accord / Archives

Syrie : Ankara et Moscou se mettent d’accord pour créer une zone démilitarisée dans la province d’Idleb

Devenue, au fil des reconquêtes faites par le régime syrien et ses alliés, un « abcès de fixation » dominé par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham et des groupes rebelles soutenus par la Turquie, la province d’Idleb devrait être le théâtre d’une offensive qui permettrait à Damas de recouvrer l’essentiel des territoires perdus depuis mars 2011.

L’Iran entend maintenir sa présence militaire en Syrie

Ces derniers mois l’aviation israélienne a effectué plusieurs raids contre des bases syriennes soupçonnées d’abriter des éléments d’al-Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution iranien. Ainsi, celle de Tiyas a été visée à au moins deux reprises. Et, peu après l’annonce du retrait des États-Unis de l’accord relative au programme nucléaire iranien, en mai,

La Centrafrique et la Russie renforcent leur coopération militaire

Depuis qu’elle a obtenu une dérogation de la part du Conseil de sécurité des Nations unies à l’embargo sur les armes appliqué à la Centrafrique, la Russie ne cesse de renforcer son influence à Bangui, avec l’envoi de 170 instructeurs « militaires civils », dont la mission est de former les forces armées centrafricaines (FACa). En outre,

Le président Trump lance une sévère mise en garde à l’Iran

Partisan de la ligne dure face à l’Iran, le président Trump a décidé le retrait des États-Unis de l’accord sur le programme nucléaire de Téhéran, signé à Vienne en juillet 2015 après de longues et âpres négociations. Depuis, Washington met la pression sur les entreprises autres qu’américaines pour les dissuader de s’intéresser au marché iranien,

La possible adhésion de la « Macédoine du Nord » à l’Otan provoque des tensions diplomatiques entre la Grèce et la Russie

Pendant 27 ans, la Macédoine a entretenu des relations difficiles avec la Grèce, qui lui reprochait son… nom, qui est le même que celui d’une de ses régions, ainsi que sa prétention à se réclamer de l’héritage antique de la dynastie des Argéades, et plus précisément des rois Philippe II et Alexandre le Grand. Et

La France et l’Arabie Saoudite signent un accord technique sur le renseignement

En dépit des critiques d’ONG sur le soutien apporté par les Occidentaux à la coalition arabe active au Yémen contre les rebelles Houthis (appuyés par l’Iran), la France et l’Arabie entendent maintenir leur bonne relation, en particulier dans le domaine de la défense. Mais Paris entretient également des relations avec Doha, actuellement en froid avec

Syrie/Turquie : Les milices kurdes syriennes annoncent leur retrait de la ville stratégique de Manbij

En août 2016, les Forces démocratiqes syriennes [FDS], c’est à dire l’alliance formé par les milices kurdes des YPG [ Unités de protection du peuple, ndlr] et des groupes arabes armés et soutenu par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, portèrent un coup sévère à l’État islamique (EI ou Daesh) en le chassant de

Des drones MQ-9 Reaper de l’US Air Force déployés pour la première fois en Grèce

Depuis quelques temps, la base aérienne grecque de Larissa accueillent de nouveaux appareils. En effet, l’US Air Force y a déployé des drones MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] MQ-9 Reaper, après en avoir obtenu l’autorisation auprès d’Athènes. D’après le quotidien To Vima, l’accord a été donné par le gouvernement grec sur la base d’un accord

La Suède et la Finlande renforcent leur coopération militaire avec les États-Unis

« Le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les États-Unis pour nous protéger est révolu » et « l’Europe doit prendre son destin elle-même en main, c’est notre défi pour l’avenir » a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel, lors d’une cérémonie organisée pour la remise d’un prix européen au président Macron à Aix-la-Chapelle. Pourtant, deux pays

Corée du Sud : Le chef du Pentagone évoque un possible retrait des forces américaines

Un retrait des forces américaines de Corée du Sud [USFK]? Personne n’aurait imaginé, en janvier, qu’une telle éventualité pourrait être évoquée par James Mattis, le chef du Pentagone… Et pourtant, c’est ce qu’il a fait, le 28 avril. Il faut dire que, la veille, le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-Un, et le président sud-coréen,