Diplomatie / Archives

Le président Trump annule sa rencontre avec Kim Jong-Un, le chef du régime nord-coréen

Le sommet promettait d’être d’autant plus « historique » qu’il était totalement inespéré après des mois de tensions. Prévu le 12 juin prochain, à Singapour, il n’aura finalement pas lieu. En effet, ce 24 mai, le président Trump a annoncé qu’il ne rencontrerait finalement pas Kim Jong-Un, le chef du régime nord-coréen. Pourtant, le 27 avril, le

La Corée du Nord pourrait annuler le sommet avec les États-Unis si elle doit renoncer unilatéralement à son arsenal nucléaire

En diplomatie, chaque phrase doit être pesée, mesurée et prononcée avec prudence. Et encore, cela ne réduit pas le risque de se faire mal comprendre… Le 27 avril, lors du sommet « historique » intercoréen de Panmunjom, le nord-coréen Kim Jong-Un et le sud-coréen Moon Jae-in ont pris l’engagement d’oeuvrer à la « dénucléarisation totale » de la péninsule

Mer de Chine : Le Vietnam demande à Pékin de retirer ses missiles d’îlots contestés

La semaine passée, l’on apprenait que Pékin venait d’installer des missiles anti-navires YJ-12 et des systèmes de défense aérienne HQ-9 sur trois îlots de l’archipel des Spratleys, situé en mer de Chine méridionale. Ainsi, malgré un jugement rendu par la Cour pénale d’arbitrage de La Laye, selon lequel les prétentions chinoises dans cette partie du

Les États-Unis se retirent de l’accord relatif au programme nucléaire iranien

Avec quatre jours d’avance, et malgré les appels de la France, du Royaume-Uni et de l’Allemagne, le président américain, Donald Trump, a annoncé le retrait des États-Unis de l’accord sur le programme nucléaire iranien, conclu laborieusement à Vienne, le 14 juillet 2015. « Aucune action prise par le régime [iranien] n’a été plus dangereuse que la

Ankara menace les États-Unis d’une riposte s’ils cessent leurs livraisons d’armes aux forces turques

Dans les prochains jours, le comité des Forces armées de la Chambre des représentants du Congrès des États-Unis examinera le projet de Loi d’autorisation de la Défense nationale [National Defense Authorization Act – NDAA], qui fixe le budget du Pentagone ainsi que différentes mesures d’ordre politique. Ainsi, selon les résumés qui ont été faits de

Le Maroc rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran, qu’il accuse d’avoir livré des armes au Front Polisario

Ancienne colonie espagnole, et depuis la « Marche verte » du roi Hassan II, le Sahara occidental est revendiqué par le Maroc, ce que contestent les indépendantistes sahraouis du Front Polisario, qui, soutenus par Alger, y ont proclamé la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD) au lendemain du départ des derniers soldats espagnols, en février 1976. En 1991,

La France et l’Australie vont approfondir leur coopération militaire

Une semaine après l’Anzac Day, marqué par la commémoration du centenaire de la bataille de Villers-Bretonneux, au cours de laquelle 2.400 soldats australiens perdirent la vie, et l’inauguration, à Fouilloy [Somme] du centre Sir John Monash, dédié à l’engagement de l’Australie dans la Première Guerre Mondiale, le président Macron a entamé une visite officielle à

Corée du Sud : Le chef du Pentagone évoque un possible retrait des forces américaines

Un retrait des forces américaines de Corée du Sud [USFK]? Personne n’aurait imaginé, en janvier, qu’une telle éventualité pourrait être évoquée par James Mattis, le chef du Pentagone… Et pourtant, c’est ce qu’il a fait, le 28 avril. Il faut dire que, la veille, le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-Un, et le président sud-coréen,

Pour la troisième fois en 20 ans, Séoul et Pyongyang amorcent un rapprochement « historique »

Alors qu’une conflit impliquant la Corée du Nord et les États-Unis était la crainte numéro un de beaucoup d’observateurs, tout le monde s’est félicité et a salué l’engagement pris conjointement par Séoul et Pyongyang d’oeuvrer en faveur d’une dénucléarisation de la péninsule coréenne, lors d’un sommet « historique » ayant réuni le nord-coréen Kim Jong-Un et le

La brouille entre les Émirats arabes unis et le Qatar s’invite en Somalie

La semaine passée, Abou Dhabi a mis terme à un programme d’entraînement et de formation mis en place en 2014 au profit des forces armées somaliennes. La cause? La saisie, à l’aéroport de Mogadiscio, de 9,6 millions de dollars dans un avion en provenance des Émirats arabes unis. Les circonstances de cette saisie ne sont