aide / Archives

Les États-Unis débloquent près de 13 millions de dollars pour former l’armée centrafricaine

  L’année 2017 s’était terminée par une feu tacitement donné par le Conseil de sécurité des Nations unies à la Russie pour livrer des armes aux Forces armées centrafricaines (FACa), malgré l’embargo appliqué à la Centrafrique. Pour rappel, il était question d’équiper deux bataillons, avec 900 pistolets Makarov, 5.200 fusils d’assaut, 140 armes de précision,

La logistique des troupes américaines en Afghanistan sera-t-elle perturbée après la suspension de l’aide destinée au Pakistan?

L’Afghanistan étant un pays enclavé, le ravitaillement par voie terrestre des forces américains qui y sont déployées (tout comme celles de l’Otan, dans le cadre de la mission Resolute support) dépend exclusivement du bon vouloir du Pakistan. Certes, il est théoriquement possible d’emprunter d’autres voies, comme celle appelée « Réseau de Distribution Nord » (Northern Distribution Network),

Lutte contre le terrorisme : Les États-Unis suspendent leur assistance sécuritaire au Pakistan

Le président Donald Trump, n’aura pas tardé à mettre sa menace à exécution. Le 4 janvier, Washington a en effet annoncé le gel de l’assistance sécuritaire dont bénéficiait jusqu’à présent le Pakistan au nom de la « guerre contre le terrorisme ». « Les États-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces 15 dernières

Terrorisme : Le président Trump menace de couper les aides au Pakistan

Parce qu’il avait besoin de profondeur stratégique face à l’Inde, le Pakistan soutint le mouvement taleb afghan, alors au pouvoir à Kaboul. Puis vinrent les attentats du 11 septembre 2001, qui changèrent la donne. Partenaire de premier plan des États-Unis dans la « guerre contre le terrorisme », le Pakistan bénéficia d’une aide massive de la part

La France va demander une aide logistique de l’ONU en faveur de la Force conjointe du G5 Sahel

En juin dernier, à la demande de la France, le Conseil de sécurité des Nations unies adopta une résolution pour affirmer son soutien à la Force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso), appelée à conduire des opérations anti-terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Mais ce n’était qu’un minimum. En effet,

Le Pentagone envisage de livrer des missiles antichars à l’Ukraine

Alors qu’elles étaient déjà tendues, les relations entre les États-Unis et la Russie se sont encore dégradées depuis le vote, la semaine passée, par le Congrès de nouvelles sanctions visant Moscou pour son ingérence dans la campagne présidentielle américaine, son annexion de la Crimée et son soutien aux séparatistes du Donbass (sud-est de l’Ukraine). Et

La CIA a mis un terme à son soutien aux rebelles syriens

Le chef des forces spéciales américaines, le général Tony Thomas, a confirmé les informations du Washington Post selon lesquelles la CIA a mis un terme à son programme de soutien aux rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL), autorisé en 2013 par le président Obama, parallèlement à celui conduit par le Pentagone, avec des résultats peu

L’Union européenne annonce une aide de 50 millions d’euros pour la force conjointe du G5 Sahel

Le 6 février, à l’occasion d’un sommet organisé à Bamako, les pays du G5 Sahel (Tchad, Mali, Mauritanie, Niger et Burkina Faso) annoncèrent leur intention de créer une force conjointe de 5.000 hommes, destinée à lutter contre la menace jihadiste. « Nous avons décidé de rendre effective la création d’une force G5 pour lutter contre le

L’Otan renouvelle son offre d’aider le gouvernement libyen d’union nationale dans le domaine militaire

Lancée en juin 2015 par l’Union européenne, l’opération navale EUNAVFOR Sophia n’est pas un succès. Du moins pour le moment. En effet, elle n’a pas permis de tarir le flux de migrants qui tentent de traverser la Méditerranée depuis le littoral libyen et le modèle économique des trafiquants n’a pas été « cassé », comme l’avait assuré

Les États-Unis ont livré des véhicules blindés aux groupes arabes des Forces démocratiques syriennes

En 2015, le programme américain Train & Equip s’était soldé par un fiasco retentissant. Financé à hauteur de 500 millions de dollars, il devait en effet permettre de former et d’équiper 5.400 rebelles syriens modérés. Or, en juillet de cette année-là, la première unité des New Syrian forces [Nouvelles forces syriennes] ainsi formée fut rapidement