Boeing / Archives

Malgré des défauts, l’US Air Force a pris possession de son premier avion ravitailleur KC-46 Pegasus

En février 2011, le Pentagone annonça avoir choisi le KC-46A Pegasus de Boeing aux dépens du KC-45A proposé par le tandem formé par Airbus [EADS à l’époque] et Northrop Grumman pour moderniser la flotte d’avions ravitailleurs de l’US Air Force. Cette décision mit ainsi un terme à un long feuilleton… Attribué une première fois à

Futurs hélicoptères de l’US Army : Boeing et Sikorsky ont dévoilé leur démonstrateur SB>1 DEFIANT

Au titre de son projet Future Vertical Lift [FVL], qui vise à remplacer ses hélicoptères de manoeuvre UH-60 Black Hawk, l’US Army a lancé le programme Joint Multi-Role Technology Demonstrator [JMR-TD] pour lequel Bell Helicopter et le tandem Boeing/Sikorsky ont été retenus pour mettre au point un démonstrateur. Doté de 2 turbopropulseurs General Electric T64

Airbus et Lockheed-Martin s’allient pour tailler des croupières à Boeing dans le domaine du ravitaillement en vol

En février 2011, à l’issue d’un feuilleton qui aura connu maints rebondissements en près de huit ans, le Pentagone choisissait le KC-46 « Pegasus » de Boeing aux dépens du KC-45 [ou A330 MRTT] d’Airbus, alors associé à Northrop-Grumman, pour remplacer les avions-ravitailleurs KC-135 de l’US Air Force. Pour remporter ce marché, consistant à livrer 179 appareils,

Boeing/Embraer : L’avion de transport brésilien KC-390 pourrait être assemblé aux États-Unis

Lors d’une visite officielle au Brésil, en septembre 2009, le président Sarkozy surprit tout le monde en annonçait que la France allait acquérir une dizaine d’avions militaires de transport KC-390, alors en cours de développement chez Embraer, pour 500 millions d’euros. Et cela dans le cadre de l’acquisition de 36 Rafale pour la force aérienne

La Royal Air Force va remplacer ses avions de surveillance aérienne AWACS par des Boeing E-7A Wedgetail

Depuis 1987, la Royal Air Force met en oeuvre 7 avions de d’alerte aérienne avancée de type E-3D « Sentry », plus communément appelés « AWACS » [Airborne Warning and Control System]. L’on aurait pu penser que le ministère britannique de la Défense [MoD] allait lancer un appel d’offres en vue de leur remplacement. Et il a été rapporté

Associé à Saab, Boeing remporte le marché des futurs avions d’entraînement de l’US Air Force

Pour former ses pilotes, l’US Air Force dispose actuellement de 490 avions d’entraînement T-38 « Talon », un appareil conçu par Northrop et mis en service durant les années 1960. La question de leur remplacement, via le programme T-X, commença à poindre en 2003. Mais avec les contraintes budgétaires liées à la nécessité de financer d’autres projets

La France affûte ses arguments pour convaincre la marine indienne d’acquérir 57 Rafale M

Curieusement, les questions posées par Comptroller and Auditor General » [CAG, l’équivalent indien de la Cour des comptes française] au sujet des conditions dans lesquels furent acquis des avions de patrouille maritime P8 Poseidon auprès de Boeing, alors qu’une coalition gouvernementale dont le Parti du Congrès faisait partie était au pouvoir, n’ont pas suscité la même

Boeing a été choisi pour mettre au point le drone ravitailleur embarqué de l’US Navy

À l’origine, la marine américaine voulait se doter d’une drone de combat furtif qui, depuis un porte-avions, aurait été utilisé pour opérer dans des environnements fortement contestés. D’où le programme UCLASS (Unmanned Carrier-Launched Airborne Surveillance and Strike) et les essais du démonstrateur X-47B lequel, conçu par Northrop-Grumman, « défricha » le terrain, la mise en oeuvre d’un

L’achat d’avions américains de patrouille maritime P-8 Poseidon mis sur la sellette en Inde

La commande de 36 Rafale pour les besoins de l’Indian Air Force fait l’objet, à New Delhi, de passes d’armes entre le gouvernement et son opposition, la seconde, incarnée par le Parti du Congrès, reprochant au premier de cacher les détails sur le coût de cette commande et d’avoir favorisé une entreprise « amie », en l’occurrence

Pour ses prochains vols habités, la NASA sélectionne des astronautes ayant un riche passé dans l’aviation militaire

Depuis 2011, la Nasa, qui a fêté, cette année, son soixantième anniversaire, n’est plus en mesure d’envoyer des astronautes dans l’espace par ses propres moyens, les navettes spatiales qu’elle utilisait jusqu’alors ayant été mise à la retraite. Et, désormais, elle dépend des vaisseaux Soyouz, dans le cadre d’un contrat dont la validité arrivera à échéance