déconfliction / Archives

Syrie : Un nouvel accrochage entre la coalition anti-EI et les forces pro-Assad évité de justesse

En février, avec des frappes aériennes effectuées par des avions américains, la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis est intervenue pour stopper l’avancée de forces pro-Assad (dont des mercenaires russes) vers la localité de Kusham qui, contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), est située sur la rive orientale de l’Euphrate, dans la province de

Syrie : Les incidents aériens entre la coalition et les forces russes sont de plus en plus fréquents

Lors de son dernier passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, en octobre, le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général Lanata, avait indiqué que, l’étau se resserrant sur l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie, les avions de la coalition « évoluaient désormais quotidiennement dans un mouchoir de poche à proximité

Les Forces démocratiques syriennes dans le collimateur de l’aviation russe à Deir ez-Zor

Il fallait s’y attendre. Étant donné que, avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis, les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de milices kurdes syriennes (YPG) et de groupe arabes armés, ont lancé une offensive dans l’est de la province de Deir ez-Zor pour en chasser l’État islamique et que les troupes gouvernementales

Face aux troupes syriennes, la coalition anti-EI renforce ses positions à At Tanf, près de l’Irak et de la Jordanie

Le 18 mai, une colonne des forces gouvernementales syriennes et de miliciens chiites soutenus par l’Iran a été bombardée par des avions américains appartenant à la coalition anti-jihadiste alors qu’elle se dirigeait vers At Tanf, une localité qui, située près de l’Irak et de la Jordanie, se trouve sur l’axe Damas-Bagdad. La raison de ce

L’état-major russe s’est excusé après une interception « dangereuse » d’un avion ravitailleur américain

Cette semaine, le général Jeffrey Harrigian, le patron des opérations aériennes de l’US Centcom [le commandement américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient, ndlr], a indiqué que les contacts entre les forces russes et la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh), s’étaient intensifiés au cours de ces dernières semaines. « Nous avons dû augmenter les échanges

Les contacts entre les forces russes et américaines s’intensifient en Syrie

Peu après le bombardement de la base d’al-Shayrat, en réponse de l’attaque chimique menée à Khan Cheikhoune et attribuée au régime de Bachar el-Assad, Moscou avait annoncé la fermeture du canal de communications utilisé par les forces russes et la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, au titre des mesures dites de « déconfliction », c’est à

Syrie : La Russie suspend l’accord avec la coalition anti-jihadiste sur la prévention des incidents aériens

En octobre 2015, peu après le début de l’intervention militaire de la Russie en Syrie, Moscou et Washington avaient trouvé un accord portant sur des mesures dites de « déconfliction » afin de prévenir tout incident entre les avions de la coalition et ceux des forces aérospatiales russes. Ainsi, une ligne de communication entre les états-majors fut

La Russie se dit ouverte à une coordination avec la coalition anti-EI dirigée par les États-Unis

Si l’aviation russe ne vise pas principalement les positions de l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie, il n’en reste pas moins que l’espace aérien syrien est actuellement très encombré. Et il le sera d’autant plus à l’avenir étant donné que la coalition internationale emmenée par les États-Unis envisage d’y intensifier ses frappes contre les