artillerie / Archives

Irak : Les artilleurs français ont franchi le seuil des 600 missions

Ces dernières semaines, les artilleurs français de la Task Force Wagram, qui mettent en oeuvre 4 CAESAR (Camions équipés d’un système d’artillerie de 155 mm) depuis une position située au nord de Mossoul, ont connu une activité intense, avec, en moyenne, pas moins d’une cinquantaine de missions effectuées en moyenne par semaine. La tâche assignée

La coalition anti-EI appuie la conquête du barrage de Taqba par les Forces démocratiques syriennes

Alors que pour la première fois depuis l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, les ministres des affaires étrangères des 68 pays de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis se réunissent ce 22 mars, à Washington, une offensive a été lancée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées par des milices kurdes et

Le Danemark choisit la dernière version du CAESAR pour moderniser son artillerie

En 2015, le français Nexter avait perdu un gros marché au Danemark, son Véhicule Blindé de Comba d’Infanterie (VBCI) ayant été écarté au profit du Piranha 5 8×8 de Mowag/General Dynamics pour remplacer les blindés de transport de troupes M-113, entrés en service dans les années 1960. Moins de deux ans plus tard, Nexter, qui

Les États-Unis envisagent de déployer 1.000 soldats de plus en Syrie

Lors d’une audition au Sénat, la semaine passée, le général Joseph Votel, le chef du commandement militaire américain chargé de l’Asie centrale et du Moyen-Orient, avait estimé avoir besoin de plus de troupes « conventionnelles » en Syrie pour appuyer les opérations visant à chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de son fief de Raqqa et assurer

Une batterie d’artillerie américaine déployée en Syrie pour appuyer l’offensive sur Raqqa

Après avoir envoyé des blindés Stryker auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS), menacées par l’avancée des troupes turques et des rebelles syriens soutenus par Ankara, les États-Unis ont renforcé à nouveau leur présence militaire en Syrie avec le déploiement d’une batterie d’artillerie dotée de canons de 155 mm (probablement des M777 howitzer), mis en oeuvre

Les artilleurs français effectuent de plus en plus de tirs de destruction en appui des forces irakiennes

Ces dernières semaines, les quatre CAESAR (Camions équipés d’un système d’artillerie) envoyés dans la région de Mossoul au titre de l’opération Chammal ont été régulièrement sollicités pour appuyer la progression des forces de sécurité irakiennes face aux jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) Pour rappel, les CAESAR de la Task Force « Wagram » ont été

Deux canons français ont été déployés à 20 km au nord de Mossoul

Après avoir intensivement appuyé 60e brigade irakienne dans ses opérations de sécurisation autour de Sharqat, le détachement d’artillerie français (Task Force Wagram), déployé sur la base de Qayyarah, à 60 km au sud de Mossoul, n’a effectué aucun tir entre les 21 et 28 décembre 2016. Cela s’explique pour au moins deux raisons : les

Les positions de l’artillerie ukrainienne trahies par une application pour téléphone mobile

Pour faciliter la mise en oeuvre d’obusiers D-30 de 122 mm, un officier ukrainien eut l’idée, en 2014, de développer une application Android devant permettre, grâce à un téléphone mobile, d’accélérer le calcul des coordonnées de ciblage. Seulement, selon l’entreprise de sécurité informatique californienne CrowdStrike, des pirates informatiques ont réussi à infecter cette application par

Chammal : L’artillerie française a déjà effectué plus de 200 missions au profit des forces irakiennes

Les artilleurs français de la Task Force Wagram déployés, avec 4 CAESAR (Camions équipés d’un système d’artillerie), sur la base de Qayyarah-West (Q-West) depuis le 20 septembre, ont vu leur activité augmenter significativement au moment du lancement de l’opération visant à chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de Mossoul, avec, en moyenne, une trentaine de

Mossoul : Forte hausse de l’activité des artilleurs français de la TF Wagram depuis quelques jours

« Daesh préfère un bain de sang plutôt que d’abandonner sa capitale irakienne », expliquait aux députés, le 16 novembre dernier, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, au sujet de la bataille de Mossoul, alors lancée un mois plus tôt. Effectivement, les combats entre les jihadistes de l’Etat islamique (EI ou Daesh) et les forces