économies / Archives

La Belgique aura-t-elle encore une défense dans 5 ans?

Il y a quelques jours, la Belgique s’est payé une polémique sur le nom de la commission parlementaire chargée des affaires militaires, avec l’idée de supprimer le terme « nationale », accolé à celui de défense. Mais d’ici 5 ans, une structure existera-t-elle encore? Depuis le 11 octobre, un nouveau gouvernement, emmené par le libéral Charles Michel,

L’armée belge est sur « les rotules », selon son chef des opérations

De restructurations en coupes budgétaires, la Défense belge est bien malmenée depuis la fin de la Guerre froide, époque où des responsables politiques expliquaient qu’il fallait « récolter les dividendes de la paix ». Selon un article de la RTBF publié cet été, les militaires belges ont dû consentir à se passer de 140 millions d’euros supplémentaires,

Général de Villiers : « Aujourd’hui, la cohérence globale de nos armées est fragilisée »

Chef d’état-major des armées (CEMA) depuis février, le général Pierre de Villiers a dressé un constat lucide sur la politique de défense, lors du discours de clôture de la session nationale de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense nationale (IHEDN), prononcé le 19 juin. « Nous avons encore de belles armées, des armées engagées, des

Pour le secrétaire d’Etat au Budget, il y a encore du « gras » dans les dépenses de fonctionnement des armées

Dégradations des conditions de vie et de travail ou encore du soutien administratif des militaires (relevé récemment par le Haut comité d’évaluation de la condition militaire), difficultés pour apporter un confort minimum aux personnels projetés en Centrafrique, restrictions en tous genres (de l’entretien des bâtiments à la simple tonte des pelouses)… Les dépenses de fonctionnements

Le projet de loi de finances rectificative demande aux armées un effort de 350 millions d’euros

Le 2 juin dernier, le président Hollande comptait mettre fin à la polémique portant sur de possibles coupes importantes dans les crédits de la défense en publiant un communiqué dans lequel il réaffirmait « les engagements financiers de la Loi de programmation militaire » (LPM). Pour rappel, il était question, pour les armées, d’un nouvel effort annuel

Des armées européennes en fâcheuse posture financière

Si vous regardez de près la propagande électorale que vous allez recevoir dans votre boîte aux lettres pour les élections européennes du 25 mai prochain, vous constaterez que la question de la « défense européenne », dont les mérites sont vantés par beaucoup, est y quasiment absente. Au moins quatre formations politiques en parlent, ce qui est

Le ministre de la Défense va devoir livrer un bras de fer pour préserver son budget

Le Premier ministre, Manuel Valls, a démenti, lors de son passage au journal télévisé de TF1, le 11 mai, l’existence d’un « plan caché » d’économies drastiques concernant le ministère de la Défense, comme l’avait révélé plus tôt le député UMP Xavier Bertrand, invité du Grand rendez-vous Europe1/i-Télé/Le Monde. « Nos armées (…) doivent être préservées », a-t-il dit.

Le 126e Régiment d’Infanterie de Brive menacé?

La dernière Loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2014-2019 pévoit, afin de réaliser des économies, la suppression de 34.000 postes dans les armées, dont 10.000 au titre des précédentes coupes dans les effectifs décidées lors de la législature précédente (-54.000 postes, ndlr). A noter que, pendant que le ministère de la Défense réduisait

L’armée italienne devra se serrer le ceinturon d’encore un cran

Le nouveau président du Conseil italien, Matteo Renzi, est jeune, ambitieux et, dit-on, plein d’idées pour mettre son pays sur les bons rails. Seulement, comme il a besoin de beaucoup d’argent pour financer le plan de relance qu’il a présenté la semaine passée, il lui faut tailler dans les dépenses publiques. Chose plus facile à

L’US Army se prépare à perdre plus de 10% de ses effectifs

Les temps changent… A une époque, avec les engagements en Irak et en Afghanistan, l’US Army craignait de ne pas atteindre ses objectifs en matière de recrutement. Désormais, il lui faudra gérer une déflation massive de ses effectifs, selon l’orientation qui lui sera donnée par l’admnistration Obama, plus précisément par Chuck Hagel, le secrétaire américain