dépenses militaires / Archives

Que retenir du dernier sommet de l’Otan?

Le sommet de l’Otan, qui s’est tenu à Bruxelles les 11 et 12 juillet, s’annonçait orageux, avec un président américain décidé à obtenir des Alliés une hausse significative de leurs dépenses militaires. Comme il l’avait déjà fait en mai dernier, Donald Trump a en effet parlé d’un effort pouvant aller jusqu’à 4% du PIB. Le

Otan : Pour M. Trump, les pays européens doivent augmenter leurs budgets militaires et… rembourser les États-Unis

Depuis qu’il est à la Maison Blanche (et même avant), Donald Trump ne cesse de critiquer obsessionnellement la faiblesse des dépenses militaires des pays membres de l’Otan. Avant d’arriver à Bruxelles pour participer au sommet de l’Alliance, M. Trump en a remis une couche. « De nombreux pays de l’Otan, que nous sommes censés défendre, non

M. Trump donne le ton du prochain sommet de l’Otan

Le dernier sommet du G7, organisé en juin au Québec, avait été tendu, à cause notamment des droits de douanes décidés par Washington sur les importations américaines d’acier et d’alumunium en provenance de l’Union européenne et du Canada. Celui de l’Otan, qui aura lieu les 11 et 12 juillet à Bruxelles, s’annonce tout aussi houleux.

Otan : L’Allemagne va finalement augmenter son budget militaire de 4 milliards d’euros en 2019

En mai, lors de sa première participation à la conférence de la Bundeswehr depuis 2012, la chancelière allemande, Angela Merkel, avait assuré que les dépenses militaires de son pays seraient équivalentes à 1,5% de son PIB d’ici 2025. Et le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, s’en était félicité, même si cet objectif ne correspondait

M. Trump reproche à la Norvège de ne pas faire le nécessaire pour porter ses dépenses militaires à 2% du PIB

Le 19 juin, le président américain, Donald Trump, a envoyé un courrier au Premier ministre canadien, Justin Trudeau, pour lui faire part de la « frustration croissante » des États-Unis causée par le fait que le Canada n’ait « pas augmenté » ses dépenses militaires comme il s’y était engagé lors du sommet de l’Otan, organisé en septembre 2014

Otan : M. Trump tance le Canada pour la faiblesse de ses dépenses militaires

Comme disait le regretté Thierry Roland, après un tacle « dur » d’un défenseur  sur un attaquant, « ces deux-là ne passeront par leurs vacances ensemble ». Hormis le fait que l’un et l’autre sont des « héritiers » [le premier a fait fructifier les affaires de son père tandis que le second est le fils d’un ancien Premier ministre), le

Pour M. Trump, les pays de l’Otan devraient porter leurs dépenses militaires à 4% de leur PIB

L’augmentation des budgets militaires des pays membres de l’Otan est l’un des chevaux de bataille du président américain, Donald Trump. Avant d’être élu à la Maison Blanche, il avait même remis en cause la clause de défense collective de l’article 5 qui, étant la pierre angulaire du traité de l’Atlantique-Nord, n’a été activée à ce

Les dépenses militaires mondiales ont encore progressé de 1,1% en 2017

Comme chaque année, le Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) a publié une étude sur l’évolution des dépenses militaires au niveau mondial. Un tel exercice n’est pas toujours aisé dans la mesure où certains pays, comme la Chine, ne sont pas aussi transparents que d’autres quand il s’agit de leur effort de défense. Par ailleurs,

Le président Poutine confirme une baisse des dépenses militaires russes

Cela peut sembler contradictoire. Le 1er mars, lors de son adresse annuelle au Parlement russe, le président Poutine a longuement évoqué l’existence de nouveaux armements (missiles hypersoniques, armes laser, mini-sous-marin à propulsion nucléaire, etc…), censés répondre à l’activité militaire des « États-Unis, qui veulent déployer leurs boucliers antimissiles en Europe de l’Est et Corée du Sud

Le flou persiste dans les annonces faites au sujet de la hausse du budget des Armées en 2018

Fin 2016, le Parlement a voté un budget de la Défense d’un montant de 32,7 milliards d’euros, comprenant 300 millions d’euros de recettes exceptionnonnelles (REX). Soit une enveloppe en hausse de 600 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent. Dans ce budget, 450 millions d’euros ont été alloués aux opérations extérieures dont le coût, cette