Bangui / Archives

Centrafrique : Deux Mirage 2000D ont survolé Kaga Bandoro pour dissuader des groupes armés

À nouveau, la Centrafrique est au bord de connaître des affrontements intercommunautaires, comme en 2013. Le 1er mai dernier, l’église de Fatima a été attaquée par des hommes armés venus du quartier du musulman PK5 alors qu’une messe y était célébrée. Bilan : un dizaine de tués, dont un abbé respecté par les communautés chrétiennes

Centrafrique : Malgré de nouvelles violences, l’opération Sangaris est officiellement terminée

Près de trois après son lancement en Centrafrique, l’opération française Sangaris, prévue pour ne durer que quelques semaines, doit officiellement prendre fin ce 31 octobre, à l’occasion de la venue, à Bangui, de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. Pour rappel, après avoir pris le pouvoir à Bangui quelques mois plus tôt, l’ex-coalition

La France déploiera des drones tactiques en Centrafrique

À la mi-août, une compagnie de combat la force française Sangaris a quitté le site de l’Institut Pasteur qui, implanté dans le 1er arrondissement de Bangui, constituait jusqu’alors un point d’appui pour le départ des patrouilles dans la capitale centrafricaine. Selon l’État-major des armées, il s’agissait de la « dernière opération logistique en dehors du camp

La mission militaire européenne visant à former l’armée centrafricaine est lancée

Dans un contexte marqué par de récents affrontements, en partie dus à des membres de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, et l’annonce de la fin officielle de l’opération Sangaris, prévue en octobre, l’European Union Training Mission in the Central African Republic (EUTM RCA, ou mission de formation de l’Union européenne en République centrafricaine) a officiellement

Regain de tensions en Centrafrique, alors que les effectifs de Sangaris ont été réduits

Alors que les effectifs de l’opération française Sangaris, conformément à ce qui avait été annoncé, viennent d’être ramenés à 350 militaires, la Centrafrique connaît un regain de tensions depuis quelques jours. Et cela, après plusieurs mois d’une relative accalmie. Ainsi, le 16 juin, 10 personnes ont été tuées dans la région de Ngaoundaye, au nord-ouest,

Sangaris : Deux légionnaires mis à l’honneur

Le 5 décembre 2013, les forces armées françaises sont intervenues en Centrafrique dans un contexte très difficile, avec des tensions intercommunautaires alors encouragées par l’ex-coalition rebelle de la Séléka et les milices anti-balaka, dont certaines composantes étaient très probablement manipulées par le clan de l’ex-président François Bozizé, lequel voulait alors reprendre le pouvoir qu’il avait

La mission des Nations unies en Centrafrique temporairement renforcée par 300 soldats sénégalais

Alors que des groupes armés rivaux issus de l’ex-coalition rebelle de la Séléka et du mouvement anti-balaka cherchent à perturber la transition politique en Centrafrique en entretenant les tensions inter-communutaires, le Pape François est attendu à Bangui, les 29 et 30 prochains, dans le cadre d’une tournée en Afrique. Cela étant, le ministère français de

Un Casque bleu tué en Centrafrique; Renforcement attendu de la MINUSCA

La situation en Centrafrique s’annonce extrêmement tendue pour les semaines qui viennent, avec l’organisation d’un référendum et d’élections en décembre et la visite à Bangui du Pape François, les 29 et 30 novembre prochains. Car si le niveau des violences a diminué, des groupes armés restent actifs et cherchent à raviver les tensions communautaires afin

Centrafrique : Un hélicoptère Tigre engagé dans des combats contre des miliciens de l’ex-Séléka à Sibut

Alors que Bangui, la capitale centrafricaine, est redevenue relativement calme après des violences qui ont fait plus de 60 tués, fin septembre, des combats ont opposé des éléments de l’ex-coalition rebelle de la Séléka à la force française Sangaris et aux casques bleus de la Mission des Nations Unies en Centrafrique (Minusca), dans la région

Les récentes violences en Centrafrique ont fait plus de 60 tués

Le retour précipité à Bangui, le 30 septembre, de Mme Catherine Samba Panza, la présidente par intérim de la République centrafricaine, qui était alors à New York pour l’assemblée générale des Nations unies, a mis un terme aux violences qui avaient éclaté quatre jours plus tôt, après le meurtre d’un moto-taxi de confession musulmane. Selon