al qaïda / Archives

La situation au Yémen complique la lutte contre al-Qaïda dans la péninsule arabique

L’expression « Arabie heureuse » désigne généralement le Yémen. Et le moins que l’on puisse dire est qu’elle correspond très mal à la situation actuelle de ce pays, aux prises depuis des années avec plusieurs conflits. Et, pour compliquer le tout, les différents acteurs de ces luttes ont souvent des alliances à géométrie variable. Ainsi, l’ancien président

Entre 3.000 et 5.000 ressortissants européens ont rejoint des groupes jihadistes

Lors du débat sur la prolongation de l’opération Chammal, le 13 janvier, le Premier ministre, Manuel Valls, a rappelé qu’environ 400 ressortissants français (ainsi que des résidents en France) sont actuellement en Irak et en Syrie pour combattre dans les rangs de l’État islamique (EI ou Daesh). « Certains de nos compatriotes sont impliqués dans les

Al-Qaïda dans la péninsule arabique revendique officiellement l’attentat contre Charlie Hebdo

À plusieurs reprises, Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, ont affirmé avoir agi au nom « d’al-Qaïda au Yémen », qui est en fait « al-Qaïda dans la péninsule arabique » (AQPA). Le 9 janvier, Harith al-Nadhari, un responsable de cette organisation, a menacé la France de nouvelles attaques sans pour autant revendiquer celle

Nouvelle frappe américaine contre un haut responsable des jihadistes somaliens

La reddition, il y a quelques jours, de Zakariya Ismail Ahmed Hersi, un important responsable des milices jihadistes « shebab », en Somalie, pourrait être moins importante que l’on pouvait le penser. Du moins, si l’on en croit l’organisation terroriste. « Toutes les informations sur la situation ou les plans militaires qu’il connaissait ont changé depuis qu’il est

Reddition d’un chef important des jihadistes somaliens

Un important chef des milices jihadistes shebab, Zakariya Ismail Ahmed Hersi, s’est rendu aux autorités somaliennes et aux forces de l’Union africaine (AMISOM), le 27 décembre, alors qu’il se trouvait dans la région de Geddo, frontalière avec le Kenya et l’Éthiopie. En juin 2012, les États-Unis avaient mis 3 millions sur la table pour tout

Syrie : Les forces gouvernementales perdent des secteurs clés

En Syrie, les forces gouvernementales, appuyées par le Hezbollah libanais et conseillées par des militaire iraniens, font face à plusieurs groupes armés, parmi lesquels l’on trouve les milices kurdes syriennes (YPG), le Front révolutionnaire de Syrie (modéré, soutenu par les Occidentaux), le Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda, le Front islamique, qui compte notamment les

Les groupes jihadistes ont fait plus de 5.000 victimes en novembre

Le 17 décembre 2010, un jeune tunisien s’immolait devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid. Ce que l’on allait appeler le printemps arabe allait commencer. Après la Tunisie, l’Égypte fut frappée à son tour par une vague de révoltes. Puis la Libye, le Yémen, Bahreïn et, bien évidemment la Syrie. À l’époque, certains estimèrent

Les États-Unis maintiendront 1.000 soldats de plus en Afghanistan

Le 31 décembre prochain, le mandat de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée en Afghanistan sous l’autorité de l’Otan, prendra fin. Une nouvelle opération, appelée Resolute Support, prendra la suite, avec seulement 12.500 soldats, avec pour mission d’appuyer les forces de sécurité afghanes. Jusqu’à présent, et grâce à la ratification de l’accord

Échec d’une opération des forces spéciales américaines au Yémen

Libérer des otages par la force est une opération toujours très compliquée. La tentative des forces spéciales françaises et du service action de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) pour récupérer, en janvier 2013, Denis Allex, alors prisonnier des jihadistes shebab, liés à al-Qaïda, en est un exemple. L’on peut la préparer minutieusement,

Un transfuge de la DGSE dans les rangs de la branche syrienne d’al-Qaïda?

L’histoire serait digne des romans d’espionnage. Selon McClatchy, le troisième plus grand groupe de presse aux États-Unis, un important cadre du groupe Khorassan, lié au front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda, serait un ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). S’appuyant sur les propos prêtés à des sources appartenant à des