Barkhane / Archives

Des frappes aériennes françaises éliminent une quinzaine de jihadistes dans le centre du Mali

Lors d’une opération menée conjointement avec les Forces armées maliennes [FAMa] à partir du 4 janvier, la force française Barkhane a démantelé le camp d’entraînement d’un groupe armé terroriste [la katiba de Serma], près de la frontière avec le Burkina Faso, précisément dans la forêt de Serma. Le bilan provisoire de cette opération, conduite, selon

Barkhane – Déployé pour la première fois au Sahel, le Missile Moyenne Portée donne satisfaction

Comme annoncé au printemps 2018, la force Barkhane peut désormais compter sur une nouvelle arme : le Missile Moyenne Portée [MMP]. L’État-major des armées [EMA] en a fait l’annonce le 14 janvier. Ainsi, en décembre, le MMP a été déployé pour la première fois lors d’une opération menée par le Groupement tactique Désert [GT-D] « Picardie »,

En 2018, la force Barkhane a mené plus de 120 opérations de combat et 70 projets civilo-militaires

L’année 2018 aura été intense pour la force Barkhane, les « points de situation » publiés chaque semaine par l’État-major des armées [EMA] en témoignent. Cependant, comme le général Francois Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA] a eu l’occasion de le souligner, les succès obtenus lors des différentes opérations menées ne se mesurent pas forcément par

Centrafrique : Deux Mirage 2000 français ont fourni un appui aérien à la mission des Nations unies à Bambari

Contrariés par le déploiement des Forces armées centrafricaines [FACa] dans des régions où ils tirent profit de l’exploitation des ressources naturelles, au moins deux groupes armés de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, à savoir le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique [FPRC] et l’Union pour la paix en Centrafrique [UPC] sont passés à

Mali : La force Barkhane vise un camp d’entraînement terroriste et neutralise une vingtaine de jihadistes

Pour la force française Barkhane, l’année 2018 s’était terminée par une « opération d’opportunité » menée dans la nuit du 27 au 28 décembre dans les environs de Tongo Tongo, au Niger. Commencée par des frappes aériennes réalisées par des Mirage 2000 et des hélicoptères d’attaque Tigre, elle s’était terminée avec l’intervention des commandos des GCP [Groupement

Burkina Faso : Des violences intercommunautaires éclatent après l’attaque d’un village par des terroristes présumés

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, des hommes armés ont fait irruption dans le village de Yirgou-Foulbè, situé à environ 200 kilomètres au nord de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Puis ils ont assassiné le chef du village ainsi qu’au moins quatre autres personnes, avant de s’enfuir en direction de la

De nouvelles violences intercommunautaires ont fait une trentaine de tués dans le centre du Mali

En décembre 2018, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA] avait demandé au gouvernement malien de prendre rapidement des mesures pour tenter de mettre un terme aux violences intercommunautaires, en particulier dans le centre du pays, où, au cours de l’année, pas moins de 60 attaques, « menées par des

Terrorisme : L’état d’urgence a été décrété dans plusieurs régions du Burkina Faso

Ces derniers temps, les groupes jihadistes présents dans la bande sahélo-saharienne [BSS] ont intensifié le rythme de leurs attaques au Burkina Faso, pays qui passe pour être le « maillon faible » du G5 Sahel dans le combat contre le terrorisme. Depuis 2015, ces attaques, attribuées à Ansaroul Islam, au Groupe de soutien à l’islam et aux

La force française Barkhane frappe des positions jihadistes au Niger et neutralise une quinzaine de terroristes

Dans la nuit du 27 au 28 décembre, la force française Barkhane a mené une « opération d’opportunité » contre un groupe armé terroriste [GAT] au Niger, précisément dans les environs proches de Tongo Tongo, là où quatre militaires des forces spéciales américaines furent tués lors d’une embuscade revendiquée par l’État islamique dans le grand Sahara [EIGS],

Dix gendarmes ont été tués lors d’une attaque lancée dans le nord-ouest du Burkina Faso

Depuis maintenant plusieurs mois, les jihadistes accentuent leur pression sur le Burkina Faso, considéré par certains observateurs comme étant le maillon faible du combat contre les groupes terroristes présents dans la bande sahélo-saharienne [BSS]. Ainsi, les attaques, généralement non revendiquées, se multiplient, essentiellement dans le nord et l’est du pays, au point que le Premier