Corée du Nord/ Archives

Selon un rapport de l’ONU, la Corée du Nord poursuit ses activités nucléaires tout en contournant les sanctions

Ces dernières semaines, la presse d’outre-Atlantique a relayé des estimations du renseignement américain, qui, grâce à l’imagerie satellitaire, remettent en cause la volonté de la Corée du Nord à oeuvrer effectivement à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Ce qu’un rapport d’un panel d’experts des Nations unies, transmis au Conseil de sécurité, vient de confirmer.

La Corée du Nord aurait commencé le démantèlement d’un site de lancement de satellites

À l’issue du sommet inédit de Singapour, le 12 juin dernier, le président américain, Donald Trump, avait assuré que le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-un venait de lui promettre qu’un site utilisé pour la mise au point de moteurs pour des missiles allait être démantelé. Mais sans préciser lequel. Selon le site 38 North,

Washington est potentiellement à la portée des missiles nord-coréens

Depuis septembre, mois au cours duquel elle avait procédé à un tir de missile balistique ayant survolé le Japon ainsi qu’à un sixième essai nucléaire d’une puissance jusqu’alors inégalée, la Corée du Nord n’avait presque plus fait parler d’elle. Conséquence des sanctions sans cesse renforcée par le Conseil de sécurité des Nations unies? Pressions de

Pour le secrétaire général de l’Otan, l’option militaire contre la Corée du Nord serait « dévastatrice »

Depuis quelques jours, la Corée du Nord ne fait plus parler d’elle avec des essais nucléaires ou des tirs de missiles. Pour autant, les forces américaines ont assuré une nouvelle démonstration de force, le 11 octobre, avec l’envoi de deux bombardiers B-1B Lancer au-dessus de la péninsule coréenne. La veille, le président américain, Donald Trump,

La Corée du Nord aurait mis la main sur des plans opérationnels sud-coréens

Evoquer les capacités nord-coréennes en matière de cyberguerre peut prêter à sourire. En effet, il est difficilement concevable qu’un tel pays puisse en être doté. Et pour cause : la Corée du Nord ne passe pas pour être « connectée » (elle n’a obtenu une seconde connexion au réseau des réseaux que très récemment, grâce à l’entreprise

Les armes chimiques nord-coréennes sont une « source d’inquiétude »

Si, ces derniers mois, les missiles et l’essai de bombes H nord-coréens focalisent l’attention de la communauté internationale, il ne faudrait pas perdre de vue que la Corée du Nord dispose également d’un important stock d’armes chimiques qu’elle pourrait utiliser dans le cas d’une intervention militaire contre ses installations nucléaires. Selon l’International Crisis Group (ICG),

Une usine ukrainienne soupçonnée d’avoir aidé la Corée du Nord dans le domaine des missiles

Le renforcement des sanctions voté par le Conseil de sécurité des Nations unies, l’attitude de Pékin et probablement les propos fermes tenus par le président Trump ont visiblement eu leur effet : le leader nord-coréen, Kim Jong-Un, a dit renoncer, du moins pour le moment, à son projet d’envoyer 4 missiles en direction des bases

Corée du Nord : Le président Trump assure que les « solutions militaires » sont en place

Beaucoup l’ont sans doute oublié mais la France est directement concernée par la situation de la péninsule coréenne : elle est en effet restée membre de la Commission militaire d’armistice (UNCMAC), chargée de surveiller le respect de l’accord d’armistice militaire coréen signé en juillet 1953 entre le Nord et le Sud. Lors de la séance

La Corée du Nord menace les installations militaires américaines de l’île de Guam

Après le renforcement des sanctions prises à l’égard de Pyongyang par un Conseil de sécurité des Nations unies unanime, l’on pouvait s’attendre à une accalmie sur le dossier nord-coréen. D’autant plus que la Chine avait rappelé à l’ordre la Corée du Nord, dont est la plus proche alliée, en l’appelant « à prendre une décision bonne

La Corée du Nord ne maîtriserait pas encore totalement la technologie des missiles intercontinentaux

La Corée du Nord a présenté son second tir d’un missile balistique intercontinental Hwasong-14 comme étant un succès. Et, au vu des données relatives au vol de cet engin, il est difficile de dire le contraire dans la mesure où il est allé plus haut et plus loin que celui lancé le 4 juillet dernier.