Sécurité/ Archives

Les inquiétantes découvertes faites par les gendarmes lors d’une perquisition à l’aéroport de Roissy

Depuis l’instauration de l’état d’urgence, mesure prise immédiatement après les attentats de Paris du 13 novembre, les services de police et de gendarmerie ont procédé, sur l’ensemble du territoire, à 793 perquisition administratives, lesquelles ont donné lieu à 107 interpellations et à la saisie de 174 armes, dont 18 de guerre. Certaines d’entre-elles ont été

Parce qu’il est militaire, un jeune homme a été agressé à Voiron

Le 15 novembre, aux environs de 18h30, un jeune militaire de 18 ans, habillé en civil, a été accosté par un inconnu alors qu’il marchait vers la gare de Voiron pour prendre un train afin de rejoindre, sans doute, son unité. L’inconnu en question lui a d’abord demandé une cigarette. Puis, raconte « Le Dauphiné« , comme

Le général de Villiers s’explique sur la raison d’être de l’opération intérieure Sentinelle

Lancée au lendemain des attentats commis en janvier à Paris, l’opération intérieure (OPINT) Sentinelle mobilise actuellement 7.000 militaires, pouvant être renforcés par 3.000 de leurs camarades si nécessaire. Mais un tel déploiement de forces, dans la durée, suscite des interrogations, voire des critiques, notamment au sujet de son utilité. Ainsi, le général Vincent Desportes, qui

L’opération Sentinelle peut susciter un risque de « lassitude grave » chez les militaires

Lancée en janvier 2015, suite aux attentats commis à Paris, l’opération intérieure (OPINT) Sentinelle s’inscrit désormais dans la durée, ce qui a justifié en partie la révision à la hausse des effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT), ces derniers passant de 66.000 à 77.000 soldats, à l’occasion de l’actualisation de la Loi de programmation

L’armée pour contrôler la « jungle » des migrants à Calais?

Il est désormais fréquent de voir certains responsables politiques en appeler à l’armée pour tenter d’apporter une réponse à des situations impossibles, comme si la vocation de cette dernière est d’apporter une solution à tout ce qui ne fonctionne pas en France alors qu’elle est déjà sollicitée pour les opérations extérieures et intérieures. Par exemple,

La DPSD avait inspecté le dépôt de munitions de Miramas plus de 8 ans avant le vol d’explosifs

Site sensible s’il en est, le dépôt de munitions « Provence » de Miramas aurait dû faire l’objet d’une attention toute particulière afin d’éviter ce qui est arrivé en juillet dernier, c’est à dire le vol d’explosifs et de détonateurs. Or, dans une réponse donnée à une question écrite du député François Cornut-Gentille (Les Républicains – Haute-Marne), le

Le risque d’infiltration de jihadistes parmi les migrants est-il crédible?

Faut-il craindre la présence de jihadistes parmi le flux de migrants qui souhaitent s’installer en Europe? Le maire de Nice, Christian Estrosi, l’affirme. Pour le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, cela « peut toujours arriver » mais « nous travaillons avec nos services de renseignement et nous n’octroyons pas l’asile à ceux dont nous savons qu’ils ont des

Saisie en juillet par le ministre de la Défense, la DPID est officiellement créée… en août

En janvier, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait évoqué la création prochaine de la Direction de la protection des installations, moyens et acti­vités de la Défense (DPID). Plus de 6 mois plus tard, suite au vol d’explosifs dans un dépôt du Service Inter-armées des Munitions (SIMu) à de Miramas (13), cette même

Un plan d’urgence pour renforcer la protection des dépôts de munitions a été lancé

Suite au vol de détonateurs et d’explosifs commis au début du mois dans un dépôt du Service Inter-armées des Munitions (SIMu) du site de Miramas (13), qui abrite également une zone de regroupement et d’attente (ZRA) pour les unités envoyées en opérations extérieures, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait ordonné une enquête de

Ouverture d’une enquête sur un mini-drone armé conçu par un étudiant américain

Certains usages des nouvelles technologies sont susceptibles de créer quelques soucis dans le domaine de la sécurité. Ainsi, il est maintenant possible de fabriquer une arme grâce à une imprimante 3D. Un entrepreneur américain, Cody Wilson, en a fait sa spécialité et propose à la vente, pour 1.999 dollars, une machine appelée Ghost Gunner, qui