al qaïda / Archives

Les autorités pakistanaises se décident enfin à passer à l’offensive dans le Nord-Waziristan, fief des jihadistes

Cela faisait des années que les Etats-Unis demandaient aux autorités pakistanaises de lancer une grande offensive au Nord-Waziristan, une région tribale reconnue comme étant un bastion des mouvements jihadistes liés à al-Qaïda, de groupes de taliban afghans, comme le réseau Haqqani, et du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), le mouvement taleb pakistanais, responsable d’une vague d’attaques sanglantes

Les mouvements proches d’al-Qaïda reviennent en Afghanistan

D’après une dépêche de l’AFP datée du 13 juin, les jihadistes des mouvements proches d’al-Qaïda ont quitté massivement ces dernières semaines le Nord-Waziristan, la région tribale pakistanaise où ils avaient trouvé refuge suite à l’intervention de l’Otan en Afghanistan. Selon des sources sécuritaires à Islamabad, la tendance serait lourde puisqu’il est question du départ de

Un ressortissant français tué près de l’ambassade de France au Yémen

Un ressortissant français a été tué par balles tandis qu’un autre a été blessé, ce 5 mai, alors que tous deux circulaient en voiture dans le quartier diplomatique de Sanaa, au Yémen. Le chauffeur yéménite du véhicule a également été touché lors de cette attaque, dont les auteurs ont visiblememnt réussi à prendre la fuite.

Les frappes aériennes se multiplient contre les activistes d’al-Qaïda au Yémen

Considérée comme étant la « filiale » la plus dangereuse du réseau terroriste fondée par Oussama Ben Laden, al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) a récemment fait une démonstration de force au Yémen, pays où elle est particulièrement active, en organisant l’un des rassemblements de la mouvance jihadiste le plus important jamais observé au cours de ces

Le général Dunford évoque le retour d’al-Qaïda en Afghanistan en cas de retrait total des forces de l’Otan

Le général Joseph Dunford, le commandant de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée en Afghanistan sous l’autorité de l’Otan, a insisté, le 12 mars, lors d’une audition au Congrès, sur l’absolue nécessité qu’entre en vigueur au plus tôt l’accord bilatéral de sécurité conclu entre Washington et Kaboul mais que le président Karzaï

Selon l’ONU, al-Qaïda au Maghreb islamique fait preuve d’une « relative résilience »

Dans son dernier rapport, le groupe d’experts de l’ONU chargés du contrôle de la mise en œuvre des sanctions contre Al-Qaida et ses branches a estimé que l’organisation fondée par Oussama Ben Laden « continue de représenter une menace bien qu’elle n’ait pas su retrouver sa force d’antan et que les idées et l’inspiration qu’elle suscite

L’Etat islamique en Irak et au Levant désavoué par al-Qaïda en Syrie

Le commandement central d’al-Qaïda, basé au Pakistan, a désavoué l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), l’organisation jihadiste active en Syrie et en Irak, où elle a récemment pris le contrôle des villes de Falloujah et de Ramadi, à 60 km de Bagdad. « Al Qaïda annonce qu’elle n’a pas de liens avec l’EIIL (…)

Pour le renseignement américain, la Syrie est un « aimant énorme » pour les jihadistes

Le président Obama a tenu des propos pouvant sembler contradictoires lors de son discours sur l’état de l’Union, le 29 janvier. « Les Etats-Unis ont mis al-Qaïda sur le chemin de la défaite » a-t-il dit, avant d’ajouter que « la menace a évolué et des groupes affiliés s’enracinent ailleurs, comme au Yémen, en Somalie, en Irak et

Nouvelle frappe américaine en Somalie

Pendant que les forces françaises mènent des opérations de contre-terrorisme au Sahel, les Etats-Unis s’intéressent plus particulièrement à la Somalie, pays où sont actifs les jihadistes des milices Shebabs, proches d’al-Qaïda. Ainsi, le 28 octobre, une frappe aérienne effectuée par un drone tua Ibrahim Ali Adbi, alias Anta-Anta, près de Jidlib, à environ 350 km

L’Iran offre son aide à Bagdad pour combattre les groupes liés à al-Qaïda

Depuis le 4 janvier, les autorités irakiennes ont perdu le contrôle de la ville de Falloujah, située à 60 km à l’ouest de Bagdad, dans la province d’al-Anbar. Profitant du ressentiment des sunnites à l’égard de la politique menée par le Premier ministre chiite irakien, Nouri al-Maliki, les combattants de l’Etat islamique en Irak et