DPSD / Archives

La Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense manque d’agents pour contrôler les sites militaires

En 2015, peu après le vol d’explosifs et de détonateurs au dépôt du Service Inter-armées des Munitions (SIMU) de Miramas, le député (LR) François Cornut-Gentille posa une question écrite au ministère de la Défense pour savoir quand ce site avait été contrôlé pour la dernière fois par le Groupement de sécurité des installations militaires (GSIM)

La Direction de la Protection et de la sécurité de la Défense change de nom

Le 20 novembre 1981, la Direction de la Sécurité Militaire (DSN), qui était alors un service spécialisé « dont disposent les différents échelons du commandement pour leur permettre d’assurer la protection des personnels, des documents, des matériels et des établissements contre les ingérences et menées subversives de tous ordres », était dissoute pour être immédiatement remplacée par

La DPSD suit « en priorité » une cinquantaine de cas de radicalisation dans les armées

En 2009, l’armée de Terre confirmait que 5 soldats avaient refusé de partir en Afghanistan pour des « raisons confessionnelles ». Et d’expliquer alors que ces cas traduisaient « une « erreur de compréhension du sens de leur engagement qui consiste à porter les armes de la France pour défendre ses intérêts et ses valeurs en tous temps et

La France mène de discrètes opérations contre la branche libyenne de l’État islamique

Pour traiter les problèmes sécuritaires qui affectent non seulement la Libye mais aussi ses voisins et l’Europe, la ligne officielle avancée par les puissances occidentales est d’attendre la mise en place d’un gouvernement libyen d’unité nationale pour ensuite lancer, à sa demande, une opération militaire dont l’objet serait avant tout d’apporter un soutien aux forces

La DPSD avait inspecté le dépôt de munitions de Miramas plus de 8 ans avant le vol d’explosifs

Site sensible s’il en est, le dépôt de munitions « Provence » de Miramas aurait dû faire l’objet d’une attention toute particulière afin d’éviter ce qui est arrivé en juillet dernier, c’est à dire le vol d’explosifs et de détonateurs. Or, dans une réponse donnée à une question écrite du député François Cornut-Gentille (Les Républicains – Haute-Marne), le

La DPSD donne des précisions sur les ex-militaires français ayant rejoint les filières jihadistes

En janvier dernier, il a été rapporté que d’anciens militaires français – une dizaine – avaient rejoint les rangs d’organisations jihadistes en Syrie et en Irak et que certains d’entre eux avaient servi dans des régiments de pointe. « Il s’agit de jeunes d’une vingtaine d’années. Certains sont convertis, d’autres issus de culture arabo-musulmane. Et parmi

D’anciens militaires français combattent avec les jihadistes en Syrie et en Irak; Les moyens de la DPSD seront renforcés

En avril 2014, une vidéo de propagande de l’État islamique en Irak et au Levant (devenu depuis « État islamique ») mettait en avant un certain « Abou », lequel prétendait être un ancien militaire français ayant servi dans un régiment de parachutistes. Était-ce un cas isolé? Pas vraiment, selon le journaliste de RFI David Thomson, qui suit de

Du matériel informatique volé à bord de l’un des BPC Mistral commandés par la Russie

Nouveau rebondissement dans l’affaire des deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral commandés par la Russie en 2011 pour 1,2 milliard d’euros. Cette semaine, le président Hollande a annoncé le report, jusqu’à nouvel ordre, de la livraison du premier navire, le Vladivostok, actuellement à quai à Saint-Nazaire. Ce qui, au passage,

Les sanctions de l’UE contre les chefs des services de renseignement russes sont-elles pertinentes?

Après l’affaire du Boeing de la Malaysia Airlines abattu avec 200 personnes à bord alors qu’il survolait l’est de l’Ukraine et pour laquelle la Russie est soupçonnée d’y avoir des responsabilités en raison de son soutien aux séparatistes pro-russes, l’Union européenne est décidée à durcir le ton face à Moscou et à adopter de nouvelles

Le général Jean-François Hogard prendra les rênes de la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD)

Un « para colo » remplace un « para colo ». Appelé à devenir le prochain chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général Jean-Pierre Bosser, qui était jusqu’à présent Directeur de la protection et de la sécurité de la Défense (DPSD) après avoir accompli l’essentiel de sa carrière opérationnelle au sein du 8e Régiment de Parachutistes d’Infanterie