Politique de défense/ Archives

Les enjeux de la prochaine Loi de programmation militaire : l’armée de Terre

La trajectoire financière de la prochaine Loi de programmation militaire (LPM), en cours d’élaboration, est d’ores et déjà connue. Après une hausse de 1,8 milliard d’euros en 2018, le budget du ministère des Armées augmentera en effet de 1,7 milliard par an jusqu’en 2022, avec une prise en charge de plus en plus importante du

Les Armées risquent d’avoir de gros problèmes en matière d’effectifs

Au cours des deux précédentes Lois de programmation militaire (LPM), le ministère des Armées a vu ses effectifs fondre de 50.000 personnels (sur 250.000 en 2008) alors que les contrats opérationnels des trois armées (Terre, Air, Marine) ont augmenté durant la même période. Les directions et services, c’est à dire les soutiens et la DGA

Definvest, le fonds d’investissement de la Défense pour les entreprises stratégiques

« Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va », a dit le philosophe romain Sénèque. La preuve avec Definvest, le nouveau fonds d’investissement qui vient d’être lancé par le ministère des Armées et Bpifrance pour soutenir le développement des PME stratégiques pour la Défense, en particulier celle ayant développé des

Socle Défense, un financement vraiment innovant susceptible de doper le budget des Armées

Quand il s’agit d’évoquer les « financements innovants » qui doivent permettre aux Armées de trouver les ressources nécessaires pour ses équipements, les responsables civils et militaires du ministère ainsi que les parlementaires n’avancent pas de solutions radicalement nouvelles. Il est question des incontournables partenariat public-privé (PPP), de ressortir les sociétés de projet ou de regarder ce

Le ministère des Armées n’aura pas à mettre la main à la poche pour financer le surcoût des opérations

Voilà un sujet de préoccupation en moins pour Mme le ministre des Armées, Florence Parly. Alors que, il y a encore quelques jours, elle ne pouvait dire avec certitude qu’elle obtiendrait de la part du ministère de l’Action et des Comptes publics les 300 à 400 millions d’euros nécessaires pour financer les opérations extérieures, c’est

Le ministère des Armées a reçu le prix des « délais de paiement 2017 »

Il n’y a pas encore si longtemps, les petites ou moyennes entreprises ayant adressé une facture au ministère de la Défense (devenu « des Armées ») devaient attendre 60 à 70 jours avant d’être payée. Ce qui leur causait évidemment des problèmes de trésorerie, avec toutes les conséquences que cela supposait (difficulté pour payer ses fournisseurs et

Quels « financements innovants » pour le ministère des Armées?

Lors de sa première audition devant des parlementaires en tant que ministre des Armées, Florence Parly avait indiqué que le prochain Délégué général pour l’armement [Joël Barre], aurait « pour mission non seulement d’améliorer la qualité et de veiller à la modernité de nos équipements, mais également d’engager une profonde transformation visant à trouver des modes

Mme Parly ne se risque pas à dire que les Armées échapperont à d’autres annulations « brutales » de crédits

Il a beaucoup été question de l’annulation de 850 millions euros de crédits dans le budget de la mission Défense lors de l’audition de Mme le ministre des Armées, Florence Parly, par la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le 7 novembre. Pour rappel, ces annulations de crédits, décidées en juillet, ont

L’offensive médiatique du général Pierre de Villiers, ex-chef d’état-major des armées

Alors que le Parlement débat actuellement des crédits de la mission Défense pour l’année 2018, le général (2S) Pierre de Villiers vient de lancer une offensive médiatique pour s’expliquer sur les raisons qui l’ont conduit à démissionner de ses fonctions de chef d’état-major des armées (CEMA) en juillet dernier. Pour rappel, lors d’une audition à

La construction du prochain porte-avions de la Marine nationale sera pleine de défis

À en croire la Revue stratégique, publiée en octobre dernier, la France devrait conserver une « supériorité aéromaritime », ce qui « implique de préparer le renouvellement du groupe aéronaval », c’est à dire de lancer les études pour la construction du successeur du porte-avions Charles de Gaulle. Cependant, l’utilité du porte-avions fait débat. En 2013, un officier de