BSS / Archives

La Force conjointe du G5 Sahel va accentuer ses efforts mais les doutes sur ses capacités subsistent

Ce 13 décembre, à l’initiative du président Macron, une réunion a été organisée à la Celle-Saint-Cloud, près de Paris, pour voir comment il serait possible d’accélérer le déploiement de la Force conjointe du G5 Sahel, destinée à traquer les groupes jihadistes dans la bande sahélo-saharienne (BSS) avec 5.000 soldats fournis par le Niger, le Mali,

Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte une résolution pour appuyer la Force conjointe du G5 Sahel

Il y a encore quelques semaines, et pour des raisons essentiellement financières, les États-Unis s’opposaient à une implication de l’ONU dans la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso), soutenue par la France afin de traquer les groupes jihadistes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). D’où

La France va demander une aide logistique de l’ONU en faveur de la Force conjointe du G5 Sahel

En juin dernier, à la demande de la France, le Conseil de sécurité des Nations unies adopta une résolution pour affirmer son soutien à la Force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso), appelée à conduire des opérations anti-terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Mais ce n’était qu’un minimum. En effet,

La force française Barkhane va revoir sa façon d’opérer pour être encore plus efficace

Dans un entretien donné à Jeune Afrique, Mme le ministre des Armées, Florence Parly, a indiqué qu’il n’y a, pour l’instant, pas de projet pour réduire les effectifs actuellement engagés dans l’opération Barkhane, dans la bande sahélo-saharienne (BSS). « En revanche, a-t-elle continué, nous travaillons sur notre façon d’opérer et sur nos méthodes, pour être plus

Les États-Unis vont financer la Force conjointe du G5 Sahel à hauteur de 60 millions de dollars

En juin, au Conseil de sécurité des Nations unies, la diplomatie française avait dû amender son projet de résolution relatif à la créaction de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) afin d’éviter un possible blocage des États-Unis. Pour rappel, les pays du G5 Sahel (Tchad, Mali, Niger, Mauritanie et Burkina Faso) ont convenu de

Le Pentagone ouvre une enquête sur l’embuscade qui a coûté la vie à 4 commandos américains au Niger

L’embuscade meurtrière dans laquelle est tombée une patrouille de soldats nigériens et de commandos américains, le 4 octobre, dans la région de Tillabéri, dans le nord du Niger, a brusquement braqué les projecteurs sur la nature de l’engagement militaire des États-Unis dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Quatre membres des forces spéciales américaines – des Bérets

La Mauritanie lance un appel aux donateurs pour boucler le budget de la Force conjointe du G5 Sahel

Pour le moment, la future force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) ne dispose que de son état-major, lequel a été inauguré le 9 septembre dernier à Sévaré [centre du Mali] par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Ce qui ne suffit évidemment pas à la rendre pleinement opérationnelle. Sur le papier, cette FC-G5S, commandée par

Barkhane : Les militaires français accompagneront la future force conjointe du G5 Sahel

Désormais chef de la diplomatie française, l’ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ne se prive pas de parler des opérations militaires en cours, en particulier dans la bande sahélo-saharienne (BSS). C’est en effet ce qu’il a fait à l’occasion d’un entretien qui sera publié ce jeudi par le quotiden Le Monde (daté du

Des militaires maliens capturés par des jihadistes après l’attaque de leur base

Le camp des Forces armées maliennes (FAMa) implanté près de la localité de Bintagoungou, située à 80 km de Tombouctou, a été attaqué, ce 17 juin, à l’aube, par un groupe armé terroriste (GAT). « Vers cinq heures, les jihadistes ont attaqué le camp militaire de Bintagoungou. Il y a au moins deux militaires tués », a

Paris cherche à convaincre Washington sur la nécessité d’un soutien de l’ONU à la force G5 Sahel

Cette semaine, la France a soumis au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution visant à autoriser le déploiement d’une force conjointe dont les effectifs (10.000 hommes) doivent être fournis par les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger). Avec un état-major installé au Mali, cette force conjointe, dont