Afghanistan / Archives

Les États-Unis manquent d’informations fiables sur les capacités opérationnelles des forces afghanes

Depuis 2002, les États-Unis ont dépensé 68 milliards de dollars pour équiper, soutenir former et entraîner les 352.000 membres de l’armée nationale afghane (ANA) et de la police nationale afghane. Depuis le 1er janvier 2015, avec la fin de la mission de combat de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), ces forces sont

Les États-Unis tentent de tuer la branche afghane de Daesh dans l’oeuf

Tuer la branche afghane de l’État islamique (EI ou Daesh) dans l’oeuf : tel est l’objectif des forces américaines actuellement déployées en Afghanistan. L’an passé, plusieurs rapport avaient en effet souligné les efforts de Daesh pour recruter des combattants en Afghanistan et, dans une moindre mesure, au Pakistan.  » Il y a apparemment une expansion

Périgueux rend hommage au capitaine Thomas Gauvin, mort pour la France en Afghanistan

Le 13 juillet 2011, alors qu’il participait à une mission de sécurisation d’une réunion de notables afghans dans le district de Tagab, le lieutenant Thomas Gauvin, 27 ans, du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes (RCP) tombait au champ d’honneur avec quatre de ses camarades du GTIA Raptor, son détachement ayant été la cible d’un attentat

Le Pakistan admet (enfin) avoir accueilli l’état-major des talibans afghans

Pendant des années, le Pakistan a démenti avoir recueilli sur son territoire la direction du mouvement taleb afghan, chassée de Kaboul en 2001 par les forces américaines et les rebelles de l’Alliance du Nord. Or, l’on sait que les principaux dirigeants des talibans afghans ont trouvé refuge à Quetta. En outre, entre 2001 et à

Afghanistan : L’armée afghane abandonne ses positions dans le sud du pays

Le mois dernier, alors sur le point de quitter son commandement, le général américain John Campbell, chef de la mission Resolute Support, menée par l’Otan, s’était dit « optimiste » sur l’avenir de l’Afghanistan. Seulement, malgré le soutien des forces spéciales américaines dans la province du Helmand, située dans le sud du pays, l’armée nationale afghane (ANA)

La situation est encore loin de s’améliorer en Afghanistan

Commandant de la mission Resolute Support et chef des forces américaines déployées en Afghanistan, le général John Campbell, qui s’apprête à passer le relai au général Nicholson, s’est dit « optimiste » sur l’avenir du pays, lors d’une conférence de presse donnée le 13 février à Kaboul. Depuis le début des opérations militaires en Afghanistan, en 2001,

Une station de radio de l’État islamique détruite en Afghanistan (MàJ)

Un rapport d’un comité d’experts des Nations unies l’avait souligné, en septembre 2015 : « Le nombre de groupes et d’individus qui font ouvertement allégeance à l’État islamique (EI ou Daesh) ou s’en déclarent proches continue d’augmenter dans plusieurs provinces d’Afghanistan ». Et d’estimer qu’environ 10% des insurgés actifs, dominés par le mouvement taleb, avaient franchi le

Le général John Nicholson a été nommé à la tête de la mission Resolute Support en Afghanistan

Cela fait bientôt 18 mois que le général John Campbell commande la mission Resolute Support, lancée en janvier 2015 par l’Otan pour soutenir les forces afghanes, ainsi que les troupes américaines encore engagées en Afghanistan. Mais plus pour très longtemps…. Car l’administration américaine a désigné le général John « Mick » Nicholson pour le remplacer. L’annonce a

Le chef des forces spéciales américaines nommé à la tête du commandement pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale

Que ce soit en Afghanistan, en Irak ou en Syrie, l’US Special Operations Command (USSOCOM) est actuellement très sollicité pour appuyer les forces terrestres locales contre les insurgés taliban et les jihadistes de l’État islamique. En Syrie, environ 50 opérateurs des forces spéciales américaines ont ainsi été déployés auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS), une

Le mouvement taleb afghan nie avoir des contacts avec la Russie au sujet de l’État islamique

Le mouvement taleb afghan n’apprécie pas que l’État islamique (EI ou Daesh) vienne s’implanter sur les territoires qu’il convoite. En juin, celui qui allait devenir (ou qui était déjà) son chef, le mollah Akhtar Mansour, avait dénoncé les ambitions de cette organisation jihadiste rivale en affirmant que « le jihad contre les Américains et leurs alliés