aqmi / Archives

Mali : L’attaque contre les militaires français à Gao revendiquée; M. Macron évoque un redéploiement des forces

Deux Véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) endommagés, 4 militaires français du 2e Régiment Étranger d’Infanterie [REI] gravement touchés au point que leur état a exigé leur rapatriement via une mission stratevac, 4 tués et une vingtaine de blessés parmi la population civile malienne : tel est le bilan de l’attaque suicide commise contre une

Les forces françaises ont neutralisé trois jihadistes dans la région de Tombouctou

Le 21 avril, l’aéroport de Tombouctou et un camp des forces armées maliennes (FAMa) ont été visés par des obus, lesquels n’ont fait aucune victime. Sans doute que l’action des forces françaises dans les environs de la localité de Goundam, au sud-ouest de la « ville aux 333 saints », explique l’imprécision et la hâte avec laquelle

Tombouctou : Une attaque « complexe » contre Barkhane et la Minusma fait un mort et au moins une dizaine de blessés

Au cours de ces quinze derniers jours, lors de deux opérations d’opportunité menée dans la région de Tombouctou, la force Barkhane a neutralisé deux cadres d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dont le mauritanien Ayman al-Chinguetti et le marocain Abdourahmane Al Maghrebi, un « formateur » spécialiste de l’armement. Pour autant, cela n’a pas empêché les jihadistes de

Mali : La force Barkhane a mis « hors de combat » cinq jihadistes lors d’une opération d’opportunité

Dans son dernier compte-rendu des opérations, l’État-major des armées (EMA) a confirmé le raid mené par la force Barkhane contre un cadre appartenant à la katiba al-Furqan [d’al-Qaïda au maghreb islamique – AQMI] dans la région de Tombouctou, dans la nuit du 29 au 30 mars. Toutefois, l’identité de l’individu visé n’a pas été précisée.

Mali : Un jihadiste « expert » en armement tué par la force Barkhane?

Depuis le début de l’année, la force française Barkhane a mis hors de combat plusieurs responsables jihadistes, notamment lors de trois raids menés simultanément contre des camps du Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin (Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans, GSIM), dans la nuit du 13 au 14 février, entre Boughessa et Tin-Zaouatène [nord

Un propagandiste d’al-Qaïda au Maghreb islamique éliminé par l’armée algérienne

Au cours d’une opération récemment menée dans une commune de la préfecture de Jijel, située à environ 400 km à l’est d’Alger, l’armée algérienne a éliminé deux membres d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), à savoir Adel Seghiri (alias Abou Rouaha Al Qassantini) et Boufligha Tourki (alias Abderrahim Haroun). L’on n’a pas que très peu de

Sahel : Un nouvel attentat vise les expatriés à Ouagadougou

Près de 20 mois après les attentats qui, commis par al-Mourabitoune pour le compte d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avaient visé le bar Taxi Brousse, le restaurant Le Cappuccino et l’hôtel Splendid [30 tués et 71 blessés, ndlr], le centre de Ouagoudougou [Burkina Faso] a une nouvelle fois été le théâtre d’une attaque terroriste contre

Sahel : Qu’est devenu le chef jihadiste Mokthar Belmokhtar?

Dans la nuit du 14 au 15 novembre 2016, sur la base de renseignements américains, un raid aérien, probablement français, était mené près d’Al Qarda al-Shati, localité libyenne située à 70 km au nord de Sebha, la capitale du Fezzan. La cible n’était autre que Mokthar Belmokhtar (alias « le Borgne »), « émir » du groupe jihadiste « Al-Mourabitoune »,

La Côte d’Ivoire va envoyer 150 soldats au Mali pour renforcer la mission de l’ONU

Pour la première fois, la Côte d’Ivoire va envoyer une unité « combattante » forte de 150 soldats chez son voisin malien, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). Selon le chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, le général Touré Sékou, cette compagnie sera déployée à Tombouctou.

Sahel : Trois groupes jihadistes ont annoncé leur fusion

Dans une vidéo transmise le 1er mars à l’Agence mauritanienne ANI et diffusée ensuite sur les réseaux sociaux, le chef jihadiste malien Iyad Ag Ghaly, a annoncé la fusion de son groupe avec deux autres formations, dont al-Mourabitoune, de Mokhtar Belmokhtar, et l’Émirat du Sahara, une branche d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Cette nouvelle entité