Quelle sera la protection balistique du porte-avions de nouvelle génération?

Ces derniers mois, et notamment à l’occasion de la dernière édition du salon Euronaval, il a surtout été question des caractéristiques générales du porte-avions de nouvelle génération [PA NG], de ses chaufferies nucléaires ainsi que des catapultes électromagnétiques [EMALS] et du système de récupération des aéronefs [AAG pour Advanced Arresting Gear] dont il sera doté. Il a également été fait grand cas des essais hydrodynamiques de sa carène ou bien encore de l’aménagement de son pont d’envol.

Pour le moment, la phase d’avant-projet sommaire a permis de faire les choix technologiques majeurs. Choix qui devront encore être confirmés et affinés durant la phase d’avant-projet détaillée, prévue en 2023. Cependant, certains aspects de ce PA NG, pourtant essentiels, ont peu été évoqués jusqu’à présent. Tel est par le exemple le cas de la protection balistique de ce futur navire.

Or, en la matière, la nouvelle classe de porte-avions américains, inaugurée par l’USS Gerald Ford, a innové, avec le DAPS [Dynamic Armor Protection System]. Pour schématiser, le principe de ce dispositif consiste à faire circuler un champ électromagnétique entre les deux parois blindées d’une coque afin de neutraliser, le cas échéant, les effets d’une charge creuse dont serait muni un missile anti-navire tiré contre le navire. Le PA NG reprendra-t-il cette innovation américaine, comme ce sera le cas pour les EMALS et le système AAG?

Pour le moment, cette question est sans réponse… Ou, du moins, elle n’a pas été abordée publiquement [sauf erreur, ndlr]. En tout cas, la Direction générale de l’armement [DGA] doit bien avoir une idée précise de ce que devrait être la protection balistique du PA NG. En tout cas, elle y travaille…

En effet, le 24 novembre, elle a indiqué, via Twitter, que son centre d’expertise « Techniques Terrestres », installé à Bourges, venait de commencer les « premiers essais de protection balistique du porte-avions de nouvelle génération nécessaires à la définition de sa structure ».

Et d’ajouter, sans livrer plus de détails : « Avec un tir de munition sur des cibles représentatives de la protection de la coque du navire, cette campagne permet d’affiner la conception de sa structure et la mise au point de son blindage pour assurer la meilleure résistance possible ».

Reste donc à voir quels seront les choix fait à l’issue de ces essais… Quoi qu’il en soit, et comme le soulignèrent les sénateurs Olivier Cigolotti et Gilbert Roger dans un rapport remis en juin 2020, le PA NG « devra pouvoir répondre aux défis stratégiques de l’après 2040 », et donc être « capable de s’adapter » sur le plan technologique. Mais les deux parlementaires avaient surtout évoqué les enjeux du combat collaboratif, et non celui de la protection du navire.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

100 contributions

  1. Oliver dit :

    Je me répète.
    Général MacArthur : “Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard.”
    Dilem. Tant de ressources allouées à ce mega projet alors que la situation géostratégique va virer au cauchemar pour cette seconde moitié de décennie.

    • Patrico dit :

      je me répète dans ces belles pages , ce, ces, PA NG seront extrêmement vulnérables même avec leurs dernières inovations technologiques et de défenses et de leurs tres imposantes Armada! des dizaine de PA petites tailles comme le développent et construisent la Turquie seront beaucoup plus mobiles , discrets et efficaces en rapidité d interventions ou de maintiens sur nos territoires lointains! la Lourdeur de tous « éléments TAM E » ne seront Plus de mises ! en…demain! simple avis d observateur quidam. merci a Tous Thank you merci !

      • Requin dit :

        Mon grand, avant de te prendre pour un grand spécialiste des porte-avions, apprend au moins le B – A -> Ba de ces machines. Des petits PA catobar pour lancer des avions de 20 à 35 tonnes, c’est juste physiquement pas possible. Et on est pas prêt de voir un drone supersonique capable de d’emporter 6-7 tonnes de munitions sur le pont du porte-drones turcs.
        Et les PA géants sont tellement has-been que la Chine construit son 3e en 10 ans. Curieux quand même pour un pays à la pointe des missiles hyper-machin de la mort qui tue.
        Alors arrête de te ridiculiser avec ce genre de post.

        • TINA dit :

          Bsr Mr REQUIN !

          Je rejoins votre commentaire sur les PA. ….. Et rejoins celui de Mr Patrico sur les PA……Et ce n’est pas bizarre!!! Et donc , …. Vous devriez vous relire!!!
          Quoi qu’il en soit , il n’y a pas de PA autre qu’USA qui ont comme côtes : 332.8 M X 78 M.
          Or, ce sont des points essentiels pour revoir ces collègues! Et cela nous coûtent RIEN ! Au contraire , on économise!
          Dès lors, puisqu’on parle de phase « D’AVANT PROJET » ( c’est devenu une M…E notre D..A. et Cie(s). de notre PA, les caractéristiques étudiées …. Sont de la merde!!! Veuillez m’excuser … De la M…E!!!!
          Pire ! De La VRAIE M…E!!!!! Allez : C’est moi qui donne les directives : Désormaiss , on étudie sur du 295 M x 69 M!
          —> Et voilà !!!! ca devientt beaucoup plus simple sur beaucoup plus de données et facteurs essentiels!
          Ps : On me signale que DASSAULT est particulièrement satisfait de ces nlles consignes …. Ainsi que MBDA, SAFRAN, THALES, Le SECURITE CIVILE ( QU’EST CE QU’ELLE VIENT FAIRE LAà????? Celle-Là???? Encore Lààà????).

          BON….Bin ù!!!!!!

      • Castel dit :

        Il me semble que l’idée des se doter de petits portes avions, mais en quantité relativement importantes ( 4 ou 5 au moins) ne serait intéressante que si l’on décidait de n’en construire qu’un gros, si nous en construisons 2, on ne peut se permettre de courir après plusieurs lièvres à la fois….
        Quels seraient les avantages et les inconvénients ?
        D’abord, il faudrait envisager de concevoir un avion spécifique, car, je ne vois pas un Rafale Marine pouvoir décoller avec une charge militaire suffisante d’un tel pore avion, la solution d’un avion à décollage vertical type « Harrier » semblant trop couteuse, et trop longue à mettre au point, la solution d’un chasseur multi-rôle type « ADAC » semblerait le meilleur choix, sachant toute fois qu’il n’aurait pas la capacité d’emport d’un Rafale, et que de toute façon, il n’existe pas pour l’instant au catalogue…..
        Par contre, l’avantage d’avoir un nombre important de porte avions légers nous permettrait d’avoir la certitude d’avoir toujours une disponibilité effective, même pendant la révision de l’un d’entre eux….
        Enfin, pour compenser leur taille, ils pourraient être utilisées par groupe de deux, l’un assurant l’attaque opérationnelle, l’autre assurant la couverture opérationnelle du groupe….
        Enfin, en cas de perte de l’un d’entre eux, il nous en resterait toujours 3 ou 4 de disponibles, alors qu’avec la perte toujours possible d’un de nos deux gros porte avions, nous perdrions la moitié de notre aéro navale.
        Par contre, pour certaines opérations, un PA de grande dimension semble irremplaçable (confrontation de supériorité aérienne, face à un ennemi lourdement équipé par exemple)
        Donc, les deux solutions me semblent avoir chacune leurs avantages et inconvénients, il faut laisser le haut commandement maritime faire son choix !!

        • Nike dit :

          L’idée n’est pas mauvaise, mais je dirais plutôt qu’il nous faut des petits porte-drones. Ils pourraient venir en complément d’un PA classique pour la surveillance ou la reconnaissance. Ne pourrait on pas modifier nos 3 PHA pour qu’ils puissent accueillir des drones « légers » ?

  2. Félix GARCIA dit :

    J’ai trouvé le matériau parfait ! Aussi léger qu’une plume, et aussi dur que les écailles d’un dragon :
    https://www.youtube.com/watch?v=mc1xmT63_Kk
    🙂

    Nan ? 🙁
    Du vibranium du coup ?
    Non plus ? 🙁

    D’ailleurs, est-ce qu’on peut imaginer du « hard-kill » (très rapproché, comme sur les tanks) sur les navires ? Une sorte d’ultime recours. Il y a de la place, nan ?
    Ou des drones volants explosifs qui formeraient un sorte de « barrière » sur la trajectoire estimée à quelques mètres ou dizaines de mètres du navire, et … kaboom ! Avec une explosion dirigée vers l’extérieur.
    La triangulation pourrait peut-être même être complétée à partir de drones navals « compagnons » ? Drones qui porteraient eux-mêmes ces essaims de drones explosifs/défensifs/ »hard-kill » ?
    Et bis repetita avec ce qui vient sous la surface (mais pas avec des drones volants pour le coup) ?

    Z’en pensez quoi ?

  3. C dit :

    Le problème du porte avion c est qu’il est vulnérable aux armes balistique modernes..ex chage atomique aérienne…certes utile en temps de paix. mais catastrophique si coule…combien
    de marins d avions ?.? et politiquement ??
    est ce encore un bon choix ??

  4. OON dit :

    Bonjour à tous.

    Qui pense que ce PA se fera vraiment?

    Vu le déficit budgétaire, l’état de l’économie, la dette, l’avertissement du fmi de cette semaine, c’est bien beau de faire des études coûteuses, et la suite?
    Il est temps d’avoir une massification avec du matériel fiable, léger, réactif, communiquant, des drones…, du matériel disponible à coût reduit.

    On donne hors comptabilité des AMX 10RC, des AMX 30 B2 qui fonctionnent très bien en Ukraine.
    Au lieu de jouer les bons donateurs, investissons dans des équipements robustes et durables, et à la place d’un nouveau PA, investissons dans des corvette bien armées au lieu de navires plus imposants avec peu d’arréduit.
    On peut bien réfléchir à la protection du PA, 2 missiles hypersoniques a 150 m de distance en 2 points du pont et le navire sera hors de combat où du moins incapable de catapulter le moindre aéronef.

    La France est devenu un pays faiseur d’études alors que les Ukrainiens, avec un peu de jugeote font évoluer leur matériel sans faire de longues et coûteuses études. Nous sommes déjà pas foutus de développer un drone, de faire des armes de petit calibre, de maintenir le parc volant, roulant et naviguant, et on va étudier un machin de matériau théoriquement indestructible! Triple peau de 3 fois 40 cm d’un alliage composite titane kevlar ? Ok, on rajoute une troisième chaufferie nucléaire et 20000 tonnes à la barcasse?

    Quand on a pas les moyens d’acheter une Ferrari, on achète autre chose.

    • Niko dit :

      Première fois que j’entends parler d’AMX10RC et AMX30 cédés à l’Ukraine

    • easye dit :

      Les enemies de la france ne sont pas nos voisins en Europe d’ou l’importance du GAN… Ya plus de chance qu’un 2eme PA soit comissionné avec un budget defene a plus de 70+ Milliards d’ici 2030 que de supprimer notre unique PA.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Il y a 40 ans les FLF ont été conçues pour pouvoir encaisser une frappe de missile et être capable de riposter après. Il est un peu naïf de croire qu’on va construire un PA2 incapable de fonctionner après une frappe, serait-elle de 2 missiles hypersoniques.
      Toute la com sur les missiles hypersoniques vient de la Chine qui cherche à dissuader les US d’intervenir à Taiwan en affirmant qu’ils sont en mesure de couler des PAs.
      L’histoire compte de nombreuses armes ultimes tombées dans l’oubli. Je me souviens des torpilles russes à supercavitation qui étaient aussi des armes ultimes. Il s’est avéré que ces torpilles sont extrêmement bruyantes et ne peuvent changer de direction une fois lancées, ce qui permet de les détecter et de les éviter aisément. En cas de difficultés on peut aussi les détecter à l’écume banche à la surface, un peu comme dans Tintin.
      Les missiles aster sont déjà capables d’intercepter certains missiles hypersoniques. Les travaux vont continuer et dans 20 ans quand le PA sera construit, il aura les successeurs des aster, plus performants, des lasers, sans compter des capacités améliorées en ce qui concerne le leurage et le brouillage, car un missile, même hypersonique, ne peux frapper qu’une cible dont il connait la position…

      • Frank dit :

        @ Aymard de Ledonner Non, c’est faux.
        Cette dérision sur des armes ultimes peut prêter à sourire sur l’instant, ou comme tout concept qui pourrait influer sur un conflit, mais nombre d’exemples l’ont vérifié dans l’Histoire.
        Les nazis étaient proches de l’arme nucléaire, ce ne sont que les dualités, la bureaucratie, et les choix de l’Adolf qui ont bridé, heureusement, les Heisenberg, Harteck et autres, comme la fuite de Lise Meitner après Frisch, et autres Juifs l’ont retardé.
        Il délirait sur d’autres Wunderwaffe bien moins destructeurs, mais il n’en s’est fallu de peu, les US l’on bien compris en récupérant Dornberger et von Braun , de Dora vers les USA lors de Paperclip.
        Et l’Histoire retient deux armes ultimes qui ne sont pas tombées dans l’oubli, les deux seules bombes nucléaires utilisées, par les US, sur deux cibles sans intérêt militaire. Pour l’exemple.
        Dans une moindre mesure, Repulse et Prince of Wales, fleurons Britanniques destinés à sauver Singapour, ont été coulés en quelques heures par un nouveau concept inconnu, l’aéronavale Japonaise en 41.
        Donc, méfiance à considérer l’actuel comme indestructible, et de nouvelles armes comme de la com, chacun sait que la créativité dans ce domaine est très fructueuse.
        Sauf erreur, il me semble qu’une salve de missiles nucléaires de faible puissance, peu couteux, qui saturent des Aster ou autres, et dont l’un seul atteint son but à 25 000 pied neutralise par champ IEM de niveau E3 toute l’électronique d’un GAN, qu’il soit en mouvement ou non, à 15 kn ou plus.
        Et ce dernier fait des ronds dans l’eau, sans défense contre d’autres missiles mieux ciblés et sans obstacles.
        Le souci, ce n’est pas de dénigrer l’adversaire, mais d’éviter par la Diplomatie de vérifier ses armes, je crois.

        • Aymard de Ledonner dit :

          Je ne dis pas qu’une nouvelle arme ne peut pas avoir un impact significatif. Je parle du cas particulier de l’arme hypersonique. Les russes sont a la pointe mais on a vu en Ukraine que mème leurs missiles supersoniques étaient peu précis sur des cibles fixes non protégées.
          Donc ils ne sont pas prêts d’arriver a atteindre une cible mobile et protégée avec un missile hypersonique.
          Les chinois ont d’énormes moyens et vont progresser. Il faut s’y préparer mais sans les surestimer non plus.
          vous parlez d’une frappe nucléaire. Ce n’est pas pertinent. Je vous le dit avec respect. Une frappe nucléaire contre les forces françaises entrainera une frappe de riposte. Poutine ne le fera pas car il est vulnérable sur le plan conventionnel. La chine ne le fera pas car nous pourrions riposter sur son territoire.

        • et v’lan passe moi l’éponge dit :

          La faille du raisonnement c’est l’utilisation d’arme nucléaire… Qui de fait entraine une riposte du même ordre…
          Sans oublier bien évidemment les effets IEM qui sont valables pour les deux camps les rendant aveugles.

      • ji_louis dit :

        Mach 5 ~= 6000 km/h
        Tirer sur un P.A à 1000km –> trajectoire de 10 mn.
        Distance parcourue par un navire à 25 noeuds en 10 mn = 4,6 km.

        Un missile hypersonique avec une charge nucléaire pour cibler un porte-avion et sa flotte d’accompagnement, pas besoin de toucher laflotte ou de recaler le missile après son lancementje serais surpris d’apprendre que les navires restent opérationnels si cela arrivait.

    • Mèkeskidi dit :

      Vous ne pouvez pas à la fois relever la vulnérabilité des PA à certaines nouvelles menaces et critiquer les recherches faites pour s’en prémunir.

      Sinon, quand vous écrivez « peu d’arréduit », il faut lire peu d’armement ?

  5. Frédéric dit :

    Le souci est qu’il y désormais tellement de  »charges utiles » pouvant être embarqué sur un gros missile qu’une protection totale est impossible.

    • HMX dit :

      C’est aussi ce que je pense, les missiles évolueront toujours plus vite qu’une protection passive inamovible. La première protection, c’est évidemment la protection active du PA et de son escorte (missiles, lasers…). La protection passive est le dernier recours.

      Je ne vois que peu d’intérêt à investir dans un système aussi sophistiqué que le blindage des PA classe Ford. Un « simple » blindage latéral et blindage de pont semble suffisant, et surtout des mesures qui ont fait leurs preuves : nombreux compartiments étanches, équipements principaux redondants, et système performant de lutte contre les incendies. Bien sûr, il ne faut pas s’interdire d’innover, notamment en matière de système de lutte anti-incendies (apports de l’IA pour la gestion d’un sinistre, robots d’intervention dans toutes les zones « sensibles »…), et dans des techniques de réparation d’un sinistre à la mer (mousse expansive projetée pour reboucher les trous, robots pour impression 3D des zones à reconstruire…).

  6. ORION26 dit :

    Difficile voir impossible pour un programme qui sera operationnel dans 15 ans au mieux d’etre sur qu’il sera pas depassé par l’evolution des armements offensifs . les americains ont les moyens de se louper mais pas nous . cette relexion peut s’appliquer au SCAF et au char NG

    • Avekoucenzeh dit :

      « Difficile voir impossible »

      Voire = Et même
      Voir = Se référer à

      Difficile, voire impossible.

  7. Jupiter dit :

    Bonjour,
    Je doute que la solution Française soit de même acabit que la solution équipant les PA de classe Ford.
    Le champ électromagnétique utiliser par le Ford demande beaucoup d’énergie. Énergie que peuvent fournir les 2 immenses réacteurs A1B de 700MW chacun qui l’équipent.
    Actuellement, le concept du PANG ne serait équipé que de 2 centrales de 220 MW, soit 1/3 des Américains.

    • Requin dit :

      Les puissances thermiques des réacteurs US sont des valeurs commerciales et de sécurité. En réalité, la puissance délivré à l’instant T sera quasiment la même que sur les Nimitz dont il reprennent la même propulsion de 260.000 CV.
      La vrai différence de ces réacteur n’est donc pas leurs puissance mais la capacité emport d’uranium qui est fait pour ne pas avoir à recharger de toute la vie du navire quand les petits K15 du CdG l’oblige à faire le plein tous les 7-8 ans d’utilisation et et cela devrait être de plus de 10 ans pour le PANG. La puissance affichée des réacteurs US n’est qu’une résultante de ce stockage d’énergie.

  8. Aymard de Ledonner dit :

    Je pense que ce n’est pas le genre de détail que l’on peut espérer obtenir. Nous n’avons pas d’informations sur la structure de la coque du CDG même maintenant alors il y a peu de chances qu’on en sache beaucoup sur celle du futur PA.
    Par contre quand on voit les images de coques en construction ou de nombreux renforts sont visibles, on constate que même le Jacques Chevalier, pourtant pas un navire de premier rang, dispose de nombreuses cellules lui permettant d’éviter de couler au moindre choc en mode Helge Ingstad.

  9. GUEPRATTE dit :

    Elle sera de zéro face à des missiles hypersoniques qui lui foncent dessus à mach 25 ou mach 50 sans aucune charge explosive car 1/2 MV carré fera parfaitement l’affaire….

    • Dolgan dit :

      Donc sans correction de trajectoire. Donc qui n ont aucune chance de le toucher…

      • M51 dit :

        @ Dolgan
        Le calcul de la trajectoire se fait à l’apogée du missile. A ce moment-là, le PA ne sait pas encore qu’il est visé et l’attaquant sait parfaitement où sera le PA quarante secondes plus tard (quarante secondes, c’est le temps qu’il faut pour descendre de cinq cents kilomètres à 12 km/s).
        De plus, avec une « petite » bombe nucléaire de 15kt, il n’est pas utile de toucher pour couler : une précision de deux-cents mètres est largement suffisante.

        • Dolgan dit :

          Ce n’est pas le temps que mettra un missile avec une vitesse terminale de 12km/sec.

          • Plouc putatif dit :

            Dolgan, dites-nous donc quel est le temps et pourquoi quelques secondes de plus ou de moins changent les données.

        • Requin dit :

          LOL, et 2 heures plus tard, les 3/4 des espaces terrestres de la Terre ressembleront à un tas de cendres radioactives.
          Cela vous parle le principe de la dissuasion nucléaire ?

          • Bêta dit :

            @ requin, reportez-vous au post de « Stratège de bac à sable » 22 novembre 2022 à 11:07.

          • Stratège de bac à sable dit :

            Requin, quel décideur (et son entourage) oserait déclencher une apocalypse dont il serait lui-même victime, simplement parce qu’on lui a cassé des porte-avions ?
            Aucun, et c’est précisément le principe de la dissuasion nucléaire.

    • Aymard de Ledonner dit :

      mach 50? Vous êtes petit joueur! Soyons fous :mach 250!

      • rainbowknight dit :

        Si les vitesses évoquées sont hautement improbables dans l’état des connaissances scientifiques aujourd’hui , le principe est quant à lui pertinent.
        C’est semble t il la réflexion conduite par la Chine pour « briser » les géants américains.
        Les développements de l’IA et l’intégration de celle-ci dans une missilerie HighTec n’interdisent pas d’imaginer que les solutions retenues par le camp « occidental » seront obsolètes très rapidement.
        Faut il encore vraiment des géants des mers pour asseoir une diplomatie dynamique ?

        • Dolgan dit :

          C’est ce sur quoi ils communiquent. Et surtout ce sur quoi les fans boy fantasment. La réalité du missile en phase terminale, sur cible mobile , sera bien inférieure.

          • Capitaine de bateau-lavoir dit :

            Ouais euh… Dolgan, je vous laisse bien volontiers ma place sur le PA. Je préfère embarquer dans un soum ou sur un navire de surface coûtant moins cher qu’un missile balistique.

    • Thierry le plus ancien dit :

      est-il bien utile d’utiliser 25 ou 50 pseudos pour dire la même chose…

    • Ludovic Auray dit :

      toi t’as séché tes cours de physique a l’école 😀

    • easye dit :

      LOL a cette vitesse le missile est incapable de corriger sa trajectoire…

    • VinceToto dit :

      Mach ~7..10 en final c’est largement suffisant et une charge en plus ne fait pas de mal dans un PA costaud.
      >Mach 25 c’est des vitesses d’entrée dans l’atmosphère ou, par exemple, du véhicule russe Avangard en altitude.

    • Carin dit :

      @GUEPRATTE
      Vous vous laissez emporter par la passion.
      Mach 25 étant deja plus rapide qu’un la vitesse de rentrée atmosphérique d’une navette spatiale ou d’un module…
      Vous imaginez la taille du bouclier thermique de votre missile a cette vitesse?
      Alors à Mach50..
      Sinon au jour d’aujourd’hui, les vitesses enregistrées des super missiles de la mort qui tue la mort, ne dépassent pas Mach 7… et pas longtemps, pour cause de fonte du revêtement externe, d’une part, et de perte totale de guidage d’autre part.
      Mettre un gros moteur fusée au cul d’un missile est d’une simplicité enfantine, le tirer dans la direction de sa cible aussi, mais le guider vers celle-ci, et faire mouche, n’est pas à la portée ni des russes, ni des chinois, et vous le voyez en Ukraine, ils ratent des cibles pourtant fixes.

      • Paul Letissier dit :

        « Faire mouche » n´est pas utile avec une arme nucléaire
        Nos missiles balistiques M51 ont une précision de 200 mètres et c´est largement suffisant.

  10. PHILIPPE dit :

    Bon courage à nos ingénieurs car, c’est vrai, une frappe arrive vite :
    https://www.youtube.com/watch?v=IUZu8bvxJs4

  11. Félix GARCIA dit :

    À propos du « tur-fu » :
    CREC – 4/7 – Le comportement du fantassin dans le combat robotisé
    Cet article se propose de prendre pour base « Sous le feu : réflexions sur le comportement au combat », écrit par le LCL Michel Goya, d’en tirer certains invariants de l’histoire du fantassin et de considérer les effets de la plus-value potentielle que la robotique militaire peut apporter au comportement du soldat dans les situations de combat, ainsi qu’en corolaire, ce que l’utilisation de robots par l’ennemi pourrait avoir comme effet sur ce même comportement.
    https://www.c-dec.terre.defense.gouv.fr/index.php/fr/actualites/356-crec-4-7-le-comportement-du-fantassin-dans-le-combat-robotise

  12. berger dit :

    le pa ne sert a rien pour defendre le pays, il sert pour foutre sur le gueule aux autres qui le plus souvent ne nous ont rien fait…

    • Yrr dit :

      Exact, le PA est par excellence l’arme uniquement offensive, par définition utilisé uniquement pour frapper très loin de son propre pays.

      • Dolgan dit :

        Non, les pa sont avant tout fait pour contrôler les mers. En ce qui nous concerne, maintenir ouvertes les voies maritimes entre nos territoires.

      • Castel dit :

        Non, pas tout à fait d’accord :
        Quand on examine la carte de France, on se rend bien compte que nous sommes entourés de mers ou d »un océan, donc, si nous n’avons rien pour empêcher un danger éventuel de s »approcher de nos côtes, il faudrait compter uniquement sur notre couverture aérienne continentale, ce, qui compte tenu de la portée des missiles actuels risque d’être un peu juste…….

    • Roland Desparte dit :

      Tout à fait Monsieur le « Berger NG « ! Seuls comptent les moutons, ou les veaux comme dirait le grand Charles… Comment peut-on sortir de telles inepties ????

    • Momo dit :

      Pour ceux qui ne le savent pas berger est un xinotroll.
      Tout de suite vous comprenez mieux son baratin.
      En sachant que ces Chacals lubriques en fabriquent trois mais tout comme pour le reste de leur armement moderne n’en ont aucune pratique.
      Et l’Ukraine les laisse extrêmement perplexe… (au vu des brillants résultats du matériel russe qu’ils ont copié)

  13. PK dit :

    Un peu de bon sens permettrait de revenir à des bases oubliées depuis longtemps.

    Un cuirassé de la SGM serait difficilement coulable aujourd’hui avec des missiles de types Exocet. Le blindage épais ne coûte pas très cher, surtout sur un navire mû par un moteur atomique.

  14. Jean Le Bon dit :

    A quel prix doit-on faire ce PA-NG ? Sommes nous encore une « grande puissance » ?

    • rainbowknight dit :

      Oui tant qu’il reste des contribuables. Après quand tous les deniers publics seront dispendieusement distribués à la « classe nécessiteuse » la France retrouvera une place peu envieuse. C’est la politique voulue aujourd’hui…

    • brochet dit :

      Non ! Une moyenne seulement et en déclin en plus.

  15. Yrr dit :

    Contre un enemi doté de missiles hypersoniques, les porte-avions sont obsolètes. Cette évidence a du mal à rentrer dans les têtes trop grosses.

    • Thierry le plus ancien dit :

      vu le nombre de porte avion qui se construisent à travers le monde votre message est déjà obsolète, la question ne se pose plus du tout, je vous rappelle que les porte avions sont eux aussi dotés de missiles de tout type y compris de missiles anti missile hypersonique.

      ne vous est-il jamais venu à l’idée qu’un missile hypersonique pouvait détruire un autre missile hypersonique ?

      le concept de l’hypersonique est galvaudé.

      • GUEPRATTE dit :

        a thierry…..Je rappelle que les porte-avions de l’Otan ne sont pas équipés de missiles « hypersoniques » pour intercepter des vrais missiles hypersoniques ….ils devront inutilement se contenter en phase terminale d’attaque et avec de grandes illusions ,des CIWS qui de toutes maniéres foirent un coup sur deux…..

        • Stratège de bac à sable dit :

          Le problème pour un PA (ou pour tout autre navire de surface valant plus cher qu’un missile) c’est qu’il n’a que 40 secondes entre le moment où un missile balistique (si toutefois ce missile est repéré) est à son apogée (500km) et prend visiblement le PA pour cible et le moment où la charge nucléaire explose à moins de 200m du PA.
          C’est un problème sans solution que tous les « vendeurs » de PA évitent soigneusement d’évoquer, sachant que les « acheteurs » de PA (les décideurs politiques) sont incapables de seulement comprendre le problème.
          .
          Comme quelques intervenants sur ce blog, dépassés par cette problématique actuelle bien qu’ils s’intéressent depuis longtemps aux questions de défense : certains d’entre eux restent bloqués sur des schémas de pensée du 20ème siècle.

    • Requin dit :

      Curieusement la Chine construit son 3e PA en 10 ans alors qu’ils sont en pointe sur ce type de missile qui n’ont d’ailleurs rien de révolutionnaire. La doctrine soviétique étaient d’envoyer des missiles nucléaires d’assez forte puissance en les faisant exploser au vent des GAN US suffisamment loin pour limiter l’interception mais suffisamment proche pour que l’arme soit efficace.
      Mais je note que vous prenez les 2 plus grandes puissances militaires du moment, les USA et la Chine pour des crétins bon pour l’asile.
      Cela en dit surtout long sur vous…

    • Castel dit :

      Je voudrai rajouter à mon intervention précédente, que même si un porte-avion peut avoir une utilité pour la défense de l’hexagone, c’est surtout pour la protection de nos DOM TOM qu’il pourrait s’avérer utile, notamment en ce qui concerne la Nouvelle Calédonie…..

      • Momo dit :

        Là on est en désaccord.
        Qui voudrait sérieusement s’encombrer des emmer.ements qui vont avec?
        Et c’est un euphémisme.
        Même les comoriens ne veulent plus de Mayotte (un beau département rempli de chances…)
        Le seul truc bien ce serait d’aller couler et abattre bateaux et avions remplis de coke mais imaginez la réaction de la nupes!
        Donc inutile de s’ennuyer, cela ne sert absolument à rien à part fatiguer les forces de l’ordre métro.

  16. Nico From UK dit :

    On voit bien avec l’Ukraine que l’avenir appartient aux drones, qu’ils soient aériens, maritime ou sous-marin. Les portes-avions et les navires de grandes tailles n’ont aucun avenir, ils seront pulvérises par des missiles coûtant dix mille fois moins cher en cas de conflit majeur (a moins de rester bien caché au port, inutile). Meme les avions de chasses ne sont pas assuré d’un avenir : les drones de combat dopés a l’IA sont l’avenir.

  17. Jean dit :

    Le concepteur de PA sera caduque au moment de sa mise à l’eau.
    Beaucoup d’études et d’investissements qui peuvent être coulé en deux trois coups au but ou proche par des vecteurs hypervéloces.
    Un PA coulé pour notre pays, c’est l’ensemble de ses aéronefs perdus.
    Ces milliards seraient plus utiles dans le combat aéroterrestre et le développement d’une flotte de protection de nos ZÉE.

    Jean

    • rainbowknight dit :

      Certes mais si pour le prestige il est baptisé du nom d’un président qui aura fracturé la France, le PA sera fragmenté en des milliers de morceaux. Un euro par morceau suffit à faire le bonheur d’un banquier..

    • Requin dit :

      Mais oui mon grand, t’es un grand spécialiste de la guerre maritime. T’as tellement raison que le nombre de plate-forme capable d’accueillir des avions de combat en service ou en projet n’a jamais été si important que depuis au moins une quarantaine d’années. Cela y compris même par la Chine, le pays le plus en pointe sur les missiles hyper-machin de la mort qui tue.

      Curieux quand même, non ?

    • Carin dit :

      @jean
      Pour vous c’est quoi « une flotte de protection de nos ZEE »?
      Un contributeur l’a mentionné plus haut, nos éventuels ennemis ne se trouvent pas à nos frontières… il nous faudra aller les chercher, et si possible chez eux…
      Quand des contributeurs parlent de défense de nos ZEE, ils pensent navires de combats, soums, chasseurs bombardiers… sans prendre en compte que cela nécessite des infrastructures dans nos possessions, qui elles sont obligatoirement fixes, et par définition dans la ligne de mire des hypersoniques que nos ennemis possèdent.
      La seule réponse équivalente à leur liste de courses, c’est un GAN, qui a l’avantage de proposer navires, soums, avions, que les hypersoniques ne pourront pas atteindre!
      Dans les faits, nous manquons de PA et de tout leur environnement.

  18. Patrick, de Belgique dit :

    La Chine serait en train de développer un réacteur capable d’atteindre Mach 9, de quoi mener la vie dure à un porte-avions, le nouveau étant espéré, le deuxième étant un espoir encore plus lointain… Ne vaudrait-il pas mieux construire des SNA supplémentaires avec toujours plus de missiles de croisière, certains étant même équipés de têtes nucléaires, il parait qu’un pays le fait déjà? Cela dégagerait aussi des frégates pour la lutte ASM, comme on en a pas de trop, il faudra quand même faire des choix, vu les déficits! Si on envoie des Rafale patrouiller en Europe de l’Est au départ du territoire français, on peut le faire aussi pour la Méditerranée; je suppose que les sous-mariniers seront d’accord et que l’Aéronavale va crier au scandale, mais si on n’a pas les moyens d’avoir au moins 2 PA opérationnels face aux risques futurs, il vaut mieux investir dans autre chose, les temps ont changé, et pas forcément à notre avantage, il faut être réaliste et surtout pas défaitiste mais utiliser au mieux l’argent pour un maximum d’efficacité!

    • Carin dit :

      @Patrick de Belgique
      La chine n’est pas encore capable de créer un réacteur pour ses avions… vous lui prêtez la mise au point d’un réacteur encore plus compliqué…
      Les DF 21 et leurs frères ont des bousteurs à poudre, qui les font monter très haut, et atteindre des vitesses hypersoniques à leurs apogées hors atmosphère, puis arrêt des moteurs et retombée vers la cible visée dès le départ, parce qu’impossibilité de manœuvre.
      Les images du DF21 frappant le dessin d’un PA américain, ne sont qu’un montage pour alimenter la propagande, parce qu’au véritable essai, la cible (pourtant toujours fixe), a été manquée de 30km… l’atmosphère est assassine à ces vitesses, les vents, trous d’air et autres différences de couches atmosphériques, font dévier le missile tout comme un gros débris ou un module habité. On peut prédire l’endroit où ça va tomber, mais avec une marge de plusieurs dizaines de kms, il est communément admis qu’un module habité, attende plus d’une heure avant de voir arriver les hélicos pour récupérer les astronautes.

      • Patrick, de Belgique dit :

        Merci pour vos précisions, j’avais pioché cette info sur Méta-Défense du 22-11-22; pour ce qui est du PA, je persiste à croire que si on n’a pas les moyens d’en avoir plusieurs et tout ce qui va avec, il vaut mieux faire autre chose; pour ce qui est des avions embarqués, est-on obligé de se voir imposer un appareil lourd comme une version navalisée du SCAF, qui entraîne le choix d’un PA beaucoup plus imposant (et plus cher) que le Ch. de Gaulle? C’est tout le problème de la coopération, en particulier avec l’Allemagne qui n’a pas les mêmes centres d’intérêt que la France en matière de défense mais dont le poids économique et donc politique peut nous faire dévier de nos véritables intérêts. Si Dassault a sorti le Rafale, il est tout à fait capable de sortir son successeur pourvu qu’il soit soutenu par la France, c’est à dire son gouvernement, contre tous les autres, et ils sont nombreux…

  19. Auguste dit :

    Ils ont pensé à se protéger des drones-torpille,type Poséidon russe?.S’il fonctionne réellement,ça va être compliqué.

    • Dolgan dit :

      Pas vraiment. Posseidon est destinée à offrir une capacité de frappe en second sur une ville côtière même si la Russie était rasée par le feu nucléaire. Ce n’est pas une torpille anti porte avion.

      • Auguste dit :

        Pas une torpille anti porte-avions?: on me dit que ça fait aussi partie de ses cibles.

    • Carin dit :

      @Auguste
      Si c’est (et il y a de grandes chances que ce soit le cas), comme les autres annonces de matériels de la mort qui tue, indétectable, inaltérable, etc.. c’est en grande partie du flan.

  20. Vins dit :

    Mon avis: une protection efficace coûterait plus cher que le porte avion lui même en recherche, technologie et matériaux. Résultat: on va nous faire des grands discours à dormir debout pour au final avoir un navire sans réelle protection. Et on nous parlera de protection collaborative pour finir de noyer le problème.
    De plus, je pense que les plus grands défis de demain sont plus les tempêtes et vagues scélérates pour nos navires qu’un missile russe ou chinois.
    Mais ça on en parlera pas, pas très vendeur pour le recrutement.

  21. Thierry le plus ancien dit :

    double coque blindé en titane avec champs magnétique pour le Gerald Ford , c’est assurément ce qui existe de mieux en la matière pour la protection des grands navire de guerre tel les porte-avions contre tout type de missile ou torpille.

    Cela n’est pas un domaine ou il faut faire des économies puisque c’est l’assurance de la durabilité dans le temps et à travers les conflits, donc investir davantage au départ c’est au final revenir moins cher à l’utilisation.

    D’autres nations comme la Chine ont misés sur la quantité plutôt que la qualité avec des coques tout à fait ordinaire que n’importe quelle munition peut percer, ça n’est clairement pas un choix pertinent pour un bâtiment de la taille et du coût d’un porte avion. Il doit aussi y avoir un système de gestion des dommages contre les incendies avec évacuation des fumées, système de secours et maitrise des flammes, etc, rien ne doit être laissé au hasard, il faut en faire une formidable machine de combat qui sera redouté et redoutable.

    on sait que les cuirassés américains de type Iowa de la seconde guerre mondiale ont une telle ceinture blindés autour de la coque contre les obus de plus de 400mm qu’aucun missile actuel n’est capable de la percer, le missile s’écraserait contre la coque. Cependant le talon d’achille de ce type de navire c’est son pont supérieur en bois faiblement protégé pour gagner du poids, ce qui était aussi le cas des pont d’envol de porte avion US de la seconde guerre mondial. Les porte avions britannique avaient un pont blindés et lorsqu’un kamikaze s’écrasait dessus il suffisait de balayer le pont pour reprendre les opérations…

    le pont d’envol d’un porte avion aujourd’hui doit être quasiment tout autant blindé ou protégé que la coque, c’est absolument essentiel. Et un tel navire n’aura rien à craindre d’aucune menace durant des décennies au moins.

    • E-Faystos dit :

      @ ceux qui lisent Thierry, et qui croient à ses affirmations :
      il a tout faux.
      .
      Les USA démarreent la seconde guerre mondiale sans véritable armée : ils ont des porte-avions moderne mais le reste, c’est de l’ancien.
      aussi les cuirassés perdus à Pearl Harbor? que de la ferraille.
      Et la vulnérabilité des navires de ligne face à l’aviation ? il faut savoir que pour avoir prouvé la vulnérabilité des navires contre les cuirassés, un colonel se fera rétrogader. Son nom ? Billy Mitchell, citoyen des États-Unis…
      malgré ses visions prémonitoire, il sera réduit au silence, écarté des cercles militaire, et réhabilité à titre posthume.
      .
      Pour les Cuirassés, je ne remets pas en cause le mérite des ingénieurs US sur ses navires qui privilégient la vitesse sur le blindage: la palme revenant à la classe Yamato.
      Et dont le dernier exemplaire, le Shinano coulera sans coup férir. c’est pas de la faute des constructeurs : juste qu’un navire sans équipe de pompiers et sans manœuvre de sauvegarde coule comme un vieux bidon.
      .
      pour conclure : un navire est un organisme dont l’équipage est le système immunitaire : extinction du feu, actionnement des cloisons, noyage des soutes à munitions…
      .
      En arrière propos, on peut se référer à la manière dont les FreMM ont été construites : coupe du navire en deux moitiés pour améliorer la redondance, blindage en caissons pour empêcher la propagation de l’explosion dans les œuvres vives, moteurs encapsulés , munitions sécurisées…

  22. Toto 59 dit :

    Tout montre que les guerres se dérouleront différemment de ce qu’on a connu : missiles, drones et surtout moyens d’information seront à la pointe des attaques… Donc à voir les moyens de défense et de déplacement rapides tant en hommes qu’en matériels que cela soit sur terre ou sur mer. Disposer d’un « tigre » contre 100 « T34 », est-ce réellement utile ? L’histoire montre le contraire ! A quoi sert un « monstre » en période conflictuelle si on n’est pas capable d’assurer une protection suffisante et de le voir terrassé temporairement ou définitivement par une « petite » avarie ?

  23. bernard dit :

    Bonjour, il ne faut pas voir la protection des navires futures avec les armes actuelles mais avec des projets en cours de maturations qui arriveront prochainement.
    Dans 15 voir 30 ans, les missiles auront évolués, les lasers seront arrivés en masse dans la arsenaux et les moyens de detection avec l’informatique quantique aussi.
    Je vois bien des lasers de défense sur le PA. Il faudra bien utiliser l’électricité produite quand les catapultes EM ne fonctionneront pas.

  24. vrai_chasseur dit :

    Il n’est pas sûr que la protection balistique électromagnétique (« DAPS ») ait été installée sur le Gerald Ford américain.
    Cette technologie est très séduisante sur le papier mais coûte extrêmement cher.
    Ce serait très étonnant qu’une telle option soit mise en oeuvre sur le PANG français.
    En effet lors de la mise en chantier du Gerald Ford, le dépassement budgétaire était déjà d’au moins +22%.
    Le chantier naval Huntington Ingalls Industries et la marine américaine avaient été sommés par le GAO américain de faire des propositions pour revenir dans l’épure budgétaire initiale. Le chantier a suggéré l’abandon pur et simple de cette technologie DAPS car elle était responsable à elle seule de 15% du dépassement budgétaire sur les 22% au total (on compte en milliards, donc).
    La marine de son côté a proposé de la mettre en oeuvre sur les portes-avions suivants, proposant pour le Gerald Ford une défense ‘multi-couches’ plus classique mais plus complète (missile anti-missiles avec capacité nouvelle de vol au ras des flots) avec en dernière couche, un blindage balistique classique à base de matériaux plus performants.
    Le dépassement budgétaire a eu d’autres conséquences importantes pour la marine américaine : puisqu’on a quand même 1/5 de plus par porte-avions, la marine américaine n’aura a priori au total que 4 portes-avions de classe Gerald Ford sur les 5 prévus au départ.
    Le 5ème est encore « à l’étude » (raison pour laquelle il n’a pas encore de nom, contrairement aux 4 premiers) car il est hors budget.
    Pour remplir son contrat opérationnel, la marine américaine étudie différentes options : prolonger la vie des actuels porte-avions classe Nimitz, faire l’impasse sur d’autres navires, ou construire un porte-avions plus petit à propulsion classique.
    Cette dernière option d’un PA à propulsion classique n’a pas la faveur de la marine américaine, notamment au vu de 2 indicateurs clés : le coût de revient par avion embarqué et surtout le coût de revient par sortie d’avion. Ces indicateurs sont meilleurs avec un PA à propulsion nucléaire.
    Les parlementaires français seraient bien avisés d’examiner de près ces études de la marine américaine, pour le futur PANG.
    On trouve entre autres une discussion du Congrès américain ici : http://sgp.fas.org/crs/weapons/RS20643.pdf
    Rappelons que le domaine de la construction navale, contrairement à l’aéronautique, n’a pas le luxe de faire des prototypes de pré-série: tout doit être bon dès le départ.

  25. hoche38 dit :

    Il faut prendre en compte que les porte-avions ne sont pas conçus pour un conflit nucléaire où ils seraient détruits avec tout leur groupe dans les quinze premières minutes de la guerre par des engins tactiques hypersoniques de simple puissance Hiroshima.

    • Carin dit :

      @hoche38
      Celui qui vit par le nucléaire, périra par le nucléaire…
      Vous êtes nombreux à émettre l’idée du nucléaire, mais cette option a une autre face à sa pièce, et c’est justement la réponse nucléaire… qu’elle ville êtes-vous prêt à perdre contre un GAN, même complet comme vous le suggérez?
      Et quand je dis ville, vous devez entendre que cette option peut se mettre au pluriel.
      Un M51 c’est jusqu’à 10 têtes nucléaires pour lesquelles FatBoy ou Énola Gay était l’équivalent de la flamme d’une allumette, face à un incendie de grande forêt.
      Et là, c’est pour de bon, qu’elles sont inarretables.
      Le nucléaire est une arme que personne ne peut employer face à un ennemi qui est détenteur de cette même force, c’est un outil de dissuasion… cela veut dire que cette option ne sera sur la table qu’en cas d’envahissement du pays.
      Regardez l’Ukraine, nos amis russes menacent, mais ça n’ira pas plus loin, pour la simple raison, que la réponse sans être nucléaire serait tellement énorme, que le corps expéditionnaire russe serait anéanti en moins de 24 heures, et tous les bateaux, soums, avions, en dehors des eaux territoriales russes aussi, les satellites avec.
      Vous n’y avez peut-être pas réfléchi, mais les russes oui.

  26. Gégétto dit :

    Heu, produire un mur d ‘eau à l aide de jets d eau puissants sur les flancs du porte-avions, pour faire croire à une vague marine ?
    Serait-ce efficace contre certains missiles évoluant au ras des flots? hop, changement de trajectoire et loupé !
    Bien sûr pour ceux à trajectoire terminale en cloche….Bin faudra trouver autre chose!

  27. Stratège de bac à sable dit :

    Dès la lecture du titre de cet article et de son premier paragraphe qui résume les débats récents, on serait tenté de citer Michel Audiard : « c’est curieux, chez les marins… ».
    Mais l’on serait injuste avec les marins.
    L’on doit plutôt observer que les stratèges, aussitôt que l’on parle de porte-avions, tombent dans l’incohérence.
    Je vise évidemment les stratèges patentés qui sont payés pour conseiller les décideurs politiques incompétents, et non pas nous zot’ sur ce blog, qui avons le droit de dire des *o**eries (des sotteries) parce que nous le faisons sans but lucratif.
    .
    Les stratèges patentés ont oublié l’arme nucléaire. Cet oubli s’explique : d’autres stratèges patentés plus vieux et qui décernaient des diplômes leur disaient, depuis le biberon, que c’est une arme de non-emploi destinée à ne pas servir.
    .
    Ce dogme répété depuis plus de soixante ans, qu’il fallait et qu’il faut connaître pour avoir des bonnes notes, mérite d’être nuancé, voire contredit, de deux façons (je n’ai jamais eu de bonnes notes) parce qu’en réalité :
    1) l’arme nucléaire sera employée si les dégâts qu’elle fait ne sont pas assez photogéniques et spectaculaires pour justifier une riposte ;
    2) l’arme nucléaire est désormais dépassée dans son rôle dissuasif parce qu’il existe des missiles guidés avec précision (MGP) capables de disperser (façon puzzle) un gouvernement sans faire de dégâts collatéraux. Dépassée pour dissuader les gouvernements, l’arme nucléaire reste employable contre les forces si la condition n°1 ci-dessus est remplie.
    .
    Par conséquent l’arme nucléaire sera employée en haute mer, très loin des côtes, pour détruire, de façon ni photogénique ni spectaculaire, les bâtiments de guerre valant plus cher qu’un missile.
    De plus, l’attaquant n’emploiera peut-être pas un missile : un drone sous-marin avec une charge nucléaire de 15kt sera aussi efficace.
    Dans ces conditions, parler de protection du futur PA est un peu surréaliste.

    • Czar dit :

      « nous zot’ sur ce blog, qui avons le droit de dire des *o**eries (des sotteries) parce que nous le faisons sans but lucratif. »

      Voilà. Fier de constater que l’esprit de Coubertin règne toujours sur nous, altier, immortel.

    • Thierry le plus ancien dit :

      Rien de bien nouveau dans vos propos, figurez vous que des essais de bombe nucléaire contre des navires ont été fait juste après la seconde guerre mondiale avec des résultats mitigés quand aux dégâts, nombre de vieux cuirassés et destroyer n’avaient même pas coulé ni chaviré bien que se situant dans l’épicentre de l’explosion. les plaques d’acier contre les projectiles valant tout autant contre le souffle et la chaleur de l’explosion nucléaire, ils furent remarquablement épargnés.

      Aujourd’hui les navires de guerre occidentaux sont équipés contre des attaques nucléaire mais aussi bactériologique et chimique, d’autant plus facilement que le périmètre d’un navire est plus facile à mettre sous cloche de protection totale qu’une base à terre et qu’en plus par son mouvement il peut sortir rapidement de la zone contaminé

      Je vous rappelle également qu’il n’est toujours pas possible de tirer un missile sur une flotte avec précision par manque d’information sur sa vitesse et sa direction que même un satellite ne peut deviner. Qu’il soit à tête nucléaire ou conventionnel n’y change rien, quand à l’attaque sous marine, tout groupe aéronaval est couvert par un sous marin d’attaque qui ne fera qu’une bouché de ces drones de faible rayon d’action,ou même la torpille nucléaire à Poutine, qui comme le missile hypersonique est une arme de propagande bien plus que d’efficacité militaire douteuse.

      • Géo l´ignare dit :

        @ Thierry lpa, les essais dont vous parlez ont été faits alors que la bombe H n´existait pas encore. Ils ont été faits avec des bombes A, de puissance limitée par nature.
        On aurait donc tort de tirer trop de conclusions d´essais faits avec des matériels d´une autre époque.

  28. 341CGH dit :

    La guerre du Pacifique fut l´heure de gloire de l´USNavy. Les porte-avions en furent les héros.
    .
    Comme notre Ligne Maginot reprenait le slogan de Verdun « ils ne passeront pas ! » Les PA américains ont une WW de retard.
    .
    Les PA sont la Ligne Maginot des US.
    Nous ferions bien de ne pas les imiter.

  29. C dit :

    1 PA plus 50 rafale plus 4000 marins plus escorte plus armes de protection plus….utilisation à 30 % du fait de la maintenance..quel coût au total…et vulnérable aux missiles saturant…. ou atomique quel résultat en cas de perte??nous avons besoin d une autre marine plus légère plus multiple avec missiles pour proteger nos sites maritimes…peut être plusieurs petits porte appareils à décollage vertical!?..et pas dans 50 ans……