BATSIMAR / Archives

Faute de moyens, la Marine nationale a laissé filer des pêcheurs illégaux en Nouvelle-Calédonie

Depuis plusieurs semaines, et dans le cadre de l’opération UATIO, les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) ont arraisonné, à plusieurs reprises, des « blue boats » vietnamiens, pêchant illégalement dans les eaux françaises. C’est ainsi que plusieurs tonnes d’holothuries (ou « concombres de mer ») ont été saisies par la Marine nationale. L’objectif de cette opération, appelée à s’inscrire

Le patrouilleur « L’Adroit » peut-il répondre aux besoins de la Marine?

Le sénateur François Grosdidier a de la suite dans les idées. En août 2014, il avait demandé au ministère de la Défense s’il était envisageable d’acquérir des patrouilleurs hauturiers de type « L’Adroit » afin d’éviter à la Marine nationale une rupture temporaire de capacité (RTC) dans les départements et territoires d’outre-Mer. Et il lui fut répondu

Le chef d’état-major de la Marine insiste pour accélérer le renouvellement des patrouilleurs

Certes, le renouvellement des moyens de surveillance du domaine maritime français (zone économique exclusive, ZEE), le deuxième au monde, a été amorcé avec la livraison de 2 Bâtiments multimissions (B2M) sur les 4 commandés pour remplacer les BATRAL (BÂtiment de TRAnsport Léger) et 2 patrouilleurs légers guyanais (PLG, ou classe La Confiance) sont attendus à

Action de l’État en mer : « On est plus dans la mise en place de rustines que dans le changement de roue », selon l’amiral Rogel

La Marine nationale consacre un quart de l’activité opérationnelle de ses moyens à la sauvegarde maritime et à l’action de l’État en mer, c’est à dire aux missions de lutte contre les trafics, de surveillance des pêches, d’assistance et de secours en mer ou encore de prévention de la pollution et de déminage. Cette action

Le TCD Siroco et le pétrolier-ravitailleur Meuse seront retirés du service en 2015

En 2014, la Marine nationale va devoir supprimer 650 postes, dont 88 d’officiers, « presque tous identifiés », selon son chef d’état-major (CEMM), l’amiral Bernard Rogel. La manoeuvre est délicate dans la mesure où il devient de plus en plus compliqué pour la Royale de réduire son format alors que s’empilent les réformes et que la logique