député / Archives

Des députés de la majorité se mettent en marche contre les coupes budgétaires imposées aux Armées

La décision du gouvernement de faire porter au seul ministère des Armées la charge financière des opérations extérieures et intérieures (850 millions) dans le cadre de mesures visant à trouver 4 à 5 milliards d’euros d’économies pour respecter les 3% du PIB de déficit fait des vagues, y compris dans les rangs de la majorité.

La députée Marion Maréchal-Le Pen veut s’engager dans la réserve opérationnelle

Il y a quelques semaines, Jean-Vincent Placé, ancien sénateur écologiste et actuellement secrétaire d’État chargé de la Réforme de l’État et de la simplification, fit l’objet de nombreux commentaires – pas toujours heureux – après avoir fait part de son intention de rejoindre le 13e Régiment de Dragons Parachutistes (RDP) en tant que colonel de

L’avertissement de Patricia Adam, la présidente de la commission « Défense » à l’Assemblée nationale

Jamais l’éventualité de coupes dans le budget de la Défense dans le cadre de la future Loi de Programmation Militaire (LPM) n’a suscité une telle levée de boucliers, que ce soit à droite comme à gauche. Et cela, alors que la France doit réduire son déficit à moins de 3% du PIB en 2014. Pour rappel,

Budget de la Défense : Après les sénateurs, des députés montent au créneau, mais en ordre dispersé

La semaine passée, à l’initiative de Jean-Louis Carrère, le président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, l’ensemble des sénateurs, toutes tendances politiques confondues, à l’exception des écologistes, avaient exprimé leur « très vive préoccupation devant les perspectives de réduction de l’effort de défense de la France c’est-à-dire de sa

Une proposition de loi pour déchoir les jihadistes bi-nationaux de la nationalité française

Le jihadiste français fait prisonnier alors qu’il venait de combattre ses compatriotes engagés dans l’opération Serval a été remis aux autorités maliennes, le 9 mars. A charge pour ses dernières de décider s’il sera expulsé ou non en France où il sera pris en charge par la justice française. Comme cela a été le cas