coupes / Archives

Les pays européens ont réduit leurs budgets militaires pour faire des économies… Mais leurs dépenses publiques ont progressé

Le 3 octobre, le ministre autrichien de la Défense, Gerald Klug, présentait une nouvelle réforme des forces armées de son pays. En fait de réforme, il s’agit plutôt d’un énième plan d’économies… Au point que, en 2018, l’on pourrait se demander si la Bundesheer sera encore une armée… Avec des effectifs réduits de 1.400 de

Budget/Défense : M. Le Drian considère qu’il n’a perdu que 350 millions d’euros en 2013-2014

En l’espace de quelques mois, le budget de la Défense a été amputé de 650 millions d’euros en novembre 2013, puis de 350 autres millions en juin dernier. L’addition est simple : cela fait 1 milliard de crédits annulés. Étant attendu que la provision prévues pour couvrir les surcoûts liées aux opérations extérieures (opex) en

La réforme des forces armées britanniques sévèrement critiquée

Le National Audit Office (NAO) est l’équivalent, outre-Manche, de la Cour des comptes française. Dans un rapport qu’il a publié le 11 juin, cet organisme s’est penché sur la façon dont a été conduite la réforme des forces armées britanniques depuis la sortie, en octobre 2010, de la Strategic Defence and Security Review (SDSR). Cette

Bercy à la Défense : « Donne-moi ta montre et je te donnerai l’heure »

La décision est donc tombée le 11 juin : dans le cadre du projet de Loi de finances rectificatives (PLFR) que le gouvernement soumettra au Parlement, 350 millions d’euros ont été prélevés sur le budget du ministère de la Défense, dont 198 millions sur les programmes d’équipements, 132 millions sur la recherche civilo-militaire (alors qu’on

Le projet de loi de finances rectificative demande aux armées un effort de 350 millions d’euros

Le 2 juin dernier, le président Hollande comptait mettre fin à la polémique portant sur de possibles coupes importantes dans les crédits de la défense en publiant un communiqué dans lequel il réaffirmait « les engagements financiers de la Loi de programmation militaire » (LPM). Pour rappel, il était question, pour les armées, d’un nouvel effort annuel

Budget de la Défense : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup »

« Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup », a dit un jour Martine Aubry, candidate malheureuse des primaires du Parti socialiste en 2011. Et du flou autour des crédits militaires, ce n’est pas ce qui manque depuis que le député et ancien ministre Xavier Bertrand a parlé de l’éventualité de nouvelles coupes dans le

Coupes budgétaires : À l’Assemblée, M. Le Drian sous-entend que la Défense a déjà donné

Lors des questions au gouvernement, le député (UMP) Christophe Guilloteau a interpellé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sur les coupes budgétaires suceptibles de mettre en péril la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, dont « l’encre n’est pas encore sèche ». Il faut dire que, la veille, le ministre des Finances, Michel Sapin, s’était

Nouvelle coupe dans les effectifs des forces armées britanniques

Dans le cadre des restructurations annoncées en 2010, une dernière vague de suppression de postes au sein des forces armées britanniques a été annoncée le 23 janvier par le ministère de la Défense (MoD). Ainsi, 70 postes de médecins et de dentistes seront supprimés au sein de la Royal Air Force. La Royal Navy s’en

Les coupes budgétaires automatiques mettent en péril les capacités futures de l’armée américaine

Initialement, le Pentagone devait trouver 487 milliards d’économie en 10 ans. Mais ça, c’était en janvier 2012… Depuis, faute d’accord au Congrès pour relever le plafond de la dette des Etats-Unis, des coupes budgétaires automatiques ont été appliquées en 2013 (37 milliards) et s’appliqueront – du moins pour le moment – en 2014, hauteur de

Les sergents de l’armée portugaise manifestent contre les coupes budgétaires

En mai 2011, pour éviter la faillite, le Portugal a bénéficié d’un prêt de 78 milliards d’euros en échange d’une sévère cure d’austérité afin de remettre ses finances publiques sur les bons rails et ramener son déficit à hauteur de 4% de son PIB d’ici 2014. Depuis, chaque projet de loi de finance taille un