al qaïda / Archives

Al-Qaïda dans la péninsule arabique menace le transport ferroviaire américain et européen

Dans un entretien donné au Journal du Dimanche (édition du 6 août), le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait indiqué que la « menace terroriste restait très élevée » avant d’évoquer le cas des jihadistes de l’État islamique (EI) de retour en France (les returnees). « Nous en sommes à 217 personnes majeures et 54 mineures », avait-il précisé.

L’État islamique et al-Qaïda représentent toujours une « menace militaire significative »

Il suffit de se pencher sur l’actualité quotidienne pour constater qu’al-Qaïda au Maghreb islamique et ses affiliés sont loin d’avoir été éradiqué au Sahel malgré les efforts de l’opération française Barkhane (ils ont été responsables de 257 attaques, en Afrique de l’Ouest, l’an passé), que les milices Shebab restent influentes en Somalie, qu’al-Qaïda dans la

Nouvelle frappe américaine contre un camp d’entraînement jihadiste en Somalie

L’aviation américaine a appuyé, le 11 juin, une opération menée par les forces spéciales somaliennes contre un camp d’entraînement utilisé par les milices shebab, liées à al-Qaïda, dans la région de Middle Juba, à environ 300 km au sud-ouest de Mogadiscio. « Ce matin [11 juin, ndlr], j’ai ordonné à nos forces spéciales, appuyées par nos

Une base militaire de la région semi-autonome du Puntland visée par les jihadistes somaliens

Depuis 2010, des combats sporadiques opposent les milices somaliennes Shebab, affiliées à al-Qaïda, et les forces de la région semi-autonome du Puntland. Mais depuis quelques mois, les jihadistes, qui ont trouvé refuge dans les montagnes de Golis, une zone regorgeant de grottes difficiles d’accès, semblent vouloir accentuer leur pression dans cette partie de la Somalie.

Le groupe jihadiste libyen Ansar Asharia rend les armes

Classé parmi les organisation terroristes par les Nations unies et les États-Unis, le groupe jihadiste libyen, proche d’al-Qaïda, a annoncé sa « dissolution », via un communiqué diffusé le soir du 27 mai. Créé en 2011 à la suite de la chute du régime du colonel Kadhafi et de la fusion de plusieurs milices, dont la Brigade

L’Égypte frappe des positions jihadistes en Libye après un nouvel attentat contre les chrétiens coptes

Depuis décembre, l’État islamique a revendiqué trois attentats suicide ayant visé trois églises coptes en Égypte, dont un décembre (29 tués) et deux en avril (45 tués). En outre, la branche égyptienne de l’organisation jihadiste lance régulièrement des attaques contre les chrétiens dans le Sinaï, où elle est implantée. Le 26 mai au matin, une

Yémen : 7 membres d’al-Qaïda tués lors d’un raid des forces spéciales américaines

Un peu plus de trois mois après une opération controversée, les forces spéciales américaines ont mené un nouveau raid contre al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) au Yémen, à l’aube de ce 23 mai. Cette fois, l’objectif était un camp utilisé par les jihadistes dans la province de Marib, à l’est de Sanaa, la capitale

La tête du chef de l’ex-Front al-Nosra mise à prix pour 10 millions de dollars

Ces derniers mois, en Syrie, les forces américaines engagées dans la coalition anti-jihadiste ont visé à plusieurs reprises des cadres du Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra), une organisation ayant affirmé avoir rompu avec al-Qaïda en juillet 2016. Mais son chef, Mohammad al-Jolani, ne faisait jusqu’à présent pas l’objet d’un avis de recherche émis par Washington. C’est

Selon Bagdad, al-Qaïda et l’État islamique ont engagé un dialogue

À l’origine, le groupe jihadiste qui, en 2014, prendra l’appellation d' »État islamique » (EI ou Daesh) était une branche d’al-Qaïda. Mais ses relations avec l’organisation fondée par Oussama Ben Laden furent toujours difficiles, jusqu’à en arriver au point de rupture, les désaccords tactiques et stratégiques étant devenus insurmontables. Pour schématiser, le chef d’al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, estime

Sahel : Trois groupes jihadistes ont annoncé leur fusion

Dans une vidéo transmise le 1er mars à l’Agence mauritanienne ANI et diffusée ensuite sur les réseaux sociaux, le chef jihadiste malien Iyad Ag Ghaly, a annoncé la fusion de son groupe avec deux autres formations, dont al-Mourabitoune, de Mokhtar Belmokhtar, et l’Émirat du Sahara, une branche d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Cette nouvelle entité