Dissuasion / Archives

Et si l’Allemagne ne pouvait plus compter que sur le seul « parapluie nucléaire » français?

Ancien professeur à l’Université de la Bundeswehr, politologue et spécialiste des relations internationales, Christian Hacke ne passe pas pour un excentrique. Pourtant, l’on ne peut qu’être surpris par la teneur de la tribune qu’il a publiée dans l’hebdomadaire Welt am Sonntag, le 29 juillet dernier. Estimant que l’Otan est fragilisée par les fréquentes rodomontades du

Échec du tir d’un missile intercontinental américain Minuteman III à cause d’une « anomalie »

Comme il le fait assez régulièrement, et afin de vérifier la fiabilité de ce type d’engin, l’Air Force Global Strike Command [AFGS] a procédé, le 31 juillet, à un tir de missile balistique intercontinental [ICBM] Minuteman III non armé depuis la base de Vandenberg, en Californie. Normalement, le missile aurait dû atteindre les environs de

Les Français veulent-ils vraiment abandonner la dissuasion nucléaire?

Selon un sondage réalisé par l’IFOP à la demande du « Mouvement de la Paix » et publié, ce 5 juillet, par le quotidien La Croix, 67% des personnes interrogées (et elles ont été 1001 à l’avoir été, choisie dans un « échantillon représentatif ») se disent favorables à ce que la France s’engage dans la ratification du traité

Le Mirage 2000N prend sa retraite, après 30 ans passés au service de la dissuasion nucléaire

Au début des années 1980, la dissuasion nucléaire française reposait sur trois composantes : les missiles balistiques sol-sol S-3 du plateau d’Albion, les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] de la classe « Le Redoutable », emportant des missiles M20 [puis M4] et les Mirage IV des Forces aériennes stratégiques [FAS], dotés de la bombe AN-22. Mais pas

Le chef militaire de l’Otan veut plus de moyens (américains) pour contrer une éventuelle menace russe

Au début de ce mois, la Rand Corporation a publié un rapport [.pdf] qui a eu son petit effet dans les milieux liés à la défense d’outre-Atlantique. Ainsi, ce document affirme que, si elle le décide, Moscou pourrait s’assurer la conquête des trois pays baltes (Lituanie, Estonie et Lettonie) en seulement 60 heures de combat

Quel avion pour emporter le futur missile nucléaire hypersonique des Forces aériennes stratégiques?

Conformément à la décision affirmée par le président Macron, le projet de Loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit le renouvellement des deux composantes de la dissuasion nucléaire (océanique et aéroportée). Actuellement, les Forces aériennes stratégiques (FAS) et la Force aéronavale nucléaire (FANu) mettent en oeuvre le missile ASMP-A (air-sol moyenne portée – amélioré), lequel subira

La nouvelle classe de destroyers « Zumwalt » pourrait emporter des missiles de croisière nucléaires

Expliquant que la Russie « évalue à tort que la menace d’une escalade nucléaire ou d’un premier usage effectif des armes nucléaires servirait à ‘désamorcer’ un conflit à des conditions qui seraient favorables » (selon sa doctrine « escalade-désescalade), la nouvelle posture nucléaire des États-Unis (NPR), partiellement dévoilée le 2 février a conclu que les capacités américaines actuelles

L’Estonie appelle l’Union européenne à investir davantage pour « défendre » ses frontières

Pays frontalier avec la Russie, l’Estonie est l’un des membres de l’Otan qui a bénéficié des mesures de réassurance prise par l’Alliance après l’annexion de la Crimée, avec le déploiement d’un bataillon multinational dirigé par le Royaume-Uni. Et une telle mesure est, pour le moment, efficace, à en croire sa présidente, Kersti Kaljulaid. Selon elle,

Thales va concevoir le système sonar des futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3e génération

Le groupe français Thales a indiqué, ce 7 février, que la Direction générale de l’armement (DGA) venait de lui notifier un contrat de 42 mois pour mener à bien des études ainsi que des développements technologiques dans le cadre de la préparation du système sonar devant équiper les futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de troisième

Dissuasion : Le renouvellement des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins se fera « sous contrainte de coût »

En octobre 2016, le coup d’envoi de la construction du premier des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Dreadnought fut donné au chantier naval de Barrow-in-Furness, sous l’égide de BAE Systems. Ces navires, destinés à remplacer ceux de la classe Vanguard, seront les sous-marins les « plus grands et les plus avancés » de