bilan / Archives

En 2018, les efforts des Forces armées en Guyane contre l’orpaillage clandestin ont été payants

L’an passé, le bilan de la lutte contre l’orpaillage clandestin en Guyane s’était révélé décevant, le nombre de chantiers clandestins étant passé de 302 à 602 en 2017. Il fallait alors remonter à 2009 pour retrouver de telles statistiques. Et cela, malgré les efforts des Forces armées en Guyane [FAG] qui, dans le cadre de

En 2018, la force Barkhane a mené plus de 120 opérations de combat et 70 projets civilo-militaires

L’année 2018 aura été intense pour la force Barkhane, les « points de situation » publiés chaque semaine par l’État-major des armées [EMA] en témoignent. Cependant, comme le général Francois Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA] a eu l’occasion de le souligner, les succès obtenus lors des différentes opérations menées ne se mesurent pas forcément par

Sahel : Les aéronefs de la force Barkhane ont assuré plus de 100.000 heures de vol depuis août 2014

Selon le dernier compte-rendu des opérations de l’État-major des armées [EMA], les aéronefs de la force Barkhane ont franchi le seuil symbolique des 100.000 heures de vol au-dessus du Sahel depuis le 1er août 2014. Le bilan donné par l’EMA n’entre pas dans les détails, si ce n’est qu’il y est précisé que 25.000 heures

Sahel : Selon Mme Parly, la force Barkhane a « neutralisé plus de 130 terroristes » depuis le début de l’année

En ces temps de remaniement ministériel, l’on ignore encore si Florence Parly sera encore ministre des Armées quand elle reviendra du Tchad, où elle doit rencontrer le président tchadien, Idriss Deby Itno ainsi que le général Frédéric Blachon, qui a pris le commandement de la force Barkhane en août dernier, pour faire le point sur

Que retenir du dernier sommet de l’Otan?

Le sommet de l’Otan, qui s’est tenu à Bruxelles les 11 et 12 juillet, s’annonçait orageux, avec un président américain décidé à obtenir des Alliés une hausse significative de leurs dépenses militaires. Comme il l’avait déjà fait en mai dernier, Donald Trump a en effet parlé d’un effort pouvant aller jusqu’à 4% du PIB. Le

Selon un rapport, seulement 14% des frappes russes en Syrie ont visé l’État islamique

En décembre dernier, lors d’une visite à la base russe de Hmeimim pour annoncer le retrait d’une grande partie de ses troupes de Syrie, le président Poutine affirma que les « forces armées russes, avec les forces syriennes, avaient détruit le groupe le plus efficace des terroristes internationaux », c’est à dire l’État islamique (EI ou Daesh).

En 2017, l’armée de l’Air a effectué plus de 22.500 heures de vol au titre des opérations extérieures

Comme en 2016, l’année 2017 aura été intense pour l’armée de l’Air. Ainsi, que ce soit au Levant (Chammal), au Sahel (Barkhane) et l’Europe de l’Est (mesures de « réassurance » de l’Otan), cette dernière a affectué au moins 22.500 heures de vol, ce qui correspond à plus de 3.800 missions. Et encore, ces chiffres de prennent

Guyane/Harpie : En 2017, 72 militaires ont fait l’objet d’une évacuation sanitaire

Quand l’opération Harpie a été lancée en Guyane, en février 2008, l’on comptait 535 sites illégaux d’orpaillage. L’objectif était alors de perturber au maximum l’activité des « garimpeiros » (chercheurs d’or venus clandestinement du Brésil et du Surinam), laquelle porte atteinte à l’environnement en raison de la pollution générée par le mercure, utilisé pour amalgamer l’or, et

Barkhane : En 2017, le Service de santé des Armées a eu une activité intense au Sahel

Dans son dernier « point de situation », l’État-major des armées (EMA) n’a pas donné le résultat global des opérations conduites en 2017 par la force Barkhane contre les groupes terroristes présents dans la zone sahélo-saharienne (nombre de jihadistes « neutralisés », sorties aériennes, etc). En revanche, il a donné un bilan des actions civilo-militaires effectuées au profit des

Entre 2007 et 2016, plus de 600 militaires français ont été blessés lors d’opérations extérieures

La Revue annuelle de la condition militaire (édition 2017) est disponible depuis le 20 décembre sur le site du Haut Comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM). Ce document, signalé par l’AFP, donne des chiffres jusqu’alors difficiles à obtenir, comme ceux relatifs aux blessés lors d’opérations extérieures. Généralement, l’État-major des armées (EMA) ne communique jamais