Renseignement/ Archives

Le renseignement militaire a des difficultés pour recruter

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD, ex-DPSD) sont les trois services qui dépendent du ministère de la Défense. La Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 actualisée en juillet 2015 prévoit de renforer significativement leurs

Élysée 2017 : Un rapport se veut très prudent sur les réformes du renseignement proposées par les candidats

Menace terroriste oblige, plusieurs candidats à l’élection présidentielle proposent de donner plus de moyens aux différents services de renseignement, voire de les réorganiser afin de renforcer leur coordination pour mieux exploiter les informations recueillies. Ainsi, Benoît Hamon (Parti socialiste) parle de « renforcer le renseignement grâce à un coordonnateur national directement rattaché au Premier ministre » alors

Le Parlement canadien victime d’espionnage

Le 4 avril, Radio-Canada a révélé avoir découvert, en utilisant un  » CryptoPhone », des appareils de type IMSI, capables d’imiter un relais téléphonique afin d’intercepter d’intercepter des données de téléphones mobiles dans des endroits stratégiques d’Ottawa, en particulier près du Parlement canadien. Cette affaire a immédiatement donné lieu à l’ouverture d’une enquête confiée à la

L’administration Trump a assoupli les règles d’engagement pour les frappes de drones

En 2013, l’administration Obama avait décidé de limiter, au profit des militaires, le rôle de la CIA dans les opérations visant à éliminer des chefs terroristes via des frappes de drones afin d’éviter une dérive paramilitaire de la centrale de renseignement. Cette mesure avait également pour objectif de rendre plus transparent ce programme d’éliminations ciblées,

Selon le Pentagone, il n’y a pas de preuve que les renseignements sur l’EI aient été sciemment manipulés

En août 2015, un analyste civil de la Defense Intelligence Agency (DIA), l’agence de renseignement du Pentagone, affirma que des rapports sur l’EI avaient été « retravaillés » par les responsables de l’US CENTCOM, le commandement en charge de l’Asie centrale et du Moyen-Orient, afin enjoliver la situation en Irak et en Syrie. En clair, les effets

Le renseignement russe fait le ménage dans ses rangs

Ancien officier du KGB, Oleg Erovinkin, était un proche collaborateur de l’ancien vice-Premier ministre russe, Igor Sechin, aujourd’hui à la tête de la compagnie pétrolière Rosneft. Or, cette dernière est citée à plusieurs reprises dans un rapport qui, rédigé par Christopher Steele, un ancien agent du MI-6 [service de renseignement extérieur britannique, ndlr], a récemment

Élection présidentielle : Les réseaux sociaux sous surveillance

En novembre, le service de renseignement extérieur allemand (Bundesnachrichtendienstes – BND) a mis en garde contre de possibles tentatives de déstabilisation des prochaines élections qui auront lieu cette année en Europe, comme cela a été le cas aux États-Unis, où la Russie est accusée d’avoir cherché à influencer le dernier scrutin présidentiel. Il y a

La DGSE dément tout tentative d’extorsion à l’encontre d’un homme d’affaires franco-suisse

L’homme d’affaires franco-suisse Alain Duménil, à qu’il est arrivé, à plusieurs reprises, de faire parler de lui dans les chroniques judiciaires, a acquis, en 2002, une société dans laquelle la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) avait investi quelques fonds afin de financer des activités clandestines. Seulement, ce placement – on parle de 13

La DGSE visée par une plainte pour « tentative d’extorsion en bande organisée »

Voilà une bien curieuse affaire que viennent de relater les quotidiens Le Monde et Le Temps. Homme d’affaire franco-suisse à la réputation sulfureuse, Alain Duménil a porté plainte, le 17 janvier, auprès de parquet de Bobigny, contre la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) pour « détention et séquestration » et « tentative d’extorsion en bande organisée. »

Un sénateur visé par des sanctions russes nommé à la tête du renseignement américain

Le moins que l’on puisse dire est que Donald Trump, le prochain président des États-Unis, s’est montré sceptique face à l’ingérence présumée de la Russie dans l’élection présidentielle américaine, via le piratage informatique des serveurs du Parti démocrate et la diffusion de courriels susceptibles de déstabiliser la campagne d’Hillary Clinton. Le 4 janvier, via Twitter,