Opérations/ Archives

Coalition anti-jihadiste : La France réduit (un peu) son dispositif militaire au Levant

Avec le recul de l’État islamique en Syrie et en Irak et la fin des grandes offensives pour chasser les jihadistes de leurs bastions urbains, le nombre des opérations aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis tend à se réduire. D’où le retrait annoncé récemment des F/A-18 Super Hornet australiens. Aussi, la France va

Selon la coalition, les jihadistes de l’EI se déplacent en toute impunité dans les territoires contrôlés par Damas

Régulièrement, la Russie sous-entend, quand elle le ne dit pas explicitement, que la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis en Syrie et en Irak fait preuve de mansuétude (si ce n’est plus) à l’égard des combattants de l’État islamique (EI ou Daesh). Ainsi, en novembre, l’état-major russe a produit des clichés censés « prouver irréfutablement la

La Belgique retire ses 4 avions F-16 de la coalition anti-jihadiste

Au début des opérations contre l’État islamique menées par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, la Belgique et les Pays-Bas avaient convenu de mettre en place un système de rotation appelé « flip-flop » pour des raisons essentiellement budgétaires. Ainsi, ces deux pays devaient envoyer pour un an, en alternance, un détachement d’avions F-16 en Jordanie.

Irak : Les jihadistes restent toujours actifs dans le secteur de Hawijah

Peu après avoir proclamé la victoire sur l’État islamique (EI ou Daesh), début décembre, le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi avait invité à la prudence. « C’est une organisation terroriste très vicieuse et c’est une menace également idéologique, pas seulement militaire », avait-il affirmé, en marge du  » One Planet Summit », un sommet sur le climat organisé

L’Italie envisage de réduire sa participation militaire en Irak pour envoyer des soldats au Niger

Depuis la réunion relative à la force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), organisée à La Celle Saint-Cloud le 13 décembre, la presse transalpine, s’interroge sur les modalités [ou lire ici] d’un possible envoi de militaires italiens au Niger. Une idée qui, apparemment, était depuis longtemps dans les tuyaux et qui avait été jusqu’alors démentie à plusieurs reprises

Le président Macron assure que la France maintiendra « fortement » son effort militaire au Sahel

Traditionnellement, avant les fêtes de l’année, le chef de l’État (et des armées) rend visite aux troupes françaises engagées sur un théâtre d’opérations extérieures. Le 22 décembre, le président Macron est ainsi allé à la rencontre des militaires affectés à Niamey (Niger), où sont concentrés une grande partie des moyens aériens de l’opération Barkhane. À

L’Australie annonce la fin de ses frappes aériennes en Irak et en Syrie

Alors que le territoire contrôlé par L’État islamique (EI ou Daesh en Syrie et en Irak s’est considérablement réduit au cours de ces dernières mois, le nombre de frappes aériennes effectuées par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis est en chute libre. Ainsi, les Rafale engagés dans l’opération Chammal [nom de la participation française

Guyane : Décès d’un sous-officier lors d’une mission contre l’orpaillage clandestin (MàJ)

Un sous-officier de la 1ère compagnie du 9e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) a été mortellement blessé par un tir accidentel au cours d’un mission contre l’orpaillage clandestin, en Guyane, le 21 décembre. Au moment des faits, le militaire se trouvait à bord d’une pirogue, sur le fleuve Maroni. Il rentrait à la base Saint

Combat contre l’EI : Pour Bachar el-Assad, les combattants kurdes syriens sont des « traîtres » (MàJ)

Quand, à l’automne 2014, les combattants kurdes syriens des Unités de protection du peuple (YPG) durent livrer la bataille de Kobané face à l’État islamique (EI ou Daesh), ils furent bien seuls. Dans un premier temps, du moins, car la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis vint leur apporter un soutien aérien… au point de

Syrie : Les incidents aériens entre la coalition et les forces russes sont de plus en plus fréquents

Lors de son dernier passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, en octobre, le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général Lanata, avait indiqué que, l’étau se resserrant sur l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie, les avions de la coalition « évoluaient désormais quotidiennement dans un mouchoir de poche à proximité