Défense aérienne : Les Crotale NG de l’armée de l’Air et de l’Espace remplacés par des systèmes VL MICA?

En octobre, et alors qu’il était question de prélever dans la dotation de l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] des systèmes de défense aérienne de courte portée Crotale NG pour les livrer aux forces ukrainiennes. Ils seront « particulièrement utiles dans la lutte anti-drones et contre les bombardements aériens », avait justifié Sébastien Lecornu, le ministre des Armées.

« Nous en possédons douze [des systèmes Crotale] mais c’est un dispositif qui a vocation à être progressivement s’éteindre et à être remplacé par des Mamba, donc cela ne créera pas un manque pour l’armée française. Le but est de boucler cette opération dans les deux mois », avait par ailleurs précisé le ministre.

Cela étant, le remplacement des Crotale NG par des Mamba [ou SAMP/T, pour Sol-Air Moyenne Portée / Terrestre] pouvait alors être étonnant dans la mesure où ces deux systèmes sont fondamentalement différents.

En effet, le premier a vocation à contrer la menace d’aéronefs volant à basse et à très basse altitude, grâce à son Mirador IV Doppler et à ses huit missiles VT1. Quant au second, il est en mesure d’intercepter tout avion et missile au-delà de 120 km de distance avec ses missiles Aster 30. L’AAE n’en compte que huit batteries.

Depuis, M. Lecornu a confirmé que deux Crotale NG ont finalement été cédés à l’Ukraine.

Quoi qu’il en soit, il est désormais question de renforcer les moyens dédiés à la défense sol-air, et de remplacer les Crotale NG de l’AAE. C’est en effet ce qu’a annoncé le chef d’état-major des armées [CEMA], le général Thierry Burkhard, lors d’une audition au Sénat, le 19 octobre dernier.

« Pendant vingt ans, nous avons opéré sur des théâtres où il n’y avait pas de menace aérienne, de sorte que nous avons favorisé d’autres domaines. Ces choix étaient cohérents avec le contexte des engagements », a admis le général Burkhard. « Le contexte a changé, et il n’est pas exclu pour l’armée de Terre ou pour la Marine de devoir intervenir dans un environnement où la supériorité aérienne n’est plus durablement acquise », a-t-il ajouté.

En outre, a continué le CEMA, la « menace des drones est également prise en compte dans la défense sol-air multicouches » et les « appareils sont très divers, allant de plusieurs tonnes jusqu’aux nanodrones, dont les modèles évoluent très rapidement de sorte que nous devons nous montrer agiles ».

À noter que plusieurs projets ont été lancés en matière de lutte anti-drones, comme le MILAD [Moyens mobiles de Lutte Anti-Drones], l’ARLAD [adaptation réactive de lutte anti-drone], le BASSALT, le marché PARADE [Protection déployable modulaire anti-drones] ou encore le système laser HELMA-P, développé par CILAS.

Par ailleurs, le système MAMBA va être modernisé, avec le missile « ASTER 30 B1 NT » et le radar terrestre multifonctions de nouvelle génération « Ground Fire 300 », mis au point par Thales. Enfin, « nous envisageons de remplacer le Crotale par le missile d’interception, de combat et d’auto-défense MICA VL », a affirmé le général Burkhard. « Tout cela est pris en compte dans la LPM [Loi de programmation militaire, nldr] en cours et dans les travaux préparatoires de celle à venir », a-t-il précisé.

Le système VL MICA NG repose sur le MICA NG qui, développé par MBDA, équipera les Rafale de l’AAE et de la Marine nationale.

« Après deux ans de développement du missile MICA Nouvelle Génération, la maîtrise que nous avons acquise dans la tenue des performances de ce tout nouveau missile air-air, nous permet aujourd’hui de proposer sur le marché son intégration sur les systèmes VL MICA de défense sol-air ou surface-air en toute confiance », avait par ailleurs commenté Éric Béranger, le Pdg de MBDA, en octobre 2020.

Dans le détail, le VL MICA NG « offre des capacités améliorées pour traiter les cibles atypiques [drones, petits aéronefs], ainsi que pour traiter les menaces futures, caractérisées par des signatures infrarouge et électromagnétique toujours plus réduites », assure MBDA, précisant que les « cibles classiques » pourront être interceptée « à plus longue distance ».

Photo : MBDA

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

85 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    Une bonne nouvelle !
    Ô JOIE ! 🙂
    https://www.youtube.com/watch?v=NZb-SVm7eLE

  2. yakafokon dit :

    J’espère qu’on va avoir autre chose qu’un missile à 1 (ou2?) million d’euros pour détruire un drone à 20 000 euros.

    • Wagdoox dit :

      Pas vraiment, le prix du mica ainsi detaillé, c’est avec la r&d qu’on paie quelque soit le nb de missile produit.
      Le anl en r&d uniquement coute 600 millions par exemple.
      Donc en admettant qu’on commande 600 anl, ca fait deja un million piece rien qu’en r&d.
      Le mica ng est tres che notamment pour ca. Mais il est deja developpé donc ce cout est passé. Et plus il sera produit a une grande quantite moins le cout de production sera important.
      Enfin, il n’aura pas vocation a taper un drone a 20 000 euros mais des drones types patroller au minimum.
      Pour les drones pas cher 5000 euro, on a deja un laser.
      Ca permet pas encore de repondre a tout les risques mais on y vient doucement. Le mica vl n’est qu’une partie de la couverture.

      • R2D2 dit :

        on peut aussi espérer que la version Caesar/rapidfire qui est dans les cartons depuis une décennie finisse par accoucher. La version maritime du rapidfire étant déjà retenue pour les futurs bâtiments de la Marine.
        https://www.youtube.com/watch?v=Ky4G7jgegps

        • Dolgan dit :

          Caesar/rapidfire , ça n’a aucun sens. A la limite caesar 105mm.

          • Chasseur de trolls dit :

            Le (les) châssis de camions sur lesquels sont montés l’artillerie du Caesar peuvent accueillir autre chose que le 155 et sa bêche de tir. Le RapidFire est un 40CTA destiné à la défense sol-air proposé notamment sur le même châssis Renault Trucks (mais qui pourrait être intégré sur tout autre châssis). Du calibre 105mm pour de la défense sol-air ça n’existe plus depuis les années 40-50 au moins même si le 100mm Lohr a fait de la résistance longtemps dans la marine française.
            Comprenez l’énoncé avant de disserter sur le sujet.

          • Dolgan dit :

            Ça n’a aucun sens d appeler caesar un truc qui n’a rien à voir juste parce que c’est sur un camion. Sinon pourquoi pas caesar citerne, caesar log , caesar trans, …

            C’est bien parce que le 105mm est similaire au 155mm que ça pourait avoir du sens.

      • jl dit :

        avant nous avions des bitubes de 30 sur chassis AMX13 . C’est qu il faudrait ou alors de bon vieux Half-track M3 avec ses 4 calibre .50 dans la caisse . Ca doit bien se trouver à pas cher pour notre grande Armé à minima !

        • Dolgan dit :

          Pas certain que les retex de canon anti aérien sans radar et conduite de tir soient fameux.

    • PeterR dit :

      C’est clair. Reste à savoir combien coutait un Crotale.

    • R2D2 dit :

      Effectivement la haute intensité pour l’armée française ce n’est toujours pas pour demain. Ce n’est pas comme si il y avait par exemple une guerre en Ukraine qui était là pour rappeler à tout le monde les quantités hallucinante de munitions qui peuvent etre utilisées dans une guerre symétrique…

  3. Titeuf dit :

    Le saut capacitaire MICA VS CROTALE est clairement en faveur du premier.
    Reste à savoir combien de batterie l’on aura ???
    Un achat groupé Armée de terre, Mer,Air et Espace aurait du sens .

  4. Aramis dit :

    Ce serait une bonne chose. Et pas une quinzaine de batterie SVP.

  5. Frede6 dit :

    Qu’on remplace les Crotale par des Mica pourquoi pas…mais en quoi cela va renforcer la défense aérienne de nos unités de manoeuvre ???

    • Dolgan dit :

      L article parle des crotales ng qui sont des systèmes armée de l air. Dédiés quasi exclusivement à la protection de bases aériennes.

      • Frede6 dit :

        J’avais bien compris mais est ce que dans l’ordre des priorités du CEMA il y aussi la protection de la FOT ??? C’est plutôt le silence sur ce point sui m’interpelle

        • Dolgan dit :

          Il n’y a pas de silence. Juste votre ignorance .

        • Frede6 dit :

          Apparement vous êtes aussi ignorant que moi donc ce n’est pas la peine de venir répondre à mes commentaires. Est il possible de poser une question simple et espérer une réponse un étayée sans que des connards tels que vous viennent troller le sujet. Apparement ce n’est guère possible ici.

  6. john dit :

    Ca serait logique… Ca permettrait d’augmenter le volume produit et de baisser les coûts unitaires des produits…
    C’est ce que l’Allemagne fait avec l’Iris-T, et il y a des pays qui suivent derrière parce que les prix sont intéressants.
    Par contre, cela ne résout pas 2 besoins:
    – la défense anti-missile balistique en dehors de l’atmosphère.
    – et la défense rapprochée qui ne serait pas basée sur une batterie avec des éléments séparés, mais un système équivalent au Skyranger 30 ou 35 de Oerlikon, qui utiliserait radars AESA à 360°, capables de fonctionner en mouvement, équipé de missiles sol-air courte portée + canon anti-aérien + laser, et dont la mission serait anti aviation, anti missile, anti artillerie, anti drone….
    Et ces systèmes sont ceux qui seront nécessaires en grands volumes lors d’un prochain conflit de haute intensité. Ils devraient pouvoir accompagner l’artillerie pour la protéger, et les grandes unités d’infanterie.
    Avec les missions rôdeuses relativement économiques, il va falloir protéger les cibles à haute valeur. Et rien de ce qui existe dans une majorité des armées ne permet d’y faire face. Par contre, le Skyranger semble être idéal. Evidemment, un équivalent fonctionnerait aussi. Mais ne pas oublier que Oerlikon est probablement le plus expérimenté dans ce domaine, et depuis des décennies.

    • Ludovic Auray dit :

      non le rapidfire le surpasse en tout point ( conduite de tir, detection type et nombre de cible ou encore munitions adaptés automatiquement )

      • john dit :

        Le RapidFire n’existe pas…
        Et ce qui n’existe pas, c’est les munitions qui vont avec et qui sont complexes. Pour la conduite de tir, et le nombre de cibles, c’est une question de budget et de choix du radar et du système. Croire que par définition c’est mieux est totalement absurde.
        Quant au système, le Rapidfire n’existe pas en système multiple. Le laser n’existe pas, et pas de missile sol-air connecté au système. Donc tout ce qu’il y a c’est un canon théorique…

        Pour le moment, la France n’a absolument rien d’équivalent !

        • Aymard de Ledonner dit :

          Mais c’est incroyable comme vous pouvez mentir avec un aplomb en inox! Vous faites parfois des commentaires intéressants à lire mais comme vous glissez vos mensonges entre deux passages intéressants, si on a pas une vocation à fouiller les poubelles, on ne peut que ne pas lire vos commentaires les plus longs.
          – Le RapidFire n’existe tellement pas que deux exemplaires équipent le ravitailleur Jaques Chevalier qui est actuellement en phase d’essais.
          – Le laser n’existe pas non plus sauf la tourelle HELMA-P montée pour sur une frégate française….

    • Patatra dit :

      La deuxième partie n’est pas la moindre.
      – Comme le signale le général, pendant les dernière décennies le modèle militaire français s’est adapté à ses théatres d’opérations.
      – Il y a donc une doctrine anti-aérienne de théatre à faire évoluer avec les REX de l’Ukraine.

      • john dit :

        Pour votre première remarque, j’aurais tendance à être en désaccord concernant la défense sol-air. La France n’a jamais eu de capacité sol-air complète, même quand elle aurait pu être nécessaire durant la Guerre Froide. Si vous comparez à ce que les Soviétiques avaient, les armements français dans ce domaine spécifique étaient inférieurs en portée, inférieurs en nombres, et loin d’être multi-couche.

        Concernant la deuxième remarque, ce que je constate, c’est que ce qui est mentionné pour la lutte anti-drones concerne ces projets:
        – MILAD [Moyens mobiles de Lutte Anti-Drones], utilisé par les 3 branches de l’armée française.
        Il s’agit d’un système installé proche d’un site sensible, et qui protège en brouillant les drones hostiles.
        C’est pas bien utile à grande échelle. Ça manque de mobilité. Mais pour cela, ils ont 80 fusils brouilleurs… Encore faut-il savoir où ils sont… Utiles à la limite contre l’utilisation de drones par ISIS.
        – l’ARLAD [adaptation réactive de lutte anti-drone], Armée de Terre
        Radar installé sur VAB, et couplé à un lance-grenade de 40mm pour luter contre des petits drones de reconnaissance et des munitions rôdeuses. La portée des grenades est très faible. Donc pas incroyable. Il en faudrait sur tous les véhicules pour avoir une défense contre les munitions rôdeuses, ce qui n’est absolument pas viable. L’armée parle uniquement de protection de convois avec ce système. Mais protection très limitée.
        – le BASSALT, Armée de l’Air,
        Ce système semble similaire au concept MILAD, le but étant de protéger des sites sensibles.
        – HELMA-P, Marine,
        Développement d’une arme laser pour lutter contre les drones, munitions rôdeuses, potentiellement des missiles.
        – PARADE, programme le plus important semble-t-il, 6 systèmes pour 350 millions de budget, et il s’agirait d’un système anti-drone.
        – un autre projet en développement semble être de créer un drone intercepteur de drones.

        Ce que je constate, c’est trop de projets, certains font la même chose.
        Mais surtout, tout cela se concentre uniquement sur la défense contre des petits drones. Mais les menaces classiques n’ont pas disparu. Les obus, les roquettes d’artillerie, les missiles balistiques, missiles de croisière existent encore, et même de plus en plus.
        Pour faire face à cela, un système comme celui proposé par Oerlikon permet de faire face à tout cela en combat rapproché. Un tel système est capable de fonctionner en mouvement.
        Il existe aussi la solution du missile IRIS-T courte portée qui est installée sur un véhicule qui est directement équipé de radars et qui peut tirer en mouvement. Donc il permet de protéger un convoi contre un avion, un hélicoptère ou un missile qui aurait échappé à la couverture radar du SAMP/T et du MICA.

        En défense rapprochée, la France n’a pour le moment pas de projet complet.

        • Patatra dit :

          Il y a de la complémentarité dans toutes ces solutions.
          C’est bien pour cela que j’écrivait qu’il y a une doectrine complète à faire évoluer. Voir, selon vos dires, à réinventer.
          Bref il y a du boulot et pas pour dans 10 ans.

  7. Fralipolipi dit :

    A la bonne heure !!!
    Le besoin était tellement évident qu’il était même assez compliqué de ne pas aller dans ce sens.
    .
    J’espère que les nouveaux systèmes de tir pourront « consommer » à la fois les Mica génération actuelle et les MICA NG,
    tout en permettant de recycler les anciens Mica Air-Air de l’AAE ayant un peu trop d’heures de vol (c’est un des autres intérêts du système).
    .
    Après le Maroc, l’Egypte, la Georgie, le Botswana, et le Sultanat d’Oman, voilà enfin la France qui se décide à s’équiper en VL Mica. Enfin.

    Prochaine étape, du VL Mica pour notre MN ?!?!
    .
    On remarquera ici que la France ne sera pas le 1er client du VL Mica avec missile en version « NG » …
    Car c’est l’Egypte qui a été la 1ère à passer commande (en Fév 2021) … mais pour sa Marine.
    http://www.opex360.com/2021/02/24/la-marine-egyptienne-signe-une-commande-pour-le-systeme-francais-surface-air-vl-mica-ng-de-mbda/
    .
    Il y aura donc tout de même un aspect nouveau dans cet équipement en France.
    Reste à savoir si c’est l’AdT ou bien l’AAE qui les mettront en oeuvre, … ou bien les deux ..?..
    (j’imagine que cela concernera d’abord l’AdT en priorité).

    • Alain d dit :

      Oui enfin.

    • flibustier dit :

      A noter également que l’Arabie Saoudite détient le VL MICA – I-MCP, VLU et Reloader

    • Carin dit :

      @Frali…
      Ça serait logique, la MN et l’AAE étant équipés de Mica recyclables, je pense qu’ils peuvent attendre après les terriens…
      Par contre l’idée de faire en sorte que le système de tir puisse recycler les anciennes versions du Mica, permet d’avoir quelques centaines de missiles d’avance en stock… et ça c’est pas rien.

    • john dit :

      Ou est-ce que vous voudriez utiliser le Mica VL dans la Marine Nationale?
      Pour les frégates, les missiles anti-aériens utilisés sont les suivants:
      – Horizon, frégate anti-aérienne, 32 Aster 30 + 16 Aster 15 (éventuellement missiles mistral)
      – FREMM Anti-aérienne: 16 Aster 15 + 16 Aster 30
      – FREMM (les premières): 16 Aster 15 (Sylver A-43)
      – FREMM (5e et 6e): 16 Aster 15 ou 30 à choix (Sylver A-50)
      – La Fayette: Crotale + Mistral
      – FDI française: 16 Aster 15 ou 30 à choix (Sylver A-50)
      (A noter que la version grecque emporte 32 missiles Aster 15/30 + 1 RIM-116 qui emporte 21 missiles, dont la portée est de 10 km)
      – Charles de Gaulle, 32 missiles Aster 15 (Sylver A43)
      – European Patrol Corvette (110 m, 3’300 t), elle semble pouvoir être équipée de missiles anti-aériens de courte / moyenne portée, selon les nations et versions, cela peut changer. Les versions prévues sont lutte anti-navire, missions longues avec une capacité anti-surface, et
      patrouille de haute-mer.
      Pas d’infos quant aux missiles utilisés. Mais probablement plus petit que le Mica.

      Bref, quelles sont les différences entre les Aster 15, 30 et Mica?
      – Aster 30, 4.9 m, 450 kg, 3-120 km de portée contre avions
      – Aster 15, 4.2 m, 310 kg, 1.7-30 km contre avions
      Le guidage est le même, système intertiel guidé par le radar de tir, puis un auto-directeur radar du missile prend le relais.
      – Mica VL, 3.1 m, 112 kg, 20 km contre avions en version VL, guidage IR ou radar selon le choix effectué.

      Pour les coûts (car c’est important à prendre en compte), pour 567 Mica NG commandés, le coût est de € 1.8 milliards. Donc 3.17 millions par missile, coût de développement inclu.
      Pour les Aster 30, en 2002 ils parlaient de €1.4 million par unité, pour l’Aster 15, pas d’info trouvée.
      Difficile de savoir lequel est le plus cher (le système de guidage est en bonne partie ce qui explique les coûts. Mais le Mica n’a pas forcément d’intérêt.
      Potentiellement celui de pouvoir être installé là ou des Aster 15 ne pourraient pas faute de place. Mais probablement que des missiles et systèmes de protection plus rapprochée seraient plus pertinents !

      • Fralipolipi dit :

        @John
        Vous vous prenez la tête pour pas grand chose, non ?!
        Sur la majorité des frégates françaises il y a des réserves de place pour des silos suppl … surtout pour des petits Sylver A35 adaptés au VLMica (possibilité même du côté des hangars helico).
        Après vous noterez que je n’ai parlé de VL Mica que pour l’AAE et l’AdT (pour ce qui concerne la France) … donc bon …

  8. Bleih Moor dit :

    Bon, on verra! Pour l’instant en cas d’attaques multiples  » en grappes « sur le territoire, on n’a rien! mais rien du tout! J’y songe souvent en voyant les traces de condensation dans le ciel!!!

    • Carin dit :

      @Bleih moor
      Il faudrait vraiment être aux fraises, pour que vous puissiez voir des
      « traces de condensation » dans le ciel de France, appartenant à un avion ennemi, que les installations françaises+OTAN on repéré presque au moment du décollage, et suivit sur l’ensemble de son périple….
      Et un TU95 ou 160, voire un Mig 31, ne peut circuler en toute sécurité que dans la zone internationale, et accompagné de 2 chasseurs, ces avions étant les porteurs désignés de la dissuasion nucléaire, ils ne recevraient 2 avertissements, leurs demandant de s’éloigner, le second avertissement serait définitif… idem pour les B52 et autres porteurs américains, non seulement ils avertissent de leur venue, mais donnent aussi leurs plans de vols, pourtant ils sont bien mieux équipés en air/air et contremesures que nos « compétiteurs » (qu’elle hypocrisie), qui n’en sont pas doté!

      • Bleih Moor dit :

        Ca c’est de la théorie ! Car je me souviens d’une très vieille histoire de Bear 20 arrivant par l’Ouest en provenance de leur base en péninsule de Kola et qu’on n’avait pas été fichu d’intercepter, Ils etaient au large de Nantes en homing sur un remorqueur russe en transit…. la BA d’alerte avait sa piste engagée par un festival de musique militaire!! Les Crusader de Landi étaient tous interdits de vol… C’étaient des avions de la RAF qui l’avaient fait avec beaucoup de retard sur leur chemin de retour très au large de l’Irlande . Alors « Carin » je suis très peu confiant dans nos capacités d’interception…surtout s’il y a une attaque en saturation avec diversions…. Et Dans le cas des Bear 20, ils étaient deux avec des soutes bien garnies de Kangaroo! L’etendard IV P de la 16F a pu photographier de tout son saoul !! Mais c’etait déjà trop tard!

        • Dolgan dit :

          C’était il y a un quart de siècle environ….

        • Bench dit :

          @Bleih Moor: des Crouze en rade, pas de solution de rechange pour la po de l’époque, les anglois appelés à la rescousse! Très vieille histoire en effet!
          Heureusement qu’on n’est plus dans les années 70 ou 80 (enfin j’imagine que cette histoire remonte à cette époque vu ce que vous en dites) et que les procédures d’intervention sont au point aujourd’hui, y compris pour tout l’ouest et la Bretagne, n’en déplaise à certains ronchons.
          Au fait, c’était quelle base pour la po? Parce que, même si vous faites référence à une époque antédiluvienne, j’ai un peu de mal à imaginer que la base dédiée à cette prise d’alerte ait eu sa piste principale hors service pour cause de festival, fut il de musique mili.
          Cela dit, ne psychotons pas non plus. Si « une attaque en saturation avec diversions » devait se produire depuis la mer et la façade ouest du pays, ça voudrait dire que nous serions déjà en guerre avec cet adversaire depuis un moment et on aurait probablement largement le temps de voir venir et de contrer. Et quand bien même nous ne le serions pas, en guerre déclarée, les moyens permettant de détecter ces hostiles voient un peu plus loin que le trait de côte. Et ceux de nos voisins, près de chez qui vos Bear passeront avant d’arriver, aussi.
          Ce n’est pas comme si nous étions entourés d’ennemis animés de mauvaises intentions pile à nos frontières, et je vois mal demain l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Italie, Monaco, Andorre, la Belgique, etc, nous déclarer la guerre.

          • Bleih Moor dit :

            Vous savez tres bien que si on veut faire une attaque surprise on y arrive! Dans le cas que je cite; c’etait à l’été 1985 : cela faisait 3 jours que les cruz. etaient arretés pour des criques majeures sur les amortisseurs des trains… Il y avait donc eu fuite prealable (donc du rens.) ca donnait a reflechir sur beaucoup de choses!!! alors je suis toujours tes septique!
            depuis , un été, je suis allé faire du tourisme en peninsule de kola, et je les ai vu de pres ces Bear 20!…. de beaux avions, et le bruit de leurs moteurs qui couvrait celui des moustiques!!!

    • Dolgan dit :

      C’est vrai. Faudrait peut-être qu’on envisage de se doter d avions de chasse. Personne n y a pensé. Merci.

  9. Colibri dit :

    En fait, ce système exporté et présentement amélioré est au point.
    Donc……..Zou, on ne regarde surtout pas ailleurs, on le produit pour nos forces et au plus tôt.
    Non mais.

  10. kaiox dit :

    ce serait une excellent nouvelle

    Pour faire face au bouclier anti aérien allemand qui vise à nous marginaliser, on devrait peut être étendre au VL-MICA le partenariat avec l’Italie en cours pour les MAMBA (par exemple en les impliquant sur le module de lancement comme pour le MAMBA). Si la France et l’Italie partage le même système (MAMBA longue distance, MICA VL courte distance), ça peut faire une bonne offre à rejoindre pour d’autres pays (Espagne, Belgique, Grèce,…..)

    • Math dit :

      Croatie, Qatar, Inde, Indonésie, Égypte, Émirats arabes Unis, potentiellement Irak et Serbie.
      Tous les utilisateurs du Mica vont être intéressés par un système type Nasam pour recycler les missiles AA. Idem pour le météore qui serait un complément de l’ Aster.

  11. Kamelot dit :

    L’adoption du VL MICA-NG en remplacement du Crotale NG/VT1 est logique pour l’AAE. Ce missile sera utilisé aussi en air-air (EM et IR) et simplifira la production et le MCO. Il complétera par le bas les missiles ASTER 30 NT1 et ultérieurs (?) du Mamba. Ces deux missiles bénéficieront de synergies techniques (radar, autodirecteur, etc…).

    Toutefois, la défense aérienne des forces terrestres, en basse couche, devra trouver une solution « moins lourde et coûteuse » pour la mobilité et le traitement de cibles de petites tailles, à démasquage tardif ou attaquant en meute.
    À terme, le remplacement du Mistral 3 devra apporter des solutions diverses: canon, missile, laser (?)… pour les fonctions SHORADS/C-RAM et MANPADS.
    Pensons aux unités parachutistes ou spéciales…

    la Marine Nationale devrait trojver là une opportunité pour compléter ses systèmes SAAM et PAAMS.

  12. Tempo dit :

    Livrer des Crotale NG à l’Ukraine, c’est bien. Encore faut-il que ces systèmes soient suffisamment pourvus en munitions
    https://twitter.com/OpexNews/status/1594692440811773952?cxt=HHwWgICxye2UvqEsAAAA

  13. FJAG dit :

    La leçon des Caesar en Ukraine, c’est qu’en livrant nos matériels les plus modernes à l’épreuve du feu, on gagne des marchés exports. En livrant de vieux Crotales au lieu de Mica, on laisse le boulevard aux Iris-T.

    • Sorensen dit :

      L’Ukraine a acheté des CAESAR? C’est plutôt 100 PzH2000.

      • alexandre dit :

        Gros lourdingue, ils ne les ont pas acheté mais on les a livré quand même. Et oui le retard ukrainien sur nos matériels est excellent et c’est très bien pour des exportations futures.
        Vous avez une haine de la France vous, ça mériterait une consultation tellement ça en devient débile.

      • alexandre dit :

        Sinon non l’Ukraine n’a pas acheté de pzh2000,
        C’est kmw qui a fait une offre pour 100 obusiers livrable à partir de mars 2024… en attendant les Ukrainiens en ont reçu 12 prélevés sur les stock de la Bundeswehr et offert comme nos caesar.
        Bref vous ne savez pas ce que vous racontez.

    • Patatra dit :

      Ce n’est pas faux. Mais l’Italie va déployer un Mamba. il était nécessaire de sortir de la bête de son terrarrium. Dommage que ce ne soit pas la France qui le fasse.
      Après l’emprunte n’est pas la même non plus. Un mamba demande beaucoup plus de personnel, de formation et de logisitique qu’un crotale.

    • Carin dit :

      @FJAG
      Je pense que le monde entier connaît la mortelle qualité du Mica français…
      Sans dénigrer l’IrisT.

    • tschok dit :

      Le Crotale n’est pas du tout un mauvais missile, c’est une petite brute, il accélère très fort, il peut être tiré d’un tube installé sur un blindé assez léger, toussa.

      Son problème, c’est que le système de guidage est assez daté. Il correspond à des scénarios d’interception dans lesquels l’ennemi joue le rôle de l’idiot qui agit sans malice ni finesse, au mépris du danger.

      Donc, il a une utilité marginale pour intercepter des missiles, qui sont dépourvus d’instinct de conservation.

      Je crois que c’est ce à quoi il s’agit de les employer, en mettant à profit son côté petite brute, qui accélère à fond, dans ses dernières versions, jusqu’à mach 3,5.

  14. ONERESQUE dit :

    Il n’y a aucun complexe, et les Chinois l’ont intégré depuis belle lurette, à faire de l’intelligence très détaillée des systèmes adverses, le tout sans en ressentir le moindre scrupule de « décalquage bête et méchant » . Il s’est toujours agi de « décortiquer » en « reverse-tactique op » et « reverse-engineering » les méthodes de traitement du champ de bataille que les EMA opposés ont déduit de leurs déroulés de scenarii de simulations. Et :

    > les Chinois ont abouti au Type 625 E GMIWS
    > les Russes au PANTSIR SA-22 Greyhound

    pour répondre à leur besoin de SHORAD accompagnateur du corps de bataille dans des contextes hautement CHI.

    POINTS COMMUNS > un grand nombre de missiles ( 8 FB10-A sur le chinois, 12 95YA6 ou 23YA6 sur le russe ) + SUR LE MÊME ENGIN des canons de 30 mm ( 2 genre Gepard sur le Pantsir, un Gatling central )
    + une autonomie SUR LE VÉHICULE détection / acquisition / désignation avec radars et désignateurs-traqueurs, optique et IR.

    Why ? sans doute…..

    1 > nécessité de disposer d’un très grand nombre d’effecteurs chargés pour répondre aux attaques saturantes – BA-BA
    2 > nécessité de ne pas gâcher des missiles coûteux sur des drones genre Shahed136 de quelques milliers de $ et de dégommer ces cibles rustiques à haute cadence en ferraille rustique de 30 mm , 35 ou 40 mm
    3 > nécessité de compter sur un véhicule autonome qui n’a pas besoin d’un cortège de détecteurs attenant

    Si les points 1 & 3 avaient déjà été hyper-bien analysés lors de la définition du CROTALE NG, avec en plus un excellent missile LTV Mach 3,5 VT1, le point 2 n’a jamais encore été envisagé dans l’hexagone.

    S’offrent alors 2 choix pour répondre (enfin) aux exigences des CHI 2040:
    A > une version « light » avec camion medium – gros bloc de 16 lanceurs verticaux, radar AESA 4 ou 3 faces pyramide, télescopes IR et Optique + à coté des camions RapidFIRE
    B > une version « à la Pantsir », genre semi-remorque, combinant RapidFire et silos verticaux sur un trailer énorme 35T

    Dans tous les cas, il n’y a plus de VBCI, le GRIFFON est trop petit, donc pour l’accompagnement en terrain « razpoutitza » boueux, c’est raté avec des semi-remorques de ce gabarit…Donc, on ne retrouvera plus les capacités corps de bataille hors-pistes du ROLAND des années 1970-80….

    POUR LA QUANTITé….faudra pas s’arrêter à l « échantillonnaire  » 12 actuel, plutôt 72 au minimum vital……

    • beber dit :

      Tout cela est bel et bon mais lorsque l’on passe aux choses pratiques…
      La France s’est enlisée depuis des dizaines d’années dans les dépenses sociales quasi intouchables sinon affronter des grèves et manifestations massives.
      Ces dépenses non contrôlées expliquent notre dette énorme et l’impossibilité de sortir de l’échantillonnaire. Et pas que dans les armées.
      Alors se plaindre de cela sans agir sur la cause c’est vain.

      • ONERESQUE dit :

        Tout à fait, mais notez bien que l’optimisation fiscale des GAFA et du CAC 40 est aussi « intouchable » et que kes véritables niveaux normaux d’IS sociétés amèneraient plusieurs dizaines de milliards.

        • beber dit :

          Un point parlant c’est la dépense de santé par habitant qui est semblable en France à celle de l’Allemagne mais les hôpitaux Allemands ont plus de lits, plus d’équipements modernes, plus de soignants et qu’ils sont mieux payés…cherchez l’erreur…
          Et ceci se retrouve dans beaucoup de domaines, par exemple on a ajouté les super régions, soi disant pour supprimer les régions, mais on a gardé les fonctionnaires des régions et on a embauché des fonctionnaires pour les super régions etc.
          Et ne parlons pas des allocations diverses et variées, les chèques , tout cela distribué sans compter, comment voulez vous ne pas faire de dette? Comment alors penser que l’on puisse réellement investir dans les armées autrement qu’en tout petit volume?

      • tschok dit :

        Alors beber, juste un truc: nos dépenses sont contrôlées, faut pas déconner, on n’est pas une république bananière non plus.

        En revanche, elles ne sont pas maitrisées.

        Faut pas confondre le contrôle et la maitrise.

        Je vous explique: vous filez un bifton de 50 euros à Gribouille, pour qu’il aille chercher une baguette de pain à la boulangerie. Et vous l’avertissez: attention Gribouille, je te connais, je vérifierai la monnaie.

        Sauf que voilà, ça manque pas: Gribouille revient et il vous remet 40 euros.

        Hého Gribouille, une baguette de pain à 10 euros, ça va pas. Gribouille avoue qu’il a dépensé le surplus en bonbons. Il a pas pu se retenir.

        Dans cet exemple, vous avez contrôlé vos dépenses, mais vous ne les avez pas maitrisées.

        Le contrôle et la maitrise, c’est pas la même chose. Nous, on a un problème de maitrise. On est comme vous avec Gribouille.

    • Tannenberg dit :

      défense de théâtre > mamba / défense de zone > MICA NG / défense de point > mistral / pour compléter la trame du cote mobile, ça devrait être possible d’acheter un complément de Jaguar pour les dédier a l’AAA mobile en optimisant la conduite de tir pour le 40CTA et tirer du mistral 3 au lieu du MMP… ou bien? on peut sans doute décliner le concept de l’APKWS II avec un lanceur multiple pour traiter du drone de la classe 50-250kg/ hélico léger, histoire d’avoir une solution a monter sur pick-up?

      • Fralipolipi dit :

        @Tannenberg
        Yep 🙂
        Et avec une plateforme complémentaire pour Laser HELMA-P + le brouillage des drones, on serait sans doute au top !
        .
        Au passage, avoir un Jaguar dédié à l’AA, parmi plusieurs autres Jaguar plus usuels, avec lesquels il se confond aisément, cela ne ferait que compliquer le travail de l’adversaire.

  15. Jre91 dit :

    Et on remplace toujours un pour un ?
    Heureusement que nous ne sommes pas en conflit direct, car entre le peu de moyens que nous avons et des alliés comme l’allemagne, tout va bien…
    Au passage, ça coûte combien un Mica NG ? Parce que contre un drone à quelques milliers d’euros, si l’ennemi potentiel était intelligent, il nous attaquerait par saturation, en une semaine nous serions à poil…

    Je ne sais pas pourquoi les politiques décideurs et le reste des français, nous ne semblons pas vivre dans le même monde.

  16. Frédéric dit :

    Délai de livraison entre une commande en bonne et due forme et réception ?

  17. Frédéric dit :

    Au fait, combien de lanceurs Crotales par batteries de l’AAE ?

    • tschok dit :

      Deux à trois.

      Le radar de veille est multicible, mais pas le système de guidage. Si vous voulez que la batterie puisse traiter plusieurs cibles en même temps, il faut un lanceur par cible.

      C’est le défaut du système: l’ennemi doit faire preuve de civisme et accepter de prendre son tour dans la file d’attente. En gros, il faut qu’il soit très con.

      C’est dommage, parce que le missile lui-même est une vraie brute.

  18. Perre-Plechs dit :

    L’erreur de trop du gouvernement ?

  19. Ltikf dit :

    Quel ennemi nous reste-t-il potentiellement quand les forces Russes s’étiolent en Ukraine ? Plutôt des menaces hybrides, et plutôt sur un terrain d’opération extérieur… Notre besoin pour les années qui viennent est donc quantitatif et économique plutôt que qualitatif, j’imagine !

    • Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

      @Ltikf Êtes-vous au courant des déclarations des dirigeants de l’OTAN concernant la Chine?

    • tschok dit :

      Non Ltikf, c’est pas comme ça que ça marche.

      Là, vous raisonnez comme un système immunitaire dans une société qui a inventé les vaccins et l’eau de Javel et qui veut supprimer les ongles sales.

      Vous devez raisonnez comme un système immunitaire qui, certes, se couche dans des draps propres, se lave tous les jours, etc, mais qui découvre qu’il existe des virus dangereux, des bactéries résistantes aux antibiotiques, des perturbateurs endocriniens dans sa bouffe, par ailleurs hygiénique et stérilisée, ou des microparticules cancérigènes dans l’air qu’il respire.

      Une multiplicité de menaces.

      Mais, la ruse est là: votre système immunitaire fonctionne. Votre besoin n’est pas de définir par avance un canevas de menaces et de contre-mesures dans lequel vous allez vous enfermer, comme dans une citadelle hygiéniste, c’est de donner les moyens à votre système immunitaire de continuer à faire son job, parce qu’il le fait bien, mais qu’il a quand même besoin qu’on lui file un coup de main.

      C’est plus souple, mais plus rigoureux. On ouvre le spectre, on ne le ferme pas.