drones / Archives

La Marine nationale songe à se doter de drones MALE et stratosphériques d’ici 2030

La période n’était sans doute pas la plus propice à faire des annonces… Toujours est-il que le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck, a annoncé, le 20 juillet, le plan « Mercator », lequel doit permettre de tirer parti des avancées prévues par la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-25 et de préparer

Comment l’armée de l’Air protège ses bases contre les mini-drones potentiellement hostiles?

Lors de la bataille de Mossoul, le recours par l’État islamique (EI ou Daesh) à des drones pouvant emporter une charge explosive a été mise en lumière. Et ce mode opératoire s’est depuis importé en Syrie, où des groupes rebelles ont tenté, à plusieurs reprises, d’atteindre la base russe de Hmeimim avec ce genre d’engins.

Venezuela : Disant avoir été la cible d’une tentative d’attentat aux drones, M. Maduro accuse la Colombie

En septembre 2013, un mini-drone s’était écrasé au pied d’un podium où la chancelière allemande, Angela Merkel, prononçait une allocution. Le propriétaire de l’appareil, un informaticien alors âgé d’une vingtaine d’années, avait expliqué que son intention était de dénoncer la « surveillance policière ». Cet épisode démontrait, s’il en était encore besoin, que la sécurité des chefs

Terrorisme : Quelles sont les menaces aériennes qui pèsent sur les centrales nucléaires?

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’hypothèse de voir un avion commercial détourné par des terroristes s’écraser sur un site aussi sensible qu’une centrale nucléaire ne pouvait plus être écartée. Pour contrer cette menace, l’on pense évidemment aux moyens engagés par l’armée de l’Air au titre de la posture permanente de sûreté aérienne, qui

Contre-terrorisme : L’usage des drones s’est intensifié durant la première année de mandat de M. Trump

À partir du moment où Barack Obama fut investi président des États-Unis, le nombre de frappes réalisées par des drones américains contre les réseaux terroristes augmenta significativement. Selon un bilan donné par la Direction nationale du renseignement américain [DNI] en juillet 2016, ces raids auraient permis d’éliminer 2.581 jihadistes. Quant aux « victimes collatérales », la même

Uber et l’US Army vont coopérer pour mettre au point un nouveau système de rotors pour les aéronefs

L’idée de l’entreprise américaine Uber Technologies Inc, régulièrement critiquée pour la concurrence qu’elle impose aux sociétés de taxi, semble sortir d’un roman de Philip K. Dick, l’un des maîtres de la science fiction. En effet, le 8 mai, la société a donné des détails sur son projet visant à déployer dans trois grandes agglomérations un

Washington assouplit les règles pour l’exportation de drones MALE

Faute de pouvoir acquérir des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) auprès des industriels américains, en raison de règles strictes imposées par l’administration Obama, plusieurs pays du Moyen-Orient n’ont pas hésité à se tourner vers un pays moins regardant, à savoir la Chine. Ainsi, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, pour ne citer qu’eux,

Les Émirats arabes unis disposent de drones MALE chinois potentiellement armés

Sous la présidence de Barack Obama, les États-Unis ont refusé de vendre des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) armés aux Émirats arabes unis. Ces derniers ont donc dû se contenter d’appareils Predator XP, vendus par le constructeur américain General Atomics. Pour autant, l’état-major émirati n’a pas renoncé à acquérir une telle capacité. Et, visiblement,

La Défense belge veut se doter de 4 drones MALE « armables » qui ne seront pas armés

Afin de remplacer ses 11 vieux drones B-Hunter du 80e Squadron UAV , la Défense belge envisage l’acquisition de quatre nouveaux appareils de type MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) susceptibles d’être armés pour 226 millions d’euros. Seraient en effet en lice le SkyGuardian du constructeur américain General Atomics Aeronautical Systems Inc (qui est une évolution

Selon les Nations unies, l’Iran a bien violé l’embargo sur les armes au Yémen

Dans un rapport de près de 80 pages remis au Conseil de sécurité, les experts des Nations unies chargés de contrôler l’embargo sur les armes imposé depuis 2015 au Yémen ont conclu que l’Iran a bien fourni des équipements militaires aux rebelles Houthis, lesquels contestent l’autorité du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition