Diplomatie/ Archives

Nouvelle brouille diplomatique entre la Moldavie et la Russie

Actuellement, l’attention se porte plutôt vers la Baltique et le sud-est de l’Ukraine (Donbass), où l’on surveille de près les intentions russes. Mais c’est peut-être en Moldavie qu’il pourrait se passer prochainement des choses… étant donné que Chisinau et Moscou se disputent au sujet de la Transnistrie et que l’opinion publique moldave est divisée entre

L’administration Obama aurait ménagé le Hezbollah pour obtenir un accord sur le nucléaire iranien

Pour se financer, le Hezbollah a toujours eu recours à des trafics illicites. Puis, après la guerre du Liban de 2006, au cours de laquelle elle a affronté Israël, la milice chiite, soutenue par l’Iran, a vu ses besoins financiers augmenter significativement. Aussi, elle a accentué ses activités criminelles, en particulier en Amérique latine, où

Le chef de la diplomatie française répond sèchement à Bachar el-Assad

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a fermement réagi aux propos tenus par le président syrien, Bachar el-Assad, le 18 décembre. Pour rappel, le chef du régime syrien avait accusé la France de « soutenir le terrorisme » et estimé que, à ce titre, elle n’était « pas en position de donner une évalution d’une

Combat contre l’EI : Pour Bachar el-Assad, les combattants kurdes syriens sont des « traîtres » (MàJ)

Quand, à l’automne 2014, les combattants kurdes syriens des Unités de protection du peuple (YPG) durent livrer la bataille de Kobané face à l’État islamique (EI ou Daesh), ils furent bien seuls. Dans un premier temps, du moins, car la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis vint leur apporter un soutien aérien… au point de

La France et l’Égypte vont renforcer leur coopération militaire

En novembre, l’Égypte a connu l’attentat le plus meutrier de son histoire avec l’attaque de la mosquée soufie de Bir Al-Abeb, dans le nord du Sinaï, au cours de laquelle 305 personnes ont perdu la vie sous les balles d’une quarantaine de jihadistes appartenant probablement à la branche égyptienne de l’État islamique. (*) Un mois

La Chine ne tolérera pas la présence de navires de l’US Navy à Taïwan

L’an passé, alors qu’il ne s’était pas encore approprié le bureau ovale de la Maison Blanche, Donald Trump avait suscité la colère des autorités chinoises après avoir fait état d’un entretien téléphonique avec Tsai Ing-wen, la présidente taïwanaise. Pour Pékin, ce contact était de nature à remettre en cause le principe de « Chine unique » (ou

La France veut plus d’informations sur le projet russe de livrer des armes aux forces centrafricaines

Visiblement, le sort de la Centrafrique préoccupe la Russie. Le 12 novembre, Moscou a en effet demandé au Conseil de sécurité des Nations unies une exemption à l’embargo sur les armes imposés à ce pays depuis 2013 afin d’équiper deux bataillons des Forces armées centrafricaines (FACa) en cours de formation. D’après le plan russe, une

Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte une résolution pour appuyer la Force conjointe du G5 Sahel

Il y a encore quelques semaines, et pour des raisons essentiellement financières, les États-Unis s’opposaient à une implication de l’ONU dans la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso), soutenue par la France afin de traquer les groupes jihadistes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). D’où

La question ukrainienne est un « obstacle » à la normalisation des relations entre Washington et Moscou

Alors qu’une enquête sur les interférences russes dans la dernière élection présidentielle américaine et visant l’entourage de Donald Trump est en cours, il ne faut guère s’attendre à une éventuelle amélioration des relations entre les États-Unis et la Russie. Du moins dans un avenir proche. À l’occasion du réunion des ministres des Affaires étrangères et

M. Macron critiqué par des responsables irakiens pour avoir évoqué le démantèlement des unités paramilitaires

Maintenant que l’État islamique (EI ou Daesh) a perdu l’essentiel des territoires qu’il contrôlait depuis 2014, il importe désormais de « gagner la paix », en empêchant que les causes ayant favorisé l’expansion de l’organisation jihadiste puissent se reproduire. Et l’opposition entre sunnites et chiites est l’une d’elles. Faute de quoi, l’Irak, en particulier (mais cela vaut