Irak/ Archives

L’Otan va aider l’Irak à renforcer ses capacités défensives

Les 28 États membres de l’Otan ont répondu favorablement, ce 31 juillet, à une demande d’assistance militaire adressée par le Premier ministre irakien Haider al-Abadi lors de sa visite au siège de l’Alliance atlantique, à Bruxelles, en décembre dernier. Ainsi, un ensemble de mesure visant à renforcer les capacités défensives de l’Irak face à l’organisation

Irak : La coalition internationale affirme que les jihadistes ont été chassés de la ville d’Al-Baghdadi

Le mois dernier, les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) s’emparaient d’Al-Baghdadi, qui était alors la dernière ville de la province d’al-Anbar encore contrôlée par les autorités irakiennes. Cette prise pouvait inquiéter dans la mesure où l’importante base d’Ain Al-Assad, qui accueille 300 instructeurs militaires américains, est située dans les environs immédiats de cette

Des armes chimiques ont bien été retrouvées lors de l’opération américaine Iraqi Freedom

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’administration américaine avait justifié une opération militaire contre le régime de Saddam Hussein en avançant que ce dernier disposait d’armes de destruction massive et qu’il comptait en produire davantage. Et le risque mis en avant était de voir tomber cet arsenal aux mains de terroristes liés à al-Qaïda.

L’aviation irakienne a ravitaillé par erreur les jihadistes de l’EI

Cet épisode aurait pu faire partie de la série « j’ai glissé chef » si la situation en Irak n’était pas aussi préoccupante. Le 19 septembre, un appareil des forces aériennes irakiennes, dont le type n’a pas été précisé – elles disposent d’avions de transport C-130 Hercules et Antonov An-32 – devait ravitailler en munitions et en

L’Irak aurait renoncé à acquérir 24 hélicoptères d’attaque AH-64 Apache

En janvier, et alors que les jihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL, devenu depuis État islamique, ou Daesh) venaient de s’emparer de Falloujah, Bagdad avait fait part de son intention d’acquérir 24 exemplaires de l’hélicoptère d’attaque américain AH-64E Apache pour 4,8 milliards de dollars (en comptant les équipements annexes et les

Irak : L’opinion française soutient globalement l’opération Chammal en Irak

Quand une opération militaire est en cours, il est important qu’elle soit soutenue par le plus grand nombre, ne serait-ce déjà pour les militaires qui y sont engagés. « L’adhésion de l’opinion publique à une intervention armée constitue un enjeu primordial pour les démocraties occidentales, notamment quand elles agissent dans le cadre d’une coalition dont la

Et le nom de l’opération française en Irak est…

Après des vols de reconnaissance et une première frappe aérienne réalisée par deux Rafale de l’Escadron de chasse 3/30 Lorraine contre une dépôt logistique appartenant aux jihadistes de l’État islamique dans la région de Mossoul, l’aviation française a menée une seconde mission ce 20 septembre. Selon l’État-major des armées (EMA), 2 Rafale dotés d’une nacelle de

Le premier objectif visé par les Rafale français était situé dans la région de Mossoul (MàJ)

Lors de son intervention de ce 19 septembre pour évoquer les premières frappes aériennes françaises contre les jihadistes de l' »État islamique » (EI), le président Hollande a indiqué que les avions françaises avaient visé un « dépôt logistique qui servait à monter des opérations » dans le nord-est de l’Irak, sans plus de détails. L’État-major des armées (EMA)

L’aviation française a effectué ses premières frappes contre l’EI

Le président Hollande avait affirmé, lors de sa conférence de presse semestrielle, le 18 septembre, que les premières frappes aériennes françaises contre les positions tenues par les jihadistes de l’État islamique (EI) allaient avoir lieu dans un « délai court ». Finalement, c’est ce 19 septembre que deux Rafale de l’Escadron de chasse 3/30 Lorraine ont décollé

Le président Hollande donne son feu vert à des frappes aériennes françaises en Irak

La France n’a pas fait mystère de son intention de participer à une coalition internationale formée contre les jihadistes de l’État islamique, qui ont établi un califat entre la Syrie et l’Irak ne faisait guère de doute. Lors de sa conférence de presse semestrielle, ce 18 septembre, le président Hollande a balayé les derniers doutes