canada / Archives

Le Canada va diriger une mission de l’Otan pour former et soutenir l’armée irakienne

Critiqué par le président Trump pour la faiblesse de ses dépenses militaires, dont le niveau est actuellement bien loin de l’objectif des 2% du PIB, le Canada n’en reste pas moins un acteur relativement actif sur la scène mondiale. Cet été, 250 militaires canadiens seront affectés à la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA],

Otan : M. Trump tance le Canada pour la faiblesse de ses dépenses militaires

Comme disait le regretté Thierry Roland, après un tacle « dur » d’un défenseur  sur un attaquant, « ces deux-là ne passeront par leurs vacances ensemble ». Hormis le fait que l’un et l’autre sont des « héritiers » [le premier a fait fructifier les affaires de son père tandis que le second est le fils d’un ancien Premier ministre), le

MINUSMA : Les hélicoptères d’attaque allemands Tigre ont quitté le Mali sans avoir été remplacés

Régulièrement, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, déplore, comme le fit son prédécesseur, Ban Ki-moon, le déficit en hélicoptères de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA]. Et cette situation ne va pas s’arranger, alors que le pays va entrer en période électorale et que la saison des

Les différends commerciaux entre Alliés risquent d’avoir des « conséquences délétères » sur l’Otan

La décision du président des États-Unis, Donald Trump, de faire sortir son pays de l’accord relatif au programme nucléaire iranien n’est pas sans conséquence pour l’Union européenne (UE). En effet, si une entreprise veut continuer à libeller ses échanges en dollars et/ou continuer ses activités sur le territoire américain, elle doit se retirer d’Iran. Faute

La France et le Canada vont créer un conseil ministériel conjoint de Défense

En février 2015, à l’occasion d’une visite à Paris du ministre canadien de la Défense, qui était à l’époque Rob Nicholson, la France et le Canada signèrent un accord portant sur la création d’un « Conseil franco-canadien de coopération en matière de Défense », avec l’objectif de renforcer le dialogue stratégique et opérationnel entre les deux pays,

Le Canada va envoyer des Casques bleus et des hélicoptères au Mali

En août 2016, et avec l’intention d’obtenir un siège au Conseil de sécurité en 2021, Ottawa annonça la mise en place d’un « Programme pour la stabilisation et les opérations de paix » (PSOP) devant être conduit dans le cadre de l’ONU, avec une dotation de 450 millions de dollars canadiens sur trois ans. L’on s’attendait alors

Le Rafale en concurrence avec le F-35 Lightning II et le F/A-18 Super Hornet au Canada

Quand il briguait le poste de chef du gouvernement canadien, en 2015, Justin Trudeau avait affirmé que, en cas de victoire de son parti aux élections législatives, il lancerait un appel d’offres « ouvert » et « transparent » pour remplacer les CF-18 Hornet de l’Aviation royale cadanienne car « nous n’achèterons pas de chasseurs-bombardiers furtifs F-35. » Et d’expliquer que

Les Philippines annulent une commande de 16 hélicoptères Bell 412EPI après une polémique au Canada

La polémique suscitée par une commande de 16 hélicoptères Bell 412 EPI passée par Manille auprès de Bell Helicopter (filiale de Textron) aura fait perdre patience à Rodrigo Duterte, le président philippin. En effet, ce dernier a décidé d’annuler ce contrat. Ainsi, des élus du Nouveau parti démocratique (gauche canadienne) sont montés au créneau pour

Le Canada confirme l’achat d’avions F/A-18 Hornet d’occasion auprès de l’Australie

En 2010, le gouvernement canadien, alors dominé par les conservateurs, annonça son intention de commander 65 avions F-35A Lightning II pour remplacer les CF-18 Hornet de ses forces aériennes. Mais devant la polémique suscitée par ce choix, principalement nourrie par les coûts que supposait l’acquisition de ces appareils conçus par Lockheed-Martin, Ottawa changea ses plans

Le Canada écarte l’offre de Naval Group et de Fincantieri pour ses futures frégates

L’audace ne paie pas toujours. Et le tandem formé par le français Naval Group et l’italien Fincantieri viennent de l’apprendre à leurs dépens. Pour remplacer les destroyers de la classe Iroquois ainsi que les frégates polyvalentes de type Halifax de la Marine royale canadienne dans le cadre du programme NCC (Navires de combat canadiens), Ottawa