14-18 / Archives

Guerre 14-18 : L’Australie veut des explications au sujet d’un projet d’éoliennes sur le site de la bataille de Bullecourt

En avril 1917, dans le cadre de la bataille d’Arras, menée pour soutenir l’offensive française du Chemin des Dames, les forces britanniques décidèrent de porter leur effort sur le village de Bullecourt, tenu par les Allemands depuis 1914. En effet, intégré au système défensif de la ligne Hindeburg, ce dernier occupe une position stratégique. Aussi,

Il y a 100 ans, les premiers chars français venaient de connaître leur baptême du feu

Le 17 avril 1917, le général Jean Estienne, le patron de l’Artillerie Spéciale (AS) nouvellement créée, a de quoi être en proie au désarroi. La veille, les premiers chars d’assaut français – des Schneider CA1 – venaient de subir leur baptême du feu lors de l’offensive du Chemin des Dames. Et, au soir de cette

Camille Mortenol, un fils d’esclave devenu officier de marine et défenseur de Paris

Sous l’impusion de Victor Schoelcher, la IIe République adopta, le 27 avril 1848, un décret abolissant l’esclavage. Et, ainsi, près de 250.000 esclaves antillais, guyanais et réunionais, devinrent des citoyens à part entière. En Guadeloupe, un dénommé « André » n’avait pas eu à attendre l’application de ce décret puisqu’il avait été « affranchi » un an plus tôt

Verdun 1916-2016 – Le « père » de l’aviation militaire française devient ministre de la Guerre

Comme on l’a vu à l’occasion du portrait de Jean Navarre, la suprématie aérienne au-dessus du champ de bataille de Verdun aura été essentielle, ne serait-ce pour guider les tirs d’artillerie et observer les mouvements des troupes ennemies. Si l’aviation militaire française a pu répondre au défi posé par son homologue allemande dès août 1914, elle

Verdun 1916-2016 – Jean Navarre, la sentinelle des airs

Lors de ses préparatifs pour lancer une offensive dans le secteur de Verdun, l’état-major allemand mis le paquet non seulement sur l’artillerie mais aussi sur l’aviation. Ainsi, à la veille du premier tir d’obus sur les positions françaises, environ 280 avions de type Fokker étaient rassemblés sur la rive droite de la Meuse, dans la

Un monument dédié aux combattants morts lors de la « Grande Guerre » sera inauguré à Paris en 2018

À Paris, dans certains arrondissements, il y a des monuments (ou des plaques commémoratives) dédiés aux soldats morts pour la France lors de la Première Guerre Mondiale (comme ici). Mais aucun ne recense les 91.000 noms de Parisiens tombés au champ d’honneur. Toutefois, la capitale abrite déjà la flamme du Soldat inconnu. D’où l’annonce faite

Ceux de 14 (14) : Dix marins français partent à l’abordage d’une goélette turque

En 1915, les engagements sur les mers changent de nature, avec le recours de plus en plus importants des sous-marins, en particulier par la marine allemande, qui voyait là un moyen de contester la puissance navale de la France et celle du Royaume-Uni, qui leur permit de mener plusieurs opérations amphibies (Bassorah en 1914, Dardanelles

Partenariat entre la Mission du centenaire de la Première Guerre Mondiale et la Fédération française de rugby

À l’occasion des commémorations du 11 novembre prochain, les joueurs des équipes professionnelles de football porteront le Bleuet lors de la 13e journée de Ligue 1 et de la 14e journée de Ligue 2 et plusieurs clubs organiseront une collecte au profit  du Bleuet de France, une œuvre caritative qui, gérée par l’Office national des

Ceux de 14 (11) : « À Pégoud, mort en héros pour sa Patrie »

Le 6 septembre 1915, l’Aviatik du caporal Otto, Kandulski et du lieutenant Von Bilitz, survole la commune de Petit-Croix, à l’est de Belfort avant de lâcher une couronne de lauriers portant la mention « À Pégoud, mort en héros pour sa Patrie ». Une semaine plus tôt, le 31 août précisément, lors d’un combat aérien ayant eu

Août 1915 : Pour la première fois, un navire est coulé par une torpille larguée par un hydravion

Avant la Première Guerre Mondiale, on s’interrogeait sur la possibilité d’utiliser des avions à partir de navires. En janvier 1911, l’aviateur américain Eugene Ely réussit l’exploit de poser son appareil sur le pont de l’USS Pennsylvania, après avoir fait décoller, quelques semaines plus tôt, son Curtiss depuis une plate-forme installée à bord du croiseur léger