Forces navales/ Archives

Marine nationale : Quatre femmes officiers serviront bientôt à bord d’un sous-marin nucléaire

En avril 2014, Jean-Yves Le Drian, à l’époque ministre de la Défense, avait annoncé que trois femmes officiers de la Marine nationale allaient être autorisées, à titre expérimental, à servir à bord d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) dans le courant de l’année 2017. Jusqu’alors, il n’était pas question d’ouvrir la filière des sous-mariniers au

Naval Group et Fincantieri brouillent les cartes pour tenter de remporter le marché des frégates canadiennes

Comme l’on pouvait s’y attendre, le français Naval Group et l’italien Fincantieri, qui veulent être le « Renault-Nissan » de la construction navale, vont faire cause commune pour tenter de remporter l’appel d’offres lancé par Ottawa afin de doter la Marine royale canadienne de 15 nouvelles frégates d’ici 2020. « Les leaders français et italien du naval de

La version navale du système anti-roquettes Iron Dome est opérationnelle

Développé par Rafael pour intercepter les roquettes et les missiles de courte portée à une distance comprise entre 4 et 70 km, le système Iron Dome su rapidement faire preuve de son efficacité lors des dernières opérations menées par Israël dans la bande de Gaza. Doté d’un radar de détection et de suivi, d’un système

Le scénario de la disparition du sous-marin argentin ARA San Juan se précise

La semaine passée, un responsable de la marine argentine avait indiqué que le sous-marin ARA San Juan, porté disparu depuis le 15 novembre, fit état d’une avarie sur l’une de ses batteries lors de l’une de ses dernières communications avec la base navale de Mar del Plata, son port d’attache. Mais l’état-major argentin relativisa l’importance

Polémiques en Argentine après la disparition du sous-marin ARA San Juan

Des moyens importants sont toujours déployés pour tenter de retrouver le sous-marin argentin ARA San Juan, qui n’a plus donné de signe depuis le 15 novembre, jour où une forte explosion a été détectée par des capteurs de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Otice) près de sa dernière position connue. La piste

Les enjeux de la prochaine Loi de programmation militaire : La Marine nationale

La prochaine Loi de programmation militaire (LPM), en cours d’élaboration, aura des « enjeux déterminants, presque existentiels pour la Marine », selon l’amiral Christophe Prazuck, son chef d’état-major. Or, la trajectoire financière de cette future LPM a déjà été fixée par le projet de loi de programmation des finances publiques (LPFP), lequel prévoit d’augmenter le budget du

Chammal : Le jour où un drame a été évité in extremis sur le porte-avions Charles de Gaulle

Les comptes-rendus, diffusés chaque semaine par l’État-major des armées, donnent les bilans des missions assurés par les forces françaises sur des théâtres extérieurs ou intérieurs. Seulement, ils ne disent pas tout, dans la mesure où il faut garder une certaine confidentialité sur les opérations en cours. Ainsi en a-t-il été de l’incident qui s’est produit

La piste d’une explosion à bord du sous-marin argentin ARA San juan est désormais privilégiée

Sauf miracle, il n’y a plus désormais plus d’espoir de retrouver vivants les 44 membres de l’équipage du sous-marin argentin ARA San Juan, qui n’a plus donné de signe de vie depuis le 15 novembre. Et un scénario censé expliquer ce qu’il s’est passé à son bord se précise. Normalement, quand un sous-marin fait naufrage,

Les recherches du sous-marin argentin ARA San Juan sont entrées dans une phase critique

Voilà maintenant sept jours que le sous-marin argentin ARA San Juan n’a plus donné signe de vie et que d’importants moyens ont été déployés pour tenter de le retrouver, avec ses 44 membres d’équipage. Alors que les conditions métérologiques sont difficiles, 14 navires et 10 avions appartenant à plusieurs pays, dont l’Argentine bien sûr mais

Le BPC Tonnerre et la frégate Chevalier Paul ont appareillé pour la mission « Bois Belleau 100 »

En novembre 2013, le porte-avions Charles de Gaulle avait appareillé de Toulon, avec son groupe aéronaval, pour prendre part à la mission « Bois Belleau », appelée ainsi en souvenir de la bataille du même nom, livrée en mai 1918 par le contingent américain, alors arrivé quelques mois plus tôt en France. Mais pas seulement puisqu’il était