Sous-marins : M. Macron assure que l’offre faite par la France à l’Australie « reste sur la table »

Quand, en septembre 2021, elle fit part de son intention de se procurer huit sous-marins nucléaires d’attaque [SNA] dans le cadre de son alliance avec les États-Unis et le Royaume-Uni [AUKUS] et donc d’annuler la commande de douze sous-marins de type Shorfin Barracuda [ou classe « Attack »] passée auprès de Naval Group, l’Australie ne s’attendait sans doute pas à la montagne de difficultés qu’elle aurait à surmonter.

Outre les complications diplomatiques avec la France qu’elle a provoquées [mais qui se sont depuis atténuées à la faveur d’un changement de gouvernement à Canberra], cette décision risque de donner lieu à une rupture capacitaire, les sous-marins de type Collins mis actuellement en oeuvre par la Royal Australian Navy [RAN] ne devait pas avoir suffisamment de potentiel pour tenir jusqu’à la livraison des premiers SNA. Et cela alors que les tensions avec la Chine ne cessent de croître.

Au-delà de ce risque, l’Australie doit relever plusieurs défis, comme l’a récemment souligné Richard Marles, son ministre de la Défense. « Nous avons choisi la voie nucléaire. Mais l’ampleur de ce que cela signifie en termes d’efforts est énorme », a-t-il dit, début novembre, lors d’une conférence du Submarine Institute of Australia. Il s’agira en effet de construire les infrastructures idoines pour abriter les futurs SNA, de former les équipage et les techniciens ainsi que de mettre en place une base industrielle et technologique robuste… Ce qui suppose de très lourds investissements, qui plus est dans un domaine – le nucléaire – pour lequel l’Australie n’a aucun savoir-faire.

Pour le moment, le ministère australien de la Défense n’a pas encore choisi le modèle de SNA dont il entend doter la RAN. Le choix pourrait se faire entre le Virginia américain et l’Astute britannique. À moins qu’il ne soit décidé de rejoindre le programme SSN[X] que l’US Navy espère voir se concrétiser au milieu des années 2030 [une enveloppe de 237 millions de dollars a été demandée dans le budget 2023 pour le financement de la recherche et le développement]. Ou bien le projet SSN[R] lancé par la Royal Navy en 2021.

Quoi qu’il en soit, il est probable que la marine australienne ait à se doter d’une capacité « interimaire ». La Corée du Sud surveille cette affaire de près, son industrie naval étant en mesure de proposer des sous-marins d’attaque à propulsion classique de type Dosan Ahn Chang-ho [ou KSS-III]. De même que le suédois Saab, avec son modèle A26 [ou classe Blekinge].

Et la France se tient en embuscade… En septembre, il a en effet rapporté que Paris venait de proposer de fournir à l’Australie quatre sous-marins « Shortfin Barracuda », lesquels seraient construits à Cherbourg.

Est-ce cette offre que le président Macron avait en tête quand il a évoqué le sujet des sous-marins australiens à Bangkok, où se tient acutellement le sommet « Asie-Pacifique »? Ou bien était-ce le contrat annulé en 2021?

Toujours est-il que le président français a déclaré que l’offre de coopération sur les sous-marins avec l’Australie était encore d’actualité. « Elle est connue, elle reste sur la table », a-t-il dit, le 16 novembre, au lendemain d’un entretien avec Anthony Albanse, le Premier ministre australien, en marge du sommet du G20, à Bali.

« On verra comment ils [les Australiens] s’adaptent aux difficultés », a continué M. Macron, en référence aux défis que l’Australie doit relever pour se doter d’une flotte de SNA. « Pour le moment, ils n’ont pas décidé de changer de stratégiue sur ce sujet », a-t-il relevé. Mais « il y a un choix fondamental qui est de savoir s’ils produisent ou pas des sous-marins chez eux ou s’ils décident d’aller vers le nucléaire ou pas », a-t-il continué.

« La solution française offre à l’Australie une alternative qui garantit sa liberté et souveraineté », a encore insisté Emmanuel Macron, rappelant que les douze Shortfin Barracuda commandés par Canberra auraient dû être construits à Adélaïde.

Quant à la situation dans l’Indo-Pacifique, M. Macron a rappelé la stratégie française. « Dans cette région très contestée, qui est le théâtre d’une confrontation entre les deux premières puissances mondiales […] notre stratégie est : défendre la liberté et la souveraineté, des équilibres préservant les libertés maritimes, des échanges culturels équilibrés, des échanges économiques, le développement de technologies sans qu’un modèle hégémonique ne l’emporte », a-t-il détaillé.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

154 contributions

  1. ki2 dit :

    toujours, à coté de la plaque ce Macron

    • tow dit :

      Toujours pas compris que vous n’êtes pas ici sur votre mur Facebook anti-Macron?

      • Aussies for sale dit :

        ki2
        Chief adviser strategy General Electric… Il est dans la place et fait partie de ceux qui ont « le droit d’en connaître » selon l’expression de la DGSE !

      • Aussies for sale dit :

        ki2 est Chief adviser strategy General Electric… Il est dans la place et fait partie de ceux qui ont « le droit d’en connaître » selon l’expression de la DGSE !

  2. albert dit :

    On aime vraiment se ridiculiser sous l’ère Macron.
    Franchement, après la ratage australien de l’annulation du contrat français ils ne peuvent pas racheter français à nouveau. Ce serait une humiliation et ça passerait mal du coté des électeurs australiens.
    Faut pas attendre grand chose de ce coté là, ils achèteront surement des sous marins Sud Coréen, pour renforcer leur lien dans la stratégie d’alliance pacifique. Les australiens privilégient visiblement le cotés alliance stratégique et ce d’autant qu ele saméricains (et anglais) se feront un plaisir à torpiller encore l’offre française

    • R2D2 dit :

      ou alors l’offre française est là pour rendre la prise de décision plus difficile et embarrasser un peu plus les Australiens?

      • Rémi dit :

        Peut-être aprés vu le chomage en France, quelque milliers d’heures de charge à Cherbourg ca ne serait pas inutile.

        • Sisilagroseille dit :

          Quelques milliers? On parle plutôt de million d’heure…

        • M.W dit :

          M.W………..
          @Rémi
          Ya pas de chômage en France tu traverses la rue tu trouves du boulot , feignasseeeeeeee .pas pour rien que que la France va chercher des docteurs, des techniciens, des ingénieurs en Afrique…….

      • Momo dit :

        C’est ça mais en voulant surtout embarrasser les US qui ont encore une fois fait des promesses à un imbécile grave (Morrisson) qui n’a évidemment pas pris la peine de vérifier faisabilité, couts, etc…
        Et c’est pas fini, vous allez voir 😉
        Joie de recevoir, plaisir d’offrir…

    • Louis-Marie de Belleville dit :

      Quand on rappelle que l’offre est toujours sur la table, on évite justement d’humilier les Australiens. Peu de chance que ça marche, peut-être, mais il serait profondément idiot de ne pas essayer…

      • Czar dit :

        wicévré les australiens ont besoin d’une déclaration publique dans la presse mondiale pour « savoir » ce genre de choses, parce que manifestement albanese – qui a toujours été hostile au contrat avec la France et n’a pas relevé le propos lors de la première présentation de l’offre il y a quelques mois est sans doute trop dur d’oreille pour l’avoir saisi de lui-même lors d l’entretien en privé qu’il a eu avec macron

        faudrait que macron apprenne que s’il y a peut-être des choses à choper chez les allemands, leur Kolossale finesse ne doit pas faire partie du lot.

    • Czar dit :

      macron ne pense qu’en termes de coups pour séquences médiatiques : c’est le tocard capable de faire sa diva parce que morrisson a dévoilé – contre les usages diplomatiques – un de leurs échanges téléphoniques, et de se faire filmer par une équipe de relations publiques (à ce niveau on ne parle plus de journalisme) en train de discuter avec un chef d’Etat étranger

      bon après il ressemble au peuple qu’il l’a élu, hein, il ne tombe pas de nulle part, même si c »est très humiliant à reconnaître.

    • Patatra dit :

      Non pas ridicule… juste kiffant…

    • totoro dit :

      Pas forcément.
      Morrisson et ses décision ça a été mal vécu en australie. C’est un peu comme un Trump qui casse le boulot d’OBAMA, à peine destitué Biden a restauré toutes les annulations du ridicule.
      ça passera mal auprès de l’électorat d’extrême droite Australien, pas forcément le reste

    • EchoDelta dit :

      Pas du tout d’accord, il ne faut rien lâcher car nous avons l’offre la plus adéquate pour l’Australie.
      Et nous pouvons tout a fait fournir des barracudas pour faire la soudure. Je pense clairement que l’Australie se mord les doigts d’avoir du casser le contrat avec NG.
      Et dans ce genre d’affaire c’est perdu quand c’est livré et opérationnel. Là, l’Australie n’a pas choisie ses sous marins, n’a pas passé commande, ne sait pas quelle infrastructure il faut construire, quel équipage il faut former, etc.
      Mais ses bâtiments actuels vont être désarmés assez rapidement et ils n’ont pas de solutions, leurs équipages va devoir être démobilisé, et la perte de compétence est le pire qu’il puisse leur arriver, qui plus est au moment ou la Chine sera la plus forte vs. les USA qui n’en doutons pas sera revenir plus fort et casser les ambitions chinoises, économiquement, politiquement ou militairement, mais cela prendre du temps et de la patience.
      Donc si affrontement il y a, ou peut penser que le point se situe dans la période 2035-2045 et devinez quoi… Ben l’Australie n’aura pas de sous marins à cette date si elle ne s’équipe pas…
      Quant aux USA, ou les anglais, aucun ne peut garantir qu’il n’y aura pas affrontement violent dans la pire période pour les australiens.
      Donc le match reste ouvert et rien n’est encore définitivement perdu. Et il faut y aller à fond car les australiens n’ont pas vraiment beaucoup de choix. Il ne trouverons pas beaucoup d’expert en la matière aussi souple que NG…

    • scalectric dit :

      Les cartes sont à nouveau rebattues et la proposition Macron va de toute façon modifier les prix, en les tirant vers le bas, les roastbeefs vont être obliger de s’aligner ou de se faire enfumer, de plus, ils ont pas mal de déboires en ce moment avec leur matos.

      • albert dit :

        Le matériel qui marche mal n’a jamais empecher de bien le vendre, regarde le F-35. Ce qui compte le plus c’est l’aspect politico-stratégique.

      • john dit :

        Ou pas…
        Cela n’est en rien une contre-offre au programme AUKUS… D’autant que Macron a dit que le programme AUKUS posait le risque de confrontation nucléaire avec la Chine (ce qui est totalement absurde), et donc aucune chance de voir un SNA français en Australie.
        Et il ne s’agit pas d’une offre britannique pour le moment, mais d’un partenariat, partenariat pour lequel il n’y a pas de conclusion pour le moment. Il s’agit encore de mettre en place ce programme. Les sous-marins pourraient être américains ou britanniques ou alors même un programme commun aux 3 nations.

    • ji_louis dit :

      Notez que les canadiens ont connu un feuilleton similaire avec les F-35 dont ne voulait pas Trudeau, mais qu’il a fini par commander avec plusieurs années de retard.

    • Mai Gonin dit :

      L’offre n’a rien de ridicule. Vers qui peut se tourner l’Australie pour avoir rapidement des sous marins fiables et de qualité ? Ce n’est pas tout de savoir les construire, il faut aussi pouvoir les produire dans les délais en correspondance avec un cahier des charges que les français connaissent par cœur. Le compte à rebours a commencé depuis longtemps pour les Australiens, les Chinois pressent à la porte de l’île continent et ni les américains, ni les anglais peuvent répondre à la demande dans les prochaines années. Les australiens opteront sans doute vers une solution hybride avec des sous marins français dans un premier temps, puis des sous marins nucléaires américains ou anglais ou même français par la suite.

    • Carin dit :

      @albert
      Pour faire face aux coréens Naval Group à en catalogue un soum assez répandu auprès de marines de guerre, qui a largement fait ses preuves, et est très bien armé en torpilles et en senseurs de pointe!
      Ça n’est donc probablement pas du Baracuda qu’il s’agit. D’autant que le soum en question n’est pas fabriqué au même endroit que les Suffren, qu’il n’est pas fabriqué qu’en France (livraisons beaucoup plus rapides si participation Inde, Brésil), que certaines marines étrangères qui l’opèrent ont déjà fait monter à bord des armements, senseurs, système de combat étrangers (américains).. etc…
      Ce qui n’est pas le cas des soums coréens… je dirais avantage France!

  3. Rider dit :

    Dans combien de temps le gouvernement Australien fera connaître sa réponse suite à cette offre intéressante de la France ? Comme les nombreux défis que posent la fourniture de sous-marins à propulsion nucléaire à la marine australienne, est-ce que l’Australie aura la volonté de les relever ?

  4. Raymond75 dit :

    Et si cela ne marche pas, elle pourrait concerner le couple franco-allemand …

    • Matou dit :

      Cessons de parler de couple franco-allemand en matière de défense. Il n’y a de couple que pour ceux qui y croient encore. En pratique, il s’agit beaucoup plus d’une rivalité croissante sur le plan industriel et désormais du leadership militaire en Europe. Il n’y a que les français pour mettre du sentiment dans cette relation que l’on aimerait voir, mais qui n’existe pas outre-rhin et moins que jamais.

  5. Prof de physique dit :

    Si je me souviens bien, l’Indonésie ne nous en a pas acheté parce que nous même n’avons pas de ces shortfin, ou en bon français de ces mako « pointe bleue ».
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Requin_mako
    https://en.wikipedia.org/wiki/Shortfin_mako_shark

    Je considère cet argument comme valable. Jusqu’ici, même s’il fait en grande partie appel à des technologies éprouvées ailleurs, le sous-marin « taupe bleu » n’est qu’un projet « in silicio ».
    Commençons par en avoir une ou deux paires, éventuellement basées en Pacifique, et notre industrie sera plus crédible, surtout s’il y a un atelier et une forme navale de maintenance adaptés en Nouvelle Calédonie ou en Polynésie.
    Ceci en plus des 7 SNA qui nous sont nécéssaires.
    Je sais.
    Ça coûte des sous.
    Mais nous savons tous où l’argent de notre pays est gaspillé, volé, fraudé, pour le prix d’une jolie flottille chaque année.

    • VladVirus22 dit :

      Une paire de scorpene AIP en guise de nounou pour accompagner les SNLE jusqu’à dilution en haute mer serait une bonne solution pour libérer les SNA de cette tâche.

      • VladVirus22 dit :

        Vous avez raison des rappeler les meilleures capacités d’un SNA.
        Néanmoins, ils ne sont pas à opposer aux SSK. Ils sont complémentaire. Je dirais que le SSK peut être vu comme un suppléant au SNA, notamment pour des missions relativement « côtières ». Voir mon commentaire plus haut.
        Cette idée de compléter notre force SM par du petit SSK-AIP, pourrait permettre la présence permanente un SNA en Indo-Pacifique avec relève des équipages par voie aérienne.

      • vno dit :

        Et bien non, le seul moment (quelques heures) ou nos SNA disposent d’un SNLE pour s’entrainer à les chasser, c’est lors de cette dilution ou au retour. Le SNA sert alors aussi à l’entrainement de l’équipage du SNLE. Impossible de faire la même chose avec un AIP trop lent pour se repositionner pour une solution de tir.

    • Carin dit :

      @Prof….
      Il se trouve que nos sous-mariniers ont une très grande habitude de travailler avec du nucléaire… cela peut vous paraître idiot, mais un SNA croisé à au moins 2 fois la vitesse d’un non nucléaire, peut rester sous l’eau jusqu’à épuisement des vivres, plusieurs semaines puisqu’il fabrique son eau potable…
      Basculer sur un AIP serait une très grosse perte de compétences, et de puissance. Voili voilà!

      • Momo dit :

        Vous parlez en connaissance de cause visiblement, après on ne peut pas empêcher les gens de donner un avis, aussi peu pertinent soit-il.
        Quand on ne sait pas il vaudrait mieux se taire mais bon…

    • Alpha (α) dit :

      @Prof de physique
      « Si je me souviens bien, l’Indonésie ne nous en a pas acheté parce que nous même n’avons pas de ces shortfin »
      Non, vous vous souvenez mal… L’Indonésie est intéressée par le Scorpène. Naval Group lui a proposé en avril dernier de construire deux sous-marins sur place, dans les installations de l’entreprise d’État PT PAL, dans le port de Surabaya.
      Attendons de voir ce qui sera décidé par le gouvernement indonésien…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Il n’y a rien de joué en Indonésie. Les sous-marins sud-coréens ont déçu et c’est rien de le dire. C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses…

  6. Carin dit :

    Je pense que nos amis australiens ont bien intégré qu’ils l’avait AUKUS…
    Aucun de ses alliés ne les aidera à acquérir du nucléaire en propre…
    Donc dans quelques mois, ils vont nous annoncer qu’ils ont choisit le VIRGINIA Américain, mais qu’étant incapable de les construire, ce sont des soums américains qui viendront assurer La Défense du pays, le temps (15 ans minimum) qu’un premier SNA australien leur soit livré!

    • v_atekor dit :

      Oui, mais les députés & ministres australiens vont avoir un mauvais moment à passer pour expliquer ça à leurs administrés, et à a priori mettre du sel dans les plaies est sans doute sans incidence économique, mais politiquement il pourrait en être autrement.

      • Carin dit :

        @V_atekor
        Aucune difficultés d’explication… les soucis australiens sont dûs à un imbecile qui s’est laissé rouler dans la farine, et comme l’imbecile en question se trouve de l’autre côté de l’échiquier politique australien, aucun problème pour l’actuel gouvernement de charger cette mule, déjà mise à l’écart par sa propre formation politique, pressée de recoller les morceaux avec le peuple.

  7. E-Faystos dit :

    un article récent rappelle que l’inflation est aussi nocive pour le consortium industriel US que pour les clients.
    aussi quand les Allemands pestent qu’il y a 100 milliards qui vont partir sans que leurs industriels en voie t le retour, les programmes de frégates et sous-marins de l’US Navy voient leurs exploser à cause de l’augmentation du prix des matières premières.
    Un renchérissement qui a à voir avec l’abandon de métal chinois, et les taxes sur les aciers européens.
    Biden a peut-être annulé ces taxes mais dans tous les cas, la puissance du dollars face à l’euro ne permet pas d’absorber l’augmentation.
    .
    Le programme mondial qu’est le F35 ne devrait pas non plus échapper à la plus-value surprise.
    ce qui va obliger les clients a compter les sous dépensés par ailleurs.

    • Sorensen dit :

       » Allemands pestent qu’il y a 100 milliards qui vont partir sans que leurs industriels en voie t le retour ». C’est faux.

      • Alpha (α) dit :

        Non, c’est en partie vrai…

      • Aymard de Ledonner dit :

        Pour le moment c’est du matériel US qui est acheté, F35, poséidon, etc, et avec des ofsets largement hypotétiques. D’ailleurs vous le reconnaissez implicitement car vous vous contentez d’affirmer « c’est faux » comme un mantra, sans citez d’éléments factuels.

        • Sorensen dit :

          Vous pouvez aussi vous sortir les doigts du c**, vous n’êtes pas en position d’exiger quoique ce soit, considérant les âneries que vous publiez.

      • alexandre dit :

        @sorensen.
        Oui, parceque ils ne mettront jamais 100 milliards dans de l’armement. Ils ne sont pas plus con que les autres et voient bien le danger très faible que représente la Russie. Et leur mercantilisme exacerbé depuis la réunification les ramènera à la raison qui est la leur. Les dépenses en matériel militaire ne rapporte rien, ce qui ne rapporte rien est inutile,ce qui est inutile n’a aucune prétention a avoir sur le budget.

        • Forgeron dit :

          La Russie n’est pas parvenue à envahir l’Ukraine et est en train d’y laisser une bonne partie de son potentiel militaire. Donc, le danger russe est moindre que ce que l’on pouvait craindre.
          La Russie a lancé invasion contre un de ses voisins et continue d’y mener une guerre sanglante et destructrice, et elle dispose encore d’un matériel considérable. Donc le danger russe est extrêmement réel et plus que jamais d’actualité.
          Le danger russe n’est pas « très faible ».
          Quelle que soit l’adéquation réelle ou supposée de ses besoins militaires avec ses ambitions, la Russie est belliqueuse et considère la guerre comme un outil légitime dans ses relations avec les autres pays.
          Les dépenses militaires pour se prémunir contre cette menace n’ont rien d’inutile.
          Prétendre qu’il ne sert à rien de vouloir se réarmer face à la Russie est jouer le jeu de cette dernière.

          • alexandre dit :

            @forgeron, mais je suis entièrement d’accord, ce sont les allemands qui ne font que des plans à court terme. Je n’en faisait que le constat.

      • E-Faystos dit :

        prouve-le.

        • Sorensen dit :

          Il n’ y a rien à prouver, le fond spécial est lissé jusqu’en 2027 et les achats couverts seront décidés avec chaque vote du budget. Et l’on connaît déjà la liste des achats concernant l’industrie Allemande de l’exercice 2022.
          Dire que ces 100 milliards partent à l’étranger veut dire que l’Allemagne ne s’achètera plus d’avions, de navires et de blindés de solutions allemandes, de munitions, ni ne finance le SCAF, le Eurodrone, le MGCS et cætera, c’est littéralement débile.
          Tout cela, hors du budget alloué du ministère.

  8. ONERESQUE dit :

    ?????? Poussons la logique jusqu’au bout…….pourquoi s’arrêter à des Shortfin classiques ? ILLOGIQUE à plusieurs niveaux :

    1 > le Barracuda nucléaire est en phase de production et les australiens bénéficieraient de l’effet de série, même si Cherbourg devrait décaler sévère les SNLE-NG
    2 > l’offre serait « en phase » avec la lubie stratégique qu’ AUKUS leur offrait (forcément les UKUS ne produisent plus de S-M classiques depuis très longtemps)
    3 > Du coup, les AUS ne se sentent pas déjugés une 2ème fois dans leur premier revirement forcé par « tordage de bras de leurs chers alliés »
    4 > Du coup, pas d’humiliation tacite des AUS, ni de contradiction nouvelle vis à vis de leur opinion…..ils « sauvent la face »

    Seul problème, les UK-US ont des réacteurs PWR à uranium enrichi et nous à Uranium 235 dose homéopathique, beaucoup plus favorables à la non-prolifération, beaucoup moins à la compatibilité inter-alliés AUKUS….

    Les AUS payent de toutes manières au prix fort leur pacte Faustien parapluie-US / lâchage des frenchies. Un pacte issu de cet ex-PM > Morrison, personnage peu sympathique, très climatosceptique à la solde des producteurs de charbon d’ailleurs….

    > AUKUS était un marché de dupe puisqu’ AUCUN chantier UK-US n’avait de calendrier libre pour leur construire quoi que ce soit ces 10 prochaines années…….Grosspantalonnade, meine Damen und Herren !!!!!

    • rainbowknight dit :

      Je plussoie et je crois que les rebondissements seront encore nombreux.
      La France a raison de ne pas abandonner !

    • Patatra dit :

      Il est quand même étonnant que les Australiens n’aient pas vu ça venir.
      Ce sont des données connues ou connaissables pour peu que l’on s’y intéresse.

      • Carin dit :

        @Patatras
        Nos amis americano/anglais, ont vu leur premier ministre gros comme un ballon… ils l’ont roulé dans une excellente farine, et l’ont même chargé de convaincre son gouvernement tout seul tellement il était sous leur charme… ensuite AUKUS n’a été créée qu’à cette condition de bouter les français dehors… aujourd’hui nos amis australiens étant bien fariné, il suffit de mettre à frire et voilà un bon gros donnut…
        Les australiens ne sont pas prêts de régler les problèmes qu’engendre le nucléaire…
        Il nous faut revenir à la charge, mais pour du scorpene dûment éprouvé, et capable d’être construit en un temps record vu le nombre de pays ou Naval Group en construit.

        • Carin dit :

          Et je rajoute, pays qui seront tout à fait ravi de prolonger leurs chantiers navals.

      • Marco dit :

        Les décisions liées à AUKUS ont été prises en comité très réduit côté Australie (entre 5 et 6 personnes selon les témoignages) et dans le plus grand secret.
        Je pense qu’ils n’ont pas fait une étude approfondie avant de se lancer et l’action était plutôt politique que militaro-industrielle.

        • Carin dit :

          @Marco
          C’est justement sur cette
          « petite » trahison du précédent gouvernement que l’actuel peut jouer avec l’assentiment des australiens.
          Le pacte de non prolifération nucléaire interdit la vente des Virginia et Dreadnought, c’est donc une offre bidon.
          Le véritable problème d’Albanese est qu’il n’était pas pour le contrat Naval Group, et que de fait il est empêtré dans un retour en arrière que ses opposants politiques s’empresseraient de souligner, et monter en épingle… d’où son silence. Mais plus le temps passe, moins il aura de solutions, il pèse le retour en arrière face à l’abandon de la sous-marinade australienne au profit des américains…
          S’il choisit le retour en arrière, il désavoue le patron des 5 eyes… s’il choisit la solution américaine, c’est à terme toute la marine australienne qui passera sous commandement américain… le choix est pour le moins cornélien… il va donc faire traîner les choses et prendre régulièrement la température des australiens, ce qui risque de se retourner contre lui en cas de perte de compétences sous-marines du fait de son attentisme qui sera alors perçu comme de la lâcheté.
          Je pense que ça dois pas se bousculer aux portes de son ministère pour prendre sa place.

    • Cyd dit :

      Parce qu’une règle non-écrite des non-prolifération nucléaires interdit de fournir des sous-marins nucléaires

      Le Brésil en voulait, la France leur a fournit des sous marins pouvant possiblement accueillir des centrales nucléaires

      C’est une des raisons du scandale australien
      Les chinois l’ont mal pris

      • AirTatto dit :

        Les sous-marin Français utilisent du combustible nucléaire de catégorie civil, non concerné sauf erreur de ma part par les traités de non prolifération des armes nucléaires. C’est en quelque sorte une mini-centrale électrique nucléaire sous-marine.

        • themistocles dit :

          Tout a fait correct, les réateurs francais sont exportables dans le cadre du traité de non-proliferation. Inconvenient, il faut les recharger tous les 7 ans environ. Les réacteurs US utilisent du combustible militaire hautement enrichi dont l`exportation est interdite , mais ne se rechargent pas, jusqu`à la fin de vie du reacteur, progressivement « empoisonné » par les produits de fission.

          • Anaxagore dit :

            Mais ce qui paraît un inconvénient devient un avantage quand on envisage de prolonger la vie d’un sous-marin. Le réacteur d’un SNA Suffren peut être rechargé une deuxième fois si nécessaire. Pour un Virginia c’est une autre affaire.

        • Carin dit :

          @AirTattoo
          Même si civil, le nucléaire français entre dans le cadre de non prolifération… il représente juste un moindre mal.
          On peut implanter une centrale nucléaire civile, qui ne servira qu’à produire de l’électricité, mais un soum à propulsion nucléaire, est par définition un transporteur extrêmement discret et sournois d’armes.

    • Ératosthène dit :

      @ONERESQUE :
      J’ai toujours apprécié vos messages jusqu’à celui-ci.
      Souffrez-vous du même mal que LGBTQI?
      Il a besoin de mentionner la LGBT-manie dans laquelle nous vivons dans un site sur la chose militaire, en prenant plus ou moins clairement position.
      Vous avez besoin de mentionner la climatomanie dans laquelle nous vivons dans le même site, en prenant clairement position.
      Dans un contexte de sous-marins en Australie, pour critiquer quelqu’un, vous soulignez en ce qui concerne le climat qu’il n’est pas un lavé du cerveau, lequel est donc vous-même…
      Des séries de livres et de sites montrant que le CO2 ne chauffe pas la Terre ne seront pas sans cesse montrées ici. Donc voici juste deux liens :
      https://contreveritesclimatiques.wordpress.com

      https://www.climato-realistes.fr

      Vous souhaitant un rétablissement prompt.

      • Drouin dit :

        Eratosthene vient nous faire son petit climato-fosse-sceptique ici. Merci pour la rigolade avec tes liens de conspirationnistes égoïstes et hypocrites. Bon, on peut reparler de façon sérieuse du sujet des sous-marins à présent que l’autruche nous a gratifié de toute son ignorance hors sujet?

        • St Chamond dit :

          Le problème des H-S c’est qu’on les voient quand ça nous arrange… C’est en effet H-S mais je vous invite quand même à ne pas prendre trop vite les délires de la doxa pour argent comptant. Je conseille ce site.

          https://www.climato-realistes.fr/

      • lgbtqi+ dit :

        Quelle persécution ces lgbt depuis qu’on ne peut plus les discriminer ! Ils sont partout. Ils vous en veulent. Ils vous surveillent. Ils vous suivent. C’était mieux avant.

      • Anthropos dit :

        Et oui, figurez-vous qu’il y a énormément de gens qui ne pensent pas comme vous, et ce sur plus d’un sujet.

      • Marco dit :

        Vous êtes forcement au top de la climatologie avec ces liens.
        Rien à voir avec les milliers de scientifiques qui, depuis 40 ans, signalent une anomalie gravissime dans le cycle de fluctuation des températures tout autour du globe.
        Merci pour votre expertise.

        • Czar dit :

          les milliers de scientifiques depuis 40 ans ? t’as été lobotomisé à quelle date ? il y a encore 20 ans le grand truc des scientifiques, c’était de nous expliquer qu’on allait vers un nouvel âge glaciaire en Europe si le gulf stream cessait et privait donc notre verte Europe de son climat tempéré que l’on considère acquis de droit divin (c’est d’ailleurs en lisant ces articles que je me suis rendu compte que Montréal était à la latitude de Bordeaux) impressionnant la capacité des foules à se faire retourner le cerveau après une bonne campagne médiatique

  9. Alfred dit :

    La boulette de plus. Faire une offre est une chose. Mais parler après de souveraineté et déclarer qu’on jouera la statut quo pour n’avantager aucune des deux superpuissances dans la région, ça revient à dire qu’on n’est pas prêts à se mouiller. Et ce n’est pas vraiment ce que recherche l’Australie qui est aux premières loges. Donc, on ne pouvait mieux se tirer une balle dans le pied. C’est du grand art !

    • Czar dit :

      +1 voir réponse précédente. brouillon, amateurisme, poses lunaires vues de l’étranger dès lors que la cour des affidés médiatiques n’est pas là pour nous vendre ça comme de la finesse c’est plus Talleyrand, même pas Cambon , tout juste Coule de Purebile

    • Fabiano dit :

      Pour une fois je trouve Macron plutôt habile. Ça rassure les chinois et surtout les indiens qui sont de gros clients de la BITD française. Si ça déplait aux australiens, pas trop grave, on est plus à ça près avec eux.

  10. Bob dit :

    Le traité AUKUS ne concernait pas que les SNA, ce n’est qu’un sujet parmi d’autres.
    La bonne blague que Macron ait demandé des sous-marins à Cherbourg quand le CEMM dit qu’il n’est pas possible d’augmenter le format de SNA pour les forces françaises en raison du manque de moyens de Naval Group. Bizarre de proposer aux australiens et ne pas renforcer les forces françaises.

    • rainbowknight dit :

      En sacrifiant nos forces sur l’autel de la raison ou de la déraison la France participe à deux choses :
      Asseoir sa diplomatie dans une zone du monde dans laquelle elle a parti pris.
      Apporter aux finances de la nation une bouffée d’air bien utile.
      Si les deux pays s’accordent à relancer une coopération malmenée cela sera bon pour nous. Ils ne perdront pas au change.
      Quant au salopard qui présidait à la destinée de l’Australie les électeurs ne se sont pas trompés en l’évinçant.

    • VinceToto dit :

      Effectivement, c’est une offre de sous-marins qui restent sur la table. Une boutade.

    • EchoDelta dit :

      Cela consacre juste un mensonge aux français de la part du gouvernement… Le problème des SNA n’est pas la charge du chantier naval, que les sous pour pour le faire peut être si nécessaire les investissements nécessaires pour lancer des séries plus grandes…

    • VladVirus22 dit :

      Effectivement, l’argument du CEMM, concernant l’impossibilité temporelle de construire un 7eme Suffren à cause du futur plan de charge SNLE3G, est en totale contradiction avec la déclaration du Président. L’un des deux est dans l’erreur, mais lequel ?

      • Patrick, de Belgique dit :

        L’un des deux est dans l’erreur…ou peut-être dans le mensonge ? D’instinct, j’ai plutôt tendance à croire que c’est le politique qui ment et quand c’est le militaire, c’est sous la pression du politique; normal en démocratie…

      • glonck dit :

        ou peut etre aucun des deux parce que ce n’est pas Naval Group en lui-même le point de blocage mais un de ses sous-traitant spécifique pour le nuc comme TechnicAtome ce qui donc n’affecterait pas les SM classiques.

        • vno dit :

          Ils ne sont pas débordés par les heures sup… Il me semble qu’il n’assurent même plus la maintenance de leurs machines !

      • E-Faystos dit :

        Clairement, le CEMM.
        faire un bâtiment à propulsion nucléaire, c’est pétri de contraintes.
        aussi, il est essentiel de le faire réaliser par des experts, et us encore de croiser les.doigts pour que les politiques ne viennent pas flanquer le plan de charge par terre.
        donc le CEMM qui veut ses.sous marins lanceurs de missiles intercontinentaux les veux en temps et en heure, quitte à sacrifier une augmentation du plan de charge pour plus de sous-marins d’attaque.
        mais on parle là de sous-marins d’attaque… à propulsion nucléaire.
        .
        pour le marché Australien, ce sont des sous-marins classiques, que les Brésiliens et les Indiens construisent sur place selon des ans Français.
        donc les ingénieurs irait en Australie, feraient bâtir des infrastructures adaptées, et encadreraient les sous-traitants locaux.
        .
        par la suite, les Aussies pourraient se former à l’art délicat de piloter des sous marins US ou Britanniques. Mais au vu de l’embouteillage dans leurs chantiers respectifs, le délai va piquer.

  11. HMX dit :

    C’est plutôt malin de continuer à tendre la main aux australiens. Nous n’avons de toute façon plus rien à perdre, et donc tout à gagner en leur renouvelant notre proposition de coopération industrielle.

    On pourrait d’ailleurs se permettre d’être plus offensifs en proposant aux australien d’autres options, répondant à ce qui va constituer leur principal problème : un « trou capacitaire » béant entre le retrait des Collins, et l’arrivée hypothétiques des futurs SNA anglo-saxons. On pourrait ainsi leur proposer une offre sur mesure, avec 1 ou 2 Shortfin Barracuda produits en France, donc disponibles plus rapidement, le reste du programme se poursuivant « comme prévu » à Adélaïde. La série pourrait aussi être réduite à 3 ou 4 Shortfin barracuda, soit le minimum requis pour ne pas perdre la compétence et faire la jonction avec la livraison des SNA.

    Plus élaboré, et en partant du principe que les australiens n’auront besoin de sous marin conventionnels que pendant une courte période (5 à 10 ans) avant de basculer sur SNA, on pourrait imaginer une offre en leasing de sous marin conventionnels. Au terme du contrat de leasing, les Shortfin Barracuda reviendraient à Naval Group (ou à la société dédiée crée à cet effet), et pourraient ensuite être revendus sur le marché international, y compris à la Marine Nationale qui pourrait trouver là une offre financièrement et opérationnellement alléchante pour au moins 2 exemplaires, avec encore au moins 20 ans de potentiel.

    Un cran au dessus, puisque les australiens veulent des SNA, et puisque le Barracuda est à la base un SNA, pourquoi ne pas leur proposer une coopération gagnant/gagnant sur le sujet, sur la base d’un design adapté à la demande australienne ? Les tranches nucléaires seraient produites en France, les tranches non nucléaires et l’assemblage final pourraient se faire en Australie. De cette façon, la France pourrait livrer des SNA, tout en « gardant de la place » à Cherbourg pour des Suffren supplémentaires pour la Marine Nationale, puis pour les SN3G. Un tel montage viendrait bien sûr clairement torpiller la proposition américano-britanique, mais après tout, ce serait de bonne guerre, et cela permettrait à l’Australie de disposer de SNA et des compétences associées dans des délais compatibles avec le retrait des Collins.

    Enfin, même si aucun de ces montages ne trouve grâce aux yeux des australiens, ça reste malgré tout une excellente idée d’essayer et de maintenir ces propositions sur la table pendant quelques années. Les australiens risquent en effet de tousser très fort lorsqu’ils connaîtront tous les détails de « l’offre » américano-britanniques, notamment sur la question des coûts, des délais et des contreparties industrielles. Qui sait, ils pourraient alors se souvenir de nos propositions…

    • et v'lan passe moi l'éponge dit :

      Ce serait effectivement une bonne approche.
      Idéalement la France pourrait même lancer la construction de 2 Shortfin, ce qui démontrerait la faisabilité et si les Aussies n’en veulent pas ils feraient bon usage en méditerranée ainsi que pour la protection de l’Ile longue, tout en ayant le label utilisé par la France. Label qui ouvrirait d’autres marchés sans aucun doute.

      • Czar dit :

        la marine a déjà dit qu’elle n’était pas intéressée, vu qu’un SNA fait tout ça et mieux

      • Carin dit :

        Impossible de construire des shortfins barracuda, les machines et les installations sont occupées par les Suffren dans un premier temps, puis par les SNLE 3G.

      • Carin dit :

        Je pense que Naval Group n’a pas besoin de faire opérer ses créations par l’armée française… nous n’opérons pas le scorpene, cela n’empêche pas qu’il se vende un peu partout dans le monde!
        Le shortfin barracuda se vendra pareil, son nouvel AIP est en fonction depuis des lustres chez Naval Group sans aucune panne à ce jour, son seul problème est son prix actuel, sa chance, c’est que le scorpene réclame un frangin, plus évolué que lui, pour prendre sa suite, même s’il a encore une confortable avance sur la concurrence.
        L’AIP du Shortfin offre une plus longue plongée, à une vitesse plus rapide, et encore moins de bruit.

    • Fralipolipi dit :

      @HMX
      « Enfin, même si aucun de ces montages ne trouve grâce aux yeux des australiens, ça reste malgré tout une excellente idée d’essayer et de maintenir ces propositions sur la table pendant quelques années. »
      … Absolument.
      Car il ne faut surtout pas se priver de faire suer la concurrence japonaise, coréenne ou allemande (TKMS en tête … elle qui a tout fait pour savonner la planche du contrat français en Australie, durant des années, et jusqu’à la dernière minute).
      Hors de question de les laisser prospérer peinards, et sur notre dos, après leur tel jeu de s….e !
      .
      Par ailleurs,il me semble que Macron avait proposé, il y a moins de 2 mois, de faire faire 4 SNA Barracuda, pour l’Australie, à Cherbourg, idem au SNA Suffren.
      Et désormais, les médias citent :
      « Emmanuel Macron a rappelé que la France ne livrait pas de sous-marins à propulsion nucléaire à l’étranger et que l’offre restait donc conventionnelle. « Nous n’avons jamais été sur une stratégie comme celle-ci », a-t-il dit.  »
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/sous-marins-emmanuel-tente-de-relancer-le-contrat-du-siecle-en-australie-941058.html
      .
      … avec cette nouvelle proposition de Shortfin Barracuda, fait en France ou en Australie, il semble que notre Président se soit adapté à la situation (tout en se faisant mentir, mais ça, en diplomatie et realpolitik, c’est un détail).
      4 SNA Suffren, juste pour assurer de l’interim, ce serait peut-être un peu trop onéreux en comparaison à une offre japonaise ou allemande qui permettrait pour le même budget d’acquérir 8 à 12 sous-marins, sans propulsion nuke.
      D’où, peut-être, le retour à une offre basée sur du conventionnel (?)
      .
      Mais reste à savoir si c’est avec le système d’armes Lockheed Martin qui restera prévu, ou français/allemand/japonais/coréen, etc …
      .
      Les paris sont ouverts !
      .
      Et côté PAYS-BAS, ils le sont également !!! 🙂
      https://www.navalnews.com/naval-news/2022/11/netherlands-submarine-replacement-program-rfq-sent-to-3-shipbuilders/

      • fdb dit :

        Vous êtes très créatif, impressionnant.

      • Carin dit :

        Nos amis allemands n’étaient pas les seuls à payer des pages de propagande dans les journaux australiens…
        Aujourd’hui les australiens le savent, et ils prendront avec beaucoup plus de circonspection la prochaine campagne de dénigrements qui ne manquerait pas de se mettre en place, en cas de retour sur une solution française. Je dirais même que ça pourrait avoir l’effet inverse de celui recherché.

    • Jre91 dit :

      Vos propositions sont logiques, et les AUS auraient tout a y gagner, a un detail pres… Je pense qu’ils veulent surtout un parapluie US, et là, on ne peut rien leur apporter… notre presence dans le pacifique est symbolique et ephemere…
      mais ils auraient des SM.

      Apres j’ai lu dans un autre message un achat sud-coreen, et s’ils devaient acheter des SM non nucleaire, je pense qu’ils iraient labas…

      • tata simone dit :

        cela me parait plus coherent, les coreens sont fiables et competitifs. Mais ne rejetons pas ce plaisir sournois de remuer le couteau dans l’aukus…:D

    • Carin dit :

      On peut aussi leurs proposer des SNA… c’est pas nous qui avons ouvert la porte…
      En plus une bonne campagne dans les journaux, ventant les mérites du moindre nucléaire des soums français, dans une nation anti-nucleaire, ça devrait faire bouger les lignes de l’électorat en faveur du moindre mal!
      Et pourquoi pas envoyer le Suffren en visite promotionnelle, histoire de bien remuer le couteau dans la plaie encore béante, du trou dans l’AUKUS que anglais et américains leurs ont fait.

      • lym dit :

        Si le Suffren accompagne effectivement le GAN avec un mission volontairement floutée (et si c’est flou…) mais annoncée pouvant se prolonger dans l’Indien, ce serait un bon coup de pub.
        Ne pas l’annoncer clairement est aussi malin, histoire que le moindre pb sur la tête de série puisse être géré discrètement… et si tout se passait bien, le plus probable, ce serait un excellent faire part de bonne naissance donné aux australien une peau de banane glissée sous les pieds UK/US ayant promis la lune à Morisson-of-a-bitch.

    • toufik dit :

      Les US ont été irresponsables d’introduire le nuke dans ses offres de fournitures militaires dans cette région. Ca crée un précédent, dont on ignore où il pourra bien s’arrêter. Ne profitons-pas honteusement de cette brèche, nous en serions alors les premiers profiteurs et acteurs de la prolifération nuke, vu le retard des US. La démarche d’offre exclusivement conventionnels est la bonne.
      La victoire des Republicains aux midterms aux US va du reste peut-etre entrainer un rétropédalage de leur part, qui sait? Ce ne sont pas forcément les pires va-t-en guerre.

      • Carin dit :

        @Toufik
        Et vous avez raison, mais ça serait amusant que notre état qui vient de se mettre à la fausse information, s’entraîne en pilonnant les journaux australiens avec une fausse offre nucléaire…

  12. vrai_chasseur dit :

    Savoir construire et opérer un SNA, c’est un chemin long d’un demi-siècle au bas mot. Et encore, quand on maitrise déjà l’énergie nucléaire. On imagine mal la somme de savoir-faire en jeu, chez le (très) petit nombre de nations capables de construire et mettre en oeuvre de façon souveraine des SNA performants.
    Les australiens s’en rendent compte, retour dans le monde réel.

    Les solutions intérimaires performantes sur sous-marins classiques existent et l’Australie ne part pas de zéro pour les mettre en oeuvre. Les chantiers Osborne d’Adelaïde ont déjà investi dans des installations modernes pour construire les frégates australiennes Hunter, ce qui n’est pas rien. Et ils ont un historique sur les sous-marins Collins : ils emploient près d’un millier d’ingénieurs et de techniciens dédiés, appuyés sur plus de 1200 sous-traitants locaux. Naval Group avait déjà entamé le travail de cartographie de ce tissu industriel, dont le mérite est déjà d’exister.

    Quand les australiens auront achevé leur séjour en salle de dégrisement et mis à jour leur feuille de route après l’ivresse du baratin lyrique à long terme, on pourra peut-être discuter plus sérieusement avec eux.

  13. blavan dit :

    Mr Macron fait tout pour essayer de sauver notre industrie militaire qui a été torpillée par l’Amérique. Si nous ne gardons pas des marchés extérieurs, il n’y aura plus d’armée française, c’est aussi simple que ça . Nous passerons définitivement sous bannière OTAN, comme les allemands.

  14. Olivier dit :

    Tous ce ramdam prouve plusieurs choses , c est que des le début nos  »  » « amis » américains savaient qu ils ne pourraient pas fournir dans des délais raisonnables des sna et que cette opération n etait pas pour avoir finalement des sous marins nucleaires mais bien pour faire capoter le contrat francais et que les australiens n ont aucune souveraineté face aux usa ( je parle pas des anglais c est des figurants…..) car ils prennent des décisions préjudiciables à leur propre pays …..

    • Carin dit :

      @olivier
      Le but des américains n’est pas de fournir des SNA à l’Australie, ça leurs est impossible sans sortir de la non prolifération nucléaire… leur but est de caser du Virginia sous bannière et commandement américain dans les installations australiennes, pour soulager la micro-Île qui sert actuellement de base, à leurs SNA, et dont les installations sont très nettement sous la menace des DF21 et leurs petits frères chinois!
      Je ne serais même pas étonné que nous agrandissions nos propres installations portuaires dans nos possessions proches, pour également accueillir nos SNA, mais pas que!
      Quand Macron parle de ne privilégier ni chinois, ni américains, ils ne parle que des accords de Montego Bay… pour le reste, nous sommes obligatoirement partie, nous n’irons pas en mer de Chine canonner les villes portuaires chinoises, mais notre proximité avec les states fera que nous leurs offrirons la jouissance de nos installations, et assureront la réception des produits, et de toute la logistique en provenance des États Unis, et nous participeront aussi activement au blocus de la chine, et cibleront tous ses navires qui tenteraient de le briser dans la zone qui nous sera dévolue. Ceux qui pensent que nous n’accompagneront pas nos amis américains dans cette guerre, se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’à la garde.

  15. Mic dit :

    Ceux qui allument Macron devrait réfléchir !
    Sur cette proposition, nous n’avons absolument rien à perdre…..
    Comme le détail HMX ces arguments tiennent la route……

  16. GAUTHIER dit :

    Comme par le passé (FREMM et BPC égyptien, RAFALE Croates et Grecs, CAESAR Ukrainiens) la France pourrait proposer aux australiens le barracuda N2 et/ou N3…

    • Tulio dit :

      On va faire un cadeau aux Australiens ? Le programme Barracuda est destiné à la Royale.

    • Marco dit :

      Le trou capacitaire serait impossible à combler pour les SNA français.
      Les types Rubis sont sur les genoux (pas de prolongation possible sauf à y mettre des sommes astronomiques) et le moindre SNA en moins ne permettrait plus de répondre au contrat opérationnel.

  17. Patatra dit :

    Dans cette affaire, il s’agit surtout de montrer au monde entier que malgré les offres alléchantes (plus ou moins forcées) des USA, la France reste un partenaire fiable.
    Après le camouflet subit, le gvt ne va pas se privé

  18. Nexterience dit :

    Il reste un coup à jouer et ne pas le tenter serait stupide, étant donné les enjeux.
    Cependant, pour l’Australie, choisir la Corée aurait peut-être des avantages:
    – Ne pas être ridicule aux yeux du grand public anglo-saxon en revenant sur un fournisseur abandonné précipitamment.
    – sous pression américaine, faire snober les technologies de la France, moins bonne alliée que la Corée face aux intérêts US.
    .
    Je ne crois pas trop à toute forme de location, du fait de la rentabilité de l’opération. Il faut être sûr de revendre les sous marins ensuite. Sinon c’est plus d’un milliard d’euros bloqué.
    .
    Pourquoi serait-il possible de construire des Suffren pour l’Australie et non un 7e pour la France? Mon hypothèse est que la vente financerait un investissement majeur dans les RH et une ligne supplémentaire de fabrication. Alors que ce n’est pas finançable juste pour un 1 SNA français, coincé par les futurs SNLE.

  19. Fralipolipi dit :

    En parallèle, quand on voit le patch de la nouvelle mission Antares du PAN CDG
    https://www.asafrance.fr/item/officiel-mission-antare-deploiement-du-groupe-aeronaval-autour-du-porte-avions-charles-de-gaulle.html
    on perçoit sur ce patch le profil du Suffren, et non celui du Rubis.
    .
    Cela pourrait-il vouloir dire que le Suffren est parti en 1ère mission d’escorte du groupe aéronaval ?
    Et qu’il va en même temps partir en chasse du bien gros SNA russe Severodvinsk – classe Iassen en Médor ?
    https://russianfleetanalysis.blogspot.com/2022/11/russian-forces-in-mediterranean-wk452022.html

  20. Lado dit :

    Désolé pour les « anti Macron en mode auto » mais il a raison sur ce coup
    Un brin provocateur bien sûr , il ne refait pas!
    -cela remue encore plus la déconfiture Aus (apres 5 ans et 3 Mrds ,rien,pas de soum au mieux avant 25 ans , comment?, quoi?,ou? et pour Naval,G qui a touché 1,4 Mrd sans couper une tôle !(dont près de la moitié en indemnités) et voit sa reputaion blanchie
    -il claironne ,à une audience asiatique,dans cette région avec une forte demande que la France c’est « l’autre pays des sous marins »!….Philippines,Vietnam , la Malaisie c’es déjà fait
    -La percée Fr en Indonesie au détriments des SK, des Russes et des US est lisible ( Airbus, A400, Caesar , Rafale,Scorpene et chantier à Surabaya) Avec l’aide des financiers du Golfe.Ce sont les gros ,très gros, voisins des Aus..

    Une fois la poussière retombée , la situation Fr en indo pacifique (incluant l’Inde), n’apparait en rien compromise

  21. themistocles dit :

    Vu la fiabilité des australiens, un paiement d`avance me parait fortement indiqué.

  22. Tempo dit :

    Les japonais sont de sérieux prétendants à une offre intermédiaire qu’il ne faut pas négliger. Les sous-marins de la classe Soryu étaient en compétition serrée avec le Shortfin Barracuda pour le contrat du siècle.
    Leur proposition a été rejetée, non pour la qualité de leur produit qui arrive à pleine maturité avec 12 exemplaires construits sur 19 planifiés, mais pour leur inexpérience en matière de transfert de technologie.
    En plus d’être le proche voisin de l’Australie et donc partager les mêmes inquiétudes, le Japon fait désormais partie de l’AUKUS et est le meilleur allié des US de la région, il devrait donc pouvoir disposer de l’ appui de ces derniers.
    La construction locale des Soryu (premiers sous-marins à utiliser des batteries lithium-ion) éliminerait la contrainte préalablement évoquée. Qui plus est les livraisons pourraient être rapides, le programme de construction étant en cours, il serait tout à fait possible de procéder par prélèvement contrairement au Shortfin Barracuda qui relève d’une construction ex nihilo économisant une mise à jour trop conséquente de la classe Collins.
    Il sera difficile au gouvernement australien de revenir politiquement sur une décision malheureusement prise à notre détriment, peu importe le changement de majorité.

    • Carin dit :

      @Tempo
      Les japonais et les coréens sont en pleine construction de leurs propres besoins de soums.. vu leur proximité et leurs problèmes avec la chine, aucun de ces pays ne peut sursoir à leurs fournitures pour approvisionner l’Australie… TKMS étant aux fraises (seum un soum allemand navigue, les autres sont toujours aux ports), seule la France peut fournir rapidement des scorpene qui eux naviguent et remplissent leurs obligations dans de nombreuses marines!
      De plus le scorpene est déjà prêt à recevoir des systèmes de combats américains, certains clients l’ayant demandé, les études de faisabilité ne sont plus à faire.
      Maintenant, nous ne sommes pas à l’abris d’un changement de braquet australien, qui pourrait décider ne plus être si pressé que ça, et choisir un produit autre.

    • Anaxagore dit :

      Non, le Japon ne fait pas partie de l’AUKUS, même s’il s’en rapproche fortement. Pour en faire partie, il faut atteindre un stade de fusion/vassalisation total avec les US, ce qui n’est pas et ne sera jamais le cas pour une nation non anglo-saxonne, asiatique et ancien adversaire de surcroit. Comme pour les five eyes, dont la France ne fera jamais partie.

  23. Rémi dit :

    Point de vue assez franco francais. Sans la moindre critique, merci au blog pour son excellent travail.
    Mais quelqu’un pourrait-il nous fournir la situation en Australie, quelles sont les réactions et comment un tel ratage a-t-il pu être possible. Parce que au dela de l’Australie, et de ce cas, nous avons nos doses de sujets équivalents.

    • Ératosthène dit :

      @Rémi : Cela s’est produit parce que l’Australie est dominée par la Grande-Bretagne et les États-Unis. S’ils décident tous deux quelque chose, cela sera appliqé dans ce pays.
      https://www.theguardian.com/commentisfree/2014/oct/23/gough-whitlam-1975-coup-ended-australian-independence

      • lgbtqi+ dit :

        vous qui parlez de manie à tort et à travers… comment qualifiez-vous votre attitude consistant à prendre constamment les USA comme explication ultime de tout ce qui se passe en ce monde ?

        • ScopeWizard dit :

          @lgbt

          Parce que c’ est le réflexe le plus logique , tout bonnement .

          Quel est le pays dans le monde qui est le plus fort , le plus influent au point qu’ à lui seul il personnifie l’ Occident dont il est chef de file , un pays de surcroît déterminé à garder sa place , notamment celle de puissance numéro 1 ( économique , financière , monnaie de change , militaire , diplomatique ) et qui ne lésine pas sur les moyens pour y parvenir ?

          Le Botswana ?

          Les LGBT , les Woke , les tags urbains si vecteurs de respectabilité pour le Street Art lui-même parfois à but si lucratif , l’ Eugénisme ( notamment celui dont en leur temps se sont inspirés les Nazis et qui continue sur sa lancée ) , le Capitalisme moderne qui nous régit via tout ce mode de vie associé qui exige qu’ il soit minimum à tel niveau d’ où la Mondialisation , tout ça , où est-ce que ça a pu le plus se développer ? donc in fine ça vient d’ où ?

          De Nouvelle Zélande ?

          Donc ce n’ est pas une « explication ultime » qui aurait ceci de pratique pour branleurs intellectuels , mais bien une explication logique .

          Et tant que les USA eux-mêmes héritiers pour le pire ou le meilleur des idées Anglo-saxonnes seront au centre du monde notamment grâce à la prééminence du Dollar , ce sera comme ça .

          Mais comment peut-on poser des questions aussi connes tellement est évidente la réponse….

          Ou à moins que ce soit une forme d’ humour….

          • Neuro dit :

            « Parce que c’ est le réflexe le plus logique , tout bonnement . »
            Par définition, un réflexe ne fait pas intervenir le cerveau et n’est en aucun cas le résultat d’une logique ou d’une réflexion.
            Un réflexe est une réponse stéréotypée.
            En utilisant le mot réflexe, vous donnez une excellente description du mécanisme automatique et irréfléchi qui consiste à dénoncer les Etats-Unis comme responsables de tous les maux.

          • lgbtqi+ dit :

            comme d’habitude avec vous c’est très court sur le fond et très long sur la forme.

            Etre bref, c’est une politesse v/v des autres. Chose qui vous semble à bien des titres… étrangère.

          • lgbtqi+ dit :

            Et vous vous disiez citoyen américain d’origine ? Looool.

            Des problèmes avec le FBI sont venus impacter votre vie alors, vu la haine que vous nourrissez contre les USA…

            Merci de nous avoir renseignés et renseignées sur l’origine de la diversité sexuelle. Depuis le temps qu’on cherchait… On a enfin trouvé. La Terre n’a pas connu d’homo ni de lesbienne ni de bi avant la création des USA. Le puritanisme n’a été qu’un filet de camouflage destiné à mieux préparer les futures entreprises de subversion des gays et des gouines. Et quand un détenu russe se fait sodomiser dans sa geôle par ses co-détenus, c’est l’influence des USA.

            Continuez bien scope, ça se présente bien…

            Je rentre de boîte lgbt, j’ai oublié de demander au patron s’il était financé par Soros, zuuuut.

    • Ératosthène dit :

      Par ailleurs, vendre du matériel militaire à un pays membre des five eyes est une mission presque impossible quand on est pas membre soi-même ; mission qui a quand-même réussie pour la France parce qu’il y avait Trump au États-Unis, qui déplaisait en Autralie. Quand Trump est parti, le contrat que l’Australie a passé a enfin pu être rectifié.

  24. radionucléide dit :

    « Paris venait de proposer de fournir à l’Australie quatre sous-marins « Shortfin Barracuda », lesquels seraient construits à Cherbourg.  »

    « Seulement, d’après M. Chenevard, « l’augmentation du format de l’Escadrille des sous-marins d’attaque [ESNA] poserait, quel que soit l’option, des problèmes insurmontables ».

    En effet, compte tenu du programme SNLE 3G, Naval Group serait mis devant un « dilemme » si jamais la commande d’un ou deux SNA de type Suffren devait lui être notifiée.  »

    le « en même temps » ….

    • vrai_chasseur dit :

      @radionucléide
      Il n’y a pas que l’Australie.
      Les Pays-Bas viennent de lancer la procédure d’acquisition de 4 nouveaux sous-marins.
      ils ont mis 3 compétiteurs en lice : Naval Group, Saab Kockums et TKMS.
      Si les commandes se concrétisent, qu’elles proviennent de France, d’Australie ou d’ailleurs, Naval Group saura investir pour augmenter ses capacités, comme tout groupe industriel. C’est l’essence même des affaires.
      http://www.defensie.nl/actueel/nieuws/2022/11/16/defensie-vraagt-offerte-aan-bij-scheepswerven-voor-onderzeeboten

    • PK dit :

      Déjà répondu : c’est un problème de riche. Quand un industriel a une grosse série de commande, il s’adapte : il embauche et achète du terrain pour pousser les murs.

      Il n’y a que dans le monde politique qui n’a jamais travaillé que cela pose des problèmes « insurmontables ». La girouette Chenevard en est une parfaite illustration.

      Tous les industriels rêvent de pouvoir faire face à ce genre de problème.

  25. MERCATOR dit :

    @k 2 @ albert.

    Ah chasser le naturel, il revient au galop !

    Vous n’en avait pas marre quel que soit le sujet dès qu’il s’agit de Macron de critiquer d’emblée, du coup ce blog devenant une tribune de gens qui sont verts de rage d’avoir une nouvelle fois perdu, voit son intérêt et son but initial s’estomper !.
    Inutile de rappeler pour des gens sourds et aveugles, que, un, les Australiens n’ont pas eu leurs mots à dire, deux , que naval group a fait une excellente opération financière avec cerise sur le gâteau, sa recherche et développement payé sur la bête kiwi .

    • saperlipopette dit :

      Le kiwi aurait devore le wallaby ?

    • Ératosthène dit :

      @Mercator :
      Vous connaissez beaucoup de présidents qui font autant de mal à leur pays ?
      La situation est grave.
      D’abord, il y aura un passe sanitaire généralisé :
      https://www.youtube.com/watch?v=ky5mg-QvFkc

      Ensuite, jamais la censure n’a été aussi importante par t o u s les médias (y compris les revues scientifiques réservées aux chercheurs, mais toutes détenues par des milliardaires). La censure concerne tout ce qui va à l’encontre de la bien-pensance.

      La justice ne remplit plus du tout son rôle.
      Par exemple aussi bien en relachant les criminels et délinquants qu’en condamnant par exemple l’association SOS-éducation à 1 563 000 euros
      https://soseducation.org/petitions-mobilisations-collectives/ils-vont-tuer-sos-education/

      ou le journal France-Soir à verser 70 000 euros à Google
      https://citizen4science.org/francesoir-condamne-a-verser-70-000-euros-a-google/

      dans le but de les faire disparaître.

      Ou par les décisions abracadabrantes des conseil constitutionel et conseil d’État.
      Par la mainmise de l’exécutif sur la Police et sur les médecins.

      Au Pays-Bas, toutes les transactions supérieures à 100 euros sont transmises à l’exécutif. Cela viendra en France. D’ailleurs le Maire en a parlé puis s’est rétracté.

      Macron n’est pas complice mais acteur.

      • PK dit :

        Laissez tomber : Macron a son fan-club, comme Zelensky. Dans ce genre de situation, l’argumentation ne tient pas.

        Faut pas toucher aux idoles des fans…

      • Istisme dit :

        C’est vraiment au-dessus de vos facultés de compréhension, qu’une majorité de Français ne voient pas en E. Macron le monstre que vous décrivez ?

        • ScopeWizard dit :

          @Istisme

          C’est vraiment au-dessus de vos facultés de compréhension, qu’une partie des Français voient en E. Macron le monstre qu’ Ératosthène décrit ?

          Voilà , voyez c’ est très facile ; la prochaine fois peut-être amènerez-vous des arguments autres que le résultat de telle ou telle enquête d’ opinion .

      • MERCATOR dit :

        @Ératosthène

        Ce que je constate, c’est seulement que les deux autres impétrants aux récentes présidentielles réalisent l’exploit d’être des incapables dans tous les domaines doublés de traitres collaborateurs potentiels, Macron est probablement malgré ses insuffisances dans certains domaines le meilleur président que nous ayons eu depuis Giscard, l’avenir lui rendra justice, mais s’il ne vous convient pas rien ne vous a empêché lorsqu’il en était encore temps de fonder votre parti et de vous présenter.
        J’adore d’ailleurs tous les « économistes » que ce soient dans les médias ou dans leurs livres qui vous expliquent apres coup tout ce qu’il eut fallu que l’on fasse pour que cela aille mieux.

        • Czar dit :

          macron a juste doublé la dette française, heureusement que c’était pas un amateur sinon qu’est-ce qu’on aurait pris finalement il a bien fait d’investir dans sa vioque sa clientèle fripée lui restera fidèle jusqu’aux soins palliatifs (je note que Rich Snake a médité la leçon hausse d’impôts pour tout le monde SAUF les croulants veautant pavloviennement pour le parti conservateur (vous savez ceux qui ne conservent jamais rien) les pensions de retraite seront augmentées

    • Czar dit :

      méwoui un contrat « du siècle » planté, c’est un succès « ce n’est pas une retraite c’est de la défense élastique » « la république ne permettra pas….  »

      quand il a plus de pinard, le franchouille se saoule de l’ambroisie de ses paroles

  26. Philou dit :

    Bijour tout le monde, alors pour ceux qui pensent qu’on a été humiliés par l’australie, un bref rappel avec un petit bilan:
    France: crédit 3,2 milliards de programme déjà avancé + 550 millions de dédommagement
    Australie : débit 3,2 milliards + 550…
    USA (et lockeed martin) : 0, vu qu’ils ne peuvent pas les construire,
    Angleterre : 0… Pareil.
    Donc je ne vois pas pourquoi on se generait à leur faire une bonne proposition, d’autant qu’à cause de leur bêtise, ils se sentent bien merdeux… Gardons confiance, on a tout notre temps.

  27. Catoneo dit :

    Nous avons la technologie, nous avons les chantiers navals. Faire une offre commerciale coule de source, même après la baffe de Scott Morrison. Macron a raison.
    Le problème est que les Coréens, et les Japonais plus encore, sont dans la même configuration que nous, mais qu’ils bénéficient d’un avantage régional avec des flux commerciaux soutenus avec l’Australie, qui peuvent offrir des compensations.
    A rentrer quelques sous-marins pour une quinzaine d’années, la solution japonaise paraît évidente.

  28. Patrick, de Belgique dit :

    Même si toutes ces déclarations des uns et des autres peuvent apparaître comme beaucoup de tergiversation, Paris doit continuer à s’accrocher, tant que les Australiens n’auront pas déterminé clairement le modèle choisi et le processus d’acquisition, même si on peut donner l’impression de courir pour rattraper le train… Les Anglo-Américains ne fabriquent plus de SM à propulsion classique, les Russes et les Chinois sont hors course sur ce coup là, restent les Germano-Scandinaves, les Sud-Coréens, les Japonais et les Français qui, eux, construisent pour les deux types de propulsion, nucléaire et classique et dont le savoir-faire est indéniable mais qui ont le défaut d’être Français dans le Pacifique… Je crois qu’on oublie aussi une carte que pourrait jouer les USA, le S-80 de Navantia, pourvu qu’Espagnols et Américains parviennent à résoudre les problèmes apparus depuis les études et la construction de ce type de SM; les Australiens ont déjà travaillé avec Navantia (frégates et PHA) et les systèmes d’armes, lance-torpilles et lance-missiles anti-navires (et possiblement de croisière) sont britanniques et américains; cette solution pourrait réjouir les Anglo-Américains , au détriment de la France, bien entendu ! C’est bien pour cela qu’il ne faut pas lâcher le morceau trop vite face à nos bons alliés…

    • Lothringer dit :

      Je croyais quand dans la résolution du litige franco-espagnol concernant les sous-marins, l’Espagne était interdite d’exportation pour les sous-marins dérivés de cette ex-collaboration.

      • Patrick, de Belgique dit :

        Il semble que ce soit un navire ayant suffisamment évolué pour ne plus répondre à ces conditions, Navantia en a l’autorité de conception technique, d’autre part, l’américain General Dynamic Electric Boat a beaucoup travaillé sur les problèmes de conception, il n’était pas sûr qu’il puisse remonter à la surface…

    • Carin dit :

      Sauf que le S80 n’a toujours pas quitté son quai…
      Ressembler n’a jamais été être!
      Faire appel aux américains pour résoudre les problèmes du S80, était se tirer une balle dans la tête, même si nos amis espagnols ont judicieusement pensé que cela pouvait mieux se passer puisque les américains n’ont pas ce genre de produit en magasin…
      Meme si Navantia l’a mis au catalogue, histoire de forcer la chance, mal leurs en a pris, le S80 rouillera à quai, aucun clients potentiel ne se présente, seules ses amarres sont régulièrement changées.
      Je vois très mal les américains proposer le S80, ils y perdraient de la crédibilité, et ils ont besoin de convaincre pour placer leurs soums dans les installations australiennes.

  29. Momo dit :

    Beaucoup ici ont probablement une expérience ‘business’ réduite.
    Faire une offre ne coute rien ou presque.
    Par contre, si elle est bien faite, elle peut mettre un vrai bazard dans un jeu qui était pensé bien huilé.
    Surtout quand une de ceux qui a des cartes a changé en milieu de partie.
    Macron est stratégiquement nul, il le démontre dés qu’il parle, le ‘en même temps’ qui est sa signature ne marche pas dans les affaires un peu sérieuses. En plus il est dans le déni perdu sur la planète de sa petite cour.
    (On ne vous le dit pas mais le monde entier n’écoute plus macron, il n’y a que nos médias qui jacassent sur le petit sujet).
    Mais là, là, il a du être conseillé par un gars de naval group ou passer une heure avec trappier, et donc il ne dit pas de conneries.
    Cela mérite d’être noté, c’est exceptionnel.
    Néanmoins Albanese n’est pas idiot, il ne choisira pas la France, toute la machine à mentir et calomnier des US (Biden, le démocrate ami vous vous souvenez?) est encore en place et restera, il ne va pas s’y frotter.
    Par contre il va utiliser l’offre pour emmer.er nos meilleurs alliés parce-que l’enjeu est quand même en milliards.
    Autre remarque: UK n’est évidemment qu’un pion dans cette histoire, les astute sont une sorte de leurre pour la com anglaise.

    • Fralipolipi dit :

      @Momo
      C’est exactement ce que j’écrivais dans mon post plus haut.
      Et pour aller plus loin : il faut faire une offre en Or (dont on sait déjà qu’elle ne sera quand même pas choisie … ), pour mettre le bazar complet chez les concurrents-complotistes d’avant-hier : TKMS en tête.
      Ces derniers seront forcés de suivre baisser leurs prix et exigences, cela rincera leur marges,
      et ils auront moins de ressources (et d’envie) pour venir nous emmerder sur nos autres marchés Prospects actuels : Indonésie / Philippines, Pays-Bas (Pologne, on oublie).
      En clair, en Australie, on joue le rôle du lièvre pour épuiser au moins un de nos concurrents … qui sera moins mordant sur le dossier d’après.
      C’est un jeu de billard à plusieurs bandes.
      Et ça fonctionne comme cela dans maintes industries civiles (et pas que celles de défense), sans jamais qu’aucun homme politique ne s’en préoccupe.
      Du grand basique.

      • Momo dit :

        Vous avez pratiqué 😉
        Les politiques sont à 99% nul en business comme en militaire.
        Mais arrivé au pouvoir leur ego qui est plus qu’un zeppelin les laisse croire qu’ils dominent tous les sujets.
        Sauf des dirigeants vraiment au-dessus du lot, mais ça le moule est cassé…
        Et c’est la cata au final comme nous le voyons depuis longtemps avec une perspective à court moyen terme qui est carrément effrayante de médiocrité.
        On en paye les pots cassés

    • MERCATOR dit :

      ]@Momo

      Mais quels sont donc vos faits d’arme en matière d’expérience « business » , une ristourne supplémentaire sur l’achat d’occasion de votre Renault Laguna III de 173 000 km à la concession Renault de Riom en 2017 ?
      En tant qu’associé gérant de la banque d’affaires Rothschild, Macron a conseillé le rachat par Nestlé de la filiale de lait infantile de Pfizer ? Un méga deal à 12 milliards de dollars signé en avril 2012 où l’ »influence du jeune Macron fut décisive pour convaincre la direction de Nestlé de payer le prix fort pour la filiale de son concurrent américain ».
      Vous croyez que les dirigeants de Nestlé sont des lapereaux de six semaines ? Arrêtez de discuter de choses qui vous dépassent !

      • Momo dit :

        Hahahahahahahaha!
        N’essayez pas de défendre votre ‘Stockhausen de la finance’, regardez simplement son capital officiel pour vous convaincre de sa médiocrité. Ou encore pour combien il a bradé/donné alstom, ariane, la France…
        Mais le borgne est roi au pays des aveugles, vous pouvez retourner lire ‘le monde’ en braille et écouter france-tv en duplex avec france-inter!
        Ahahahahahahaha 🙂

      • Czar dit :

        d’abord son rôle chez rotschild a été démonté : rien d’un loup de la finance mais retenons cette hypothèse comment alors expliquer qu’il nous ait fait enfler en vendant les turbines arabelle pour devoir les racheter pour le double, avec des restrictions vu que tu nous le vends compétent, c’est donc que de la corruption et donc une forfaiture N’est-ce pas ?

        • Carin dit :

          Il te vend rien du tout, puisque c’est pas Macron qui a vendu les Arabelles… c’est le capitaine de pédalo!

        • MERCATOR dit :

          @czar

          Premièrement, dans cette affaire, EDF donc, l’État français n’est absolument pas perdant sur le plan financier,EDF devra débourser environ 200 millions de dollars pour cette transaction, une fois pris en compte les liquidités et dettes de l’activité rachetée. L’activité qui sera acquise par EDF est valorisée au total 1,2 milliard de dollars, du fait d’une trésorerie importante.

          On connaitra peut-être un jour la genèse, Macron n’a pas eu le choix, contraint et forcé par nos amis américains,

          . Ce qui a été insupportable pour les USA c’est qu’Alstom s’engage dans une politique d’alliance avec la Chine sans le feu vert du pays maître de l’énergie, les USA.

          Frédéric Pierucci vice-président Monde de la division chaudière, devait prendre la tête du joint venture avec Shangai Electric dans le charbon, mais aussi le centre des négociations avec la Chine, il n’était pas le seul, visé , également un grand nombre d’autres dirigeants d’Alstom qui avaient participé aux actes incriminés et le PDG en particulier. La détention immédiate et très dure de Frédéric Pierucci dans le cadre de la loi anticorruption était à la fois un avertissement et un chantage à l’égard de l’équipe dirigeante du groupe, et de Macron qui avait en mémoire une affaire récente similaire. où Siemens avait dû se séparer de toute son équipe dirigeante pour les mêmes raisons qu’Alstom : corruption d’États étrangers à coups de dollars, et donc punis par l’émetteur de la monnaie, les USA ( rappelons que les peines peuvent être lourdes, amendes considérables, peines d’emprisonnement pouvant atteindre quarante années !

          Ce dernier n’a pas donc eu le choix comme je l’ai dit plus haut, mais il s’était bien juré de rattraper le coup, et Alstom profita du produit de la vente et du feu vert occulte US pour racheter Bombardier .

      • PK dit :

        « Macron a conseillé le rachat par Nestlé de la filiale de lait infantile de Pfizer ? Un méga deal à 12 milliards de dollars signé en avril 2012 où l’ »influence du jeune Macron fut décisive pour convaincre la direction de Nestlé de payer le prix fort pour la filiale de son concurrent américain »

        Vous avez raison de rappeler l’affaire de votre idole. Il a touché le pactole dans cette affaire, puisque les négociateurs sont intéressés. Et pas un rond n’a été déclaré au fisc.

        Non seulement ce gars est une dupe parfaite, mais cela va avec, un escroc.

  30. Lothringer dit :

    Pour une fois, je vais essayer de ne pas dévaloriser notre Président.

    (1) L’expérience pluri-décénnale de Dassault a montré qu’il faut savoir être patient et s’accrocher et rester au contact du prospect même si on vient de subir une claque. C’est ainsi que Dassault a fini par remporter 10-15 ans plus tard des contrats qui au départ étaient perdus.

    (2) D’autres concurrents (Allemagne, Suède, Corée , Japon) sont à l’affut. Exprimer haut et fort qu’on est toujours disponible permet d’essayer de conserver son rang de potentiel fournisseur face à la concurrence et de maintenir une pression sur eux. Souvenons-nous que quelques heures avant l’annulation du contrat, l’administration australienne avait officiellement notifié à Naval-Group sa satisfaction complète sur la proposition technique de ces sous-marins.

    (3) En faisant l’effort de rester dans la course, on explique aux Australiens qu’on peut toujours répondre durablement à leur problématique sous la forme d’un fusil à 2 coups : 1er coup = on peut leur fournir « rapidement » 4 Shortfin-Barracuda (SSK) construits en France pour remplacer leurs 4 Collins poussifs ; 2e coup = on peut leur fournir du Barracuda nucléaire ce qui leur permettrait de passer facilement de l’un à l’autre vu qu’ils sont issus d’une plateforme commune. Sur le plan technique, c’est d’ailleurs la meilleure proposition que l’Australie puisse recevoir : aucun concurrent ne peut faire une proposition techniquement (et financièrement ?) aussi alléchante. Les 4 Shortfin-Barracuda offrant un atout supplémentaire : ils seront autorisés à mouiller dans les eaux de la Nouvelle-Zélande, ce que les SNA n’obtiendront pas.

    (4) L’éventualité d’une location de 4 SSK pendant 10-15-20 ans pourrait constituer une offre très alléchante et gagnante-gagnante où tout le monde sauve la face. L’Australie sauve la face en confirmant son non-achat des SNA français tout en affirmant avoir trouvé une solution non-contraignante pour faire la jointure avec ses futurs SNA. La France sauve la face en mettant un pied dans la porte et donne du travail à Naval-Group, prend le marché à ses concurrents (Allemagne, Suède, Corée, Japon), et dispose d’une vitrine pour mettre en valeur les qualités de ce gros SSK. Au bout du contrat de location, la France récupère ses 4 SSK et peut les vendre d’occasion ou les utiliser pour ses propres besoins pendant encore de nombreuses années.

    A 2 conditions
    – une partie substantielle du paiement au moment de la commande.
    – le système de combat (compatible OTAN, donc probablement compatible Australie) est fourni pas la France.

    Franchement, au point où on en est, il n’y a rien à perdre. Et ce serait une occasion de montrer que ces gros SSK sont les meilleurs du monde , pas seulement sur le papier.

    Oui, la location de 4 (ou plus ?) SSK, quitte à faire un gros effort financier, me semble de loin la meilleure solution pour garder un pied dans la porte.

  31. Ludianov dit :

    Ce type n’a vraiment aucun amour propre

    • Mica X dit :

      L’amour propre en matière de politique international…. on s’en fout un peu, c’est même une preuve de C, à l’instar du Donald.

      Sinon comme le disait un intervenant : faire un offre intéressante em. la concurrence car elle devra s’éreinter à suivre un lièvre avec des marges à la baisse et si elle l’emporte elle sera rincée pour un projet qui va emboliser ses chaines de montage.

      Et cela montre aux australiens que nous sommes des gens sérieux tout en leur faisant passer le message en subliminal qu’ils ont l’air bien neuneu sur ce projet.

  32. Alex dit :

    macron fait simplement son boulot de commercial, il reste donc disponible pour une éventuelle commande même après une déconvenue. Les Aussie sont dans l’impasse, le gouvernement précédent a pris une décision à la Trump, sur le coup sans réfléchir et sans consulter les industriels. Les sous marins nucléaires c’est pas pour demain et les chaînes de production sont pleines pour tous le monde, les Aussies se doivent de trouver une solution, et on fait partie d’une des 2/3 solutions possibles

    • Czar dit :

      c’est juste que vous n’avez rien compris à la chose il ne s’agit pas de l’achat d’une bagnole, là il y a ZERO chance qu’albanese choisit une solution française, parce qu’il aurait à expliquer politiquement qu’il a refourgué un chèque à Naval pour solder le précédent contentieux pour repartir à zéro politiquement c’est juste pas possible donc, par principe ce sera une solution avec un tiers, sans doute asiatique, qui sera retenue

  33. Carin dit :

    C’est toi qui comprends rien Charlot.
    Les australiens n’ont plus rien, les Collins ne quittent plus leurs quai, le cheque d’Albanese n’est pas une compensation mais une réparation du préjudice subit par Naval Group, les australiens iront vers le meilleurs produit, qui accessoirement est parmis les moins cher du marché, et surtout livrable en un temps record… le Scorpene.
    Parce que s’ils choisissent ton option, ils vont rester à poils encore au moins 5 ans avant de voir le premier soum arriver.
    Ce qui au passage entraînera la disparition de leurs équipages, de plus Naval Group est encore implanté chez eux, et peut très rapidement installer de quoi entraîner les équipages comme ce fut fait pour le Suffren.
    Mais ça, ça te dépasses.