armées / Archives

M. Macron veut un budget de la Défense à 50 milliards d’euros d’ici 2025 et un service militaire « universel »

En matière de défense, le programme présenté au début de ce ce mois par Emmanuel Macron, le fondateur d’En Marche, pour l’élection présidentielle, semblait convenu étant donné qu’il faisait la part belle à des mesures déjà engagées (garde nationale, force opérationnelle terrestre à 77.000 soldats, etc…) et qu’il s’inscrivait dans la continuité de la politique

Présidentielle 2017 : M. Fillon avance 18 propositions pour une « armée forte »

Dans son programme présidentiel qu’il vient de dévoiler de 13 mars [.pdf], François Fillon, le candidat de la droite et du centre, entend « refaire de la France une puissance d’équilibre et d’entraînement grâce à une diplomatie indépendante. » Or, comme le disait Bismarck, « une diplomatie sans armée est comme un orchestre sans instruments de musique. » Aussi,

M. Trump annonce une hausse « historique » des dépenses militaires américaines

Quand il était en campagne électorale, Donald Trump avait deux slogans : s’occuper de l’Amérique en premier (America First, un slogan utilisé par le président Woodrow Wilson un siècle plus tôt) et rendre sa grandeur à l’Amérique (Make America Great Again, une expression déjà employée par Ronald Reagan et Bill Clinton). Et, pour cela, M.

M. Le Drian : « La stratégie est aveugle sans le concours de l’histoire »

Normalement, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, aurait dû s’installer à l’Hexagone-Balard, le site où, depuis 2015, les états-majors et les services relevant de son ministère ont été regroupés, conformément à ce qui avait été décidé au moment de lancer la construction de ce nouveau complexe, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Mais,

Le président Hollande invite son successeur à porter le budget de la Défense à 2% du PIB d’ici 2022

Au début du quinquennat du président Hollande, il était prévu de geler le montant du budget de la Défense à hauteur de 31,4 milliards d’euros jusqu’en 2016. Or, cela équivalait à une baisse étant donné que l’inflation, toujours plus forte quand il s’agit de matériels militaires, n’était pas compensée. D’où, d’ailleurs, les suppressions de postes

M. Cazeneuve plaide pour des « choix budgétaires ambitieux et lucides » en matière de défense

Comme Paul Quilès, l’ancien ministre de la Défense, certains estimèrent que le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), était sorti de son devoir de réserve en publiant une tribune dans les colonnes du quotidien Les Échos pour demander une hausse des crédits militaires afin de porter leur niveau à 2% du

Général de Villiers : « On ne gagne pas une guerre sans effort de guerre »

Lors de ses précédentes prises de parole, devant un public au fait des questions militaires, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), n’a cessé de mettre en avant la nécessité de porter au plus vite, c’est à dire avant 2022, le budget de la Défense à 2% du PIB [contre 1,77%, pensions

Il est impératif de porter le budget de la Défense à 2% du PIB d’ici 2022, insiste le général de Villiers

Celles et ceux qui voteront à la primaire de la droite et du centre auront le choix entre François Fillon et Alain Juppé. L’un et l’autre comptent augmenter le budget de la Défense s’ils sont élus à l’Élysée en mai prochain. Seulement, cet effort qui figure dans leurs propositions respectives ne sera pas suffisant. En

Face aux menaces, l’effort de défense « ne pourra être ni allégé, ni reporté », estime le général de Villiers

Lors de son audition à l’Assemblée nationale pour évoquer le projet de loi de finances pour 2017, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, a commencé par faire l’état des menaces actuelles. Le CEMA en a identifié deux, qui sont « distinctes, mais non disjointes ». La première est celle du « terrorisme islamiste

Le projet de loi finances prévoit d’augmenter le budget de la Défense de 600 millions d’euros

La trajectoire financière définie par la Loi de programmation militaire 2014-2019 actualisée en juillet 2015 prévoyait de porter, en 2017, le montant du budget de la Défense à 32,26 milliards d’euros (dont 32,11 milliards de crédits budgétaires). Finalement, les forces armées bénéficieront d’une enveloppe légèrement supérieure. En effet, le dernier projet de loi de finances