Invité de franceinfo, ce 13 juin, le Premier ministre, Édouard Philippe, a évoqué l’audit des finances publiques que doit lui remettre la Cour des comptes en juillet. Et, dans le cas où l’objectif d’un déficit public de 2,8% n’est pas atteint, alors « il va y avoir toute une série de mesures », a-t-il dit. Et d’ajouter

La France et la Côte d’Ivoire vont renforcer de « manière concrète » leur partenariat militaire

Le Livre blanc de la Défense et de la Sécurité nationale (LBDSN) publié en 2008 prévoyait de maintenir seulement deux bases permanentes françaises en Afrique – à Djibouti et au Gabon – et de transformer les autres en « pôles opérationnels de coopération », comme cela a été fait au Sénégal. Et, s’agissant de la Côte d’Ivoire,

M. Macron : « L’utilisation d’armes chimiques » en Syrie « fera l’objet d’une riposte immédiate » de la France

La rencontre entre le président Macron et son homologue russe, Vladimir Poutine, ce 29 mai, au château de Versailles, était très attendue, d’autant plus que, durant la campagne électorale, l’attitude de certains médias russes, comme Sputnik et Russia Today, à l’égard du chef de file du mouvement « En Marche! » avait été dénoncée. Et c’est sans