aqmi / Archives

La Côte d’Ivoire va envoyer 150 soldats au Mali pour renforcer la mission de l’ONU

Pour la première fois, la Côte d’Ivoire va envoyer une unité « combattante » forte de 150 soldats chez son voisin malien, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). Selon le chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, le général Touré Sékou, cette compagnie sera déployée à Tombouctou.

Sahel : Trois groupes jihadistes ont annoncé leur fusion

Dans une vidéo transmise le 1er mars à l’Agence mauritanienne ANI et diffusée ensuite sur les réseaux sociaux, le chef jihadiste malien Iyad Ag Ghaly, a annoncé la fusion de son groupe avec deux autres formations, dont al-Mourabitoune, de Mokhtar Belmokhtar, et l’Émirat du Sahara, une branche d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Cette nouvelle entité

Mali : L’un des « cerveaux » présumés de l’attentat de Grand Bassam arrêté par la force Barkhane

Le 13 mars 2016, trois hommes armés tuèrent 19 personnes, dont 4 ressortissants français, à Grand Bassam, une station balnéaire proche d’Abidjan. Cette attaque, la première du genre en Côte d’Ivoire, fut revendiquée par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), en représailles de l’opération Barkhane, menée par la France dans la bande sahélo-saharienne. Depuis, plus d’une

En 2016, les groupes jihadistes ont mené 257 attaques en Afrique de l’Ouest

Le 13 mars 2016, la Côte d’Ivoire subissait sa première attaque terroriste, revendiquée plus tard par al-Mourabitoune, le groupe jihadiste dirigé par Mokhtar Belmokhtar et allié d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Au Mali, l’année 2016 aura été éprouvante pour la Mission des Nations unies (MINUSMA) : 26 Casques Bleus y ont laissé la vie lors

Le trafic de migrants reste très lucratif pour certains villes côtières libyennes

Lancé en juin 2015, l’opération navale européenne Sophia promettait de casser le modèle économique des passeurs de migrants qui opèrent depuis le littoral libyen. Seulement, près d’un an et demi plus tard, cet objectif n’est toujours pas atteint et le flux de candidats à l’émigration vers le Vieux Continent n’est pas tari. Loin de là.

Mali : Le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar a revendiqué une attaque à Gao

Pour le moment, on ignore toujours si Mokhtar Belmokhtar, le chef du groupe jihadiste al-Mourabitoune, allié d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), est mort ou vivant. L’on sait seulement qu’il a été visé par une frappe française le 14 novembre dernier, dans le cadre d’une étroite coopération avec les forces américaines, qui ont fourni les renseignements

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar visé par une frappe française en Libye?

Lors de son audition sur les opérations en cours devant les députés de la commission de la Défense, le 16 novembre dernier, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian avait expliqué que l’action de la France en Libye se résumait en trois points. Le premier vise à endiguer la menace jihadiste (avec la Tunisie

La Libye n’est pas la principale source d’approvisionnement en armes des groupes jihadistes

La Libye du colonel Kadhafi disposait de l’un des stocks d’armes les plus importants et diversifiés d’Afrique, ce qui lui a permis d’équiper plusieurs gouvernements amis et autres groupes rebelles à travers le continent (voire au Moyen-Orient) jusqu’à la révolution de 2011. À partir de cette année, ces arsenaux ont été soustraits au contrôle jusqu’alors

Série d’attaques dans le centre du Mali

Le 5 novembre, le groupe jihadiste Ansar Dine a revendiqué l’attaque qui a coûté la vie au maréchal des logis-chef Fabien Jacq, du 515e Régiment du Train (RT) dans la région de Kidal (nord-Mali), où il concentre l’essentiel de ses actions. Si la situation dans le nord du Mali demeure compliquée, il n’en reste pas

Contre le terrorisme, le président nigérien veut une « force multinationale mixte » en Afrique de l’Ouest

Le Niger doit faire face à une double menace jihadiste. La première est incarnée, dans le nord du pays, par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et ses alliés. La seconde vient de Boko Haram, le groupe nigérian qui, soumis à l’État islamique (EI ou Daesh), mène régulièrement des raids meutriers dans le sud, principalement dans