Corée du Sud / Archives

Des informations sur le système antimissile THAAD ont été cachées au nouveau président sud-coréen

En juillet 2016, dans un contexte marqué par la multiplication de tirs de missiles balistiques nord-coréens, Washington et Séoul trouvèrent un accord pour déployer, en Corée du Sud, le système anti-missile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense). Cette annonce fut vivement critiquée par la Chine et la Russie, pour qui cela risquait de porter atteinte

La Corée du Nord va lancer la production en série de son missile balistique Pukguksong-2

Pendant que le Conseil de sécurité des Nations unies se réunissait, la semaine passée, pour encore évoquer son cas (et la condamner pour énième fois), la Corée du Nord préparait un nouveau lancement de missile. C’est ainsi que, le 20 mai, depuis sa base de Pukchang [province du Pyongan du Sud], elle a procédé au

Pour un amiral américain, la Corée du Nord est aussi une menace pour la Chine et la Russie

Comme à chaque tir de missile ou essai nucléaire nord-coréen, la Chine et la Russie font les gros yeux à Pyongyang, avant d’en appeler à la « retenue », voire à s’attacher à limiter des sanctions prises à l’égard de la Corée du Nord par le Conseil de sécurité des Nations unies. Au cours de ces dernières

La Corée du Nord salue le nouveau président sud-coréen en tirant un missile balistique

Le nouveau président sud-coréen, Moon Jae-In, s’est dit prêt, peu après sa prestation de serment, le 10 mai, à se rendre à Pyongyang, « si les conditions sont réunies », afin d’établir à nouveau le dialogue avec la Corée du Nord pour tenter d’apaiser les tensions dans la péninsule. Au cours de ces dernières semaines, les États-Unis

Bombardiers américains envoyés en Corée du Sud : Pyongyang se dit au bord d’une « guerre nucléaire »

Escortés par des F-15K sud-coréens et des appareils du porte-avions USS Carl Vinson, deux bombardiers stratégiques américains B1-B « Lancer », affectés au 9th Expeditionary Bomb Squadron basé sur l’île de Guam, ont effectué une mission près de la péninsule coréenne, le 1er mai, dans le cadre d’un exercice bilatéral avec les forces sud-coréennes. L’envoi de ces

M. Trump demande 1 milliard de dollars à Séoul pour le déploiement d’une batterie antimissile

Malgré l’opposition de la Chine et de la Russie, qui y voient une atteinte à la capacité de leurs forces stratégiques, les États-Unis ont commencé le déploiement du système de défense antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) à 250 km au sud de Séoul. Ce dispositif « sera opérationnel dans les prochains jours et sera

Le Japon envisage l’envoi de troupes en Corée du Sud pour une éventuelle évacuation de ses ressortissants

La Corée du Nord n’a pas réalisé son sixième nucléaire à l’occasion du 105e anniversaire de la la naissance de Kim Il-sung, son fondateur, alors que les préparatifs sur le site de Punggye-ri étaient achevés. Le régime y a-t-il renoncé devant la pression américaine? C’est probable. Il faut dire que, quelques jours avant, le président

Un missile nord-coréen a explosé peu après son lancement

L’on s’attendait à un sixième essai nucléaire nord-coréen à l’occasion du « Jour du Soleil », qui marque, chaque 15 avril, l’anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, le fondateur du régime. En effet, selon les analystes de l’US-Korea Institute [université américaine John Hopkins], des préparatifs observés sur le site de Punggye-ri, où ont été effectués les

Un groupe aéronaval américain se dirige vers la péninsule coréenne, par « mesure de précaution »

Fin mars, les analystes de l’US-Korea Institute de l’université américaine John Hopkins, a affirmé qu’il fallait probablement s’attendre à un sixième essai nucléaire nord-coréen, au vu de l’activité constatée sur le site de Punggye-ri. Ainsi, sur des images prises par satellite, on peut y voir la présence de véhicules et d’équipements spécifiques pouvant laisser penser

Le casse-tête nord-coréen

Le président Obama avait prévenu son successeur, Donald Trump : le dossier nord-coréen sera le plus « épineux » à gérer au cours des quatre prochaines années. Et pour les responsables militaires américains, en particulier ceux en poste dans la région Asie-Pacifique, la probabilité d’un conflit dans la péninsule coréenne est la plus probable. Pour le moment,