EMA / Archives

Sept militaires français blessés et une « quinzaine » d’assaillants tués lors de l’attaque à Tombouctou

Ce 15 avril, l’État-major des armées (EMA) a donné des précisions sur l’attaque « complexe » contre les camps de la force Barkhane et de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies (MINUSMA) qui a eu lieu la veille à Tombouctou. Cette attaque, qui a commencé à 14H00 (locales) a été « menée par des terroristes, déguisés pour certains

Mali : La force Barkhane a mis « hors de combat » cinq jihadistes lors d’une opération d’opportunité

Dans son dernier compte-rendu des opérations, l’État-major des armées (EMA) a confirmé le raid mené par la force Barkhane contre un cadre appartenant à la katiba al-Furqan [d’al-Qaïda au maghreb islamique – AQMI] dans la région de Tombouctou, dans la nuit du 29 au 30 mars. Toutefois, l’identité de l’individu visé n’a pas été précisée.

Mali : Cinq militaires français ont été blessés à Kidal

L’État-major des armées [EMA] a indiqué que cinq militaires français ont été blessés par des tirs contre le camp de la force Barkhane et des Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA], à Kidal, où le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga était attendu, ce 22

En un mois, la force Barkhane a mis une soixantaine de jihadistes « hors de combat »

Au cours de ces dernières semaines, la force Barkhane a mené plusieurs opérations dans la zone dite des trois frontières, située aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger. C’est d’ailleurs au cours de l’une d’entre-elles que deux militaires du 1er Régiment de Spahis ont trouvé la mort, leur véhicule blindé léger (VBL)

Non! Barkhane n’est pas une « armée occupante » au Mali, s’insurge le sous-chef « opération » de l’État-major des Armées

Le sénateur Yannick Vaugrenard n’avait certainement pas l’idée de comparer la force Barkhane à une « armée occupante » au Mali quand il a posé une question au général Grégoire de Saint-Quentin, l’actuel sous-chef « opération » à l’État-major des armées (EMA), lors d’une audition de ce dernier par la commission des Affaires étrangères et des Forces armées. « On

Le prochain exercice de cyberdéfense « DEFNET » annoncé en code hexadécimal par l’État-major des Armées

Ceux qui ont un peu de connaissances en informatique n’auront sans doute pas été surpris par la mystérieuse série de chiffres et de lettres postée par l’État-major des Armées (EMA) sur son compte Twitter, le 8 mars. Il fallait en effet connaître le code hexadécimal pour savoir que « 44 45 46 4e 45 54 20

L’État-major des armées rappelle les consignes relatives aux applications de géolocalisation

  Publié en février 2017, le guide de la Délégation à l’information et la communication de la Défense (DICoD) intitulé « Du bon usage des réseaux sociaux » [à l’intention des militaires et des civils de la défense] le précise : « pour votre sécurité, celle des opérations et missions, certaines règles strictes sont à appliquer », comme celle

La force Barkhane n’a commis aucune faute lors de la mort d’un guetteur s’étant révélé être un mineur

En décembre 2016, des médias maliens affirmèrent qu’un enfant de 10 ans, envoyé chercher des ânes par ses parents, avait été tué par un hélicoptère de la force française Barkhane lors d’une opération à Tigabaten, dans le nord du Mali. Devant la pression médiatique (et la mise en avant de cet incident par l’hebdomadaire Jeune

Selon l’État-major des Armées, la coalition était opposée à l’accord passé entre l’EI et les FDS à Raqqa

L’accord conclu entre les Forces démocratiques syriennes (FDS) et l’État islamique (EI ou Daesh) pour mettre fin à la bataille de Raqqa, le 17 octobre, aurait ainsi permis, selon un reportage de la BBC, à des jihadistes étrangers de s’exfiltrer de l’ex-capitale du « califat ». Et cela, alors qu’il n’était censé ne concerner que les civils.

La force Barkhane soupçonnée d’avoir commis une bavure, l’État-major des armées fait une mise au point

Le 26 octobre, le porte-parole de l’État-major des armées, le colonel Patrick Steiger, donna le bilan d’une opération « d’opportunité » conduite quelques jours plus tôt par la force Barkhane contre un camp jihadiste situé dans la région d’Abeïbera, au Mali, près de la frontière algérienne. « La découverte d’une katiba terroriste dans la région d’Abeïbara a entraîné