Artillerie : L’armée de Terre voudrait remplacer ses lance-roquettes unitaires d’ici 2027

En matière d’artillerie de longue portée, la capacité de l’armée de Terre est réduite à la portion congrue… Et plus encore depuis que deux Lance-roquettes unitaires [LRU] sur les treize qu’elle possédait jusqu’alors ont été cédés à l’Ukraine. Et ces exemplaires ne seront pas remplacés dans l’immédiat.

En effet, en janvier 2021, dans une réponse à une question écrite posée par le député Patrick Hetzel, le ministère des Armées avait expliqué que le renouvellement de cette capacité, à l’horizon 2030, devait se faire dans le cadre d’un « dialogue » avec l’Allemagne, celle-ci étant également dotée d’un système similaire. Et il avait aussi souligné l’importance des projets européens FIRES [Future Indirect fiRes European Solutions] et E-COLORSS [European COmmon LOng Range indirect Fire Support System], lesquels visent à accroitre la portée et la précision des pièces d’artillerie tout en réduisant leurs vulnérabilités.

Ces projets, en particulier E-COLORSS, pourraient « notamment permettre de préparer une solution européenne pour le remplacement du châssis et de la conduite de tir LRU à l’hozizon 2030 », avait indiqué le ministère. Ce qui suggérait alors qu’une « régénération » de ces systèmes d’artillerie serait privilégiée… En outre, rien n’avait été dit au sujet des munitions, alors que, outre-Rhin, des travaux étaient en cours dans ce domaine. Travaux dont les résultats ont depuis été présentés lors du dernier salon EuroSatory, avec le Joint Fire Support Missile [JFS-M] de MBDA Deutschland…

Quoi qu’il en soit, la guerre en Ukraine a changé la donne… bien que la prédominance de l’artillerie dans les combats peut s’expliquer par l’absence de supériorité aérienne pour les deux belligérants. Cela « a eu pour conséquence un retour au combat classique pour les forces au sol, avec la violence et l’attrition associées », a récemment estimé le général Stéphane Mille, le chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace [CEMAAE], prechant ainsi pour sa « paroisse ».

Le général Charles Brown [son homologue américain, ndlr] « l’analyse de façon simple et un caricaturale en disant qu’en l’absence de maîtrise du ciel, la guerre reprend les caractéristiques de la première guerre mondiale, marquée par la prédominance de l’artillerie », a dit le CEMAAE aux députés, lors de son passage devant le commission de la Défense, en octobre.

En tout cas, s’agissant du LRU, la « guerre en Ukraine montre combien les feux dans la profondeur prennent de l’importance, l’arme aérienne intervenant également en complémentarité », a fait valoir le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors d’une audition au Sénat. « Le programme de l’armée de Terre prévoyait de remplacer le LRU, déjà vieux d’une vingtaine d’années, et que les États-Unis ont déjà remplacé [par le M142 HIMARS]. Il est essentiel que nous disposions d’une capacité de feux dans la profondeur », a-t-il ajouté.

Devant la même commission sénatoriale, le général Pierre Schill, le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT] a été plus précis dans ses attentes, évoquant également les CAESAr [Camions équipés d’un système d’artillerie], dont le renouvellement est également prévu dans le cadre d’une coopération avec l’Allemagne, avec le programme « Common Indirect Fire System » [CIFS], lequel ne se concrétisera pas avant… 2045.

« Tout d’abord, le champ de bataille peut devenir transparent en fonction des moyens en notre possession », a d’abord souligné le CEMAT. Ensuite, a-t-il continué, « dès que la transparence est acquise, l’enjeu est celui de la létalité », c’est à dire qu’il faut « frapper » dès que l’information sur une cible est reçue.

« Notre objectif est fixé à 109 canons CAESAr couplés à l’acquisition de munitions ciblées », a enchaîné le général Schill. Quant aux « feux à longue portée », ils « devront être remplacés par des capacités similaires » quand les LRU « arriveront en fin de vie en 2027 », a-t-il précisé. « La guerre en Ukraine nous enseigne que les feux très longue portée sont décisifs : il nous faut réfléchir sur la solution à retenir », a-t-il conclu, avant de souligner l’importance de disposer de drones armés, de munitions téléopérées et de capacités « consolidées » d’infiltration et de frappe longue portée des hélicoptères de l’Aviation légère de l’armée de Terre [ALAT].

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

132 contributions

  1. LEONARD dit :

    Fin de vie en 2027.
    « il nous faut réfléchir sur la solution à retenir »
    Bon, ben, c’est tout vu, achat sur étagère ou perte temporaire de capacité.

    • tschok dit :

      Le HIMARS est entré en production à la fin du siècle dernier, pour une entrée en service au sein de l’armée US en 2005.

      Nous, on projette de faire un truc qui lui ressemble pour 2030, alors que le matos que ce projet est censé remplacé arrive en fin de vie en 2027.

      Clairement, l’armée française est tournée vers l’avenir et elle le restera: Leclerc jusqu’en 2050 et Rafale jusqu’en 2060.

      Et si on remettait en service les vieux fusils Lebel? Ou mieux: les Chassepot.

      Bon, on est visiblement pas très pressé d’évoluer. Reste à espérer que le monde aura la politesse de nous attendre. Ce serait si sympa de sa part. Il nous doit bien ça.

    • HMX dit :

      L’achat sur étagère se justifierait parfaitement pour un système accessoire, secondaire pour l’AdT. Or, chacun constate la place et le rôle décisif des LRM en Ukraine, dans un contexte où l’aviation est quasiment inopérante en raison de la densité du réseau sol/air. La possession de LRM est donc un instrument majeur de souveraineté. Et il se trouve que notre BITD est parfaitement en capacité de concevoir et fabriquer un LRM dans des délais courts. Dès lors, l’achat sur étagère n’est une solution à envisager qu’en tout dernier recours.

      Avec un peu de volontarisme, on peut parfaitement demander à Nexter de concevoir un LRM équivalent au HIMARS ou au K239 Chunmoo sud-coréen. La conception du véhicule lanceur et son intégration au système de gestion des feux ne présente a priori absolument aucune difficulté pour Nexter. On pourrait d’ailleurs partir du châssis 8×8 du Caesar. Le principal challenge résiderait dans la conception d’une roquette, ou d’une gamme de roquettes, à très longue portée. Challenge qui pourrait par exemple être confié à MBDA, et/ou à Arrow Tech (filiale munitions de Nexter).

      On pourrait d’ailleurs profiter de ce programme pour exploiter quelques bonnes idées :
      – Veiller dès le départ à ce que les nacelles du futur lanceur soient compatibles avec les munitions US / Sud Coréennes : en cas de retards ou surcoûts sur les munitions françaises, on pourra déjà mettre provisoirement en service le nouveau LRM avec des munitions étrangères (ce qui serait déjà mieux que rien…).
      – Veiller dès le départ à concevoir une gamme de roquettes modulaire : chaque roquette pourrait être composée d’un module de propulsion interchangeable (permettant d’obtenir des portées différentes, ou une hypervélocité avec un module adapté), un module de guidage interchangeable (inertiel, hybride Galileo/inertiel, antiradar/inertiel, suivi de terrain…), et une charge militaire elle même interchangeable (HE, anti-bunker, thermobarique, sous-munitions antichars, essaim de petits drones kamikazes, transport et largage de munitions rôdeuses, container largable pour ravitaillement de forces amies…). Le but serait de donner une souplesse d’emploi très importante au système, de renforcer sa polyvalence sur le champ de bataille, et de faciliter les évolutions futures des munitions par ajout ou remplacement de modules.
      – Veiller dès le départ à associer des partenaires européens volontaires au projet, qui devra néanmoins clairement demeurer sous maîtrise d’œuvre Nexter : importantes possibilité de coopération sur le véhicule porteur (châssis différents, autoprotection…), sur le choix des sites d’assemblage du système, ainsi que sur les différents modules constituant les roquettes. L’idée étant de proposer une offre industrielle et commerciale attrayante, et si possible de partager les coûts de conception et de fabrication avec des Etats qui ne chercheront pas à faire capoter le programme…

      C’est largement faisable dans la LPM et les 5 ans qui viennent, si on s’en donne les moyens.

      • Mat49 dit :

        « dans un contexte où l’aviation est quasiment inopérante en raison de la densité du réseau sol/air.  » Ce n’est pas que la densité le problème. C’est surtout l’absence de moyens pour la détruire type Growler + HARM.

        • HMX dit :

          Certes. Mais de toute façon, missiles HARM et Growler ne sont efficaces que contre des systèmes et des missiles à guidage radar. Face à une défense sol/air multicouche, incluant notamment des missiles à guidage IR et des capteurs autres que radar (acoustiques, optroniques…), face à un adversaire qui n’allume pas ses radars, ou tout simplement face à des soldats tirant à vue avec des MANPADS sur des appareils à basse altitude, on voit bien que les opérations aériennes sont immédiatement entravées et rendues très risquées. Trop pour exposer des appareils à plusieurs dizaines de millions d’euros, et la vie de leurs pilotes.

          D’où l’intérêt de l’artillerie, et notamment de l’artillerie à longue portée à base de LRM, pour détruire des cibles dans la profondeur rapidement, à moindre risque, et à moindre coût.

      • Nexterience dit :

        C’est un détail technique mais un Himars, je pense que c’est 90% de la technique dans le vecteur et son guidage et 10% dans le châssis et le caisson.
        Donc si je jouais au DGA du clavier, je chargerais plutôt MBDA France du projet. Ils trouveraient aisément un châssis blindé pour promener leur lance-pruneaux inclinable.
        Un Standard OTAN serait pratique.
        Et malgré les savoirs faire issus du de l’ AASM (quasi balistique et économique) ou des missiles supersoniques de MBDA-Fr, je crains que ce soit trop tard pour le faire.

      • Carin dit :

        @HMX
        Vu le contexte ukrainien, vous n’avez pas tort… mais vous avez omis de prendre en compte un tout petit détail… notre aviation n’est ni celle des russes (et je vous parle du haut du segment), ni celle des ukrainiens…
        Et comme dirait DUCROS,
        « Et ça change tout! »
        Dans un conflit identique, nos avions bombarderaient tous les jours, des bombes guidées de toutes sortes, et des AASM, en pluie constante de jour comme de nuit.

        • Charles FALCON dit :

          Des AASM « en pluie constante », vous révêz cher monsieur au regard de l’etat de nos stocks, c’est presque une douce vision de l’esprit sortie d’un jeu éléctronique! Dans un autre registre, la France a commandé en tout en pour tout 200 missiles de croisière navals (soit la consommation d’une seule journée d’attaque russe), dont certains ont déjà ete tirés… sans compter que la chaîne de fabrication est aujourd’hui fermée. Si nous privilégions l’efficacite nous commanderions sur étagère, d’un autre côte on sait faire en France, sauf que notre président en culottes courtes, qui n’a toujours rien compris des visées hégémoniques de l’Allemagne, continue à sautiller sur sa chaisse haute en criant l’Europe! l’Europe!

      • Kaya dit :

        Quand on a la prétention d’être une puissance militaire mondiale on doit avoir un équilibre dans les différentes forces terrestre ,marine et l’aviation ,ce qui n’est pas le cas avec un manquement flagrant tant en que nombre surtout dans l’armée de terre qu’en qu’absence totale comme pour les drones d’attaque , les munitions rôdeuses , hélicoptères d’attaque lourd une variété suffisante et surtout une absence des solutions économiques dans les bombes guidées et dans les autres différents systèmes d’armements ,les lances roquettes multiples ou unitaire longue portée ,armes légères etc etc .C’est comme utiliser une Ferrari pour faire du 4X4 ,ce que vous appelez vous des armes  » low cost  » ,ça en est comique . Sans coopération ,la France n’arrive pas à remédier à ces faiblesses ,ce n’est certes pas un manque de technologie pour faire tout cela mais un manque de moyens financiers et surtout une complaisance à croire que les adversaires potentiels n’ont pas les moyens de rattraper leur retard dans ce domaine et dans les autres . Je ne pas un seul instant que ces manques vont être comblés au de vu l’économie désastreuse et du très peu de perspectives de croissance pour arranger cela . Quand on lit les différents commentaires ici ,la condescendance est ancrée dans les esprits et elle n’est pas prête de disparaitre facilement ,cela en est comique mais surtout pathétique . L’économie française est dans un tel bourbier qu’il sera impossible d’en sortir et il ne fait aucun doute que cela va s’empirer ,toute l’Europe est dans la même situation et même pire pour certains . Il faudrait redescendre sur terre , l’hégémonie de l’occident est en chute libre ,il faudra un jour ou l’autre redescendre de votre piédestal en carton . Tout ce que vous préconisez dans votre commentaire est logique mais il faut une vraie vision politique nationale ,une fibre patriotique et moins commerciale dans la réalisation de ces projets ,une lecture objective des avancées des autres pays et bien sûr les moyens financiers ,aucun de ceux-ci n’existent en France et ce n’est pas prêt de changer de sitôt.

    • Deres dit :

      Vu que cela se fait avec les allemands et avec d’autres européens, on sait comment cela va se finir …. Achats sur étagère d’HIMARS américains. A la rigueur, pour faire semblant, on les mettra sur un châssis tchèque …

      • Carin dit :

        @Deres
        Après réflexion, il me semble au vu de la date donnée de 2027, veut juste dire, que l’armée de terre veut dans un premier temps, sortir les quelques 20 LRM encore valides qu’elle détient sous cocon, pour les faire transformer en LRU, et ainsi s’offrir le temps d’emprunter la longue route du partenariat avec les allemands 2045 minimum.
        Le CEMAT est compliqué à déchiffrer dans le texte, mais je pense que c’est là qu’il veut amener la réflexion de la commission. Sachant que les CEMA, ministre, président, son deja au courant, et que quelque part, il a leur aval.

  2. R2D2 dit :

    j’ai l’impression que l’on redécouvre la guerre ^^’ la guerre en Ukraine n’a pour l’instant que montré le changement qu’apportent les drones de petites et moyennes tailles (ce qui est déjà bien).

    • TINA dit :

      Bonjour Mr R2D2 !

      On est, actuellement 3, à apprécier plus particulièrement, une partie de votre commentaire … »…que l’on redécouvre la guerre… »…
      Nous rajoutons ceci : Seuls qui n’ont pas été confrontés à la mise en oeuvre des drones dans des postures offensives ET également défensives, disposent d’un esprit réellement ouvert sur LE CHANGEMENT de l’opératif , et dans une moindre mesure , stratégiquement à 11/2022 ( ce qui va changer pour la réactualisation du STRATEGIQUE d’ici moins de 36 mois – les fabricants et les « empereurs » des pays autre qu »occidentaux vont nous sonner la clochette du réveil !!!- avec la fin des premiers essais des Drones quelque-soit le domaine d’utilisation de ces drones.

    • vrai_chasseur dit :

      @R2D2
      Sans doute parce qu »il n’y a rien de bien nouveau à découvrir.
      Juste des rappels, des confirmations, et ce qui semble « nouveau » doit être pris avec prudence.

      Les rappels :
      – La logistique est stratégique. Elle peut faire perdre la guerre.
      – Une défense anti-aérienne crédible est primordiale. Si l’aviation russe est peu visible, c’est en raison d’une défense anti-aérienne ukrainienne suffisamment efficace pour la tenir à distance, en partie grâce au dopage par apport massif de MANPADS.

      Les confirmations :
      – La supériorité du commandement décentralisé dans la manœuvre opérative interarmes.
      Les commandants de bataillons ukrainiens débordaient déjà les lignes russes quand celles-ci, statiques, attendaient encore les ordres de manœuvre de leur commandement central. Beaucoup de chars russes sont piégés par des unités ukrainiennes mobiles équipées de NLAW ou Javelin, dont les initiatives de mouvement sont prises directement sur le terrain, à l’échelon d’un commandant voire d’un chef de section.
      – L’importance militaire du champ immatériel et du champ des perceptions.
      Les ukrainiens s’y sont très bien préparés et ont rapidement imposé sur les réseaux sociaux leur propre narratif de la guerre, synchronisé avec l’action militaire sur le terrain.
      – Les crimes de guerre
      Toute guerre sans exception est sale et charrie son lot d’exactions notamment sur des civils. Aucun pays ne fait exception. On savait les russes très « forts » sur ce sujet, ce qui se passe en Ukraine est conforté par les statistiques : à chaque fois qu’ils sont intervenus dans un pays comme belligérants, la démographie du pays a diminué …. les américains commettent aussi des crimes de guerre. Mais pas au point de faire baisser la population du pays http://twitter.com/kamilkazani/status/1579977066736680960/photo/1

      Les points à considérer avec prudence:
      – L’importance de l’artillerie.
      Se baser sur le conflit ukrainien pour conférer à l’artillerie un statut d’arme stratégique serait imprudent : elle y est simplement mise en avant par la faible intensité d’usage de l’aviation. L’artillerie est une arme d’appui décisive à la manœuvre interarmes, c’est son rôle premier et c’est là où elle est le plus efficace.
      – L’attaque aérienne par vague de drones et de missiles de croisière.
      La Russie, interdite de ciel ukrainien par une défense anti-aérienne ukrainienne, a substitué l’aviation par des drones et des missiles tirés à longue distance. Mais l’efficacité strictement militaire reste à prouver : en Ukraine les cibles sont essentiellement civiles (sous-stations de distribution d’électricité et d’eau), donc par définition immobiles, non blindées et sans défense. Le seul enseignement à tirer est d’avoir une défense anti-drone fonctionnelle, suffisamment dense pour être élargie aux infrastructures civiles critiques.
      – Les munitions rôdeuses, aériennes et navales
      C’est probablement là où il faut regarder de plus près. On manque de recul et on ne sait pas quelle est l’efficacité militaire réelle, dans quelle doctrine d’emploi, combien font mouche, avec quelle conséquence militaire, combien se perdent d’elles-mêmes à court d’autonomie de la batterie, etc

  3. Aramis dit :

    « dont le renouvellement est également prévu dans le cadre d’une coopération avec l’Allemagne, avec le programme « Common Indirect Fire System » [CIFS], lequel ne se concrétisera pas avant… 2045. » Encore et toujours les même calendrier absolument ridicules par leur longeur assortis du même partenaire pas fiable qui considère que coopérer c’est arnaquer son partenaire.

    Sur les LRM « remplacer », remplacer nombre pour nombre? Cela veut dire qu’on va commander de 6 à 13 HIMARS aux USA et basta? Quand la pologne qui n’est pas une grande puissance militaire commande 300 LRM à la Corée? Si c’est que 6 à 13 autant ne rien avoir et basculer le budget sur autre chose cela nous épargnerait une chaine logistique complète pour seulement 6 à 13 véhicules et leur munition. Dépenser pour des échantillons c’est mal dépenser.

    (Et au cas un âne lirait ce message: 1) deux neurones suffisent à comprendre que les lignes au dessus ne peuvent pas avoir pour sens même implicite que la France devrait avoir autant de LRM que la Pologne 2) Non 13 LRM avec un véhicule et des munition spécifiques ce ne sont pas des capacités dans une guerre qui apporte quoi que ce soit hormis des soucis logistiques).

    • blavan dit :

      @aramis. A chaque annonce , vous sortez le carnet de chèque sans provision . Les polonais peuvent tout commander, ce sont les naifs européens qui financent les déficits de la Pologne.

      • Aramis dit :

        « Les polonais peuvent tout commander, ce sont les naifs européens qui financent les déficits de la Pologne. » Clairement pas non regardez l’endettement de la Pologne par rapport à son PIB.

        « vous sortez le carnet de chèque sans provision . » Clairement pas. Comander plus que 13 véhicules, oui 13 pas 130, ce n’est que quelques millions.

    • Lance-patate dit :

      Puisque ma remarque ne relève ni de votre point 1 ni de votre point 2, je ne serai peut-être pas qualifié d’âne sachant lire (ce qui n’est déjà pas si mal) en vous demandant pourquoi vous supposez d’emblée que le remplacement des LRM se ferait nombre pour nombre.
      Le nombre de Caesar va être augmenté. Celui des remplaçants des LRM le sera probablement aussi.

      • Aramis dit :

        « en vous demandant pourquoi vous supposez d’emblée » Je pose la question puis explore l’hypothèse.

    • Alex dit :

      Non mais faut vraiment vivre dans une autre galaxie pour donner du crédit à ce que commande la Pologne en ce moment, outre le prix de ces divers machines, il faut le personnel ,les compétences et les munitions (sans parler de l’entretient) 13 c’est nul, 300 c’est du délire, une 50ene de machines parait plus crédible.

      PS pour la pologne et l’allemagne c’est le meme combat, les 100Milliards de l’allemagne, on en reparlera quand ça passera au bundestag, la ils sont partie pour mettre 30 ans à les dépenser ceux la

      • Aramis dit :

        Je le redis (Et au cas un âne lirait ce message: 1) deux neurones suffisent à comprendre que les lignes au dessus ne peuvent pas avoir pour sens même implicite que la France devrait avoir autant de LRM que la Pologne 2) Non 13 LRM avec un véhicule et des munition spécifiques ce ne sont pas des capacités dans une guerre qui apporte quoi que ce soit hormis des soucis logistiques).

    • Frégate dit :

      En phase avec votre commentaire. C’est assez désolant de voir des BIDT comme celle de la Corée du Sud ou du Brésil reussir à développer des LRM propres alors que la notre doit agir en partenaria avec l’Allemagne. Concevoir LRM propre capable de tirer le panier de roquette de l’Himar et d’autres roquettes moins puissantes mais plus nombreuse est à la portée de l’Espagne, mais pas à la motre !
      Pourtant développer un lance roquette capable de tirer un panier Himar sur une palette aux interfaces ISo d’un conteneur 20 pieds ne devrait pas être très difficile. Et cela permettrait de mettre cette palette sur un train, un camion, un bateau où de la poser au sol (quand on peut tirer à 80 km et qu’on est en assymétrique quel est le besoin de mobillité).

      • LEONARD dit :

        @Frégate
        Ce n’est pas un e question de savoir-faire, c’est une question de coût/rentabilité. Si on se lance dans un LRM, on peut parier sur un marché de 20/40 unités pour la France et quid des autres prospects ?
        Par le haut, les U.S trustent le marché techno et les pays en ayant les moyens, par le bas, les émergents low-techno/low-cost (Turquie/Corée/Brésil) produisent à des prix qu’on est incapables d’atteindre.
        Alors on regarde qui a des besoins conformes aux notres et des moyens pour se les payer en quantité.
        Et on tombe sur l’Allemagne.
        Sauf qu’ils ont des capacités et des ambitions techno.
        Donc, on leur propose de faire en commun, en coopération.
        Sauf que c’est un pis aller temporaire. Pour la prochaine génération de matos, toujours plus techno, toujours plus chère, soit les coopérations européennes auront permis de « sanctuariser » un marché suffisant, et on vivra sur notre part de commande, soit on sera seuls et……..on sera obligé d’acheter sur étagère.
        En armement, nous avons la même problématique qu’en automobile depuis 20 ans.
        regardez l’évolution du marché et de la production de camions……….

      • Carin dit :

        @Fregate
        D’un autre côté, le Brésil ou la Corée du Sud, n’ont ni PA, ni SNA,
        qui a eux seuls peuvent imprimer une masse de dégâts qu’un éventuel adversaire quel qu’il soit, aurait du mal à digérer.
        J’exclu volontairement les SNLE qui ne prennent part à aucun combat conventionnel.

    • NRJ dit :

      @Aramis
      Rien de ce que vous écrivez implique qu’on en achète 300. Celui qui penserait ça ferait sûrement un procès d’intention similaire à ceux que je reçois.

      Par contre, il serait quand même intéressant que vous disiez combien de LRM vous voudriez. Dire « il faut plus de LRM » ce n’est pas concret et n’importe quel gamin de 5 ans peut faire. Ce qui serait intéressant c’est de savoir combien de LRM il faudrait et pourquoi ce nombre précis de LRM (ou pourquoi cet ordre de grandeur) ?

      « Non 13 LRM avec un véhicule et des munition spécifiques ce ne sont pas des capacités dans une guerre qui apporte quoi que ce soit hormis des soucis logistiques ». Vous devriez dire ça aux Ukrainiens. Ils ont seulement 18 Himars avec des capacités inférieures aux LRU (moins de missiles emportés notamment), et pourtant ils font de gros dégâts aux russes. Donc là faudrait que vous expliquiez pourquoi avec a peine plus de 13 himars les Ukrainiens ont de remarquables résultats là où nous avec nos LRU aux capacités supérieures on n’aurait que des problèmes logistiques.

      « Encore et toujours les même calendrier absolument ridicules par leur longeur assortis du même partenaire pas fiable qui considère que coopérer c’est arnaquer son partenaire ». en soit le CIFS aura peut-être des canons électromagnétiques. Donc s’il y a une rupture technologique, ce n’est pas anormal qu’il y ait du délai. Par ailleurs, quelle est l’urgence à lancer le CIFS qui doit remplacer les Caesar ? Elles marchent bien ces pièces d’artillerie, vous savez. Et puis on critique souvent les programmes en coopération pour être en retard. Ce sera paradoxal de les critiquer aussi pour prendre de l’avance 😉

      • Aramis dit :

        @ NRJ « Ce qui serait intéressant c’est de savoir combien de LRM il faudrait » Ni vous ni moi ne pouvons donner un chiffre précis à l’unité près. Personnellement je dirais que pouvoir disposer d’au moins deux régiments plus des exemplaires d’entrainement et un stock serait un minimum.

        A brûle pourpoint je dirais 16 systèmes (le lanceur plus les véhicules de soutien) par régiment pour deux régiments d’active équipés, soit 32 en ligne. Plus 8 pour l’entrainement, plus 16 en stock pour un régiment de réserve, et un volant de remplacement en stock. Tout ça peut représenter autour de 80 LRM au total commandés.

        Un tel matériel ne coûte pas un bras. Combiné à des drones cela peut faire pas mal de dégats.

        « Ils ont seulement 18 Himars avec des capacités inférieures aux LRU » Le HIMARS est le successeur du LRU dixit Burkhard dans l’article, je doute qu’il lui soit inférieur. Et les Ukrainiens ont reçu plus que 18 HIMARS. Ce sont les américains qui le disent: (http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/09/29/18-systemes-de-plus-pour-les-ukrainiens-de-quoi-himarser-l-a-23348.html) Cliquez sur les liens dans l’article.

        Au 28 septembre on était à 34 HIMARS livrés ou en cours d’acheminement. Il y en a donc plus que 18 sur le terrain à l’heure actuelle.

        « en soit le CIFS aura peut-être des canons électromagnétiques. Donc s’il y a une rupture technologique, ce n’est pas anormal qu’il y ait du délai. » Hypothétique.

        « Par ailleurs, quelle est l’urgence à lancer le CIFS qui doit remplacer les Caesar ? » Ce n’est pas les remplacer le vrai soucis. On manque de canon. Autant d’entré lancer le remplaçant du Caesar sans qu’il soit une rupture technologique majeure avec les Caesar NG qui fond la soudure et on ne remplace les Caesar actuelles que quand on a augmenté le nombre de canons en ligne. Les Caesars NG remplacent les AUF1 et les remplaçants du Caesar servent d’abord à l’équipement des nouvelles unités puis ensuite rempalcent le Caesar.

        Pendant qu’on produit le successeur du Caesar et du LRU on peut passer 20 ans à discuter avec les allemands si on a envie de rêver à un super canon de la mort qui tue dans une méga coopération dont la complexité ferait palir de jalousie les planificateurs soviétiques.

        • NRJ dit :

          @Aramis
          « . Tout ça peut représenter autour de 80 LRM au total commandés. ». Ah oui effectivement ce n’est pas 300 LRM. Et on sacrifie quoi pour payer cette petite commande ? Car oui quand les gens de l’armée française font leurs arbitrages budgétaires, l’argent qu’ils mettent pour acheter par exemple des HIL ou des systèmes sol-air, ce n’est pas de l’argent qu’ils mettent dans les LRM.

          « Un tel matériel ne coûte pas un bras. ». Quand même. La commande 18-20 HIMARS des polonais leur coûte 400 millions de dollars. Et vous en voulez 80.

          « Le HIMARS est le successeur du LRU dixit Burkhard dans l’article, je doute qu’il lui soit inférieur ». Ce n’est pas son successeur. Il a suivi le M270, mais ce n’est pas pour autant son successeur. La différence entre les deux, c’est uniquement le nombre de lanceurs (doublé sur le M270) et la propulsion à roue du HIMARS. Sinon, les roquettes sont les mêmes et les missiles sont les mêmes.
          D’ailleurs les USA ont lancé la modernisation de leurs M270 alors même qu’ils ont acheté des HIMARS. Il ne s’agit donc pas d’une succession entre l’un et l’autre mais bien de capacités juxtaposées.

          « Au 28 septembre on était à 34 HIMARS livrés ou en cours d’acheminement. Il y en a donc plus que 18 sur le terrain à l’heure actuelle. ». Comme vous les dites c’est 34 HIMARS étaeint pour partie en cours d’acheminement. En fait jusqu’au 28 septembre, les ukrainiens n’avaient que 18 HIMARS. Ca signifie qu’ils ont pu lancer l’offensive sur Kharkov (et en partie sur Kherson car ils ont commencé à avancer à partir d’août sur ce front là) et absorber les offensives russes entre juin et octobre uniquement avec ces 18 HIMARS pour artillerie à longue distance. A partir de là je maintiens que même avec seulement 18 HIMARS, les ukrainiens ont réussi à causer de nombreux dégâts et que ce faible nombre ne s’est pas limité à leur causer des difficultés logistiques. A partir de là je ne vois pas pourquoi nos 13 LRU, soit un nombre très proche nous causeraient des problèmes logistiques simplement car nous sommes français.

          Sur les Caesar, on n’a pas d’intérêt à l’heure actuelle à les remplacer. Ils sont performants, et la seule chose qui leur manque est effectivement le nombre. Cela ne nécessite pas de remplacer le Caesar, simplement d’en commander de nouveaux. Et on ne va pas remplacer les Caesar simplement pour faire la publicité dans la presse en mode « oh on change nos canons ». Non si on veut remplacer nos Caesar, il faut qu’il y ait un réel intérêt à le faire. Pour faire de la com on a déjà un gouvernement, pas besoin que les militaires s’en mêlent en plus.

          Et sur le CIFS, rien ne permet de dire que ce sera une coopération complexe.

          • Alpha (α) dit :

            « Et sur le CIFS, rien ne permet de dire que ce sera une coopération complexe. »
            Bon, c’est vrai que tu ne brilles pas par ton esprit visionnaire, la Flèche…
            Ni rien d’autre d’ailleurs.
            Après, l’expérience des coopération avec l’Allemagne devrait te mettre la puce à l’oreille ? Non ?

          • Aramis dit :

            @Alpha (α) « Après, l’expérience des coopération avec l’Allemagne devrait te mettre la puce à l’oreille ? » Il est patriote que voulez vous.

        • Aramis dit :

          @NRJ « Et on sacrifie quoi pour payer cette petite commande ? » Seriez vous en train d’insinuer1) que financièrement je pourrais proposer d’acheter 80 matériels type LRM avec la programmation actuelle alors que cette dernière ne prévois pas d’achats de LRM supplémentaires? 2) qu’organiquement je proposerais 80 LRM dans le cadre du format actuel de l’armée de terre? Dans ce cas dans quels régiments pensez vous caser les 32 LRM que je souhaites voir en ligne?

          Coût unitaire d’un HIMARS 5 millions d’euros environ selon military today. D’où sortent vos chiffres et que comprennent ils?

          « Ce n’est pas son successeur. » Burckard a tort? Vous êtes sûr?

          « Comme vous les dites c’est [etc].  » Cessez de réciter les madias. On a eu les MANPADS puis les drones puis les HIMARS… si 18 HIMARS étaient suffisant pour changer des choses au niveau opératif les livraisons suivates auraient porté sur autre chose.

          « Sur les Caesar, on n’a pas d’intérêt à l’heure actuelle à les remplacer. » Je répète: Ce n’est pas les remplacer le vrai soucis (cf ci-dessus).

          « Et sur le CIFS, rien ne permet de dire que ce sera une coopération complexe. » Ce qui permet de le pronostiquer c’est le déroulement: de l’A400M, du NH90, du Tigre, du MAWS, de l’Eurodrone, le début du SCAF et le début du MGCS. A chaque fin de développement, c’est à dire quand la production démarre, les coûts ont déjà explosé. Au lieu d’avoir une organisation rationnelle avec une synergies entre les acteurs on a fait tous l’invers pour que chacun ait un retour de son investissement comme s’il était sur un programme national. Vous allez me dire que c’est bien normal de faire un truc irrationnel qui rend la dépense et le calendrier incontrôllable. Qu’on s’en fout eperduement du fait qu’en principe le but de ces programmes est au départ d’équiper les armées. Mais par avance je ne serai pas convaincu.

          Au passage je pense que vous devriez proposer à Macron de vous donner le poste de CEMA puisque selon vous vous êtes mieux calé que l’actuel.

          • Aramis dit :

            Les Ukrainiens ont continué ensuite à recevoir des HIMARS au delà des 34 révéls fin septembre donc ils ont libérer Kherson avec plus que 18 au total.

          • NRJ dit :

            @Aramis
            C’est à vous d’expliquer dans quel contexte vous voulez mettre ces MLRS, pas à moi. Moi je suis dans la situation où je ne peux que supposer, donc c’est assez confortable pour affirmer que vous dites n’importe quoi…. A vous de préciser.

            « D’où sortent vos chiffres et que comprennent ils? ». Ils comprennent 18 HIMARS et 2 HIMARS d’entraînement (https://www.defensenews.com/global/europe/2022/05/27/poland-eyes-500-us-himars-launchers-to-boost-its-artillery-forces/#:~:text=The%20Polish%20Ministry%20of%20National,was%20worth%20about%20%24414%20million.).
            Je suppose qu’il y a également le coût des roquettes qui est intégré dans ce chiffre.

            Burkhard a dit « Le programme de l’armée de Terre prévoyait de remplacer le LRU, déjà vieux d’une vingtaine d’années, et que les États-Unis ont déjà remplacé ». Il ne parle pas forcément d’un remplacement total (ce n’était sûrement même pas son opinion de sous-entendre une telle chose). D’ailleurs s’il disait ça il aurait tort, car les USA modernisent actuellement plusieurs centaines de m270. C’est un fait, et non pas une opinion.
            Et pour votre information, les HIMARS utilisent les mêmes roquettes que les M270.

            « si 18 HIMARS étaient suffisant pour changer des choses au niveau opératif les livraisons suivates auraient porté sur autre chose. ». Généralement on a jamais assez, surtout dans une guerre. Et tant que les ukrainiens n’auront pas récupéré la totalité de leur territoire, ils auront toujours besoin de plus de matériels et notamment de HIMARS.
            Du coup ce que je dis reste vrai: c’est bien avec 18 HIMARS comme artillerie longue portée (80 km) que les ukrainiens ont pu lancer leur première attaque sur Kherson ainsi que leur offensive sur Kharkov. Donc admettez que lorsque vous dites qu’avec 13 exemplaires on n’aurait que des problèmes logistiques, c’est faux. Les ukrainiens se débrouillaient très bien avec à peine plus.

            « Je répète: Ce n’est pas les remplacer le vrai soucis (cf ci-dessus). » D’accord dans ce cas pourquoi vouloir accélérer le CIFS dont le but est justement de remplacer les CAESAR ? Vous avez critiqué le CIFS en disant « Encore et toujours les même calendrier absolument ridicules ». Soyes logiques avec vous-même.

            En soit la coopération sur le Tigre n’était pas complexe. Il y avait Airbus pour tout faire qui fait justement des hélicoptères. Du coup d’un point de vue industriel, ce n’était pas une coopération complexe. Après oui le SCAF est une coopération bien plus complexe vu le nombre d’entreprises en question et le nombre de pays, ainsi que la tâche à effectuer. Mais le CIFS n’a aucune raison d’avoir ce degré de complexité.

            « Au passage je pense que vous devriez proposer à Macron de vous donner le poste de CEMA puisque selon vous vous êtes mieux calé que l’actuel. » Je connais ma zone de compétence. Mais vous par contre, il serait temps que vous la connaissiez.

          • Aramis dit :

            @NRJ « On peut développer une plateforme. Ses faiblesses intrinsèques ne feront que limiter son potentiel. » Oui ça vaut pour le rafale.

            « Non c’est la durée d’un programme d’avion de chasse » Aucun n’a duré 60 ans et ce n’est pas souhaitable d’ailleurs comme évoqué ci-dessous.

            « En soit on sait faire du carburant synthétique. » Si on ne fait pas c’est que le pétrole coûte moins cher. Quel coût votre carburant synthétique ? Quelle efficacité énergétique par rapport à du Kérosène ? Produit comment ?

            « Le Rafale ne sera pas dépassé en 2040 » Il est dépassé. Le F 16 V aussi.

            « Pourquoi mourrait t’elle ? » Plus de commandes vers 2035 alors que le SCAF arrivera vers 2045. Ou alors l’état sera contraint de faire de nouvelles commandes vu l’âge des cellules de Rafale livrés au début de la production notamment de Rafale M. Mais ce n’est pas certain, et combien en commandera-t-il.

            « Expliquez-moi comment sur une durée de 50 ans, faire 2 programmes d’avions de chasse différents sera moins chers » Avoir un coût unitaire par avion plus faible grâce à une cadence de production industrielle et un effet de série plus grand. Moins de saut technologique entre deux avions c’est moins de coûts de R&D par programme + moins de temps pour développer. Le but étant surtout d’avoir constamment des avions modernes et produit récemment en ligne, pas de faire de l’économie avant tout. Le calendrier du Rafale doit être un repoussoir à ne pas suivre.

            Et pourquoi tout ça ? Militairement c’est plus efficace. Financièrement comme expliqué ça coûte moins cher. Industriellement c’est plus compétitif à l’export.

            Puis bon il est absurde de prendre les évènements contingents qui ont amené le calendrier hyper mal géré du Rafale comme un exemple à suivre. Sauf si on veut plomber les finances publiques auquel cas il faut faire comme sur le Rafale.

            « Ce n’est pas parce que ça dure 60 ans que c’est long. » Si puisqu’on peut faire plus court. Et le problème n’est pas la durée en tant que tel mais le résultat en termes d’équipement des armées, de coût pour le budget de l’état, de compétitivité pour l’export.

            « Sinon quoi ? On quitte le SCAF ? » Oui on fait ce que l’Allemagne nous fait. Si elle refuse on quitte le SCAF, le MGCS, le MAWS et l’Eurodrone. Le tempest va aller dans le mur car les anglais sont fauchés. Les italiens et les Suédois seront bientôt dispo ce qui permettra d’essayer une coopération avec eux avec comme repoussoir la logique qui prévaut sur le SCAF. Si on fait ça on doit clairement dire aux partenaires potentiels d’entrée qu’on a pas le couteau sous la gorge (ça veut dire préparer une hausse de budget destinée à montrer qu’on est sérieux) et que le chantage ne fonctionnera pas. + avoir un deuxième fer de programme national potentiel au feux lors de la négo pour montrer que s’ils ne sont pas coopératifs on peut se passer d’eux. Calendrier resserré + Dassault maître d’œuvre unique + pour participer un volume de commande minimum par pays non reportable. On doit alors assortir la négo de compensation type commande d’avions d’entrainement pour les Italiens et production d’une partie de l’export en Suède pour Saab. On ne fait pas comme l’Allemagne quoi : on est réglo.

            « Vu que les annonces sont séparées de même pas quelques heures » Soit Dassault ne parle pas à l’Elysée soit l’Elysée a voulu appuyer les Allemands pour faire pression sur Dassault. Dans les deux cas le chef c’est supposé être Macron et le chef est responsable dans une organisation qui fonctionne, ce qui n’est peut-être pas le cas de l’Elysée.

            « Pourquoi ne voulez-vous pas qu’on défendent nos intérêts ? » On s’acharne contre nos intérêts. Quel est notre intérêt de ne pas s’opposer frontalement au diktat de votre parlement qui veut lier avancée du MGCS et du SCAF ? Si accord sur le SCAF cette après-midi on attend un accord entre les entreprises qui font le char pour avancer sur l’avion ? Je vois bien votre intérêt là-dedans mais pas le nôtre.

          • Aramis dit :

            @NRJ « C’est à vous d’expliquer dans quel contexte vous voulez mettre ces MLRS’ Tient tout d’un coup moins loquace quand on interroge la logique de votre question… Si vous me dites combien de canon/LRM au total je dirais autour de 500 tout compris : 224 en lignes dans 14 régiments, 96 dans 6 régiments de réserve, 40 pour l’entrainement et environ 140 en stock. Grâce évidement à hausse de budget plus importante que prévue + une production industrielle et pas artisanale.

            « Je suppose qu’il y a également le coût des roquettes qui est intégré dans ce chiffre. » Plus autre chose avec un coût total de ce type (formation, stock de pièces, stock de munition, transfert de moyens d’entretien…).

            « Burkhard a dit » Tient là aussi vous bottez en touche par rapport à la question qui était de savoir si Burkhard avait raison de dire que l’HIMARS était le successeur du M270/LRU. J’en déduis que finalement le CEMA n’a peut-être pas eu tort contrairement à l’omniscient NRJ.

            « Généralement on a jamais assez, surtout dans une guerre. Etc» Non pas forcément. Du coup 18 HIMARS n’ont pas suffit à quoi que ce soit car ce ne sont pas des baguettes magiques. Le HIMARS n’a sans surprise pas le pouvoir d’assurer le succès d’une opération contrairement à la vulgate journalistique que vous suivez. Sans surprise d’autres ont été livrés car il y a 1300 km de front et des centaines de milliers d’hommes engagés.

            « D’accord dans ce cas pourquoi vouloir accélérer le CIFS dont le but est justement de remplacer les CAESAR ?» On devrait garder les Caesar et on lance vers 2024 un programme qui n’est pas le CIFS (sous prétexte qu’il remplace les Caesar 1ère version ce qui n’est pas urgent). Le but du programme lancé est d’équiper rapidement de nouvelles unités d’artillerie d’active et de réserve (dans les volumes décrits au-dessus ça veut dire une commande totale). On ne remplacerait pas des matériels en ligne. Ensuite, vers 2035, on pourrait songer à remplacer les Caesar première version (ce serait un détail de toute façon avec une production industrielle car il n’y en a que quelques dizaines). Pour ça on lancerait un programme destiné à les remplacer eux mais aussi les canons du programme ci-dessus qu’on devrait lancer là si on mettait les mots en acte et qu’on anticipait.

            « « Encore et toujours les même calendrier absolument ridicules ». Soyes logiques avec vous-même. » Et du fait de ce qu’il y a ci-dessus je suis logique.

            « En soit la coopération sur le Tigre n’était pas complexe. » En soit oui, et comme dans la réalité elle a été très complexe cela montre bien qu’il y a eu une mauvaise gestion du programme.

            « Il y avait Airbus pour tout faire qui fait justement des hélicoptères. » Entre les pays impliqués c’était complexe la répartition plus bisbilles et étalement de calendrier en pagaille. Et dire qu’il n’y a avait qu’une seule entreprise.

            « Mais le CIFS n’a aucune raison d’avoir ce degré de complexité. » Aucun des programmes cités ne devaient être complexes si on partait dans le but de bien les gérer. Et pourtant à chaque fois il y a eu retard, surcoût, bisbilles entres partenaires pour la répartition. L’A400M était pas mal dans le genre.

            « Je connais ma zone de compétence. Mais vous par contre, il serait temps que vous la connaissiez. » Déjà fait. Je déduis que votre zone de compétence n’est pas militaire…

          • Aramis dit :

            Pour les Caesar livrés à l’Ukraine a voir si le programme de remonté en puissance les remplace ou si on commande des Caesar NG supplémentaires.

  4. Félix GARCIA dit :

    « CAESAr-HIMARS » ?
    Avec comme munitions, les équivalents des :
    – GMLRS-ER ?
    – GLSDB (SAAB) ?
    – PrSM ?

    Ou achats sur étagère ?

    ALAT :
    – Gazelles II ? Avec la possibilité d’être armées de : Akeron-MP, équivalents des « Switchblades 600 », Aculeus-NG (roquette à induction 68mm guidée laser) ?
    – De même avec les Guépards ?
    – Et avec nos PATROLLER ?
    – Ainsi qu’avec les autres drones : VSR700, S-100/300 (avec une flotte dédiée pour l’ALAT ?) ?
    – Une flotte de drones tactiques (observation, reconnaissance, frappes verticales [comme les Ukrainiens], BDA [vérifier les effets des feux] …) ?

    Les Américains se lancent dans une doctrine autour de l’artillerie longue portée que je trouve intéressante :
    « New PrSMs Variants Could be a Game Changer for the U.S. Marine Corps’ HiMARS »
    If the future new Lockheed Martin Precision Strike Missile (PrSM) can be made to fly over 300+ miles, this might mean that the United States Marine Corps’ (USMC) HiMARS can fire these missiles from ships out at sea without requiring the LCACs, SSCs, LCUs, or LAWs to land forces on the beaches.
    https://www.navalnews.com/naval-news/2021/04/new-prsms-variants-could-be-a-game-changer-for-the-u-s-marine-corps-himars/
    « Precision Strike Missile (PrSM) Information Update »
    In July 2022, Naval News reached out to the U.S. Army for an update on the Precision Strike Missile’s (PrSM) progress. Two PrSMs are mounted on a M142 High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS) 6×6 FMTV truck launcher for a longer reach than the typical HIMARS six rocket pod. One of the greatest advantages of PrSM is that it can hit moving land and maritime targets using a multi-mode seeker. The U.S. Army’s Long Range Precision Fires Team (LRPF) replied.
    https://www.navalnews.com/naval-news/2022/08/precision-strike-missile-prsm-information-update/

  5. michel MARIE dit :

    a l’origine il y avait 57 mlrs en france ou sont ils passes

    • Dolgan dit :

      Probablement en stockage long .

    • Alain d dit :

      Je suppose stockés puisque non modernisés en LRU, ils doivent servir pour les pièces.
      Enfin cette modernisation récente de ces 13 LRU, pour une fin de vie en 2027, avec rien de prévu en remplacement, c’est encore du grand n’importe quoi !
      Priorités :
      1) artillerie longue portée. Allonge et précision, allonge et précision, allonge et précision…..
      Que je me répète depuis 2014 !
      Vous m’en faites cent pages pour lundi prochain, bandes de nuls.
      2) contrer les drones et aéronefs à très basse altitude, antiaérien, brouillage, drones en anti-drones, dont des boxeurs de drones. Casser le drone adverse avec un drone plus petit et moins cher. Ca marche.
      Surveiller l’horizon à basse altitude avec une meute de drones, qui captent drones, aéronefs et missiles de croisière, et donc les aériens très mobiles pour ne pas justement éviter au maximum les attaques de drones.
      3) les drones, plein de drones, une quantité astronomique.
      4) les anti-aériens haute-atmosphère.
      5) les mini satellites, trackers, aveuglants, boxeurs.
      6) chars légers et très mobiles, avec des capacités de contrer les drones.
      7) cogiter des fortifications costaudes préfabriquées (bétons armés, acier spéciaux), facilement enfouissables, voir avec un parc d’engins de chantier dédié .
      8) …..

      • tschok dit :

        @Alain d,

        Nostradamus, qu’est-ce que tu fous sur ce blog à répéter comme un perdu que tu prédis l’avenir depuis 2014?

        Va postuler au ministère de la guerre, ou joue au Loto.

        Par ailleurs, prédire que l’allonge et la précision sont l’avenir de la guerre, excuse-moi Einstein, mais c’est quand même pas assez pour obtenir un prix Nobel.

        • Alain d dit :

          Du calme, je ne fais pas dans les prédictions, juste des constats et propositions à la portée de chacun.
          Le problème n’est pas que je répète « allonge et précision » depuis longtemps.
          Le problème, c’est nos décideurs, élus, industriels, militaires et notamment DGA, qui sont payés par nos impôts, n’ont pas fait leurs jobs correctement!
          C’est donc tout le contraire du Loto.
          Et oui, ça fait bien longtemps que l’allonge peu faire la différence, comme arcs et catapultes, à une autre époque.
          Donc je n’ai rien inventé, je rabâchais juste une évidence, que les corniauds qui nous dirigent, pour différentes raisons, avaient zappé.
          Une bavure de plus, la liste est longue pour nos décideurs et leur petit monde étriqué et attardé.

      • Félix GARCIA dit :

        J’attends de voir les réactions à votre « liste de courses » :
        https://giphy.com/gifs/people-someone-hate-13cptIwW9bgzk6UVyr
        ^^

        Il nous faut des idées !
        https://www.youtube.com/watch?v=kkpHAjFWkuQ
        🙂

        « cogiter des fortifications costaudes préfabriquées (bétons armés, acier spéciaux), facilement enfouissables, voir avec un parc d’engins de chantier dédié  »
        Ça, je suis un fan absolu. Et faire de l’enterré et du semi-enterré pour nombre de constructions sur certaines bases (profiter de la fraîcheur du sol [ventilation, cave, stockage d’eau, « frigo saoudien/zeer pot géant » …], protection …).
        « Les bâtisseurs du désert (#JDEF) »
        https://www.youtube.com/watch?v=yoDg8IAigzU
        (bon, il semblerait que pour les munitions, se soit en partie « niet » pour le stockage de long terme, mais à l’avant, de manière temporaire, c’est autre chose)
        Des trancheuses de sol dans nos engins du génie ? Et des PPLOG dédiés qui mettent des conteneurs (les trucs préfabriqués de manière générale) dans les trous ?

      • Alain d dit :

        2) les anti-aériens très mobiles pour justement éviter au maximum les attaques des drones.
        Avec les multitudes de drones qui s’annoncent, la mobilité est prioritaire.
        Si le drone ne frappe pas , il désigne les cibles qui sont immédiatement attaquées, notament à l’artillerie.
        Donc aussi des moyens de camouflage ou masquage.

        • Carin dit :

          @Alain d
          Voilà, vous avez mis le doigt sur l’utilisation du drone, mais pas pour l’artillerie longue portée,
          ( elle sera très bien défendu d’ici peu). Juste pour le fantassin qui verra tout ce qu’il y a à voir sur une distance de 10kms, et pourra (grâce aux coordonnés fournis par les drones), déblayer à l’obus de mortier et au 105mm à peut près tout ce qui traînera dans le coin.
          Et ce, sans compter toutes les cibles éliminées ou désignées par l’aviation a l’artillerie cette fois longue portée tels les LRU, et CAESAr. En gros les drones vont remplacer les hommes qui sont aujourd’hui chargés d’approcher et de désigner des cibles.

  6. Peipei dit :

    Pourquoi ne pas monter un 1/2 lanceur sylver sur un poids lourd avec des MdcN ?

    • blondin dit :

      avec 7 mètres de long pour un MdCN, plus le lanceur, il ne va pas passer sous beaucoup de pont ! et le prix de la munition va dissuader toute utilisation courante. Ce qui reste quand même la base de l’artillerie, être économique et pouvoir durer dans le temps.
      Il faudrait plutot un missile genre ATACMS pour les frappes précises dans la grande profondeur.

    • Patatra dit :

      Déjà avoir de la masse pour taper avec précision à 80-100 km c’est bien.
      Le mdcn ça va loin, mais c’est 3 millions la bête.
      Entre les deux, on a le scalp EG (c’est ça aussi).

  7. Nexterience dit :

    « en l’absence de maîtrise du ciel, la guerre reprend les caractéristiques de la première guerre mondiale »
    Va-t-on voir de fait un ralentissement des modernisations du Rafale au profit de drones et de l’artillerie longue distance ?
    Comment croire à l’avenir d’une aviation habitée de masse pour 2050? Le scaf ne sera-t-il pas avant tout un projet de drones connectés autour d’un ngf très coûteux et rare?

  8. Pedro dit :

    j’en peux plus de lire que tel ou tel armement en voie d’obsolescence ou en sous capacité doit être remplacé en coopération avec l’Allemagne !!! Bientot pour acheter des stylos bleu et noir au ministère de la défense il faudra lancer une coopération avec les teutons. Je n’ai pas mis de stylos rouge, il n’y a manifestement aucune urgence dans le renouvellement de nos armements qui necessite d’etre souligné en rouge….

    • Rémi dit :

      Coup de chance, vous avez oublié les verts qui peuvent-être achetés avec les italiens et les britanniques.
      Pour les stabilos on coopérera évidement avec les baltes qui hébergent si bien nos soldats.

  9. Titeuf dit :

    Un dialogue avec l’Allemagne….
    Sont complètement fadas nos politicards….
    Autant tuer un âne à coup de figues molles…

  10. Alpha (α) dit :

    Voilàààà !!! On y est ! Je l’avais dis que nos opérationnel ne voulaient plus de ces LRU… 🙂
    Il n’en reste que 8 opérationnels, chers à entretenir, avec des équipages tout aussi coûteux à former.
    Du coup, j’en connais un qui va encore bouffer son chapeau …
    Une fois de plus.
    Nul doute que @EBM pourrait lui adresser une énième dédicace ? 😉

    • Egoutier dit :

      Par pitié, ça ne va pas recommencer !
      Sérieusement, Alpha (α), je lis toujours avec intérêt vos contributions, mais quand c’est pour rameuter X pour taper sur Y, c’est insupportable.
      Ce blog mérite mieux que ces bisbilles de cour d’école, vous ne pensez pas ?

      • Alpha (α) dit :

        @Egoutier
        En fait, rameuter X pour taper sur Y n’est qu’un prétexte…
        Car je sais pertinent que Y, ce débile à l’égo surdimensionné, va rappliquer dare dare !!! Il tombe à chaque fois dans le panneau !
        Le gars, tu lui jette des pierres, et lui il te les rapporte ! Il comprend pas.
        Mais allez, pour vous je vais faire un effort à l’avenir…
        Peut être… 😉

    • NRJ dit :

       » Je l’avais dis que nos opérationnel ne voulaient plus de ces LRU…  » Ah il est très drôle, ce petit troll. Le mec ne lit même pas l’article.
      Voyons que peut t’on y lire ? Ah oui la phrase suivante:
       » la « guerre en Ukraine montre combien les feux dans la profondeur prennent de l’importance, l’arme aérienne intervenant également en complémentarité », a fait valoir le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors d’une audition au Sénat. ».
      Alors le baveur vous maintenez qu’on ne veut pas des LRU alors justement qu’on veut renforcer notre capacité de frappe d’artillerie dans la profondeur (ce justement pourquoi sont faits nos LRU) ?

      « Il n’en reste que 8 opérationnels, chers à entretenir, avec des équipages tout aussi coûteux à former. ». Ah bah on doit s’en débarrasser alors. C’est quand même l’une des armes les plus redoutable de notre arsenal, l’Ukraine en montre l’utilité tous les jours, mais le mec veut s’en débarrasser.
      Allez pour le plaisir, je vais pousser un peu dans votre logique: si vous voulez des matériels peu coûteux à entretenir avec des équipages peu coûteux à former, dans ce cas, je vous propose de remplacer dans l’armée française des clio avec des lance-pierre. Là pour le coup, ça ne coûtera pas cher à la formation et à la maintenance, ça je vous assure.

      Allez gros débile, va regarder ce qui se passe en Ukraine avant de balancer n’importe quoi. Il y a la chaîne de Xavier Tytelman qui explique bien https://www.youtube.com/c/XavierTytelman/playlists.
      Ca t’évitera de te ridiculiser encore.

      Il est excellent, il n’y a pas à dire….

      Quant à EBM, il doit encore expliquer pourquoi c’était une bonne idée de vendre des Rafales à la Croatie alors qu’on en manquait dans l’armée française…

      • Alpha (α) dit :

        Ah notre id**t maison la ramène ! 🙂
        Et il ne sait toujours pas lire ce cr**in des Alpes. Et il ne comprend rien.
        Alors reprenons mon benêt :
         » Je l’avais dis que nos opérationnel ne voulaient plus de ces LRU… »
        Oui, NOS opérationnels ne veulent plus de CES LRU… NOS M-270, quoi…
        Je sais c’est compliqué pour ton niveau…
        Mais il n’a jamais été dit qu’il ne voulaient pas de moyens de frappe dans la profondeur.
        Z’êtes décidément trop c** (et je pèse mes mots…) et employez des méthodes de minable pour faire valoir vos points de vue.
        Alors oui, le mec veut s’en débarrasser de ces LRU M-270, et visiblement, nos armées aussi qui veulent autre chose Mais NRJ, y sait pas pourquoi… Y connait pas… Y comprend pas l’gars ! 🙂

        • Alpha (α) dit :

          Et j’ajoute : Ravi de voir également que tu te ranges aux avis de nos militaires qui veulent de nouveaux moyens de frappe dans la profondeur (pour remplacer les LRU M-270 qu’ils ne veulent plus…), toi qui voulait les remplacer par des missiles balistiques !!! – Cf. 28/10/22 – Art. « La future Loi de programmation militaire devrait faire de l’artillerie longue portée une priorité »
          Bon, on t’excuse (ou pas…) tant tu pèches par ignorance… 😉
          La pèche d’ailleurs… Tu devrais t’y mettre, bouffon, tu serais peut être plus crédible. Mais à la ligne seulement ! Le toc, la mouche, c’est trop compliqué pour toi… 😉

        • NRJ dit :

          @Alpha
          « Oui, NOS opérationnels ne veulent plus de CES LRU… NOS M-270, quoi… ». Ah bah non ils en veulent pas. Burkhard dit que les systèmes d’artillerie à longue distance (ce pour quoi sont faits justement les LRU et les HIMARS) sont absolument nécessaire dans le cadre d’un conflit de haute intensité, et cela est démontré en Ukraine, mais non personne n’en veut c’est vrai.

          Il y a un moment où faut regarder ce qui se passe dans le monde. Les systèmes d’artillerie à longue distance comme les HIMARS qui portent à 80 km sont de vraies plus-values. C’est démontré tous les jours en Ukraine pauvre cloche. Et toi tu veux qu’on s’en débarrasse. J’essaie de me rappeler que tu es juste crétin et que ce n’est pas ta faute, mais là tu essayes de gratter le plancher pour atteindre un niveau plus bas.

           » toi qui voulait les remplacer par des missiles balistiques « . Trop drôle, elle est où ta source gros débile ? Là j’ai envie de savoir où vous avez vu ça, car ça montre bien que vous étiez absent le jour où les cellules grises ont été distribuées.

          • Alpha (α) dit :

            @NRJ
            – Mais c’est vrai dis donc que tu es un Maitre étalon de la stupidité ! 🙂
            Si, si, au moins te voilà reconnu à ta juste valeur !
            Oui, Burkhard veut des systèmes d’artillerie à longue portée… qui remplaceront cette poignée de M270 LRU ! C’est dans l’article ci-dessus !… 🙂
            – Sérieux, tu le fais exprès, hein ? Dis ? On ne peut pas naitre aussi limité !…
            » toi qui voulait les remplacer par des missiles balistiques « . Trop drôle, elle est où ta source gros débile ?
            Mouais, c’était des missiles de croisière, au temps pour moi. Prends en de la graine au passage…
            Mais c’est tout aussi con, quand on voit le prix de ces engins et surtout des vecteurs actuellement nécessaires pour les lancer !
            Alors, Gros débile ? 🙂 … OPEX360 – Art. du 26/10/2022 –
            « La future Loi de programmation militaire devrait faire de l’artillerie longue portée une priorité » – Echange entre @NRJ et @Mat49.
            Au delà, et à la relecture de ces échanges, on ne peut constater ton ignorance totale de la chose militaire et surtout, et bien évidemment, la mauvaise foi qui te caractérise si bien…
            Mais ne change rien ! J’adore ! 😉

          • NRJ dit :

            @Alpha
            « Oui, Burkhard veut des systèmes d’artillerie à longue portée… qui remplaceront cette poignée de M270 LRU ! C’est dans l’article ci-dessus !… « . Exactement tu n’as même pas pris le temps de le lire. Lui n’est pas pour jeter cette capacité simplement car elle est coûteuse en maintenance contrairement à toi guignol.

            « Mouais, c’était des missiles de croisière, au temps pour moi. Prends en de la graine au passage… » Elle est où votre source ? Vous avez écrit de la daube, mais vous n’avez pas mis votre source. Où ais-je pu écrire qu’on voulait remplacer les LRU par des missiles de croisière, crétin ?

            « Au delà, et à la relecture de ces échanges, on ne peut constater ton ignorance totale de la chose militaire et surtout, et bien évidemment, la mauvaise foi qui te caractérise si bien… ». Qu’est-ce que je disais déjà ? Ah oui que vous étiez touché par le syndrôme du miroir. Vous savez, ça se soigne. Allez guérir vos troubles mentaux, vous vous sentirez mieux après.

  11. dompal dit :

    Tiens !?! Nos généraux balargonisés semblent redescendre sur terre avec le conflit ukrainien !

    Cela va-t-il avoir des effets concrets sur les dotations de l’AF ???

    Wait and see……….

  12. Frédéric dit :

    L’Espagne a lancé en 2020 un programme de LRM basé sur des roquettes israéliennes qui doit être prêt en 2024. Il s’agit du Sistema Lanzador de Alta Movilidad :
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/SILAM_(LRM)

    • LS dit :

      Intéressant, je ne connaissais pas, cela aurait pu (pourrai ?) être source d’une collaboration mais tropisme allemand de nos chers politiques ? Ceci dit la roquette la plus petite est trop légère (« ogive » de 25/30kg) et de trop courte portée (40km), en concurrence avec les caesar justement. Les roquettes sont israélienne, donc non souveraine.

    • blondin dit :

      pourquoi pas s’associer avec eux, ça serait mieux que de se lancer dans un nième programme avec les allemands qui vont encore nous faire des plans foireux.

    • Carin dit :

      @Frederic
      Cet engin, n’apporte rien, il est monté sur châssis chenillé, tiré 13 mini roquettes (40kms), et 6 (80kms), c’est un M270 avec 40 ans de retard…
      Ce qu’il nous faut, c’est une roquette entre 80/150kms de portée, montée sur châssis 8×8 pour des déplacements autonomes, et une précision métrique.

      • Frédéric dit :

        Mais ce châssis sera compatible avec les roquettes US comme les systèmes israéliens 😉

  13. patrick Borca dit :

    Les industriels Français , éventuellement Européens n’ont pas un projet, un système d’armes a proposer et à mettre en production.????
    De 1914 à 1918 , en 4 ans, les Armées et les industriels se sont adaptés et ont inventé…
    Donc Action : munitions rodeuses, drones armés, LRM avec munitions de précision,….Et des hommes.

    • Joseph Boulier dit :

      Mais durant la Grande Guerre, quelle était la part du PIB consacré à la défense ?

  14. Kamelot dit :

    Sans attendre le CIFS, la tranche de 80 km de portée est à renouveler sérieusement en masse pour être crédible. Où se fournir: Europe, USA, Corée, autre…? Quels sont les matériels opérationnels? Peut-on les adapter sur nos véhicules pour des raisons évidentes de standardisation et de MCO?

    L’acquisition nouvelle de systèmes avec une portée supérieure de 300 à 5000 km reste souhaitable. L’ALAT et L’AAE ne pourront pas tout faire et sans risque, surtout face à un déni d’accès.
    Sommes-nous incapable de développer et produire des armements sol-sol, y compris rustique, sans passer par la « case » Allemagne ou USA? Avons-nous oublié les techniques de fabrication d’un missile du modèle HADES, alors que nous investissons et développons des MdC, le ASN4G et étudions des vecteur hypersoniques (V-MAX) pour les intercepter…? 🙂

  15. Kamelot dit :

    Comprendre 300 à 500… 🙂

  16. Carin dit :

    Et transformer l’Aster 15 ça leurs dit rien?
    Parce que lui on l’a… le CIWS est une chimère qui sera enterré bien avant 2045… de plus l’Aster est très manœuvrant.

    • Jack dit :

      Vous avez déjà comparé le prix d’un missile Aster 15 avec celui d’un roquette longue-portée ?

      • Carin dit :

        @jack
        Je sais… mais plus on veut taper loin, avec une très grande précision, plus on se rapproche des caractéristiques d’un missile…
        Partant de là, je dis qu’il est inutile d’engager une longue R/D pour créer une nouvelle roquette dont les caractéristiques vont la rapprocher d’un missile. Et comme l’Aster 15 tend à sortir du tableau d’utilisation, le Mica VL le poussant vers la sortie, je dis juste que lui non seulement on l’a, on maîtrise sa fabrication, on a la chaîne de montage et les machines-outils, il suffirait de le modifier, de plus les italiens ayant le même problème, seraient peut-être ravis de participer…

    • Carin dit :

      Et puis il y a TDA, qui fait une excellente 68mm à impulsion, et pourrait très bien plancher sur une plus grosse et plus longue roquette capable de taper entre 150/200 kms. Je suis persuadé que cette entreprise a ça dans un tiroir.

  17. mich dit :

    Jamais bien compris le manque d’ intérêt pour les lances roquettes multiples dans l’ armée française pourtant plutôt toujours à la pointe en artillerie .

    • lil dit :

      Est-ce un réel manque d’intérêt ou la conséquence d’un effort financier plus soutenu ces dernières années pour une dotation typée guerres asymétriques ? Taper des motos dans brousse ! La redécouverte d’un conflit de haute intensité à nos portes change peut-être la donne… Il n’en demeure pas moins une problématique de financement de ces projets coûteux, ce qui explique sur ce sujet comme pour d’autres, la coopération souhaitée par le politique avec nos « alliés » allemands…

      https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/puhl_cooperation_militaire_armement_2020.pdf#page29

      • mich dit :

        Bonjour réel manque d’ intérêt de notre armée car vraiment pas d ‘ hier et il n ‘y pas que sur ce syteme d’ arme ,je me souviens d ‘une image dans un numéro de guerre et histoire (revue année 80 ) avec un AMX 13 bitube sur un bac « gillois » avec un comentaire qui en gros soulignait deux de nos faiblesses de l’ époque pour un combat centre Europe , génie et défense AA .

    • Carin dit :

      @Mich
      Peut-être que multiples c’est un peu gaspiller?
      L’unitaire, ou chaque roquette qui part, va atteindre une cible, est peut-être plus rentable?
      De toute façon, si c’est pour arroser un point de rassemblement ennemi, un LRU peut tirer une roquette par seconde…

      • mich dit :

        Bonjour , vous avez raison avec les armes guidées actuelles ,mais je voulais juste dire que cela ne date pas d ‘hier .

    • Patatra dit :

      Plusieurs réponses :
      – dogmatisme , quand l’on sait que l’exocet, pourtant révolutionnaire en son temps, a été remis en question par les artilleurs.
      – Sur la gamme plus longue portée, il y a toujours eu le rafale et un A2SM
      – Peut-ête que cela coûte plus qu’un caesar.
      – Peut-être que ça fait pas boom comme un canon et donc c’est pas bandant (je ne rigole presque pas).
      – Peut-être, tout simplement, que personne n’avait prévu un tel conflit en Europe et que celui-ci rebas les cartes quant au format des armées.
      – Les américains deal du HIMARS, mais je me demande combien ils en ont, par rapport à la taille de leur armée.

      • mich dit :

        Bonjour ,déjà pendant la guerre froide ,pour ce qui est des USA ils en ont quand même pas mal et il faut dire aussi une panoplie d’ armes guidées qui atomiseraient le corps expéditionnaire Russe presque comme il la fait pour la garde républicaine d ‘Irak ,là dessus je n ‘ai plus beaucoup de doutes .

    • AirTatto dit :

      Fin de la guerre froide je pense… et manque de discernement politique ou de connaissances géostratégiques. je suis curieux de voir ce qui était enseigné à l’ENA.

      • mich dit :

        Bonjour ,comme je l’ ai dit plus haut rien de nouveau depuis un bon moment ,je parles vraiment du syteme d’arme en lui même ce qui ne concerne pas vraiment les gens de l’ ENA .

    • Rémi dit :

      Jamais dévveloppé en national à ma connaissance donc systématiquement des achats externes.

      • mich dit :

        Bonjour ,en effet juste une poignée de MLRS sans grande conviction à mon avis et bien tard ( année 2000 je crois ) les allemands avaient la famille LARS avant le MLRS ,nous on aurait préféré un AUF2 dans les forces à mon avis , c ‘ est un choix comme un autre et quelques AUF1 modernisés ne dépareilleraient pas forcement actuellement à coté des caesar .

    • Paul Bismuth dit :

      @ mich
      On achètera du matériel militaire américain:
      https://www.forcesoperations.com/des-himars-pour-la-france/

  18. Arnaud dit :

    Encore un truc qui va foirer. Les boches étaient sont et resteront nos ennemis. Ils vont tout faire pour retarder et torpiller nos demandes et nous laisseront en rade.
    Pas la peine de parler du couple franco allemand. La france est cocue tous les jours…

  19. Thierry le plus ancien dit :

    Les LRU pourraient fort bien être updaté avec de l’électronique plus récente et quelques modifications appropriés, il n’y a rien dans le véhicule en lui même ou le lanceur qui soit périmé, ils peuvent être prolongé, quelque soit le choix qui sera fait par la suite pour compléter la dotation avec un nouveau modèle. je pense que les munitions continueront d’être disponible encore longtemps vu que l’Himars utilise les mêmes.

    • Alpha (α) dit :

      Oui, ils pourraient…
      Mais justement, l’objet de l’article de notre hôte, c’est que nos opérationnels ne veulent plus les prolonger ces LRU M-270, comme c’était prévu initialement…
      Il veulent autre chose, et du neuf.

  20. Félix GARCIA dit :

    Un excellent JDEF qui traite notamment de l’artillerie (notamment en environnement fortement brouillé) :
    « La géographie, clé de voûte des opérations »
    https://www.youtube.com/watch?v=UJS_ID2-CYc
    (je ne suis pas le seul à retourner ma mappemonde ! 🙂 )

    Hors artillerie (mais pas totalement) :
    Est-il prévu une unité de photogrammétrie en quasi temps réel pour le combat en milieu urbain ?

  21. Ulysse dit :

    question : quels sont les avantages/ désavantages des CAESAR par rapport aux HIMARS.
    quelques pistes: mobilité tactique et opérative identiques. portée largement a l avantage des HIMARS. précision identique ,fonction de la qualité de guidage des munitions. capacité de destruction, a priori avantage HIMARS, capables de délivrer davantage de charge explosive en un temps contraint. durabilité, avantage HIMARs, compte tenu de la durée de vie du canon de 155mm du CAESAR et du temps nécessaire à sa régénération ou son remplacement/ versus temps de fabrication des roquetes du HIMARS. vulnérabilité , avantage CAESAR compte tenu de la vélocité des obus/ versus roquettes. coût d’acquisition, inconnu, mais coût exploitation supérieur des CAESAR( maintenance). la question qui fâche : l artillerie classique a t’elle encore un avenir face aux missiles, drones et munitions rodeuses, hors emploi marginal dans des contextes particuliers.

    • mich dit :

      Bonjour ,pas vraiment comparable , deux systèmes dont les portées et les munitions se complètent pour élargir le spectre du traitement des cibles et rendre difficile une défense efficace .

    • Lance-patate dit :

      La comparaison des temps de fabrication devrait plutôt être faite entre fabrication des munitions de 155 mm et fabrication des roquettes.
      De la même façon, le coût d’achat des obus comparé à celui des roquettes est probablement une des principales raisons pour privilégier le Caesar pour traiter les objectifs situés dans un rayon de 40 km.

    • NRJ dit :

      @Ulysse
      « coût d’acquisition, inconnu, mais coût exploitation supérieur des CAESAR( maintenance). » Vous oubliez le coût d’utilisation qui est largement inférieur pour le Caesar. Un obus est et sera toujours moins cher qu’une roquette/missile et l’utilisation de l’artillerie classique sera toujours moins chère que l’envoi de roquettes à la place.

      Je pense aussi que vous oubliez certains aspects comme par exemple le rapport coût/précision. Le Caesar est assez précis ne nécessitant pas forcément des obus guidés pour traiter ses cibles (cf Chammal. Les artilleurs français avaient des obus classiques là où les M109 américains nécessitaient des obus guidés).

      Ainsi l’artillerie classique peut conserver un compromis coût/précision très avantageux par rapport aux roquettes. C’est a mon avis votre principal oubli. S’il faut appliquer de la saturation ou qu’on conserve une marge suffisante d’imprécision (s’il faut toucher une voiture en mouvement, avantage roquette/obus guidé, mais s’il faut toucher un pont, avantage à l’obus non guidé par exemple).

      « capacité de destruction, a priori avantage HIMARS, capables de délivrer davantage de charge explosive en un temps contraint ». En soit les artilleurs ont la capacité de tirer des obus selon différents angles pour permettre aux différents obus d’arriver en même temps sur leur cible. Ça n’égale peut-être pas les LRM (notamment en portée), mais ce n’est pas à négliger non plus.

      Concernant les munitions rôdeuses je pense qu’il y a moins de débat. C’est des armes différentes qui seraient trop chères pour un métier d’artillerie. Elles sont idéales pour des frappes stratégiques, mais faut pas chercher plus loin, car plus coûteuses que les obus ou les roquettes.

      Du coup je pense que oui il y a toujours une place pour l’artillerie classique. Le métier d’artillerie a pleins de sous-variantes, certaines avantageant les roquettes guidées voire non guidées, et d’autres les obus guidés voire non guidés.

    • v_atekor dit :

      La question est surtout sur le prix, la fabrication et la logistique pour les munitions… car on parle en milliers de tonnes.
      .
      quant aux munition rôdeuses, elles ont un prix nettement supérieur (compter a minima un moteur et un système de guidage thermique et/ou optique), donc est adaptée à des cibles mobiles, sans compter qu’il faut faire nettement plus attention pour le transport, plus le poste de commandement S’il vous en faut 1.000.000 mais que finalement votre cible est fixe, vous comprendrez vite l’avantage de l’obus, lorsque votre 3e livraison délicate de drones aura explosé sous un bombardement adverse.
      .
      Quand on dit que l’argent est le nerf de la guerre, c’est presque du premier degrés, et, en conséquence, l’assurance d’une victoire Uk.

  22. Roland Desparte dit :

    Au risque de déplaire, je me pose une question. Est-ce vraiment utile d’investir dans ce type de matériels ? Si oui, à quelle hauteur ? Et dans le contexte actuel, en avons-nous les moyens ? Si le territoire national était attaqué en « haute intensité », c’est l’OTAN qui réagira, donc les USA, non ? Ce n’est pas avec quelques LRU ou Caesar que nous prendrions le dessus. Ce pourquoi il me semble crédible de plutôt porter nos efforts sur la Marine (de surface et des profondeurs) et l’AEE (avions, drones, satellites,…) pour surveiller et défendre notre zone économique ; sans oublier le Renseignement, la lutte antiaérienne et l’hypervélocité . Et c’est déjà beaucoup pour nous ! On ne peut pas tout faire ! Ajoutez à cela un point qui me parait vital : les investissements nécessaires pour le maintien ou le rétablissement de l’ordre (Gendarmerie mobile en particulier), que cela soit en métropole ou en Outre-mer.

    • mich dit :

      Bonjour ,on n ‘est pas dans les même échelles de dépenses , et dans la panoplie que vous décrivez l’ artillerie ne vas pas beaucoup gréver un budget de plusieurs dizaines de milliards malgré tout , les scenarios de confrontation sont multiples et vont le rester ,certes on ne peut pas tout faire mais ce n ‘est pas à ce niveau de faire des choix à mon avis .

    • Vins dit :

      Assez d’accord.
      Mais je pense que cette guerre est l’occasion à chaque arme de défendre ses intérêts.

  23. YA-K67 dit :

    déjà cité dans les commentaires, un e alternative serait le EXPAL SILAM espagnol (coopération Espagne-Israel) qui arrive pour 2024. On critiquait que l’Allemagne ou la Pologne achète du matériel sur étagère US plutôt que européen, vu que la France va devoir acheter sur étagère son futur « LRU-NG », privilégions une solution à minima européenne. + avec des synergies à trouver du côté de l’Europe du Sud de : au passage l’Espagne deviendrait un partenaire militaire de premier plan devant l’Allemagne puisque l’Espagne nous suit sur le Tigre Mk3, sur le SCAF, Cougar, Casa, A330MRTT, A400M, … – à imaginer : un accord entre gouvernement de « compensation industrielle » : d’échange SILAM contre Caesar, puisque l’Espagne a besoin d’un 155mm (comme à une époque on a troqué Cougar contre Casa)

    • Frédéric dit :

      C’est ce que je pensait. Mais il faudrait que Madrid face de la pub pour ce projet à l’international. Bien que lancé en 2020, je n’avais pas entendu parlé de lui avant ces derniers mois, et nombre d’intervenants sur le forum Air Defense idem.

  24. Félix GARCIA dit :

    OpexNews@OpexNews
    Pour le canon CAESAr, les équipes de Nexter sont déjà repassées en 3 x 8, mais l’opération (de passer de 18 à 12 mois pour sa fabrication), en cours d’étude, coûterait 500 à 600 millions d’euros d’investissement.
    « Nexter a déjà des soucis de stock sur les tubes, et seulement cinq personnes capables de calibrer les culasses. Ils ne mettront le paquet que s’il y a des commandes à très long terme pour amortir. »
    En coulisse « certains industriels ont été fâchés par Macron, qui leur demande de produire plus, mais sans avoir passé de commandes fermes ».
    Résultat : malgré les demandes de l’exécutif, certains grands producteurs français d’armes ne tournent pas encore à 100 % de leur capacité
    https://twitter.com/OpexNews/status/1595306001133191170?cxt=HHwWhIC-meKW1aMsAAAA

    Qui est étonné ?
    « Accroche-toi au pinceau, j’retire l’échelle ! »
    Bis repetita placent ?
    https://tenor.com/fr/view/kaamelott-leodagan-catapulte-essayer-gif-18207379

    « Je vais y aller, de jour, devant tout le monde. Et si je deviens roi de Bretagne, je vous nomme respectivement ministre des armes, et responsable de la protection des frontières. Parce que mon destin, c’est de m’entourer de nuls, de vrais nuls… Timeo libri rex agitur, ça veut rien dire, mais c’est ce que j’ai trouvé de plus… aigre ! »

    Mais on aura tout en temps et en heure, s’pas ?
    « Je ne prendrais pas ce chiffre pour dire que c’est un échec, ça n’a pas marché »
    « Soyez fiers d’êtres des amateurs ! »
    « C’est pas Gérard Majax »
    « J’aime l’industrie parce que c’est l’un des rares endroits au XXIe siècle où l’on trouve encore de la magie »
    « Ce que vous proposez, c’est de la poudre de Perlimpinpin »

    « Parce-que c’est notre projeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet ! »
    https://www.youtube.com/watch?v=xeDKyl04G74

  25. Valerianf dit :

    j’en peux plus de lire que tel ou tel armement en voie d’obsolescence ou en sous capacité doit être remplacé en coopération avec l’Allemagne !!! Bis.
    L’armée Française attendant le bon vouloir des Allemands pour renouveler son matériel: c’est nier l’Histoire.
    La « Cancel Culture » a pris le pouvoir!

  26. Cw dit :

    toujours pareil des projets à 10 ou 20 ans..après moi le déluge…nos dirigeants irresponsables..président en tête. un de Villiers serait bien utile..mais il est militaire alors c est difficile…on espère….

  27. Bleubleu dit :

    Une question peut-être stupide, mais que son devenus les anciens MLRS français qui n’ont pas été convertis au standard LRU (une trentaine, si je ne m’abuse)? Ils ont étés envoyés à la casse? Parce qu’autrement le plus simple n’est-il pas de les convertir à leurs tour en LRU, le principale problème étant ensuite l’acquisition de munitions en quantité suffisante. Et d’ailleurs à ce sujet ne serait-il pas envisageable de démarrer une production de munitions sous licence? Vu l’état des stocks et le nombre de pays qui vont vouloir s’équiper en LRU/HIMARS, ce serait plus que pertinent.

  28. beber dit :

    « …bien que la prédominance de l’artillerie dans les combats peut s’expliquer par l’absence de supériorité aérienne pour les deux belligérants.  »

    La supériorité aérienne ne peut exister que lorsque les armes anti aériennes modernes de l’ennemi n’existent pas ou très peu, comme dans un conflit asymétrique.
    Avec les armes moderne les avions et hélicos resteront au hangar ou se feront descendre comme on le voit dans ce conflit.

    • mich dit :

      Bonjour , à votre avis si notre aviation intervenait maintenant en appui des attaques Ukrainiennes que se passerait il ?

  29. Alex Delalibre dit :

    C’est marrant, je suivais un LRU il y a quelques jours, tôt au matin sur la N7 près d’Aix en Provence, transporté je ne sais pas où, et je me faisais deux réflexions. La première, c’est que ce n’est pas si gros que cela comme engin, on a l’impression quand on voit les photos que c’est un gros bac avec des chenilles, mais pas tellement en réalité. La seconde, c’est qu’ils l’avaient repeint en brun Terre de France. Le truc était baptisé Lorraine. Il est peut-être en Ukraine maintenant?

  30. jl dit :

    nous reste t il de ces bonne pieces de 400 sur voie ferrée de la guerre de 14-18 ou encore quelque 75 1895 en tant qu’artillerie de campagne . Parce que les drones servent à ca non ? Nous allons moderniser nos FT17 !

  31. Matth dit :

    Quand la guerre en Ukraine fait découvrir aux Français qu’ils n’ont pas d’armée.
    Notre Armée est une agence Marketing au service des industriels, sans plus.
    et nos Généraux sont des Hommes d’Affaires, où chacun prêche sa prose.
    Il a demandé plus de Rafale, et en même temps pas d’armes anti-radar, à quoi ça sert ?
    Bande d’incompétents, ils mettent le pays en danger.

    • mich dit :

      Commentaire commercial donc !

    • Carin dit :

      @Matth
      Peut-être parce que le rafale peut s’approcher des radars, et les avoir a portée d’AASM?
      Une AASM de 125kgs est largement suffisante pour rayer de la carte un très gros système radar, et elle coûte infiniment moins cher qu’un Martel ou équivalent.
      De plus, le rafale est fait pour ça.. l’entrée en premier! Et si le complexe radars est vraiment très gros, alors c’est un missile longue portée qui sera lâché.

    • Alpha (α) dit :

      @Matth
      « Il a demandé plus de Rafale, et en même temps pas d’armes anti-radar, à quoi ça sert ? »
      Posez-vous les bonnes questions…
      Peut-être parce que pour l’instant, ce que nous avons en ligne suffit pour traiter les menaces actuelles…

  32. Alfred dit :

    Lisez bien l’article. Il ne s’agit que d’un vœu, et il faut réfléchir à la solution à retenir. Nous sommes fin 2022. Délai de réflexion pour la solution à retenir et l’expression des besoins =1 à 2 ans. Délai d’étude et de mise au point d’un nouveau système 3 à 5 ans, ou plus. On a déjà dépassé la fin de vie des LRU. Pas la peine de s’affoler, surtout s’il faut le faire avec l’Allemagne !….

    • Carin dit :

      @Alfred
      Si l’Allemagne est citée, c’est avec la date de livraison minimale du produit, (2045)…
      En d’autres termes, le CEMA souligne l’inutilité de cette coopération, décidée il y a 15 ans.

  33. Vins dit :

    On analyse une guerre en cours pour préparer la prochaine… c’est intelligent. C’est sur, rien n’aura changer à la prochaine!!!
    Ce qui m’aurait vraiment intéressé, c’est de savoir pourquoi les russes ne sont pas maître du ciel…

    • Carin dit :

      @Vinz
      Parce que les chasseurs russes ne sont pas équipés de capteurs d’une part, ni de bombes ou missiles guidés d’autre part. Les russes basent leur aviation sur la supériorité aérienne, d’où leurs gros moteurs, et leur facultés à bouger, sauf que ça ne suffit pas, les rares rencontres avec des avions occidentaux se sont traduits par des pertes d’avions russes en temps de guerre, et par des roustes virtuelles en temps de paix, et ce depuis la guerre au Vietnam.

  34. Guilhom dit :

    je verrai bien un bel acronyme du type Systeme A Lancement Automatique Dirigé… histoire de se compléter avec le Caesar.
    au point ou l’on en est…