canada / Archives

Le Canada écarte l’offre de Naval Group et de Fincantieri pour ses futures frégates

L’audace ne paie pas toujours. Et le tandem formé par le français Naval Group et l’italien Fincantieri viennent de l’apprendre à leurs dépens. Pour remplacer les destroyers de la classe Iroquois ainsi que les frégates polyvalentes de type Halifax de la Marine royale canadienne dans le cadre du programme NCC (Navires de combat canadiens), Ottawa

Naval Group et Fincantieri brouillent les cartes pour tenter de remporter le marché des frégates canadiennes

Comme l’on pouvait s’y attendre, le français Naval Group et l’italien Fincantieri, qui veulent être le « Renault-Nissan » de la construction navale, vont faire cause commune pour tenter de remporter l’appel d’offres lancé par Ottawa afin de doter la Marine royale canadienne de 15 nouvelles frégates d’ici 2020. « Les leaders français et italien du naval de

Le Canada va mettre une force de réaction rapide à la disposition des Nations unies

En août 2016, Ottawa annonçait un « Programme pour la stabilisation et les opérations de paix » (PSOP) qui, doté d’un budget de 450 millions de dollars canadiens sur trois ans, devait permettre d’affecter 600 soldats et des moyens militaires dans les opérations de maintien de la paix menée par les Nations unies. Il s’agissait aussi pour

Naval Group et Fincantieri feront cause commune pour l’appel d’offres des frégates canadiennes

C’est un premier pas concret dans le rapprochement entre le français Naval Group (ex-DCNS) et l’italien Fincantieri dans la construction navale militaire. Alors qu’ils doivent discuter des modalités pour établir une alliance calquée sur le modèle de Renault et de Nissan, les deux groupes vont faire cause commune pour répondre à l’appel d’offres visant à

Le Canada suspend son assistance militaire en Irak

Le 25 octobre, et après avoir perdu les positions que les Peshmergas [combattants kurdes irakiens, ndlr] occupaient dans la région de Kirkouk, le président de la région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a proposé à Bagdad de geler les résultats du référendum sur l’indépendance, qui avait recueilli un oui massif il y a un

La victoire juridique de Boeing contre Bombardier met l’aviation royale canadienne dans l’embarras

Le département américain du Commerce a tranché. Dans le litige qui opposait Boeing à Bombardier sur la vente d’avions CS Series à la compagnie Delta Airlines, il a décidé d’imposer des droits antidumping de 220% au constructeur canadien, au motif qu’il aurait bénéficié de subventions gouvernementales pour réduire le prix de ces appareils et être

Le Canada a intégré le Quartier général du Corps de réaction rapide – France

Lors du sommet de l’Alliance atlantique organisé à Prague, en 2002, le président Jacques Chirac fit part de l’intention de la France d’adhérer au concept de NATO Response Force (NRF) et de créer, à cette fin, une force multinationale de réaction rapide aux normes de l’Otan, dotée d’un poste de commandement de corps d’armée projetable.

L’administration Trump approuve la vente de 18 avions F/A-18 Super Hornet au Canada pour 5,23 milliards de dollars

En 2010, le gouvernement canadien, alors dirigé par le Premier ministre conservateur Stephen Harper, annonça sa décision d’acquérir 65 avions de combat F-35A auprès de Lockheed-Martin. Seulement, ce choix suscita de vives polémiques, notamment en raison d’une sous-évaluation du coûts d’acquisition et d’exploitation de ces appareils. Du coup, rien ne se fit (ou presque) jusqu’aux

Thales obtient un contrat pour l’entretien des futurs patrouilleurs de la Marine royale canadienne

Le ministre canadien des Services publics et de l’Approvisionnement, Jim Carr, a annoncé, le 17 août, qu’un contrat pour l’entretien d’une partie de la flotte de la Marine royale canadienne venait d’être attribué à la co-entreprise formée par Thales Canada Inc et Thales Australia Ltd. « Grâce à l’annonce d’aujourd’hui, le Canada sera prêt à soutenir

L’exploit d’un tireur d’élite canadien en Irak suscite une polémique à Ottawa

La semaine passée, Ottawa a confirmé qu’un tireur d’élite de la Joint Task Force 2 (ou Deuxième Force opérationnelle interarmées – FOI 2), principale unité des forces spéciales canadiennes, avait abattu un jihadiste en Irak avec un tir de 3.450 mètres, annihilant ainsi une attaque de l’État islamique (EI ou Daesh) contre une position des