CEMAT / Archives

La disponibilité des hélicoptères de l’aviation légère de l’armée de Terre s’améliore progressivement

Il y a un an, la faible disponibilité des hélicoptères de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) était au centre des débats. Alors ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian ne cachait pas sa colère face à cette situation, laquelle qui fit l’objet d’un rapport bien documenté, rédigé par l’ex-député François Lamy. Devant la

Le chef d’état-major de l’armée de Terre prévient : « On ne peut avoir d’ambition sans effectif »

« Dans cet environnement qui remet en cause les certitudes et les repères de trois décennies, seule une France forte, maîtresse de son destin, peut apporter des réponses aux grandes crises contemporaines, promouvoir ses valeurs et faire valoir ses intérêts . Cette ambition ne peut se passer d’une diplomatie et d’une défense de premier plan, soutenues

Avec la hausse du budget des armées, le général Bosser est « parti à la conquête des ressources » financières

L’an prochain, le ministère des Armées devrait bénéficier d’un budget en hausse de 1,8 milliard d’euros. Et il est prévu de maintenir cet effort, à raison de 1,7 milliard par an pendant la durée du quinquennat en cours. Aussi important que cela puisse paraître, ces hausses annoncées risquent d’être insuffisantes pour garantir le modèle d’armée

La remontée en puissance de l’armée de Terre atteint des « seuils critiques »

Après la publication du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN), une priorité était affirmée pour les ressources humaines des Armées : il fallait réduire le taux d’encadrement (ce que l’on appelait, à l’époque, le « dépyramidage »). Le général Bertrand Ract-Madoux, alors chef d’état-major de l’armée de Terre, avait trouvé cela « déraisonnable », avant

Depuis le début de l’année 2017, l’armée de Terre compte 3 tués et 79 blessés en opération

Lors de son audition par les députés de la commission de la Défense, dans le cadre des discussions budgétaires en cours, le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser, a rappelé une évidence (qui ne l’est peut-être pas pour tout le monde) : il n’existe, pour les soldats qu’il commande, « aucune mission

L’armée de Terre compte remettre à niveau des capacités amoindries par des années de contraintes budgétaires

« On va écrire une nouvelle page de notre histoire militaire avec un regard tourné vers la remontée en puissance de nos forces », a lancé le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), lors d’une rencontre avec les députés de la commission de la Défense nationale, le 19 septembre, à Satory-Versailles. En

Pour son chef d’état-major, l’armée de Terre a gagné sa « bataille des effectifs »

Quand, après les attentats de janvier 2015 et le lancement de l’opération intérieure Sentinelle, il a été décidé de porter les effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 66.000 à 77.000 soldats, la partie s’annonçait très compliquée. Et le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) parlait d’un « défi » à

Pour le général Bosser, l’opération Sentinelle « révisée » pourrait encore concerner 9.000 militaires

Lors de son déplacement à la base aérienne 125 d’Istres, la semaine passée, le président Macron a réaffirmé que l’opération intérieure Sentinelle, qui mobilise actuellement 7.000 soldats (plus 3.000 en réserve) serait « révisée » sur la base d’un rapport que lui remettra le général François Lecointre, le nouveau chef d’état-major des armées (CEMA). Durant la campagne

Armée de Terre : Le programme Scorpion serait épargné par le coup de rabot sur le budget de la Défense

Il est toujours désagréable de faire le rabat-joie. Mais il est en effet à craindre que la promesse du président Macron de porter le budget des Armées à 34,2 milliards d’euros (soit +1,8 milliard, selon lui) ne soit pas suffisante par rapport à ce qui avait été prévu par la Loi de programmation militaire 2014-2019

L’armée de Terre est un peu interessée mais très préoccupée par le retour du service national

Quand il était en campagne électorale, le président Macron avait défendu l’idée de rétablir la conscription sous la forme d’un « service militaire universel » d’une durée de seulement un mois, afin de permettre aux jeunes gens âgés de plus de 18 ans de faire « l’expérience de la mixité sociale et de la cohésion républicaine » et de