Donald Trump / Archives

Donald Trump : « Les gens ne savent pas quels grands guerriers il y a en France »

Visiblement, le temps n’est plus au « French Bashing » outre-Atlantique. On savait déjà que les militaires américains nourrissaient une certaine admiration pour leurs homologues français. « Quels que soient les Français ou la politique de leur gouvernement, leurs soldats sont courageux, bien formés, dans une forme fantastique et agressifs », avait, par exemple, témoigné l’un d’eux, après un

La Finlande dément des propos de M. Trump sur l’achat d’avions F/A-18 Super Hornet

Le président Trump a commis un impair, le 28 août, lors d’une conférence de presse donnée à Washington, à l’issue d’un rencontre avec Sauli Niinistö, son homologue finlandais. « Vous allez acheter une grande quantité de nos merveilleux F-18 construits par Boeing et c’est un des meilleurs avions de combat », a en effet affirmé M. Trump,

Le président Trump décide d’envoyer des renforts en Afghanistan et met la pression sur le Pakistan

En mars dernier, le mouvement taleb afghan prétendit qu’il contrôlait quatre des 18 districts de la province méridionale de Kandahar et qu’il disputait le contrôle de ceux d’Arghastan, de Khakrez, de Maruf, de Maiwand et de Shah Wali Kot. Depuis, le taliban ont apparemment progressé puisque dans une vidéo diffusée le 16 août via leur

Corée du Nord : Le président Trump assure que les « solutions militaires » sont en place

Beaucoup l’ont sans doute oublié mais la France est directement concernée par la situation de la péninsule coréenne : elle est en effet restée membre de la Commission militaire d’armistice (UNCMAC), chargée de surveiller le respect de l’accord d’armistice militaire coréen signé en juillet 1953 entre le Nord et le Sud. Lors de la séance

La Corée du Nord menace les installations militaires américaines de l’île de Guam

Après le renforcement des sanctions prises à l’égard de Pyongyang par un Conseil de sécurité des Nations unies unanime, l’on pouvait s’attendre à une accalmie sur le dossier nord-coréen. D’autant plus que la Chine avait rappelé à l’ordre la Corée du Nord, dont est la plus proche alliée, en l’appelant « à prendre une décision bonne

M. Trump dit préférer écouter des soldats plutôt que ses généraux pour élaborer sa stratégie afghane

  La nouvelle stratégie américaine pour l’Afghanistan aurait dû être dévoilée le mois dernier. Or, on l’attend toujours. L’une des raisons à ce retard est liée à une réunion entre le président Trump et son équipe de sécurité nationale, tenue le 19 juillet. Selon le compte-rendu qui vient d’en être fait par NBC, le climat

Le futur Air Force One sera un Boeing B747-8 initialement commandé par une compagnie russe

Quelques semaines avant de devenir officiellement le 45e président des États-Unis, Donald Trump avait tiré à boulets rouges contre le programme PAR (Presidential Aircraft Recapitalization) visant à remplacer les deux avions B747-200B (ou ou VC-25A) utilisés par l’US Air Force, depuis la base aérienne d’Andrews, pour les déplacements présidentiels. En cause : le coût de

Missile intercontinental nord-coréen : Le président Trump « ne permettra plus » l’inaction de la Chine

À chaque nouveau tir de missile nord-coréen, il n’y a qu’une seule chose qui change : la portée de l’engin lancé. Pour le reste, les déclarations des uns et des autres, ainsi que leurs réactions, sont toujours les mêmes. Et cela traduit par une impuissance certaine face au problème que pose la Corée du Nord.

Le nouveau porte-avions USS Gerald Ford officiellement mis en service au sein de la marine américaine

« L’acier américain et des mains américaines ont fabriqué un message de 100.000 tonnes au reste du monde : la puissance américaine ne connaît pas d’égale », a commenté le président Trump, à l’occasion de la cérémonie marquant l’entrée en service du porte-avions USS Gerald Ford, le 22 juillet, à Norfolk. « Quels que soient les horizons où

La CIA a mis un terme à son soutien aux rebelles syriens

Le chef des forces spéciales américaines, le général Tony Thomas, a confirmé les informations du Washington Post selon lesquelles la CIA a mis un terme à son programme de soutien aux rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL), autorisé en 2013 par le président Obama, parallèlement à celui conduit par le Pentagone, avec des résultats peu