Cyberguerre / Archives

Pour la ministre néerlandaise de la Défense, les Pays-Bas sont en « guerre informatique » avec la Russie

Lors d’une émission diffusée par la chaîne de télévision publique NPO1, le 14 octobre, la ministre néerlandaise de la Défense, Ank Bijleveld, n’y est pas allée par quatre chemins en évoquant l’affaire des quatre agents du renseignement militaire russe [GRU], expulsés des Pays-Bas en avril dernier après avoir tenté une attaque informatique visant les systèmes

Pour Thales et Verint, les pirates informatiques de l’État islamique seraient « plus motivés que compétents »

Que ce soit lors de l’opération Serval [janvier 2013] ou de l’intervention de la coalition dirigée par les États-Unis au Levant, contre Daesh, plusieurs attaques informatiques [et ZM y a eu droit, ndlr] ont été revendiquées, si ce n’est attribuées, à la mouvance jihadiste. Généralement, le mode opératoire a consisté à « défacer » un site Internet

À partir de quel niveau une cyberattaque pourrait-elle déclencher une réponse collective de l’Otan?

« Si une attaque cyber s’apparente à un acte de guerre, notamment par la gravité de ses effets, une riposte adéquate s’impose, au-delà même de la neutralisation des seules infrastructures impliquées, dans une logique cette fois de conflit ouvert », avait expliqué, en décembre 2016, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense. Et d’ajouter : « Une

La Corée du Nord aurait mis la main sur des plans opérationnels sud-coréens

Evoquer les capacités nord-coréennes en matière de cyberguerre peut prêter à sourire. En effet, il est difficilement concevable qu’un tel pays puisse en être doté. Et pour cause : la Corée du Nord ne passe pas pour être « connectée » (elle n’a obtenu une seconde connexion au réseau des réseaux que très récemment, grâce à l’entreprise

La menace cyber fait peser un risque sur la crédibilité de la dissuasion nucléaire

  Plusieurs menaces sont susceptibles de porter atteinte à la crédibilité des forces stratégiques françaises. Et leur prise en compte justifie la modernisation de ces dernières. Dans leur rapport qu’ils ont publié cette semaine, les sénateurs Xavier Pintat et Jeanny Lorgeoux en pointé plusieurs, comme la prolifération des systèmes de défense aérienne performants, la militarisation

L’armée allemande se dote d’un commandement « Cyberespace et Information »

À en croire le ministère allemand de la Défense, les systèmes informatiques de la Bundeswehr auraient subi pas moins de 284.000 attaques au cours des neuf premières semaines de l’année. Ce nombre peut sembler très élevé : il est en effet dix fois supérieur à celui des cyberattaques déjouées par les services du ministère français

La France va se doter d’un commandement des « opérations cyber »

À l’occasion de la visite, ce 12 décembre, du centre DGA Maîtrise de l’information à Bruz (Ile-et-Vilaine) et de l’inauguration du Pôle d’Excellence Cyber, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a dévoilé quatre grands axes de la future doctrine française en matière de cyberdéfense, qui sont les « missions », les « coopérations internationales », les aspects

La « cyber » offensive de la coalition contre l’État islamique connaît un début difficile

En février, le Pentagone a fait savoir qu’il utilisait des « armes informatiques » pour perturber la communication de l’État islamique (EI ou Daeshà via les réseaux numériques. Puis, deux mois plus tard, le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a précisé que l’objectif était de priver les jihadistes d’accès à Internet. Ce volet « cyber » des

Créer une « cyber armée »? Une fausse bonne idée pour l’officier général Cyberdéfense

À l’occasion du sommet de Varsovie, les membres de l’Otan ont reconnu que le cyberespace est désormais un domaine opérationnel comme un autre. En octobre 2014, lors de la pose de la première pierre du futur bâtiment d’expertise cyber de haute sécurité de la Direction générale de l’armement (DGA), à Bruz, le ministre de la

Les États-Unis avaient planifié une vaste cyber-offensive en cas d’échec des discussions sur le programme nucléaire iranien

En 2010, la découverte du virus « Stuxnet » avait mis la communauté de la sécurité informatique en émoi. Ce programme malicieux, sans doute la première « cyberarme » de l’histoire, s’en prenait aux systèmes de contrôle industriels SCADA, notamment ceux des sites du programme nucléaire iranien. Deux ans plus tard, l’on apprenait que Stuxnet avait été développé conjointement