canada / Archives

L’exploit d’un tireur d’élite canadien en Irak suscite une polémique à Ottawa

La semaine passée, Ottawa a confirmé qu’un tireur d’élite de la Joint Task Force 2 (ou Deuxième Force opérationnelle interarmées – FOI 2), principale unité des forces spéciales canadiennes, avait abattu un jihadiste en Irak avec un tir de 3.450 mètres, annihilant ainsi une attaque de l’État islamique (EI ou Daesh) contre une position des

Irak : Un tireur d’élite canadien a fait mouche sur un jihadiste à 3.540 mètres de distance

Les tabloïds anglais sont friands de ces histoires de snipers qui font mouche à des distances incroyables. Seulement, il est compliqué d’en faire la part des choses étant donné que les sources à l’origine de ces articles sont anonymes et que les autorités militaires britanniques ne font jamais de commentaires. Cela étant, The Globe and

Le Canada annonce un plan pour augmenter ses dépenses militaires de 70% d’ici 10 ans

Actuellement, le Canada alloue un peu moins de 1% de son PIB à ses forces armées, lesquelles disposent d’un budget annuel de 18,9 milliards de dollars canadiens. En 2026, ce dernier aura augmenté de 70% pour atteindre 33 milliards (soit 1,4% du PIB). Tel est l’ambition dévoilée [.pdf] le 7 juin par par Harjit Sajjan,

Confusion au sujet de l’intention du Canada de se procurer 18 avions F/A-18 Super Hornet

L’affaire devait être rondement menée. Afin de remédier à un possible déficit capacitaire de l’Aviation royale canadienne en raison de l’âge de ses CF-18 Hornet, Ottawa avait annoncé la tenue de discussions afin de se procurer, auprès de Boeing, 18 F/A-18 Super Hornet. Une solution « intérimaire », dans l’attente du lancement d’un appel d’offres, promis par

Le Canada pourrait renoncer au F/A-18 Super Hornet en répresailles à une plainte visant Bombardier

Le remplacement des avions CF-18 Hornet de l’Aviation royale canadienne aurait dû être réglé en 2010, avec la commande de 65 F-35A Lightning II auprès du constructeur Lockheed-Martin. Cette issue paraissait alors logique étant donné l’implication d’entreprises canadiennes dans ce programme américain. Mais ce choix fut vite contesté pour des raisons techniques, opérationnelles et surtout

Le ministre canadien de la Défense s’est attribué des mérites qui ne lui revenaient pas

En septembre 2006, les forces canadiennes, avec le concours d’unités afghanes, danoises, américaines, néerlandaises et britanniques lancèrent l’opération Medusa afin d’éliminer une importante base de combattants taliban située dans la vallée de la rivière Arghandab, dans la province méridionale de Kandahar. Encerclés par la manoeuvre des troupes de la Force internationale d’assistance à la sécurité

Les forces armées canadiennes sont arrivées au point de rupture, selon un rapport

Quand, en 2008, il présenta sa stratégie en matière de défense, appelée « Le Canada d’abord« , le gouvernement canadien, alors conduit par le conservateur Stephen Harper, se voulait ambitieux. Afin de permettre aux forces armées du pays de relever les défis auxquels elles allaient être confrontées, il était prévu de revoir à la hausse leurs budgets.

Il y a 100 ans, le Canada devenait une nation en remportant la bataille de Vimy

Au début de l’année 1917, les plans alliés sont arrêtés : les armées françaises porteront leur effort en direction du Chemin des Dames tandis que leurs homologues de l’Empire britannique attaqueront dans le secteur d’Arras, avec l’objectif d’y « fixer » les troupes allemandes et de prendre Cambrai ainsi que Douai. Pour cela, il est impératif de

Le Parlement canadien victime d’espionnage

Le 4 avril, Radio-Canada a révélé avoir découvert, en utilisant un  » CryptoPhone », des appareils de type IMSI, capables d’imiter un relais téléphonique afin d’intercepter d’intercepter des données de téléphones mobiles dans des endroits stratégiques d’Ottawa, en particulier près du Parlement canadien. Cette affaire a immédiatement donné lieu à l’ouverture d’une enquête confiée à la

Le Canada et l’Ukraine ont signé un accord de coopération militaire

Dans le cadre d’une « entente » formalisée en décembre 2014, le Canada apporte une aide militaire relativement importante à l’Ukraine, via l’envoi d’équipements « non létaux », dont du matériel servant à neutraliser les explosifs, un hôpital de camapagne et des jumelles de vision nocturne. Dans le même temps, les Forces canadiennes ont mis sur pied l’opération Unifier,