déflation / Archives

Budget : Déjà sous tension, le Service de Santé des Armées n’échappera pas à la réduction de ses effectifs

En 2015, la décision d’augmenter les effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 11.000 soldats a oublié un détail : le soutien nécessaire à ces renforts. Or, même si l’annulation, après les attentats de Paris et de Saint-Denis, des déflations de postes prévues au sein du ministère des Armées a donné un peu d’oxygène,

Le recrutement prévu en 2016 par la Défense belge sera très insuffisant

En août, l’on apprenait que la force terrestre belge manquait de personnels, avec des effectifs en déficit de 10 à 35% selon les catégories et les unités. La raison avancée pour expliquer cette situation est toute simple : le nombre de recrues ne compense pas celui des départs, notamment motivés par des départs en retraite.

L’armée chinoise va perdre 300.000 soldats

À l’occasion de l’imposant défilé militaire marquant le 70e anniversaire de la capitulation du Japon, le président chinois, Xi Jinping, a annoncé, ce 3 septembre, une importante réduction du format de l’Armée populaire de libération (APL). Cette dernière, avec 2,3 millions de militaires, est la plus importante du monde en terme d’effectifs…. Et elle le

Les dépenses de personnel du ministère de la Défense ont baissé de 502,7 millions en 2014

Comme chaque année, la publication du bilan social de la Défense permet d’avoir une idée précise de la politique de ressources humaines menée au sein des armées. Ainsi, comme attendu, la déflation des effectifs a été poursuivi en 2014, conformément aux orientations données par la Loi de programmation militaire 2014-2019 avant son actualisation. Le ministère

En 2019, l’armée française comptera moins de militaires professionnels qu’avant la fin de la conscription

Le chef d’état-major de la Marine nationale, l’amiral Bernard Rogel, n’est « ni particulièrement enthousiaste, ni particulièrement déçu » par le projet d’actualisation de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 qui est actuellement discuté au Parlement. Si ce texte comporte quelques avancées – qui devront, du moins sur le plan budgétaire, se concrétiser, toutes les difficultés

Effectifs : Les armées reviennent de (très) loin

Initialement, la Loi de programmation militaire 2014-2019 prévoyait de supprimer 23.500 postes supplémentaires dans les armées afin d’alléger la masse salariale du ministère de la Défense. Et cette déflation d’effectifs venait s’ajouter à celle décidée lors de la précédente LPM (54.000 postes en moins). Pour 2015, les effectifs armées devaient ainsi être réduits de 7.500

Le président Hollande veut revoir le « rythme de réduction » des effectifs dans les armées

Le député-maire de Saint-Quentin, Xavier Bertrand, va croire que le président Hollande a été sensible aux arguments qu’il a développés dans un courrier adressé à l’Élysée afin de mettre un terme à la déflation des effectifs dans les armées. Pour rappel, l’actuelle Loi de programmation militaire (LPM) prévoit la suppression de 23.500 postes supplémentaires sur

« La gestion des ressources humaines peut constituer notre vulnérabilité », prévient le chef d’état-major de l’armée de l’Air

L’an prochain, le ministère de la Défense devra encore supprimer 7.500 postes, avec l’objectif de réduire le taux d’encadrement, c’est à dire de réduire le nombre des officiers. Et après les déflations subies au cours de ces dernières années, les marges de manoeuvres sont des plus réduites. Et cela pour les trois armées. S’agissant de

L’armée de Terre n’est pas certaine pouvoir réduire ses effectifs dans le temps imparti

En 2015, les effectifs du ministère de la Défense devront être réduits, à nouveau, de 7.500 personnels, la Loi de programmation militaire (LMP) 2014-2019 ayant prévu la suppression de 23.500 postes supplémentaires. Ayant les effectifs les plus nombreux, les forces terrestres seront évidemment les plus touchées. « Cette deuxième année de la LPM marque une rupture

Le général de Villiers souhaite que les dissolutions d’unités à venir soient annoncées plus tôt

En 2008, la réforme de la carte militaire avait été annoncée dans la foulée de publication, en juin de cette année-là, du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN), lequel prévoyait de réduire le format des forces armées. Cette méthode a fait l’objet de beaucoup de commentaires. Aussi, l’actuel ministre de la